RSS
RSS
Pièce Manquante. (H.L)

 

Partagez | 
 

 Pièce Manquante. (H.L)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Daniel O'Brien
Assistant de Défense contre les Forces du Mal



Masculin
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/09/2014

Feuille de personnage
Particularités: Comme tout le monde, je suppose...
Ami(e)s: Oui ?
Âme soeur: Non ?

MessageSujet: Pièce Manquante. (H.L)   Jeu 21 Jan - 19:28

Je poussai le petit bout de bois avant de faire passer la ficelle, une fois dessus puis une fois dessous, avant d’amorcer un autre basculement d’une petite pièce arrondie pour faire sortir la bille… Sans succès. Je poussai un soupir de frustration. Ce n’était pas possible ! J’avais passé des heures sur ce casse-tête, sans succès, sans même comprendre le pourquoi du comment. J’étais plutôt habitué et patient, pourtant, mais là, je commençais à m’exaspérer. J’avais retourné l’objet dans tous les sens, mais quelque chose restait bloqué. Est-ce que je prenais ça dans le mauvais sens ? J’étais tout de même persuadé qu’il fallait d’abord bouger le bois avant la ficelle, ça n’avait aucun sens sinon, je m’y connaissais en casse-tête, je ne pouvais pas me tromper…

Dans un mouvement d’humeur, j’envoyai valser le casse-tête au bout de mon lit.

Est-ce que je me trompais… Voilà une question qui me revenait souvent en tête, malgré moi. Pourtant, j’étais sûr de mes choix, de mon instinct… Heather avait tort, elle était inexpérimenté, têtue. Je savais que j’avais pris la bonne décision. Elle avait eu bien du culot de se transformer devant moi, de croire que ça allait me faire changer d’avis tiens ! Elle essayait quoi, de se vanter ? Certes, on pouvait dire qu’il y avait de quoi… Animagus… Je n’en revenais toujours pas. Passé la surprise, je m’étais repenché sur des livres sur la question, pour étudier un peu plus… Tous étaient catégoriques. Devenir Animagus était un acte de grande magie, difficile, dont de nombreux sorciers n’étaient même pas capable d’envisager. Heather l’avait réussi, en cachette, et en étant adolescente. J’avais bien du mal à y croire. Bien sûr, je ne me mentais pas. Je savais que j’étais jaloux d’elle. Elle était sûrement beaucoup plus douée en sortilèges que moi. Ma seule consolation de ne pas avoir étudié cette matière à Poudlard était d’avoir pu éviter Hazel Woodley qui était la pire harpie qui soit. Mais tout de même… Animagus. A chaque fois que j’y pensais, je ne pouvais pas m’empêcher d’être surpris.

Mais ça ne changeait rien à ma décision de base de rien dire à propos de ce stand à la fête foraine ! L’histoire n’était d’ailleurs revenue aux oreilles de personne, n’était-ce pas la preuve que nous avions fait le bon choix ? Ou plutôt que je l’avais fait, et que je l’avais forcé sur Heather. Enfin, que je l’avais convaincue. N’est-ce pas ? Elle ne semblait pas reconnaître que j’avais raison, elle. Depuis notre dernier échange, l’ambiance entre nous était glacée. Dès que nous avions à travailler ensemble, on parlait le moins possible, Heather s’assurait que chaque regard qu’elle me lançait était plus noir que le suivant. Même les gens avec qui nous travaillions, en général, avaient senti la différence et s’en étonné. Visiblement, le bon duo que nous avions formé n’était plus. Tout de même… C’était un peu puérile de la part d’Heather non, il était tellement qu’elle passe à autre chose et reconnaisse que j’avais raison ! C’était bien ça le problème, non ? Moi, j’avais fait ce que j’avais à faire, et voilà. Je n’avais pas à me remettre en cause. J’étais de mauvaise humeur parce qu’Heather faisait sa gamine avec cette histoire, et que ça m’énervait, et que du coup j’étais toujours un peu sur les nerfs, grognon, et que moi aussi je n’arrivais pas à passer à autre chose. Alors que pourtant, il le fallait bien, on avait résolu tout ça !

Pourtant… Je fixai le casse-tête au bout de mon lit. Depuis des jours, je l’essayais en boucle, sans m’en sortir… Est-ce qu’il fallait que je change d’approche ? Peut-être que le problème venait de ma manière de faire.

…Il fallait que j’arrête. Clairement, je n’étais pas en train de parler du casse-tête.

Je me levai brusquement. Si je prenais le temps de m’arrêter, j’allais sûrement faire marche à arrière. J’attrapai ma veste et mis mes chaussures rapidement, sans prendre le temps de passer devant le miroir. De toute façon, j’évitais mon reflet depuis des semaines. Il fallait que j’arrête de prétendre que je ne savais pas pourquoi.

Moi qui me vantais toujours d’avoir des principes. D’être moral. D’être droit. Dans quelle situation m’étais-je mis ? Je mentais, je fermais les yeux, je faisais chanter Heather pour qu’elle suive ce que j’avais en tête… Heather… Je l’accusais toujours d’être une petite princesse manipulatrice, mais m’étais-je seulement regardé ? Elle avait été sincère, honnête, elle avait osé s’ouvrir face à moi. Depuis le début même, elle avait raison pour cette histoire, et mon vieil égo avait refusé de l’écouter parce que je ne voulais pas m’avouer vaincu devant Heather. Alors que nous avions passé tant de bons moments ensemble, récemment ! J’avais choisi de la voir comme je la voyais avant, parce que ça m’arrangeait de la placer dans le rôle de la méchante plutôt que de m’y mettre. C’était plus facile de la faire taire que d’avouer que nous avions fait une erreur qui pouvait me coûter mon travail. J’avais été peureux, lâche. Egoïste. Quand je pensais à la façon dont j’avais parlé à Heather… Putain, j’avais été un sacré con. J’avais du mal à l’avouer, mais oui, Heather avait le beau rôle. Parce qu’elle le méritait. Parce qu’elle avait des principes et qu’elle s’y était tenue. Moi, qu’est-ce que j’avais fait ? Je m’étais voilé la face, encore et encore.


- Viens avec moi, dis-je avec aplomb dès qu’Heather ouvrit la porte de sa chambre. Elle fronça les sourcils et me lança un air de défi. C’est important, viens !

Sans lui demander son avis, je pris son avant-bras, et la tirai à ma suite, ignorant ses commentaires ou sa façon de se débattre. Ça m’était égal. Je ne pouvais pas faire demi-tour. Si je parlais à Heather… J’allais me dégonfler. Il fallait que je profite de cet instant de sursaut. Je savais qu’après, j’allais me convaincre du contraire. J’avais un éclair de lucidité. Je l’attendais depuis longtemps.

On arriva devant le bureau de Sara Wayland, et je tapai à la porte, sans autre chose qui tapait en moi, entre mes cotes – mon cœur s’agitait et je perdais petit à petit de ma contenance. Heather à côté de moi semblait plus perdue que jamais, mais mon visage entier était fermé, et j’étais incapable de répondre à ses questions. Il fallait que je fasse la bonne chose. La chose juste.


- Madame, je suis désolé de vous solliciter à l’improviste, mais… Il fallait que je vous parle. Nous… Non, je… La fête foraine. L’un des stands. Il y a eu un problème avec. Le vendeur l’a visiblement utilisé pour faire du trafic. Heather et moi l’avons vu. Mais… Heather voulait venir vous voir, vous en parler, mais j’ai refusé. J’avais peur des conséquences et j’ai eu tort. Je comprends que je mérite une sanction, surtout après avoir voulu étouffé l’affaire. Nous n’avions pas assez vérifié ce vendeur-là… Mais j’en prends mes responsabilités. Heather a voulu bien faire dès le début, elle ne mérite pas d’être sanctionnée, c’est moi qui l’ai empêché de venir vous voir. Je m’en excuse et je… Je comprendrais si vous décidiez de me renvoyer.

