RSS
RSS
Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)

 

Partagez | 
 

 Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Daisy Daniels
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 173
Localisation : Dans le parc! Ou la bibliothèque! Ou la salle commune! Ou les couloirs! Eh attends, si j'explorais les cuisines?
Date d'inscription : 09/08/2014

Feuille de personnage
Particularités: J'espère bien en avoir des tas !
Ami(e)s: Oh oui, pleins ! Toi, d'ailleurs, j't'aime bien.
Âme soeur: ???

MessageSujet: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Sam 9 Aoû - 22:35

C’était vraiment trop bête que les sorciers doivent se cacher des « moldus » (je ne m’habituais pas à ce mot, mais bon) parce que franchement en rentrant des cours, comment j’allais faire pour arrêter de faire du Quidditch ? C’était trop cool, pas question de m’en passer pendant deux semaines, pire encore, deux mois ! A la limite, peut-être que si je vendais à Maman un après-midi à la campagne, je pourrais trouver un endroit tranquille pour en faire, mais pour ça, il me faudrait un balai. Pas sûr que Maman accepte ça, par contre. Déjà, c’était cher, et en plus je sais pas trop où on pourrait le stocker dans l’appartement. N’empêche que l’idée de descendre du sixième étage en balai jusqu’au rez-de-chaussée, c’était la classe. Je me demandais bien ce qu’aurait dit la caissière du supermarché d’à côté – celle avec sa permanente raté qui était toujours désagréable et rendait mal la monnaie – si je débarquais dans le magasin en balai pour acheter le repas du soir. C’était trop bête aussi que je ne puisse pas faire de la magie hors de Poudlard, parce qu’une nouvelle fois, qu’est-ce que ça aurait été pratique et drôle ! J’imaginais déjà toutes les possibilités de blagues qui s’ouvraient à moi, et j’étais frustrée de ne pas pouvoir les mettre en pratique. Je crois que ça avait rassuré ma mère de savoir ça d’ailleurs. Faut dire qu’elle était un peu fatiguée de mon « énergie débordante » comme disait ma tante, mais qu’elle ne se réjouisse pas trop vite, magie ou pas, j’avais toujours de nouvelles idées ! Si ma mère et ma tante étaient trop plan-plan, c’était pas ma faute !

Le problème du Quidditch, c’est que c’était LE sport ici. Et ça n’avait pas que des avantages… Pourquoi personne n’avait créé un club de judo, ou de tennis ? Il n’y avait même pas de terrain de foot ou de piscine ! Pire encore, y en avait pleins qui ne connaissent rien à tous ces sports. A l’école, on se moquait toujours des filles qui ne connaissaient pas les règles du football, mais ici, y avait un tas de mecs qui n’y connaissaient rien, ce qui me faisait assez rire. Mais bon, j’étais quand même frustrée, mais heureusement, découvrir la magie suffisait à satisfaire ma curiosité pour le moment, parce que c’était vraiment tout un monde à découvrir ! Moi qui avais peur de m’ennuyer au collège, clairement, je n’étais pas prête pour ce qui m’attendait ! Maman avait cru à une caméra cachée au début, évidemment, et j’avoue que moi aussi ça me paraissait improbable. Mais j’étais une sorcière ?! Si c’était pas trop cool ça, franchement ! Mais bon, y avait quelques trucs qui me manquaient de chez moi – pardon mais un ordinateur, quand même ?! Certains sorciers ne connaissaient même pas Wikipédia, et pour certains devoirs à rendre, ça aurait plus pratique que d’éplucher des bouquins entiers, mais passons.

Même si j’aimais bien lire de toute façon, cet après-midi, j’avais prévu du sport justement, et pas du Quidditch. Il y avait une bande de garçons à Gryffondor, qui était tous des sorciers et ne connaissaient rien en art martiaux. Ils m’avaient un peu cherché en me disant que les filles ne savaient pas se battre, alors évidemment, je m’étais faite une joie de leur prouver le contraire ! Après un bon coup de pied latéral, vestige de mes six mois de judo – j’étais passé au karaté après, puis à l’aïkido – qui avait calmé l’un d’eux, un certain Tom, ils avaient tous admis ne rien y connaître, et je leur avais proposé de leur apprendre quelques prises. Nous nous retrouvâmes donc dans le parc, et j’avais troqué ma robe de sorcière pour un short en toile évasé et confortable, et un débardeur noir avec écrit en grosses lettres dorées « BADASS » sur ma poitrine qui me gênait – fichue puberté. Les cheveux remontés en queue de cheval, je m’étais appliqué à faire le fameux salut du début des combats, avant de m’amuser comme une folle à faire la professeure. Les garçons étaient trois, Tom, Dean et Thomas, et c’était trop drôle de les voir essayer de faire les malins alors que d’un coup de poing dans leurs ventres, ils se calmaient direct. Ils essayaient de riposter quand je les maltraitais un peu, mais je connaissais mes parades, et ça m’amusait beaucoup de les voir se fatiguer tour à tour. Au bout d’un moment, ils acceptèrent de m’écouter un peu plus, et je leur montrais des prises amusantes, comment mettre quelqu’un à terre, les clefs de bras, et au bout d’un moment, nous nous égarâmes tous un peu et cela finit un joyeux bordel qui nous fîmes tous beaucoup rire. Honnêtement, j’étais un peu épuisée ! Faut dire que j’avais veillé tard hier soir pour finir mon livre, et je m’étais levée tôt pour ne pas rater le petit déjeuner, parce que le samedi matin il y avait des pancakes qui étaient vraiment trop bons. Pas question de passer à côté.

Malheureusement, cela finit par tourner un peu au vinaigre lorsque dans une bataille générale de chatouilles, Thomas tenta de me toucher la poitrine – discrètement ou pas ? – ce qui lui valut de ma part un coup de poing dans le nez. J’y étais peut-être allé un peu fort, parce qu’il y eut un bruit bizarre et qu’il se mit à saigner du nez en gémissant de douleur. Bon, ok, ça c’était peut-être pas prévu, mais il l’avait cherché ! Et il avait pas l’air très fier de lui. Les deux autres remontèrent en vitesse à l’infirmerie tandis que j’haussai les épaules, un peu désolée, avant de me laisser tomber dans l’herbe à côté de mon sac. J’avais un peu de sang sur les doigts et le dos de la main, et je l’essuyais un peu négligemment, m’allongeant dans l’herbe fraîche. Pfiou, c’était pas tout ça, mais moi j’étais fatiguée… Je fermai les yeux un instant, me sentant plonger malgré moi dans un demi-sommeil peuplé de rêves étranges.