J’avais lâché ces derniers mots avec le cœur lourd, la voix presque hésitante. Mais je ne pouvais pas faire demi-tour, pas maintenant. Je savais que j’avais fait ce que je devais faire. A l’intérieur de moi, je sentis enfin quelque chose s’enclencher, comme si j’avais enfin déplacé la bonne pièce et le reste bougea naturellement, comme si enfin on ôtait un poids de ma poitrine.

_________________


My thoughts are crabbed and sallow,
My tears like vinegar,
Or the bitter blinking yellow
Of an acetic star.

Tonight the caustic wind, love,
Gossips late and soon,
And I wear the wry-faced pucker of
The sour lemon moon.

While like an early summer plum,
Puny, green, and tart,
Droops upon its wizened stem
My lean, unripened heart.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Heather Lass
Assistante de Potions



Féminin
Nombre de messages : 2346
Localisation : Un peu d'intimité, c'est possible, oui?!
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Particularités: Irlandaise et fière de l'être & Animagus non déclaré (renard polaire)
Ami(e)s: Les meilleures sont un peu épartillées, mais elles restent : Lyra, Megane, Haley, Lilian, Katie, Gab
Âme soeur: “I am the voice in the wind and the pouring rain, I am the voice of your hunger and pain, I am the voice that always is calling you, I am the voice, I will remain”

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Sam 23 Jan - 19:04

« Tu peux aller te transformer ailleurs ». Cette phrase tournait en boucle dans la tête d'Heather, qui depuis qu'elle avait été prononcée voyait globalement tout en noir. Les élèves l'agaçaient, les copies l'ennuyaient, les rondes dans le château pour la surveillance lui étaient pénible, la moindre demande des professeurs pour tel ou tel coup de main la mettait dans un état de nerfs insupportable, etc. Elle était de mauvais poil, tout le temps, du soir au matin et du début à la fin de la semaine, passant son énervement sur tout ce qu'elle trouvait à se mettre sous la main. Les notes des élèves qu'elle corrigeait avaient sensiblement baissé d'un ou deux points, d'ailleurs... Si sa tutrice lui avait fait remarquer, elle avait maugréé sans s'expliquer d'avantage.

Son seul réconfort se trouvait dans les lettres de sa famille, son père et ses frères, et de ses amies. Plus que jamais elle sentait le manque de son pays, de cette atmosphère si particulière, des champs, de la colline, de l'océan - le paysage ici lui semblait tout d'un coup morne et triste, l'air sans odeur, le ciel sans élégance. Elle qui, le matin, se levait plutôt avec entrain, se trouvait à chaque début de journée incapable de s'extirper de sous ses couvertures sans des tergiversations infinies « est-ce que je me lève ? Est-ce que je me fais porter pâle ? » qui se finissaient toujours par un choix douloureux et fait de mauvaise grâce. Certains matins, quand elle savait qu'elle allait devoir travailler avec Dan, étaient encore plus difficiles, et elle se vengeait comme elle pouvait en se préparant et se maquillant de la façon à être la plus fraîche et la plus jolie possible, pour ne pas qu'il pense qu'il pouvait l'affecter outre mesure. Évidemment, l'entente était tout sauf cordiale : les échanges étaient secs, froids, purement informatifs, les regards ramenés au strict nécessaires, assassins de la part d'Heather toutefois. Elle mettait d'ailleurs un point d'honneur à accomplir toutes ses tâches à la perfection pour qu'il ne puisse rien lui reprocher, et quand la phrase qu'il avait prononcée revenait à son esprit, elle se sentait si rageuse et en colère que ses gestes devenaient plus brusques et autoritaires.

Dan n'était de toute façon qu'un imbécile ; elle avait été bien naïve de voir en lui quelque chose de meilleur. Il était souvent de mauvaise humeur, bourru, peu attentionné envers les autres. En réalité, elle le trouvait égoïste. Égocentrique. Il ne pensait qu'à sa petite personne, à sa carrière, à sa vie, à son argent. Il n'était même pas amusant, il sortait peu et ne pensait qu'à son travail. Quel ennui ! Sa famille était adorable mais lui était clairement le vilain petit canard, et Heather ne lui trouvait aucune excuse. Aucune. Elle le détestait et prenait un malin plaisir à le faire. Rien que voir sa tête l'agaçait, à chaque fois qu'elle le croisait. Et puis, il était jaloux. Jaloux qu'elle soit intelligente, elle aussi, jaloux qu'elle ait été à Poudlard, jaloux de tout. Elle avait bien fait d'avoir été méchante avec lui, adolescente, il le méritait. Il ne méritait rien d'autre.

Pourtant, à chaque fois qu'elle le quittait après avoir travaillé avec lui, elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que c'était dommage, qu'ils fonctionnaient bien, et que sa complicité lui manquait. Mais très vite, elle ré-entendait ce qu'il avait dit et la crispation de son coeur disparaissait instantanément.

Ce soir-là, elle était revenue dans sa chambre assez tôt après le dîner, négligeant volontairement le paquet de copies qui l'attendaient pour dans trois jours. Elle avait envie de prendre un bain et elle décida d'y aller plus tard, dans la salle de bain des préfets parce qu'elle adorait cet endroit, quand tout le monde serait couché. En attendant, elle se changea, enfila un pantalon noir et un gros pull moelleux couleur de briques et s'effondra sur son lit avec un livre en espérant s'y plonger et se changer les idées.

Quand des coups retentirent à sa porte, elle eut un premier mouvement d'énervement et posa son livre, enfila des chaussures et ouvrit.

... C'était Dan. Contre toute attente.


- Viens avec moi, osa-t-il dire de but en blanc. Quelle audace ! Elle le défia du regard, bien décidé à ne l'aider en rien. C’est important, viens !

Et sans plus attendre, il lui agrippa le bras et l'attira à sa suite. Heather fut bien obligée de se mettre en marche et de le suivre, mais elle montra clairement sa résistance et s'offusqua :

- Non mais qu'est-ce qui te prend ?! Tu crois que ça m'intéresse, ce que tu as à me dire ?! Lâche-moi tout de suite ! Laisse-moi tranquille !

Mais ils approchaient du bureau de Sara Wayland, et Heather baissa instinctivement le ton, de crainte qu'elle les entende. Mais... Dan s'arrêta et toqua.

- Qu'est-ce que tu fous, Dan, sérieusement, je ne sais pas ce qui te passe par la tête mais je ne veux pas y être mêlée, tu comprends ?! susurra-t-elle, mauvaise, avant qu'ils entrent.

Il ne lui laissa pas le temps de se questionner d'avantage, et quand il commença à parler, elle oublia toute décision de ne rien laisser paraître ; elle était bouche bée et le dévisageait sans comprendre.


- Madame, je suis désolé de vous solliciter à l’improviste, mais… Il fallait que je vous parle. Nous… Non, je… La fête foraine. L’un des stands. Il y a eu un problème avec. Le vendeur l’a visiblement utilisé pour faire du trafic. Heather et moi l’avons vu. Mais… Heather voulait venir vous voir, vous en parler, mais j’ai refusé. J’avais peur des conséquences et j’ai eu tort. Je comprends que je mérite une sanction, surtout après avoir voulu étouffé l’affaire. Nous n’avions pas assez vérifié ce vendeur-là… Mais j’en prends mes responsabilités. Heather a voulu bien faire dès le début, elle ne mérite pas d’être sanctionnée, c’est moi qui l’ai empêché de venir vous voir. Je m’en excuse et je… Je comprendrais si vous décidiez de me renvoyer.