Mais je sentais encore la fraîcheur de l’herbe sur ma peau, et j’entendais un peu autour de moi… Et puis il y avait ce… Quelque chose… Je bougeai légèrement, à moitié endormie. Mais quelque chose clochait ?...


- Aaaaaaaaaaaaaaah ! M’écriai-je en sursautant, réalisant que quelqu’un était en train de m’embrasser, ou plutôt de me baver dessus : en me m’agitant, un crapaud avait sauté sur le sol. Encore assise, je m’essuyais la bouche en pestant un peu, fusillant le batracien du regard. Bon, ça va je vais te manger, tu peux venir t’excuser, lui dis-je.

La petite bestiole s’approcha de moi, coassant, et accepta même de monter dans mes mains - il y avait encore un peu de sang séché sur celle de droite. La surprise passée, je remarquai que non loin, un garçon était en train de rire à moitié. Visiblement, c’était le propriétaire de la bête. J’haussai le sourcil en sa direction.


- J’espère que t’embrasse mieux que ton crapaud, l’apostrophai-je , l’invitant aussi à venir. Maintenant que j’étais aussi intime avec son animal, je pouvais bien le connaître lui. C’est pas censé se transformer un prince charmant ces trucs-là quand on les embrasse ? Je croyais que les légendes de chez moi, j’hésitai un instant avant de me reprendre, enfin des moldus, elles étaient vraies chez les sorciers. Je suis un peu déçue, concluai-je en continuant d’observer le crapaud. C’est quoi son nom ? Je voulais un crapaud aussi, mais depuis que mon élevage secret de grenouilles s’est échappé dans mon appartement, ma mère refuse tout batracien, ajoutai-je pour l’anecdote, relevant ensuite mon visage vers le garçon qui semblait assez amusé de la situation.

_________________


« If people were rain, I was drizzle and she was hurricane. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alistair Callaghan
Élève de 4ème année



Masculin
Nombre de messages : 486
Date d'inscription : 17/10/2011
Célébrité : Robert Sheehan

Feuille de personnage
Particularités: Mon crapaud est magique... *regard mystérieux*
Ami(e)s: Daisy, la plus fun qui soit ; Adam, le meilleur de tous !
Âme soeur: Mon âme et ma soeur sont deux choses distinctes; mais en aucun cas je ne confierais mon âme à ma soeur.

MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Lun 11 Aoû - 0:04

Vous savez, l'âge bête, les poussées d'hormones, les affres de l'adolescence et tout le tintouin ? Eh bien, ce n'était pas une légende. Et croyez-moi, c'était même pire que tout ce que l'on pouvait imaginer. Parce que, entendons-nous bien : moi le premier, quand j'avais été à ce bal de Noël avec Millicent, une préfète de ma maison, et que nous nous étions embrassés, cela avait alors ouvert à mes yeux de sacrées perspectives. Dans ma vie, Ivy avait été la seule et unique personne de la gente féminine qui avait de la valeur ; après cela, subitement, j'avais découvert que nombre de filles pouvaient être jolies et attirantes, et que je ne leur étais pas indifférent... Bien sûr, pas toutes. Il y avait les moches, les insignifiantes, les potables, et puis, les jolies filles. Ces dernières étaient plus rares mais, diable ! Je n'étais pas non plus uniquement obsédé par ces affaires - j'y prenais goût, comme tous les garçons. Pas plus.

Hélas... Ce n'était pas le cas de tout le monde. J'ignorais quel âge exactement avait Adam, mon crapaud visqueux et relativement infâme, mais néanmoins mon plus fidèle compagnon. Comme nous nous étions rencontrés de manière assez singulière (les pièces de monnaie, les flaques, son petit pouvoir secret - je ne vais pas revenir dessus à chaque fois), il m'était impossible de juger de son âge. Mais, à vue de nez, j'avais estimé à une vingtaine d'années de crapaud. Eh bien ! Il s'avérait plutôt qu'Adam était un adolescent en pleine crise, et que flirter avec la gente féminine lui avait fait perdre une sacrée partie de son bon sens. Ma raison me disait évidemment d'attendre sagement que les choses se tassent et lui passent - ma patience se perdait sacrément en route, et je devais prendre sur moi pour ne pas le laisser dans le fond de ma poche toute la journée tellement il pouvait se montrer insupportable. Après ma petite histoire avec Daphne (qui s'était terminée, toutes les bonnes choses ont une fin, surtout celles pour lesquelles je n'avais pas d'attentes particulières), je papillonnais bien évidemment, profitant de ma liberté d'action. Ivy était toujours dans un coin de mon cerveau - elle avait été la première à en franchir les barrières - mais c'était un jeu et nous le savions très bien ; l'un comme l'autre, nous évoluions dans notre domaine, nous jaugeant uniquement de ces regards qui ne parlaient qu'à nous. Elle ne lâcherait pas prise la première - moi non plus. Toujours est-il que j'avais suffisamment de quoi m'occuper, entre Fergus, Cassie, Lizzie et toute la clique de nos imbéciles d'aînés, l'affaire n'était jamais simple.

Enfin ! Ce n'était pas là du tout que je voulais en venir ; c'était aux problèmes hormonaux de mon cher crapaud. Dorénavant, dès qu'il voyait une fille qui lui plaisait, il se mettait à baver (et donc à empester), ses yeux devenaient ronds comme des billes et jaune comme une citrouille moisie, il se mettait à roucouler (eh oui, qui l'eut cru ?), il ne tenait plus en place, il pouvait même se mettre à croasser comme un demeuré, jusqu'à attirer l'attention de sa tendre et chère. Après quoi, selon la réaction de sa mie, mon quotidien était un peu bouleversé : option numéro 1), l'affaire était réciproque et mon crapaud était transi d'amour, option numéro 2), elle n'avait eu que faire de lui et il entrait dans une phase dépressive, option numéro 3), elle avait laissé planer le doute et Adam devenait une espèce de chose montée sur ressorts et sous acide.

Difficile. Très, très difficile.

Sa dernière cible en date : Meryl Kelsey. Inutile de préciser que ce moment où elle m'a rendu mon devoir s'est révélé plutôt gênant quand Adam a surgi de ma poche en hurlant et en sautant sur le bureau de Kelsey pour attirer son attention (tout en le couvrant de bave). Fort heureusement, il m'en fallait plus pour m'embêter, mais bref. Adam était intenable.