Le silence se fit pendant quelques instants, et Heather sentit qu'elle n'osait même pas bouger. Son regard allait de Sara Wayland à Dan, puis de Dan à la directrice, qui avait posé sa plume avec laquelle elle était en train d'écrire et les avait priés de s'assoir devant son bureau. Heather amorça un geste en premier, et comme elle voyait que Dan était figé comme une montagne, elle lui donna un coup de coude au passage pour qu'il vienne s'assoir lui aussi.

Elle toussota, gênée, incapable de savoir si elle devait prendre la parole elle aussi.


- Ça ne sera pas nécessaire, dit enfin Sara Wayland avec un air sévère mais pas non plus hostile. Asseyez-vous, Daniel, insista-t-elle.

Ces quelques mots rendirent à Heather l'usage de la parole et elle s'empressa alors de donner libre court au flot qui se bousculait dans sa bouche :


- Oui, vraiment, nous sommes vraiment désolées, c'était une erreur de notre part, nous étions pris par le temps... Ce n'est pas une excuse, bien sûr, c'est une faute et nous ne la referons pas. C'est très grave pour Poudlard, nous en sommes bien conscients, si jamais le trafic était découvert et qu'on accusait Poudlard... Vous... Enfin, nous sommes terriblement désolés, vraiment. Elle hésita - Mais... Mais c'est de notre faute à nous, et si Dan a... Hmm... A été récalcitrant à le dire, il avait ses raisons... Je suppose.

Elle en profita pour jeter un regard à Dan. Elle avait presque envie de dire la vérité à Sara Wayland pour que Dan se sente encore plus minable, mais quelque chose dans son attitude la retint. Il avait l'air si contrit qu'elle sut qu'elle ne pourrait pas lui faire d'avantage de mal.

- Mais c'est lui qui a décidé de venir, n'est-ce pas ?

Son regard suppliait Sara Wayland, dont l'expression se radoucit. Heather sentit son corps se détendre - elle comprit qu'ils n'allaient pas être renvoyés, ni sévèrement punis. Elle savait que la directrice était lucide et juste, et qu'ils n'étaient en aucun cas de mauvaise foi. S'en suivit un petit laïus de la part de Sara Wayland sur l'importance de faire très attention dans ce genre de démarches, quand il s'agissait de gens de l'extérieur, etc, et surtout sur la nécessité de dire ce genre de choses et de se confier à elle ou à un autre membre de l'équipe en cas de doute ou de telles situations, qu'il était important de compter sur la cohésion d'équipe, de protéger Poudlard avant tout, etc, etc. Heather acquiesçait et montrait tout son intérêt, et promit une fois de plus qu'ils ne feraient plus ce genre d'erreur.

- Avez-vous autre chose de la sorte à m'apprendre ? dit alors la directrice avec un léger sourire amusé, ce qui signifiait qu'elle clôturait la conversation, après leur avoir tout de même demandé de lui donner le dossier du vendeur en question pour qu'elle puisse le signaler s'il le fallait.

Heather lui sourit, et se tourna discrètement vers Dan pour le laisser répondre à son tour - maintenant que tout était terminé, elle se demanda pourquoi diable il avait changé d'avis et combien d'énergie cela lui avait coûté de prendre ainsi sur lui et de ravaler toute sa bile...

_________________



« I am the voice that always is calling you
I am the voice, I will remain »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Daniel O'Brien
Assistant de Défense contre les Forces du Mal



Masculin
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/09/2014

Feuille de personnage
Particularités: Comme tout le monde, je suppose...
Ami(e)s: Oui ?
Âme soeur: Non ?

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Mar 26 Jan - 13:50

C’était peut-être la fin… Moi qui avais eu une telle opportunité, à travailler à Poudlard, cette école qui m’avait toujours fasciné, et à maintenant tout me filait entre les doigts à cause d’une stupide erreur… Je pouvais bien blâmer Heather pour me sentir mieux, mais c’était un mensonge, je m’en rendais compte à présent. Peut-être qu’elle aussi avait été inattentive lors du choix des stands, car nous étions pressés, mais ça ne changeait rien à mon implication, j’avais ma part de responsabilité, et plus que jamais après avoir lamentablement voulu cacher mon erreur. S’il était possible qu’Heather avait eu raison, que Sara Wayland pouvait nous pardonner, j’étais persuadé que cette chance s’était évaporée maintenant que je ne venais de confesser que j’avais caché l’affaire. J’avais été si stupide, je m’en voulais tant, comment expliquer dans mon CV que j’avais été viré de Poudlard ?! Déjà que je devais constamment expliquer pourquoi je n’y étudiais pas, voilà une nouvelle épine qui se rajoutait… J’eus une pensée pour ma famille, la déception qu’ils allaient tous ressentir, et je me sentis encore plus stupide. J’avais l’impression d’avoir été au sommet, et tout à coup je dégringolais, bien comme il faut. La directrice fit un signe pour que nous avancions et nous installions, mais j’étais figé. Je ne voulais pas. Je ne voulais pas que ça se termine. J’étais honteux et terrifié, mon estomac complètement contracté. Heather bougea, et me donna un coup de coude qui me sortit de ma léthargie. J’avais presque oublié qu’elle était là, que je l’avais amené dans ce bureau sans lui demander son avis, la forçant sans même lui expliquer ce que j’avais en tête. Et elle, qu’avait-elle en tête ? Elle devait me prendre pour un imbécile de première, après ce qui c’était produit. Elle devait aussi être fière, de voir ce changement, de voir que je lui donnais raison… Mais je n’avais pas le temps de penser à ça, à qui avait gagné ou perdu. Il fallait que je libère ma conscience, c’était tout ce que je savais.

- Ça ne sera pas nécessaire. Asseyez-vous, Daniel.

Pas nécessaire ?... Est-ce qu’elle voulait dire que… Je sentis mon cœur s’emballer. Je n’allais pas être renvoyé ?! Je trouvai enfin la force de bouger, et m’assit, rigide, à côté d’Heather. Le regard de Wayland était sévère, ce qui était étrange sur des traits aussi purs que les siens. Je me sentais minuscule.

- Oui, vraiment, nous sommes vraiment désolées, c'était une erreur de notre part, nous étions pris par le temps... Ce n'est pas une excuse, bien sûr, c'est une faute et nous ne la referons pas. C'est très grave pour Poudlard, nous en sommes bien conscients, si jamais le trafic était découvert et qu'on accusait Poudlard... Vous... Enfin, nous sommes terriblement désolés, vraiment. Mais... Mais c'est de notre faute à nous, et si Dan a... Hmm... A été récalcitrant à le dire, il avait ses raisons... Je suppose.

Elle me lança un regard. Mon cœur se serra une nouvelle fois. Elle prenait ses responsabilités, elle était honnête sans pour autant me descendre complètement. Une nouvelle fois, je me sentis mal à l’aise, ridicule. C’était vraiment le monde à l’envers, j’avais l’impression d’avoir été pris à mon propre piège. Je lui devais tellement d’excuses, songeai-je. Il y eut quelques secondes de silence, et je me demandai si elle allait en profiter pour se venger à présent, pour m’envoyer une petite pique…

- Mais c'est lui qui a décidé de venir, n'est-ce pas ?

Je me sentis à la fois surpris et encore plus merdeux. Heather venait de me défendre, implicitement, alors que j’avais été aussi con avec elle et qu’il n’avait aucune raison de le faire. Je voulus dire quelque chose, lui lancer un sourire pour la remercier, mais j’étais trop figé. Wayland nous regardait tous les deux, et je vis que petit à petit, elle avait l’air moins sévère. A l’intérieur, mes entrailles commencèrent à se décrisper, même si je n’étais pas encore sorti d’affaires…

- Nous serions venus plus tôt si j’avais écouté Heather.

Je savais que Heather était pénalisée à cause de ce délai que nous avions pris, j’allais m’en vouloir terriblement, car non seulement j’avais horrible avec elle, mais je lui avais fait courir des risques qu’elle ne méritait pas. Sara Wayland commença alors à parler, de sa voix calme mais ferme, sur ce genre de situations, sur comment les éviter, et si jamais nous étions face à l’une d’elles, comment la résoudre ; l’importance du travail en équipe – j’eus une pensée pour Heather et combien notre duo en avait pris un coup, récemment – et protéger Poudlard. J’hochai la tête à plusieurs reprises, fermement. Si seulement j’avais été la voir plus tôt ! Je me sentais déjà rassuré, mes angoisses calmés, je n’avais plus peur que l’affaire soit découverte ou d’une sanction… C’était tellement plus simple maintenant que les choses étaient avouées et que nous avions pu les résoudre, plus que se mettre la tête dans le sable et mentir.

- Avez-vous autre chose de la sorte à m'apprendre ?

J’eus une pensée pour Heather et son secret, et comment j’avais menacé de le révéler pour arriver à mes fins. Je me sentis ridicule. La pauvre, elle qui devait le cacher depuis si longtemps en connaissant les risques évidents… Heather me lança d’ailleurs un regard, qui acheva de me faire me crisper sur ma chaise. Il allait faire que je m’excuse, je le savais bien. Mais d’abord, il fallait finir cette explication avec la directrice.

- Non, et j’espère qu’à l’avenir il n’y aura plus rien de ce genre… Je m’excuse encore pour cette situation, et je vous suis reconnaissant de ne pas être trop sévère, vraiment, je… Merci beaucoup, conclus-je, un peu maladroitement.

Elle nous fit signe de prendre congé, et en me levant, je réalisai que j’étais tout raide, mes jambes ankylosées, mes poings serrés sous le coup de l’angoisse. J’inspirais, essayant de me détendre un peu, mais dès que nous fûmes sortis du bureau et que je me retrouvai seul avec Heather, la nervosité revint. Encore une fois, je savais que je me force sinon j’allais faire demi-tour et oublier de ravaler ma fierté. A peine fûmes-nous en bas de l’escalier que je me tournai vers elle.


- Heather, je suis désolé. Je me suis comporté comme un abruti, parce que j’avais peur de perdre ce travail, et que je… Je ne suis pas doué pour admettre que j’ai tort, je suis resté bloqué sur mon idée et je sais que j’ai été horrible avec toi, un vrai crétin, et je m’en veux, je… Je t’ai accusé de beaucoup de choses, alors qu’au final, c’est moi qui ai été égoïste et malhonnête. Je suis désolé d’avoir menacé ton secret aussi, jamais je ne le révélerais, je… Hm, je ne suis pas doué pour ce genre de choses, soupirai-je maladroitement, évitant le regard d’Heather, mal à l’aise à l’idée qu’elle pourrait ne pas me pardonner, alors que finalement je m’entendais bien avec elle et que je m’en voulais de l’avoir blessée…

_________________


My thoughts are crabbed and sallow,
My tears like vinegar,
Or the bitter blinking yellow
Of an acetic star.

Tonight the caustic wind, love,
Gossips late and soon,
And I wear the wry-faced pucker of
The sour lemon moon.

While like an early summer plum,
Puny, green, and tart,
Droops upon its wizened stem
My lean, unripened heart.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Heather Lass
Assistante de Potions



Féminin
Nombre de messages : 2346
Localisation : Un peu d'intimité, c'est possible, oui?!
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Particularités: Irlandaise et fière de l'être & Animagus non déclaré (renard polaire)
Ami(e)s: Les meilleures sont un peu épartillées, mais elles restent : Lyra, Megane, Haley, Lilian, Katie, Gab
Âme soeur: “I am the voice in the wind and the pouring rain, I am the voice of your hunger and pain, I am the voice that always is calling you, I am the voice, I will remain”

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Lun 1 Fév - 16:00

Sara Wayland était rassurante, se dit Heather, plus rassurante presque que lorsqu'elle était élève - ou peut-être que simplement c'était son regard à elle qui avait changé. Peut-être qu'elle se sentait sur un pied d'égalité à présent, ou presque ; en tout cas elle avait senti très vite que leur patronne comprenait l'erreur et saurait l'encaisser et la traiter sans pour autant les punir horriblement... Pas une seconde elle avait craint d'un renvoie, non ; c'était plutôt la disgrâce et le manque de confiance qui allait suivre qui l'effrayait. Mais alors qu'elle s'était tendue toute entière, pendant les quelques secondes du début de l'échange, car elle avait mesuré l'importance de ce moment, elle avait compris combien Dan avait misé sur cet instant et combien elle avait bien plus craint qu'elle les conséquences de leur acte. Bien sûr, il n'était pas autant à son aise qu'elle à ce poste, à Poudlard - elle aurait du y penser, le ménager un peu plus sur ce plan-là. Mais son esprit fit instantanément volte-face : non. Tant pis pour lui, elle l'avait ménagé, justement, elle avait essayé d'y aller doucement, et il avait réagi comme un rustre ! Elle regarda ses mains tandis que Dan finissait de s'expliquer, et se sentit comme une enfant prise en faute, non pas par les autres mais par elle-même. Parfois, elle n'était pas si adulte qu'elle le devait, et elle le savait. Elle avait parfois l'impression de prétendre l'être et que les choses se faisaient le plaisir de lui rappeler qu'il n'en était rien. Quelque part, c'était logique : elle restait la petite fille chérie de son père, la préférée de ses frères, la seule et unique petite sœur... Si sa mère avait vécu et avait été normale, est-ce que la situation aurait été différente ? Probablement - mais en quoi, Heather ne le saurait jamais.

- Non, et j’espère qu’à l’avenir il n’y aura plus rien de ce genre… Je m’excuse encore pour cette situation, et je vous suis reconnaissant de ne pas être trop sévère, vraiment, je… Merci beaucoup.


Heather eut un sourire de gratitude envers la directrice qui, si elle gardait son sérieux, ne manqua pas de leur lancer un petit sourire amical et encourageant. Elle devait être une bonne mère, bien qu'un peu sévère - Heather avait toujours associé un rôle très maternel à cette femme qui, depuis 8 ans maintenant, était la figure de femme adulte à laquelle les élèves se référaient le plus.

Ils se levèrent et prirent congé. La jeune fille se rendit seulement compte, si tôt qu'ils se trouvèrent dans la couloir, qu'elle avait froid ; elle frissonna, car libérée enfin du stress qu'elle avait ressenti et de la douce chaleur du bureau, son corps se détendait. Elle serra ses bras autour d'elle-même, consciente du silence soudain pesant entre eux deux. Sans un mot, ils avancèrent vers leurs chambres, et Heather hésitait furieusement quant à la conduite à adopter : parler de tout et de rien, faire comme si de rien n'était ? Relancer la conversation sur le même sujet ? Lui rappeler qu'il avait été un abruti et que la réaction de Sar Wayland le prouvait ? Le rassurer ? Elle ne savait absolument pas quel chemin emprunter et opta pour le choix du silence ; du moins pour l'instant. Depuis qu'ils s'étaient disputés, Dan lui inspirait de la méfiance mêlée de crainte, outre toute la colère qu'elle avait ressentie. Malgré tout, il avait l'air si penaud et mal à l'aise qu'elle fit confiance à son instinct et laissa au temps le soin de lui rendre la parole, ce qu'il ne tarda pas à faire :


- Heather, je suis désolé. Je me suis comporté comme un abruti, parce que j’avais peur de perdre ce travail, et que je… Je ne suis pas doué pour admettre que j’ai tort, je suis resté bloqué sur mon idée et je sais que j’ai été horrible avec toi, un vrai crétin, et je m’en veux, je… Je t’ai accusé de beaucoup de choses, alors qu’au final, c’est moi qui ai été égoïste et malhonnête. Je suis désolé d’avoir menacé ton secret aussi, jamais je ne le révélerais, je… Hm, je ne suis pas doué pour ce genre de choses.