- ... Et comme je te le dis à chaque fois, essaye de te contenir un peu, tu veux bien ? dis-je d'un ton las alors que j'enfilai mes chaussures, dans mon dortoir.
- Crôôôôôaaaaaa, bailla Adam. (oui, oui, cause toujours. Yeux plein d'étoiles.)
- D'autant plus que si tu tombes amoureux de toutes les minettes que tu croises, il va y avoir un moment où tu vas te trouver dans un sacré pétrin, Dom Juan, me moquai-je au passage.
- Mmmgrrmggrrcrôarf, marmonna-t-il en s'éloignant un peu du lit. (Là, une référence à Daphne - je crois qu'il m'en voulait un peu de l'avoir lâchée comme ça, car il avait fini par s'attacher à elle.)
- Oh, tu peux parler, Monseigneur aux mille conquêtes !

Sans lui laisser le temps de répliquer, je l'attrapai d'une main et le fourrai dans ma poche, le laissant râler tranquillement sans lui prêter attention. Nous avions rendez-vous ; d'abord pour notre promenade tous les deux en solitaire dans ce lieu merveilleux et plein d'aventures qu'était la Forêt Interdite, ensuite avec des élèves de ma classe pour l'entraînement de l'équipe de Quidditch, dans laquelle j'étais Poursuiveur. Adam adorait être sur un balai avec moi ; la plupart du temps et il s'agrippait au manche juste devant moi, laissant le vent lui fouetter ses petites pustules verdasses-marronnasses.

Dehors, je le laissai gambader à mes côtés, même si il était un peu boudeur de tout à l'heure. Je me rendis compte bien trop tard de mon erreur : un peu plus loin, cachée un peu par les herbes donc je ne l'avais pas remarquée, une fille dormait. Une fille. Blonde. Avec pas mal de seins pour son âge. ... La situation était critique. A peine l'eus-je compris que je jetais un coup d'oeil à Adam : figé comme un lynx devant sa proie, il avait remarqué la fille, et, ni une ni deux, sauta en sa direction.


- ADAM !! grondai-je, agacé.

D'un autre côté... Ca risquait d'être drôle. Je n'ajoutai rien, et attendis patiemment. Le petit animal n'hésita pas longtemps et, sautant sur la jeune fille endormie et bondissant sur son visage, il lui appliqua une bise sonore sur la bouche, avant de lâcher un joli flot de bave tant il était heureux. Et amoureux.


- Aaaaaaaaaaaaaaah ! hurla-t-elle, évidemment. Pour ma part, je ricanai sans parvenir à retrouver mon souffle. Bon, ça va je vais te manger, tu peux venir t’excuser, dit-elle après s'être essuyée et en tendant la main vers Adam.

- Ne fais pas... ça, malheureuse ! Mais trop tard. Il sautilla vers elle de nouveau, heureux comme tout. Bon sang, elle était folle ou quoi ?!

Il sauta dans sa main, et ses yeux jaunes étaient si ronds et brillants que je compris qu'il venait d'attraper un nouveau coup de foudre.


- Je suis cuit, marmonnai-je, toujours hilare quand même, pour le principe de ce baiser baveux inattendu.

- J’espère que t’embrasse mieux que ton crapaud, lança alors la fille dans ma direction. C’est pas censé se transformer un prince charmant ces trucs-là quand on les embrasse ? Je croyais que les légendes de chez moi, enfin des moldus, elles étaient vraies chez les sorciers. Je suis un peu déçue. C’est quoi son nom ? Je voulais un crapaud aussi, mais depuis que mon élevage secret de grenouilles s’est échappé dans mon appartement, ma mère refuse tout batracien.

Je m'étais approché, et me laissai tomber assis dans l'herbe à mon tour.

- Mieux que lui ?! Impossible. Adam est le bourreau des coeurs le plus renommé que je connaisse, dis-je avec grand sérieux, et je vis le petit crapaud se redresser fièrement et bomber le torse, sans lâcher des yeux sa bienaimée pour autant. Et Adam est un prince, chez les crapauds. Il faut que tu révises tes classiques... Ton prénom ? Je crois que ton nouvel amoureux aimerait beaucoup le savoir. Moi, c'est Alistair.
- CRÔA, répondit Adam, indigné. (Ne marche pas sur mes plate-bandes).
- Ca va, ça va, on se détend, marmonnai-je en sa direction. Des grenouilles ?! Petite joueuse, la provoquai-je, tandis que Adam laissa échapper un petit :
- Crôah-ah-ah ! car il partageait mon amusement, mais il se reprit vite, jouant de ses yeux de merlan frit auprès de sa blonde.
- Adam est magique, figure-toi. Tu as choisi le bon parti ! Je lui lançai un petit clin d'oeil mystérieux. Première année, pas vrai ? Qu'est-ce que tu fais cachée par ici ?

Adam s'était roulé en boule, bavant comme jamais - et si il avait pu ronronner, il l'aurait fait. Je lui lançai un petit coup d'oeil amical. Bah ! Il était mon plus vieil ami, je pouvais bien faire la causette pour lui !...

_________________
« They say : the road to Hell is paved with good intentions.
So screw the good intentions,
And say
HELL YEAH! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Daisy Daniels
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 173
Localisation : Dans le parc! Ou la bibliothèque! Ou la salle commune! Ou les couloirs! Eh attends, si j'explorais les cuisines?
Date d'inscription : 09/08/2014

Feuille de personnage
Particularités: J'espère bien en avoir des tas !
Ami(e)s: Oh oui, pleins ! Toi, d'ailleurs, j't'aime bien.
Âme soeur: ???

MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Lun 11 Aoû - 22:38


Même si le crapaud était le plus intéressant – pour l’instant – des deux, je voulais quand même voir à quoi ressemblait le propriétaire. La première réflexion que je me fis, c’est qu’il avait des cheveux super drôles, tout en pétard et bouclés, le genre qu’on avait d’ébouriffer comme la fourrure d’un petit chien. Bon évidemment le garçon en question n’était pas un chien, hein, il était quand même plus mignon. Mais le genre mignon tête à claques. Maman disait toujours que j’étais sauvée par ma petite tête d’ange. C’est vrai qu’être blonde et mignonne, ça avait de sacrés avantages, surtout en matière de figure d’autorité. Moi, avoir mis une punaise sur la chaise de l’instituteur ?! Jamais, voyons ! Et là, il me suffisait de sortir quelques larmes – j’avais une super technique où j’ouvrais grand les yeux jusqu’à qu’ils piquent et pleurent – et hop, bien sûr que j’étais innocente. Pratique. Par contre, ce mec devant moi-là, je l’aurais accusé direct ! Mais il avait une bonne tête, du coup. Le genre de tête amusante. Je lui fis un sourire amusé, parce que finalement, il m’inspirait bien. Mais bon, c’était son crapaud avec qui je faisais aussi connaissant pour l’instant ! Je le fixai à nouveau, grimaçant un peu. Il me bavait grave dans les mains, et c’était gluant et honnêtement ça ne sentait pas très bon. Mais il était drôle, ce crapaud.

- Mieux que lui ?! Impossible. Adam est le bourreau des coeurs le plus renommé que je connaisse. Adam ? C’était un chouette nom de crapaud. Je regardai l’animal qui semblait très fier de faire ma connaissance. Je lui tapotai la tête du bout du doigt, comme pour lui dire un petit bonjour. Le garçon semblait assez sérieux, et ça m’étonnait qu’il vante son crapaud plutôt que lui. Habituellement, les garçons n’avaient pas forcément cette autodérision. Ça m’inspirait de la sympathie en tout cas – ok, je ne détestai jamais quelqu’un au premier abord, mais y avait des feelings, ça c’était sûr. J’en vais peut-être un avec ce garçon-là. Pas le feeling je l’aime hein – eurk. Le feeling je sens qu’on va bien rire, plutôt. Ce qui était le plus amusant, bien entendu. Et Adam est un prince, chez les crapauds. Il faut que tu révises tes classiques... Ton prénom ? Je crois que ton nouvel amoureux aimerait beaucoup le savoir. Moi, c'est Alistair.
- Daisy,
dis-je en direction du crapaud en premier. Il eut un petit coassement heureux, et je me tournai de nouveau vers Alistair – c’était drôle comme prénom, d’ailleurs ! Daisy, comme la fleur. Donc ton crapaud est mon prince, et je suis une fleur. Cool, commentai-je avec un sourire. J’appuyai mon doigt sur la pâte d’Adam, comme pour lui serrer la main.

Visiblement, il était de nature possessif, puisqu’il coassa en direction de son propriétaire d’un air de dire « laisse la tranquille » qui me fit beaucoup rire. Je me demandais si Ginger s’entendrait bien avec Adam. Elle était inoffensive en tout cas, et j’étais sûre qu’elle n’essayerait pas de lui faire du mal, mais j’avais peur qu’elle soit un peu dégoûtée de toute cette bave – parce que comme tout bon chat, Ginger aimait être propre et passait ses journées à se nettoyer. Mais en tout cas, je ne regrettais pas de l’avoir, même si j’avais voulu un crapaud au départ, un chat c’était quand même plus drôle à câliner. Et puis j’avais appris qu’il y avait pleins de créatures magiques passionnantes, et j’espérais maintenant posséder un lutin de Cornouailles, ou un truc du genre. Prochaine étape, quand je connaîtrais un peu plus de sorts : la forêt interdite, en quête de créatures à adopter ! Ok, je savais qu’il y avait peu de chances que j’ai une licorne, mais bon, si je pouvais en voir une de près au moins, ça serait top !


- Des grenouilles ?! Petite joueuse.
- Crôah-ah-ah !
- Eh, défend-moi si tu es un prince !
M’exclamai-je à l’intention d’Adam qui se renfrogna. J’suis pas une petite joueuse, j’ai eu pleins d’animaux figure-toi ! Des verres de tête, des escargots, des sauterelles, des cafards, des limaces, bref, tout ce qu’on peut attraper a un jour fini dans mes boites d’examen sur mon bureau ! Les limaces sont bien plus gentilles que les escargots, si tu veux tout savoir, concluais-je d’un air faussement dédaigneux. Je relevai mon porte de tête, imitant une petite princesse qui savait tout, et lançai un regard amusé à Alistair. J’étais cool, en tout cas, pour une princesse, avec mon super tee-shirt BADASS et le sang séché sur ma main. Mange ça, Cendrillon !
- Adam est magique, figure-toi. Tu as choisi le bon parti ! Première année, pas vrai ? Qu'est-ce que tu fais cachée par ici ?

Magique ? Je regardai Adam d’un air interrogateur, et il eut un petit coassement d’excuse, comme s’il était modeste. Je fis la moue et finis par le poser par terre, à côté de mon sac, et j’essuyai mes mains dans l’herbe parce qu’elle était pleine de bave. Et même si j’aimais bien Adam, ce n’était pas très agréable.

- En quoi il est magique ? Genre, c’est une créature magique, comme une licorne ou un hypprogiffe ? Bon, j’étais pas sûre que ça se disait comme ça, mais tant pis. Pas ma faute si j’avais du mal à tout retenir, la magie, je découvrais à peine ! Ouais, je suis à Gryffondor et toi ? Demandai-je, puisque visiblement, les maisons en disaient beaucoup sur nos personnalités. Je suis pas cachée, je me repose ! J’étais en train d’apprendre des prises de judo, devant le regard interrogateur d’Alistair, je soupirai un peu, et me décidai à expliquer mieux, c’est un sport de combat chez les gens qui ont pas de magie ! Bref, j’apprenais des coups à des garçons de mon niveau, mais y en a qui a essayé de me tripoter du coup je lui ai cassé le nez. Involontairement, hein, ajoutai-je un peu rapidement. Et toi, tu fais un tête à tête romantique avec ton crapaud ? Vous montez un plan pour détruire l’univers ? T’es une tête à comploter, dis-je avec un petit rire – visiblement, il n’était pas du genre à se vexer, et puis, j’espérais qu’il sentirait que c’était un compliment de ma part. Parce que si complot il y avait, j’étais de la partie !


_________________


« If people were rain, I was drizzle and she was hurricane. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alistair Callaghan
Élève de 4ème année



Masculin
Nombre de messages : 486
Date d'inscription : 17/10/2011
Célébrité : Robert Sheehan

Feuille de personnage
Particularités: Mon crapaud est magique... *regard mystérieux*
Ami(e)s: Daisy, la plus fun qui soit ; Adam, le meilleur de tous !
Âme soeur: Mon âme et ma soeur sont deux choses distinctes; mais en aucun cas je ne confierais mon âme à ma soeur.

MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Jeu 21 Aoû - 20:02

Chose appréciable, la fille ne s'était pas départie et n'avait pas 1) hurlé comme une démente avant de partir en courant, 2) fondue en larmes en appelant sa maman ou 3) ne s'était pas figée et roulée en boule comme une pauvre petite chose fragile parce que moi, le grand méchant Serpentard, avec mon crapaud dégueulasse visqueux, bouh, on faisait super peur (ce sont le genre de situations qui arrivent parfois, oui, même quand on est deux sympathiques personnes comme nous, Adam et moi). Forcément, j'étais dans de bonnes dispositions. Adam, lui, on l'avait compris... Il était déjà ailleurs, dans un monde merveilleux. Je me demandais d'ailleurs à quoi pouvait ressembler un monde merveilleux pour un crapaud (un lac immense avec des mouches et des larves à volonté ??) mais à en juger des étoiles qu'il avait dans les yeux, c'était sacrément merveilleux.

- Daisy, Daisy, comme la fleur. Donc ton crapaud est mon prince, et je suis une fleur. Cool, raconta la fille.

Je me retins de pouffer de rire, et Adam réagit de la façon dont je l'avais imaginé :


- Crôoooaaaaaaaa... (croassement fabuleusement niais et ennamouré)

- C'est fini pour toi, murmurai-je, retenant mon hilarité, à la pauvre Daisy qui n'avait pas bien compris encore ce qu'elle avait déclenché dans le coeur de mon cher ami batracien. Il en profita, d'ailleurs, pour s'applatir un peu plus dans les mains de Daisy, comme s'il était une flaque de vase qui avait voulu s'étendre, et il ferma à moitié les yeux tout en continuant de baver tout son soûl. Il veut que tu lui grattouille la tête, soupirai-je, blasé mais amusé en même temps.

Quelque part, je ne pouvais que me blâmer : à flirter avec des filles, j'avais fait découvrir à Adam tout un nouveau champ de perspectives, et lui aussi, le pauvre diable, avait senti les émois des hormones. Quant à savoir pourquoi il jetait son dévolu sur des filles plutôt que sur des crapauds ou des grenouilles, ça... C'était un mystère tout entier, mais Adam lui même était un mystère tout entier, et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle nous nous entendions aussi bien.

Ivy aussi avait compris cet enjeu, dès la première fois ; je me rappelai de comment elle l'avait salué et trouvé mignon, alors que depuis que je l'avais, tout le monde hurlait en le voyant - mes frères, ma mère - pour mon plus grand plaisir. Ma mère, quant à elle, était notre cible préférée : rien n'y faisait, je sentais sa répugnance physique à l'égard de ce pauvre Adam, qui faisait bien entendu exprès d'être le plus baveux et gluant possible dès qu'elle s'approchait. Mais ma mère restait ma mère, et quand bien même j'avais ramené un dragon dangereux à la maison, si j'avais exigé de le garder, elle aurait cédé sans le moindre problème. Ma mère était tout ce qui était de plus acquis à ma cause, ce qui s'avérait très pratique. Surtout quand elle cherchait à refiler mon horreur de petite soeur pour se défausser - mon frère Broderick, ce gros mollusque, en écopait à chaque fois, car elle savait bien que je n'allais jamais accepter cette requête.

Enfin ! Ici, à Poudlard, j'avais d'autres préoccupations, heureusement.


- Eh, défend-moi si tu es un prince ! J’suis pas une petite joueuse, j’ai eu pleins d’animaux figure-toi ! Des verres de tête, des escargots, des sauterelles, des cafards, des limaces, bref, tout ce qu’on peut attraper a un jour fini dans mes boites d’examen sur mon bureau ! Les limaces sont bien plus gentilles que les escargots, si tu veux tout savoir.

Mais c'est qu'elle était bavarde, celle-là ! Le problème était que 1) Adam buvait ses paroles 2) elle venait de parler de SAUTERELLES et chacun sur cette terre connaissant Adam comme je le connaissais (c'est à dire personne) savait pertinemment que ce mot était banni de tout vocabulaire.

- Oooh, oooh... commentai-je, un peu tendu.
- Crôaa ! Crôaa ! Crôaa ! s'agita Adam, réclamant des sauterelles (son mets préféré).
- J'ai peur que la suite ne soit pas très agréable, prévins-je Daisy l'air de rien.

J'avais raison, évidemment : Adam s'était tout agité et bavait encore plus, ce qui finit par, immanquablement le faire roter, dans un croassement caverneux d'enfer.


- Tous aux abris, dis-je en filant un coup de coude à Daisy pour qu'elle se couvre le nez comme je venais de le faire. Croyez-moi, c'était infect, je l'avais risqué une fois - pas deux. Désolé, dis-je ensuite, après que l'odeur fétide se soit dissipée.

- Crôa, s'excusa Adam gentiment, l'air de rien.

- En quoi il est magique ? Genre, c’est une créature magique, comme une licorne ou un hypprogiffe ?  (Adam et moi, on se mit à rire franchement) Ouais, je suis à Gryffondor et toi ? Je suis pas cachée, je me repose ! J’étais en train d’apprendre des prises de judo, (le ?) c’est un sport de combat chez les gens qui ont pas de magie ! Bref, j’apprenais des coups à des garçons de mon niveau, mais y en a qui a essayé de me tripoter du coup je lui ai cassé le nez. Involontairement, hein. (Intéressant) Et toi, tu fais un tête à tête romantique avec ton crapaud ? Vous montez un plan pour détruire l’univers ? T’es une tête à comploter...

- Un hyppogriffe, la repris-je en rigolant. Apparemment, elle n'était pas sorcière de base. Je repris, après qu'elle eut fini de blablater : Je suis à Serpentard, tout comme mon frère, mon père, et tout le bazar... Je fis semblant de soupirer ; en réalité c'était plutôt drôle, et mis à part cet idiot de Broderick qui était à Serdaigle, le schéma de notre famille semblait se répéter avec une coincidence étrange. Eh ben, il ne faut pas trop t'embêter alors... Attention Adam, tu en as choisi une avec du caractère !
- Crôaaaha, répliqua-t-il.
- Hmm, Daphne, c'était différent, commentai-je. Et tu verras peut-être comment il est magique, repris-je à l'intention de Daisy. Après ça, je lui fis un petit sourire mystérieux, et je savais qu'Adam pensait à la même chose que moi - il allait oeuvrer dans l'ombre, comme d'habitude, et Daisy comprendrait ensuite ses talents cachés. Oh, nous ? Je m'installai un peu plus confortablement dans l'herbe. Penses-tu, notre plan est déjà monté depuis longtemps. Pourquoi, tu es intéressée ?