... C'était le moins que l'on puisse dire ; il buttait sur les mots et peinait à finir ses phrases, mais le principal y était. À vrai dire, c'était même bien plus que tout ce qu'elle avait imaginé - Dan, même en reconnaissant son tort, restait fier - et il lui sembla qu'un poids s'envola de son cœur et se dissipa dans l'air frais du couloir. Elle lui fit un grand sourire et s'arrêta net de marcher pour le regarder, ses yeux pétillaient et brillaient tout d'un coup d'un éclat bien plus joyeux et bien plus habituel. Son premier réflexe, naturel et un peu enfantin, fut se se hisser sur la pointe des pieds et de prendre Dan dans ses bras avant de lui piquer un petit bisou sur la joue. Elle était tout d'un coup si heureuse et soulagée qu'aucune retenue n'entravait ses gestes.

- Oh, merci, Dan, ça me fait vraiment plaisir que tu dises ça, s'exclama-t-elle de sa voix à l'accent chantant. Je suis contente que ça se soit bien terminé et que tout rentre dans l'ordre ! Moi aussi je suis désolée de... De t'avoir provoqué, enfin... C'était stupide tout ça - sa main balaya l'air dans le vide - je me sens mieux que tout soit derrière nous, ça m'a vraiment manqué de ne plus pouvoir faire équipe avec toi.

Un instant elle se tut - devait-elle lui rappeler combien il avait été odieux ? Ses excuses étaient sincères et maladroites : elle ne se voyait pas faire durer le malaise, pas maintenant. Elle n'en avait pas envie.

- Pas toi ? demanda-t-elle en souriant, pas très sûre d'elle mine de rien.

La jeune fille frissonna de nouveau - il faisait décidément froid dans les couloirs, à cause de la hauteur de plafond et des courants d'air - et, prise d'une idée subite, elle attrapa le bras de Dan qu'elle entraîna à sa suite. La proximité de son corps lui apporta un petit réconfort momentané et, accélérant le pas pour qu'ils se retrouvent vite dans le couloir où étaient leurs chambres, elle garda le silence, volontairement cette fois, lui adressant seulement un petit sourire mystérieux. C'était peut-être une idée étrange au vu de la situation, inattendue, et un peu étrange dans la mesure où ils n'avaient jamais vraiment fait ça, ici, à Poudlard, sauf quand parfois ils s'occupaient de tâches qui nécessitaient d'aller à l'extérieur... C'était peut-être inconsidéré aussi, des élèves pouvaient se trouver à Pré-au-Lard à n'importe quel moment ! Mais il n'était pas très tôt et surtout c'était la semaine - et à vrai dire, elle ne voulait pas se préoccuper de cela. Elle était simplement et particulièrement contente et soulagée et elle n'avait pas envie de la garder pour elle.

Quand ils arrivèrent devant leurs chambres respectives, Heather leva alors le voile de son petit mystère et lança à Dan un regard brillant :

- Pour fêter ça... Ça te dit qu'on aille boire un verre à Pré-au-Lard ?! Je sais, il est tard, mais... Elle frissonna encore, mais cette fois, autant de froid que d'excitation. Allez, viens ! Je prends juste de quoi me couvrir, et je suis prête !

En amorçant un mouvement vers la porte de sa chambre, elle comprit aux battements de son cœur combien la réponse de Dan était importante, combien elle espérait de nouveau sceller leur amitié avec cette petite promenade nocturne, et combien aussi il lui avait manqué de le côtoyer.

_________________



« I am the voice that always is calling you
I am the voice, I will remain »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Daniel O'Brien
Assistant de Défense contre les Forces du Mal



Masculin
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/09/2014

Feuille de personnage
Particularités: Comme tout le monde, je suppose...
Ami(e)s: Oui ?
Âme soeur: Non ?

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Lun 15 Fév - 19:36

L’atmosphère était devenue différente, à la fois plus légère et plus lourde, comme s’il y avait quelque chose dans l’air entre Heather et moi qui s’était épaissi et nous attirait l’un à l’autre, tous deux coincés dans cette histoire qui petite à petite s’évaporait et nous laissait respirer à nouveau. Mes excuses étaient toutes aussi étranges, à la fois lourdes de la maladresse dont elles étaient empruntes, mais plus je continuais, plus quelque chose se déliait. Enfin, le casse-tête trouvait sa solution, comme si j’avais amorcé le bon mouvement, celui que je cherchais depuis des semaines. J’étais tellement habitué à suivre mes méthodes que je pensais justifiées puisque basées sur mes expériences, que j’avais presque oublié que j’en faisais encore, des expériences, et que je ne savais pas encore tout. J’étais étonné aussi, au fond, qu’Heather ait réussi à me faire changer d’avis… Je ne savais pas trop pourquoi et comment elle avait réussi ; moi qui était si têtu, je me retrouvais à m’excuser, tout penaud, devant cette fille qui n’arrêtait pas d’osciller dans mon estime. C’était comme s’il y avait deux Heather, celle que j’avais connu, avant, que j’avais décidé de détester, et celle qu’elle était aujourd’hui, elle-même finalement, et dont la différence avec l’image pré-faite que j’avais construite me chiffonnait. Maintenant que je repensais à toute notre histoire, en particulier cette fameuse soirée, je me demandais… Si je n’avais pas eu mes torts, aussi. Bien sûr, Heather avait joué avec ce qu’elle savait être une proie facile, parce que j’avais une peine de cœur, que j’avais bu, et qu’elle m’avait toujours attiré, mais j’avais aussi cédé, à ma façon, rentrant dans son jeu et m’en offusquant par la suite. Après tout, j’avais cédé… Je balayais cette pensée d’un geste de la tête. C’était trop tôt pour me remettre autant en question.

C’était intriguant… Depuis que la véritable Heather prenait le pas sur cette image que j’avais d’elle, me surprenait à retrouver en elle ces choses qui avaient fait battre mon cœur d’adolescent. Ses cheveux enflammés, ses longues jambes, l’éclat dans ses yeux, son sourire énigmatique et à la fois charismatique, sa vivacité d’esprit et son humour piquant... J’avais presque oublié qu’elle était tout ça aussi, finalement.

Au moment-même où je pensais à tout cela, Heather eut un immense sourire et me fît un câlin, piquant un baiser sur ma joue, me laissant à la fois perplexe et un peu gênée d’une telle démonstration d’affection.


- Oh, merci, Dan, ça me fait vraiment plaisir que tu dises ça. Je suis contente que ça se soit bien terminé et que tout rentre dans l'ordre ! Moi aussi je suis désolée de... De t'avoir provoqué, enfin... C'était stupide tout ça je me sens mieux que tout soit derrière nous, ça m'a vraiment manqué de ne plus pouvoir faire équipe avec toi. Pas toi ?
- Oui, oui,
ajoutai-je rapidement, à nouveau un peu gêné et honteux en repensant à mon comportement. Moi aussi ça m’a… Manqué, achevai-je maladroitement.