J'avais attrapé une herbe à la forme un peu étrange et comme j'essayais d'enlever le petit plumeau au bout, je me rendis compte que je pouvais le faire sauter - je pointai mon herbe en direction des cheveux de Daisy et la bombardait avec les petits pistils de mon herbe.

- Alors Daisy, tu es moldue ? repris-je l'air de rien. Tu ne connaissais pas la magie avant de venir ? Tu viens d'où ? Adam se redressa un peu, suspendu à nos lèvres : il voulait tout savoir sur sa nouvelle amoureuse. Adam et moi, on aimerait beaucoup savoir à quoi tu occupes ton temps libre... Je suis sûr que tu n'es pas une fille qui a peur de se promener la nuit dans la Forêt Interdite, conclus-je.

Adam émit un petit couinement de joie, et je compris qu'il avait pensé à la même chose : Daisy n'avait pas l'air mal comme compagne de bêtises en tous genres.

_________________
« They say : the road to Hell is paved with good intentions.
So screw the good intentions,
And say
HELL YEAH! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Daisy Daniels
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 173
Localisation : Dans le parc! Ou la bibliothèque! Ou la salle commune! Ou les couloirs! Eh attends, si j'explorais les cuisines?
Date d'inscription : 09/08/2014

Feuille de personnage
Particularités: J'espère bien en avoir des tas !
Ami(e)s: Oh oui, pleins ! Toi, d'ailleurs, j't'aime bien.
Âme soeur: ???

MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Mar 26 Aoû - 17:08

Je gratouillai le crapaud qui, à la différence de Ginger, ne ronronnait pas mais émettait des bruits plutôt étranges. Il semblait bien qu’il était content, mais je ne comprenais pas aussi bien les croassements d’Adam que le faisait son propriétaire. Je me demandais d’ailleurs comment il avait établi une telle communication, car il avait vraiment l’air de se comprendre ! Je n’avais jamais pensé à ça, mais peut-être que la magie pouvait nous aider à parler aux animaux ? Je réfléchis un instant. Je n’étais pas sûre que mes escargots et mes colonies de fourmis aient des propos gentil à mon égard si on leur donnait l’usage de la parole. Mais qu’y pouvais-je moi, si mes expériences avaient quelques conséquences parfois fâcheuses ? Je m’étais quand même bien occupée d’eux ! Surtout qu’attendez, fallait les tenir les petites bêtes dans mon appartement. Combien de fois Maman avait-elle failli tuer une pauvre créature échappée de sa boîte ? J’avais fait mon deuil d’Ernest la limace, mais sa mort avait été tragique. Moi, j’aimais mes insectes et autres animaux recueillis. Ce n’était pas ma faute si parfois ils mourraient au nom de la science ! En parlant de dégâts, je venais visiblement de dire une bêtise en parlant de mes élevages.

- Oooh, oooh...
- Crôaa ! Crôaa ! Crôaa !
- J'ai peur que la suite ne soit pas très agréable.


J’haussai un sourcil, intriguée, lançant un regard interrogateur au crapaud et à Alistair. Ce dernier avait l’air inquiet, et je finis par comprendre que c’était l’agitation du batracien qui était au centre du problème. Il ouvrit la bouche et lâcha alors un rôt assez impressionnant qui fit sursauter ma main. Bah, c’était dégueu ça !

- Tous aux abris. Désolé.
- J’espère que c’est pas de toi qu’il tient ça,
plaisantai-je tandis que je libérais mon nez.

Visiblement, notre cher Adam avait plus d’un tour dans son sac. J’espérai que ce n’était pas ça qui était magique chez lui en tout cas ! Enfin, moi, je m’en fichais hein, je trouvais ça drôle. Mais la mauvaise odeur, je préférais m’en passer. C’était comme quand je faisais des concours de pets avec mon cousin, les bruits, c’était fun, l’odeur un peu moins. Surtout que ça finissait par empester dans la pièce et ça n’avait que comme avantage d’éloigner les adultes qui n’avaient pas notre courage. Bref, revenons-en à nos moutons, ou plutôt notre crapaud visiblement magique.


- Un hyppogriffe, corrigea-t-il en riant, et j’haussai les épaules pour signifier qu’on s’en fichait un peu. Je suis à Serpentard, tout comme mon frère, mon père, et tout le bazar... Eh ben, il ne faut pas trop t'embêter alors... Attention Adam, tu en as choisi une avec du caractère !
- Crôaaaha.
- Hmm, Daphne, c'était différent.
-Daphne, c’est une fille ou une créature magique ?
demandai-je précipitamment pour être sûre de ne rien rater.

Non parce qu’avec les sorciers et leurs noms tordus pour désigner un tas de choses bizarres, il fallait bien que je me tienne au courant. Et d’après ce que je comprenais, Alistair savait de quoi il parlait, vu que sa famille avait l’air sorcière depuis des générations. Ça devait être un sacré avantage tout de même ! Non seulement pour les cours, mais aussi dans la vie de tous les jours. J’en étais encore à être surprise lorsqu’un fantôme passait devant moi ou qu’on me parlait de l’existence d’objet aussi invraisemblable qu’une tasse à thé mordeuse. Au final, j’avais raison, les monstres existaient bien ! C’est Maman qui avait tort !


- Et tu verras peut-être comment il est magique. Oh, nous ? Penses-tu, notre plan est déjà monté depuis longtemps. Pourquoi, tu es intéressée ?

Je me redressai, bombant un peu le torse pour m’affirmer. Bien sûr que j’étais intéressée dès qu’il y avait manigances ! Et surtout maintenant que la magie était en jeu, j’avais encore plus de possibilités et d’idées ! Quelque chose me disait qu’Alistair était du même genre que moi, toujours à avoir des plans en cours pour s’amuser. J’adorais les gens comme ça. En plus, bizarrement, les filles de mon âge étaient souvent moins partantes pour des expéditions un peu risquées, alors à l’école, j’avais eu plus d’ami garçon que fille. Heureusement, à Gryffondor, je commençai à rencontrer des filles tout aussi fun et téméraires que les garçons, voire plus, et c’était super cool ! Visiblement, y en avait aussi à Serpentard. J’avais cru comprendre qu’ils étaient plus rusés que chez les rouges et ors, donc je crois qu’il y avait moyen qu’on forme de bonne équipe !

- Je suis carrément partante, dis-je en soufflant un pissenlit à la figure d’Alistair pour me venger de ce qu’il m’envoyait dans les cheveux. Vous avez un nom d’équipe ?

Non parce que c’était comme au Quidditch, et on plaisantait pas avec la forme. Si je rentrais dans une équipe très spéciale, pro des coups fourrées, je voulais avoir un nom de ninja qui pétait aussi.

- Alors Daisy, tu es moldue ? Tu ne connaissais pas la magie avant de venir ? Tu viens d'où ? Adam et moi, on aimerait beaucoup savoir à quoi tu occupes ton temps libre... Je suis sûr que tu n'es pas une fille qui a peur de se promener la nuit dans la Forêt Interdite.

J’avais comme d’habitude eu une seconde d’hésitation lorsqu’Alistair avait dit le mot moldu, car je n’étais pas encore habituée. A part ça, j’étais plutôt flattée qu’il s’intéresse à moi et surtout qu’il ait saisi que j’étais une fille cool et pas peureuse ! C’était un super compliment à mes yeux, et je sentis mon égo se booster en puissant. Venant en plus de la part d’un garçon qui avait l’air super cool, c’était agréable.

- De Londres ! Je connaissais pas avant ouais, c’est super en tout cas ! Mais étonnant, commentai-je. T’es du genre à croire que les gens qui sont pas sorciers à la base sont moins biens ? J’avais demandé de but en blanc une question qui, vu ce que j’avais compris, amenait pas mal de controverses. Mais autant savoir direct si Alistair était en fait un gros plouc puriste. Et non, j’ai trop envie d’y aller même ! Mais je dois encore monter un stratagème, expliquai-je très sérieusement. A part ça, ça dépend de mon humeur ! En dehors d’ici je faisais pleins de sports, j’ai essayé le tennis, la natation, le judo, le karaté, la boxe, le yoga et l’athlétisme ! Mais ici y a pas tout ça, concluai-je un peu déçue. Et puis sinon tu sais, monter des plans contre l’univers, lire un tas de bouquins, rater mes interros, créer des élevages de vers de terre, apprendre à faire du Quidditch, la base quoi ! J’avais conclu avec un petit rire. Le Quidditch. Comme si c’était la base. J’avais encore du mal à m’habituer à l’idée qu’un balai pouvait VRAIMENT voler. Mais passons. Va y maintenant à vous de vous présenter !

J’allais voir ce qu’ils avaient dans le ventre un peu ! Au sens figuré hein. J’avais pas envie de voir les tripes remplies de mouches et de cacas d’un crapaud. Ugh.

_________________


« If people were rain, I was drizzle and she was hurricane. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alistair Callaghan
Élève de 4ème année



Masculin
Nombre de messages : 486
Date d'inscription : 17/10/2011
Célébrité : Robert Sheehan

Feuille de personnage
Particularités: Mon crapaud est magique... *regard mystérieux*
Ami(e)s: Daisy, la plus fun qui soit ; Adam, le meilleur de tous !
Âme soeur: Mon âme et ma soeur sont deux choses distinctes; mais en aucun cas je ne confierais mon âme à ma soeur.

MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   Jeu 28 Aoû - 18:39

Je voulus bien évidemment répondre quelque chose de très intelligent et de bien senti - on ne se refait pas - à la pique que Daisy m'avait adressé mais, question de vie ou de mort : si j'ouvrais la bouche ou j'enlevais la main de ma figure, je mourrais asphyxié. J'avais certes mon honneur, mais dans la limite du possible : je n'étais pas de ces imbéciles qui choisissaient l'honneur à la vie, par exemple. C'était beau et héroïque, ça oui ! J'aimais à penser qu'Adam et moi étions des héros, sans l'ombre d'un doute. Mais je préférais être un héros moyen et vivant qu'un héros absolu et mort, nous en conviendrons bien. Je gérais mon héroïsme en fonction de la situation, et croyez-moi, c'était hautement plus intelligent. C'était là, je crois, la différence fondamentale entre Gryffondor et Serpentard - je me fichais bien de ces histoires de maison, au fond, la mienne en réalité n'était aucune des quatre mais, bah ! Puisqu'il fallait nous caser quelque part, autant rentrer là où on allait me ficher le plus la paix. Parfois, je me disais qu'Adam avait beaucoup oeuvré pour ma place à Serpentard - un crapaud horrible et qui pue, ça, c'est l'étoffe d'un grand méchant, non ? Ajouté à cela mon sang pur et ma famille si traditionnelle, et c'était le numéro gagnant. Tout de même, quelle débilité ce truc !

- Daphne, c’est une fille ou une créature magique ? demanda Daisy, interrompant le dialogue entre Adam et moi. Il était vrai que parfois, c'était un peu difficile de suivre.

Le dit crapaud s'agita tout d'un coup et bougonna (à savoir qu'il croassa dans sa barbe sans ouvrir sa petite bouche) et je lui lançai un coup d'oeil désabusé :


- Oh, mais relax ! Elle s'en fiche, Daisy !
- Crôa. Crôa, crôa !
(C'est terriblement impoli de parler d'une ex-copine face à une nouvelle soupirante).

Pour le coup, c'était moi qui soupirais.

- Bon. Je lançai un coup d'oeil appuyé à Adam, pour qu'il se calme et se rassure. Daphne est une fille de Serpentard, avec qui je suis sorti. Mais c'est aussi une espèce de troll des montagnes.
- CRÔA !
- Ok ok, je rigole. Mais du coup, Adam est gêné qu'on parle d'elle parce qu'il a peur que tu le prennes mal. Tu le prends mal ?! Bon, alors, tu vois bêta, dis-je en donnant un petit coup sur la tête visqueuse du petit crapaud.