En vérité, je me sentais senti étrangement seul ces dernières semaines, Poudlard était devenu plus… Intimidant. Avec Heather, j’en apprenais les secrets, les petits filons, les passages secrets, les traditions, comme si elle était un peu un petit guide, sans jamais s’en donner non plus la prétention. J’étais trop fier pour admettre que j’appréciais cela, car ça donnait une sorte de supériorité à Heather, qui savait tout sur Poudlard, qui y avait été étudié, et moi qui jalousais au fond. Outre cela, je réalisais que travailler seul, bien que j’appréciais l’indépendance que cela me donnait, était beaucoup moins amusant que travailler en duo avec Heather, et beaucoup plus fatiguant aussi. Evidemment, l’admettre à voix haute me gênait trop, et je me sentis à nouveau honteux de voir comment Heather me pardonnait, elle, aussi vite, et était tout à coup aussi sincère et enjouée avec moi. Nous marchâmes ensemble vers nos chambres, et je n’osais pas trop ajouter d’autre chose, un peu coincé dans ma gêne et à la fois secoué par le dénouement et le soulagement qu’il m’apportait.


- Pour fêter ça... Ça te dit qu'on aille boire un verre à Pré-au-Lard ?! Je sais, il est tard, mais... Allez, viens ! Je prends juste de quoi me couvrir, et je suis prête !

Surpris, je ne répondis pas de suite, car quelque chose en moi s’était contracté. Encore une fois, Heather faisait preuve d’une sympathie impressionnante contenue de la situation, et même si j’étais beaucoup plus grand et large qu’elle, j’avais à nouveau la sensation d’être minuscule.

- Euh, oui… Oui, ça me ferait super plaisir, je… Merci, lâchai-je, alors qu’Heather était sur le pas de sa porte. Elle se retourna, et je soutins son regard. Merci de ne pas être aussi odieuse que moi, essayai-je de plaisanter.

Elle prit sa veste, puis nous nous arrêtâmes pour que j’en prenne une aussi. Au passage, j’attrapai le casse-tête que j’avais envoyé, et le reposai sur mon bureau, avec un petit sourire. Je savais que demain, en me penchant dessus, mon approche serait surement différente. Je suivis ensuite Heather dans les couloirs, avant de sortir du château. Dehors, l’air était frais, et j’enfonçai un peu plus mon bonnet sur mes oreilles. Mes cheveux avaient poussé et je me fis la réflexion qu’il me faudrait les couper bientôt. Nous marchâmes en discutant tranquillement, nos pas feutrés s’imprimant dans la très légère couche de neige, jusqu’à rejoindre Pré-au-Lard dont l’atmosphère était beaucoup plus enjoué. Les réverbères baignaient les rues d’une lumière chaleureuse, et éclairaient les petits flocons qui tombaient encore de temps en temps, portés par le vent froid qui embrassait nos joues. On pénétra dans les Trois Balais ; il faisait chaud, le bar était bruyant mais pas trop, et on s’installa tranquillement à une table. La flamme de la bougie se reflétait dans les pupilles brillantes d’Heather, et je lui souris.


- Je vais commander, c’est moi qui invite ce soir, précisai-je.

Je jouai un peu des coudes au bar, commandai deux bierraubeures, et revint m’installer face à Heather qui souriait toujours. Elle avait vraiment un joli sourire, pensai-je, et je lui souris en retour. Ce n’était pas la première fois que nous venions ici, et j’étais contente de retrouver cette petite habitude de boire un coup après une longue journée.


- Si tu savais combien de fois on a m’a parlé de ce bar… Je me suis toujours demandée qu’est-ce qu’il avait de si spécial, mais maintenant je crois que je comprends un peu. Ça ressemblait à quoi, les soirées ici, quand tu étais à Poudlard ? Je parie que tu as déjà dansé sur l’une de ces tables, riai-je. Je jetai un coup d’œil circulaire à la salle, remarquant un paquet de carte laissé en vrac sur l’une des tables. D’un coup de baguette, je le fis voler jusqu’à moi. Je te rappelle que j’ai ma revanche à prendre pour ma dernière défaite à la bataille ! Dis-je avec entrain, comment à distribuer les cartes d’un air entendu. Sinon, euh, tu vas bien ? Je veux dire, ces dernières semaines, tout va bien pour toi ?

J’avais hésité, mais après tout, je voulais lui prouver que j’étais de bonne foi, et j’avais beaucoup à rattraper depuis notre dernière véritable conversation.

_________________


My thoughts are crabbed and sallow,
My tears like vinegar,
Or the bitter blinking yellow
Of an acetic star.

Tonight the caustic wind, love,
Gossips late and soon,
And I wear the wry-faced pucker of
The sour lemon moon.

While like an early summer plum,
Puny, green, and tart,
Droops upon its wizened stem
My lean, unripened heart.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Heather Lass
Assistante de Potions



Féminin
Nombre de messages : 2346
Localisation : Un peu d'intimité, c'est possible, oui?!
Date d'inscription : 05/11/2007

Feuille de personnage
Particularités: Irlandaise et fière de l'être & Animagus non déclaré (renard polaire)
Ami(e)s: Les meilleures sont un peu épartillées, mais elles restent : Lyra, Megane, Haley, Lilian, Katie, Gab
Âme soeur: “I am the voice in the wind and the pouring rain, I am the voice of your hunger and pain, I am the voice that always is calling you, I am the voice, I will remain”

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Lun 22 Fév - 18:02

- Euh, oui… Oui, ça me ferait super plaisir, je… Merci. Merci de ne pas être aussi odieuse que moi.

Dan avait prononcé ces mots alors qu'elle allait entrer dans sa chambre ; un instant elle s'arrêta et lui sourit, puis s'éclipsa quelques instants. Un coup d'oeil dans le grand miroir légèrement terni par le temps, sur la porte de sa commode en bois patiné, lui rappela qu'elle n'avait pas du tout la tenue qu'elle jugeait adéquate pour aller boire un verre en compagnie mais... Mais elle avait peu de temps et, surtout, elle n'assumait pas de se changer même en vitesse et que Dan le remarque et y voit quelque tentative obscure dont elle-même n'était pas encore certaine. Elle troqua juste ses chaussures simple contre des bottines noires à talons, donna un coup de baguette magique à ses cheveux pour qu'ils tombent parfaitement sur ses épaules, et étudia son maquillage : ses yeux étaient encore légèrement maquillés et elle passa un peu de rose sur ses lèvres. Puis elle attrapa son écharpe et son manteau couleur émeraude, s’emmitoufla dedans et rejoignit Dan dans le couloir qui s'était lui aussi arrêté pour se vêtir plus chaudement. Ils se mirent en chemin. Les couloirs étaient déserts, et ils débouchèrent ensuite dans le parc pour le traverser et se diriger vers Pré-au-Lard. Heather ressentit un léger frisson d'excitation comme si elle était ramenée quelques années en arrière, quand faire une telle chose, un soir, était interdit et qu'elle bravait les règles. C'était stupide bien sûr car ils en avaient le droit, mais quand elle croisa le regard de Dan il parut aussi enjoué qu'elle de cette petite escapade nocturne. Elle avait rabattu sa capuche bordée de fourrure noire sur sa tête car le froid était mordant et il neigeait très légèrement ; sous ses pieds la neige crissait doucement, blanche et légère, presque surréelle dans la noirceur de la nuit. La lumière plus chaude de la rue marchande de Pré-au-Lard, pourtant moins peuplée à cette heure, offrait comme un petit havre de chaleur au milieu de la forêt enneigée. Ils s'installèrent aux Trois Balais, dans la petite salle chaleureuse à l'ambiance boisée du pub sorcier. Il y avait peu de monde, mais juste assez de personnes pour donner un bruit de fond à l'endroit illuminé par un gros feu de tourbe dans les petites cheminées - l'une brûlait juste à côté de la table qu'ils choisirent, et Heather enleva son manteau et son écharpe pour se mettre à l'aise et se laisser caresser par la douce chaleur qui émanait de l'âtre. Les Trois Balais était comme Poudlard pour elle : un genre de deuxième maison, un endroit si familier qu'on a l'impression de ne jamais le quitter, sans toutefois y penser trop souvent comme quelque chose de rare ou que l'on n'a plus. Elle s'y sentait parfaitement à l'aise - et si tous les souvenirs qui le peuplaient n'étaient pas forcément à un même degré d'égalité, ils étaient majoritairement bons et agréables. Combien de soirées avec ses amis avait-elle faites ici ! Combien de verres partagés avec Katie, Lilian, Gabrielle et toutes les autres ! Combien de rencontres aussi - Phil, Theo, etc - plus ou moins mémorables ; bref, combien de découvertes adolescentes ! Cela lui faisait plaisir de partager cet endroit avec Dan maintenant, lui qui était un peu de chez elle, ici et là-bas, lui qui avait aussi partagé ses années d'adolescente, dans un autre endroit... Parfois, quand elle repensait à leurs soirées en Irlande, leurs relations, et ce baiser qu'ils avaient échangé quand elle profitait pleinement du béguin qu'il avait pour elle, le rouge lui montait aux joues. Elle fut heureuse qu'en cet instant, la chaleur de la cheminée et de la pièce contrastant avec le froid qu'ils avaient traversé puisse expliquer la rougeur de son visage.

- Je vais commander, c’est moi qui invite ce soir, dit Dan en se levant pour aller vers le bar.

Heather n'eut pas d'autre choix que de le laisser faire, et après une minute elle sentit que ses joues la brûlaient encore et décida d'enlever son pull pour se retrouver en t-shirt blanc à dentelle. Dan revint avec deux grandes bièraubeurres fraîches qu'il posa entre eux deux, puis s'installa en face d'elle. Ses cheveux brillaient dans la lumière cuivrée du bar et Heather se fit la réflexion qu'il avait décidément de beaux cheveux, bien qu'un peu longs ; elle détourna le regard, consciente qu'elle le fixait avec un peu trop d'attention, et eut un petit sourire. Maintenant qu'il s'était excusé, c'était comme si tout avait été effacé, et elle sentait de nouveau cette petite attirance, cette aura qu'il dégageait qui l'intriguait et l'effrayait un peu à la fois. Dan pouvait s'avérer être un formidable compagnon comme un bloc de glace au caractère revêche, et si ces changements indisposaient Heather, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir à la fois attirée et repoussée, comme un aimant à la polarisation sans cesse changeante.


- Si tu savais combien de fois on a m’a parlé de ce bar… Je me suis toujours demandée qu’est-ce qu’il avait de si spécial, mais maintenant je crois que je comprends un peu. Ça ressemblait à quoi, les soirées ici, quand tu étais à Poudlard ? Je parie que tu as déjà dansé sur l’une de ces tables !

Elle rit avec lui, un peu gênée d'être percée à jour si facilement, mais elle ne laissa rien paraitre ; elle avait au moins à son avantage une formidable maîtrise d'elle-même et un paraître toujours charmeur et agréable qui pouvaient l'aider à dissiper la poignée d'émotions assez fortes qu'elle pouvait ressentir.

- Ça ressemblait... Un peu à la même chose que ça en plus animé, parce qu'on arrivait en groupes et qu'on pouvait surtout sortir le samedi soir ! Du coup l'endroit était beaucoup plus rempli, avec de la musique pour danser... Et des tables, c'est vrai, rajouta-t-elle en riant. Pendant mes dernières années, le rituel c'était d'y aller avec Katie - elle se demandait si Dan se souvenait de Katie qui était venue deux étés chez elle en vacances - et de commencer la soirée tranquillement, avant que les autres arrivent. Ensuite, eh bien... C'était sûrement un peu comme les soirées que tu as connues toi aussi, les gens boivent, dansent, trop parfois...

Elle but une gorgée de sa bière après avoir trinqué avec lui, en se demandant si elle s'aventurait dans le domaine des flirts qu'elle avait pu avoir, mais ne se sentit pas assez à son aise, tout d'un coup.

- Le plus drôle, c'était presque le retour à Poudlard, quand on devait emprunter le passage secret pour ne pas se faire repérer, c'était toujours un peu le suspens de savoir si la soirée allait bien se terminer ou pas. Pour le coup, j'étais un peu avantagée, enfin, tu sais...

Elle lui jeta un rapide coup d’œil ; forcément c'était bien plus simple de se faufiler sous la forme d'un animal, mais c'était la première fois qu'elle re-évoquait le sujet depuis leur dispute.

- Je te rappelle que j’ai ma revanche à prendre pour ma dernière défaite à la bataille ! dit alors Dan en saisissant le paquet de cartes au vol. Sinon, euh, tu vas bien ? Je veux dire, ces dernières semaines, tout va bien pour toi ?

La chaleur du pub avait assoiffé Heather qui avait bien entamé son verre ; quand elle se rendit compte que la tête commençait légèrement à lui tourner, mais de manière très agréable, elle se dit qu'il fallait qu'elle ralentisse un peu - bien que la sensation de laisser aller était très agréable et qu'elle prenait plaisir à se sentir un peu plus aérienne. Son rire résonna de nouveau, toute prête qu'elle était à affronter de nouveau Dan à la bataille ; la suite de sa phrase la prit un peu de court et quand elle croisa son regard elle nota qu'il était très légèrement gêné lui aussi. Et puis, il avait eu cette manière de se racler la gorge juste avant de parler, comme quand il n'était pas trop trop sûr de lui. Ils distribuèrent les cartes, et juste avant de commencer, elle répondit :

- Oui, plutôt bien, même si... J'étais embêtée, évidemment. Du coup, la charge de travail était un peu plus pesante et j'avais moins envie de m'y mettre, peut-être aussi à cause de la période de l'année et toutes les copies en plus à corriger ces derniers temps. Ça te fait ça, toi aussi ? Et toi, ces dernières semaines ?... Elle réfléchit une seconde avant de poursuivre : Qu'est-ce que tu préfères, d'ailleurs, dans ce boulot ?

Comme elle n'avait pas sa propre réponse à cette question, mis à part le fait qu'elle aimait être à Poudlard, elle commença à retourner ses cartes sur la table et le tourbillon du jeu les emporta tous deux très vite - ils avaient la même passion de la compétition.

- Celui qui gagne ce soir doit faire découvrir à l'autre un endroit particulier, d'accord ? lança-t-elle avec un petit sourire mutin, pour pimenter le jeu, tout en se laissant glisser doucement mais sûrement dans la sensation particulièrement agréable de partager un moment avec Dan en dehors de leurs obligations, comme s'ils étaient définitivement devenus amis.

_________________



« I am the voice that always is calling you
I am the voice, I will remain »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Daniel O'Brien
Assistant de Défense contre les Forces du Mal



Masculin
Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 03/09/2014

Feuille de personnage
Particularités: Comme tout le monde, je suppose...
Ami(e)s: Oui ?
Âme soeur: Non ?

MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   Dim 6 Mar - 21:38

Les choses allaient-elles revenir à la normale ainsi, facilement, comme si rien ne s’était passé ? Je me demandais si Heather était aussi rancunière que je l’étais, et si c’était le cas, j’allais pouvoir m’armer de patience pour me racheter. En même temps, j’étais censé comprendre, non ? Puisque moi-même, je n’avais jamais tout à fait digérer ce qu’elle m’avait fait il y a des années… Quand j’y pensais parfois, pendant un instant, j’avais l’impression d’être un gamin capricieux, mais juste après, je me remémorais ce qui s’était passé exactement et c’était comme si je m’approuvais tout seul d’un air entendu qui justifiait parfaitement mon comportement. Je jetai un coup d’œil à Heather tandis qu’elle prenait le verre que je lui tendais. Sous les lumières tamisées du bar, elle était moins pâle que d’habitude, et ses taches de rousseur fondaient sur ses joues. Elle me faisait un joli sourire, visiblement heureuse de la situation. Je me décidai à lui sourire en retour aussi. Après tout, ce soir, je pouvais bien essayer de me faire pardonner...