Ah ! La jeunesse. Qui l'eut-cru, finalement, qu'Adam se retrouvait un jour en bourreau des coeurs ?! Certainement pas moi, et pourtant, Merlin savait combien je le connaissais par coeur. Il m'avait surpris une fois, la toute première - mais après, ça avait été à la vie, à la mort. Notre rencontre s'était passée dans mon jardin, par un jour de pluie et de gadoue qui avait enchanté le petite garçon insupportable que j'étais. Tout occupé à sauter dans les flaques boueuses, je ne m'étais pas rendu compte que le Gallion dans ma poche était tombé... Quand j'avais voulu remettre la main dessus : impossible. Non seulement il était tombé dans la boue mais en plus... Ce petite animal marronnasse s'en était saisi, dans sa gueule, et croassait, tout fier de lui. J'avais d'abord cru à une provocation. Mais en discutant avec Adam - car c'était lui - j'avais compris que nous pouvions trouver un terrain d'entente, et nous étions devenus amis, inséparables, après un pacte solennellement scellé par les trois croassements du crapaud. Depuis, nous n'étions jamais l'un sans l'autre, au grand désarroi de ma mère et de mes frères, car non seulement Adam était gluant et repoussant (selon eux), mais en plus, il faisait un formidable compagnon de bêtises - je vous laisse imaginer le nombre de larves et de limaces qu'il m'avait aidé à attraper, pour les mettre dans le lit de mes frères ou de mes parents. Bref : une rencontre décisive, à n'en pas douter. Mais en quoi résidait son pouvoir magique, me direz-vous... Ah ah ! Ni plus ni moins dans cette capacité étrange d'Adam de trouver chaque objet métallique, pièce de monnaie, bijoux, n'importe quoi. Je ne mis pas trop de temps à me rendre compte que non seulement il était cleptomane, mais en plus, qu'il avait ce don fou pour dérober quoi que ce soit aux gens sans qu'ils s'en aperçoivent, pour savoir et renifler ce qu'ils avaient dans leurs poches sans besoin d'en être averti. C'était formidablement utile, inutile de le mentionner.


- CRÔAH-AH-AH-AH ! rigola Adam à gorge déployée, me coupant dans mes réflexions. Daisy avait répliqué avec un pissenlit, m'envoyant plein de pistils dans la figure et les cheveux, et mon crapaud, en bon traître qu'il était, avait pris le partie de sa dulcinée pour gagner ses faveurs. Je lui envoyai de l'herbe dans la figure, avant de contre-attaquer Daisy avec un pissenlit à mon tour. Voilà !

- Je suis carrément partante. Vous avez un nom d’équipe ?

- Si je te le dis, tu en sauras trop... Et je serais obligé de t'éliminer, murmurai-je, aussi sérieux que menaçant.

Pendant ce temps, Adam s'était jeté sur l'herbe que je lui avais envoyée, et mâchouillait les bouts avec hargne. Code rouge : alerte maximale. Il faisait uniquement ça pour former des boules de salive et d'herbes qu'ils pouvaient ensuite projeter sur l'ennemi. Je l'avais déjà à l'ouvrage face à mon frère Broderick, et que Merlin m'en soit témoin, j'avais cru mon dernier jour arrivé tant j'avais ri face à ce spectacle de l'autre idiot gesticulant et hurlant de dégoût. Toujours est-il qu'il préparait une attaque du genre et que je ne savais pas contre qui elle était dirigée, Daisy ou moi, car même si il jouait à prendre son parti, je savais aussi qu'il m'était loyal à la mort et qu'un revirement était possible à tout moment. Du coup, j'en lâchais mes projectiles-pissenlits, dans le doute. Je ne souhaitais pas me prendre ses trucs dans la tronche, mais j'imaginais bien que Daisy non plus.


- Ok ok, trêve !! dis-je en montrant mes mains vides.

De toute manière, Daisy me racontait sa vie, alors autant l'écouter.


- De Londres ! Je connaissais pas avant ouais, c’est super en tout cas ! Mais étonnant. T’es du genre à croire que les gens qui sont pas sorciers à la base sont moins biens ?

Je ris en même temps qu'Adam :

- T'es folle, je m'en fous de tout ça. Ca ne m'atteint pas ! dis-je par provocation, un peu.

- Et non, j’ai trop envie d’y aller même ! Mais je dois encore monter un stratagème. A part ça, ça dépend de mon humeur ! En dehors d’ici je faisais pleins de sports, j’ai essayé le tennis, la natation, le judo, le karaté, la boxe, le yoga et l’athlétisme ! Mais ici y a pas tout ça. Et puis sinon tu sais, monter des plans contre l’univers, lire un tas de bouquins, rater mes interros, créer des élevages de vers de terre, apprendre à faire du Quidditch, la base quoi ! Va y maintenant à vous de vous présenter !

Bon, ça allait. Elle n'était décidément pas de ce genre de fillettes pour qui je n'avais absolument aucun intérêt. Au contraire, si elle était aussi intrépide qu'elle le disait, elle pouvait carrément rentrer dans le cercle des personnes dignes de mon intérêt. Parfait ! Adam me lança un regard fier, et je compris qu'il pensait la même chose, et qu'il était très content de son choix.

- Si tu es sage, je pourrais partager mes stratagèmes avec toi, dis-je avec un sourire mystérieux. Il faut absolument qu'on fasse ton baptême de la Forêt Interdite ! Hmmm, méditai-je un instant ; il allait falloir quelque chose de corsé, mais aussi qui ne lui fasse pas trop peur non plus. Tu as déjà fait du Quidditch ? Tu vas voir, c'est génial. D'ailleurs... T'es chiche de t'inscrire comme batteuse avec moi dans la nouvelle équipe ?

Ha ha ! Je voulais ce poste, et une nouvelle équipe avait ouvert - c'était parfait. Adam et moi, on bouillait d'enfin pouvoir faire plus d'entraînements et de matchs, puisque notre ancienne équipe avait été dissoute car le capitaine était parti et que personne n'avait pris sa suite. Bon, puisque c'était à nous de présenter, en tout cas... Je m'éclaircis la gorge, tout en jouant du bout du pied avec un petit caillou.

- Nous, on vient d'Ecosse - si tu voyais tous les prénoms de ma famille tu le comprendrais encore plus -
- Crôaha, ricana Adam.
- Mes deux frères sont ennuyants comme tout, d'ailleurs tu vas pouvoir faire la connaissance de l'aîné, Fergus, il est préfet ici et ce n'est pas un cadeau... A part ça, ma petite soeur est la chose la plus laide et la plus pleurnicharde de la terre. Pour le reste, Adam et moi on aime être dans notre coin, dehors, faire des blagues, embêter les gens et vivre notre vie, c'est à peu près bien résumé