- Ça ressemblait... Un peu à la même chose que ça en plus animé, parce qu'on arrivait en groupes et qu'on pouvait surtout sortir le samedi soir ! Du coup l'endroit était beaucoup plus rempli, avec de la musique pour danser... Et des tables, c'est vrai. Pendant mes dernières années, le rituel c'était d'y aller avec Katie et de commencer la soirée tranquillement, avant que les autres arrivent. Ensuite, eh bien... C'était sûrement un peu comme les soirées que tu as connues toi aussi, les gens boivent, dansent, trop parfois...

Je me rappelai de Katie, une grande brune qui était venue une ou deux fois un été voir à Heather, à l’époque où nous étions en froid, mais le nombre de jeunes dans notre village m’empêchait un peu de l’éviter. L’été surtout, nous sortions beaucoup au même bar, tous ensembles, en bande, et Heather avait ramené son amie plusieurs fois. Je ne lui avais pas spécialement parlé, puisque j’évitais Heather le plus possible, mais je me rappelais qu’elle était souriante et dynamique. Je me crispai légèrement quand Heather parla de ces soirées que j’avais sûrement connues, parce que si j’en avais eu quelques-unes, c’était principalement l’été quand tout le monde rentrait, et parfois lors de mes stages, mais généralement mes collègues étaient plus âgés et moins festif… J’avais l’impression qu’Heather pensait que mes années en stage, mes années plus « adultes », étaient beaucoup plus intéressantes et passionnantes qu’elles ne l’avaient vraiment été. Evidemment, j’étais content d’avoir eu ces expériences professionnels, et je les enjolivais le plus possible, car elles étaient tout ce que j’avais pour affronter ceux qui avaient un diplôme de Poudlard. Je gardai contenance devant ce que je venais de dire Heather, essayant de cacher la pointe de jalousie qui commençait à naître en moi.

- Le plus drôle, c'était presque le retour à Poudlard, quand on devait emprunter le passage secret pour ne pas se faire repérer, c'était toujours un peu le suspens de savoir si la soirée allait bien se terminer ou pas. Pour le coup, j'étais un peu avantagée, enfin, tu sais...

La jalousie gonfla légèrement dans ma gorge. Bien sûr, avec sa transformation, elle pouvait facilement passer inaperçue… C’était la première fois qu’elle mentionnait son secret depuis la fois où elle me l’avait révélé, et je voyais bien qu’elle essayait de rire et de bavarder dessus comme si c’était normal, et à la fois, ça l’était non ? C’était une part d’elle, et je ne pouvais pas prétendre que ce n’était pas intéressant et surtout admirable qu’elle ait de tels pouvoirs… Un peu avantagée… Hm, ça c’était sûr qu’elle l’était, à bien des égards. Je me demandais si elle s’en rendait compte.

- Tu sais, à part les soirées l’été quand toute la bande revenait, je n’ai pas trop eu l’occasion, pendant mes stages la plupart de mes collègues étaient plus sérieux et âgés, même si ça m’est arrivé bien sûr, ajoutai-je avec empressement. Mais les soirées à Poudlard avaient l’air impressionnantes, j’aurais bien aimé t’y voir tiens, plaisantai-je, pour me donner un peu contenance.

Je me sentais presque stupide d’avoir abordé un sujet qui me pinçait toujours le cœur, parce que j’étais terriblement envieux et qu’Heather parlait de ses années à Poudlard avec beaucoup trop de joie pour que je ne sois pas jaloux. Mais en même temps, j’aimais bien l’avoir à mes côtés pour me raconter ce genre de choses, surtout maintenant que j’étais au château pour en faire un peu l’expérience… C’était frustrant. J’avais l’impression de ne pas tout à fait savoir ce que je voulais. Pour rebondir, je demandais à Heather comment elle allait, conscient en même temps que je n’allais peut-être pas trop apprécié la réponse que je pouvais déjà deviner…


- Oui, plutôt bien, même si... J'étais embêtée, évidemment. Du coup, la charge de travail était un peu plus pesante et j'avais moins envie de m'y mettre, peut-être aussi à cause de la période de l'année et toutes les copies en plus à corriger ces derniers temps. Ça te fait ça, toi aussi ? Et toi, ces dernières semaines ?... Qu'est-ce que tu préfères, d'ailleurs, dans ce boulot ?

J’hochai la tête à ce qu’elle disait, un peu gêné mais pas surpris. Je ne tenais pas spécialement à ce que l’on revienne sur ce qui s’était passé, mais en même temps je lui devais aussi bien ça.

- C’est vrai que parfois c’est mieux de travailler à plusieurs… Moi qui avais toujours préféré travailler en solitaire, c’était étrange à admettre, mais pas question de dire à Heather que je trouvais que nous formions une bonne équipe. C’était un peu trop en une soirée. Je ne sais pas, j’étais un peu plongé dans le travail du coup je n’ai pas trop réfléchi, mais c’est vrai que j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus à faire ! Je ne sais pas ce que je préfère ?... Hm, être à Poudlard peut-être, honnêtement ?

J’haussai les épaules, pas trop sûr de la tournure que risquait de prendre la conversation. Heureusement, la partie de carte allait alléger l’atmosphère, je le savais, même si nous prenions ça tous les deux avec beaucoup de sérieux, trop peut-être, parce que nous étions mauvais perdant mais surtout très bon gagnant.

- Celui qui gagne ce soir doit faire découvrir à l'autre un endroit particulier, d'accord ?

J’eus un rire – nous avions commandé un nouveau verre, et je commençai à avoir doucement chaud. Je répondis à son regard pétillant, le mien brillant sûrement devant ce défi. On continua la partie, en enchaînant plusieurs, comptant les scores, tout en discutant de plus en plus joyeusement. Les verres s’enchaînèrent aussi, mais pas trop non plus, juste de quoi nous rendre un peu plus euphorique mais surtout détendu après les dernières semaines et le moment gênant dans le bureau de la directrice. Petit à petit cependant, je m’énervais, car Heather gagnait et creusait l’écart, ce qui l’amusait beaucoup.

- Non mais je te laisse gagner pour que tu me montres un endroit secret ici, en fait, expliquai-je alors qu’elle pouffait de rire. Je sentis que, sans me poser trop de question, que j’éclatai de rire aussi. Ma poitrine qui me semblait étrangement serrée depuis quelques temps s’était enfin allégée, et je savais que si cette situation avait été un puzzle non résolu, je venais définitivement de trouver la pièce manquante.

(Terminé)

_________________


My thoughts are crabbed and sallow,
My tears like vinegar,
Or the bitter blinking yellow
Of an acetic star.

Tonight the caustic wind, love,
Gossips late and soon,
And I wear the wry-faced pucker of
The sour lemon moon.

While like an early summer plum,
Puny, green, and tart,
Droops upon its wizened stem
My lean, unripened heart.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Pièce Manquante. (H.L)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pièce Manquante. (H.L)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pièce manquante de la centrale
» « Le monde est un théâtre, mais la pièce est mal distribuée. » • Alix&Holden
» Valeur ajoutée et pièce rapportée [John & Hayden]
» [Réservé] La Maîtrise du Soru
» Episode 457 One piece

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: 7ème étage :: Bureaux de la directrice et du directeur-
Sauter vers: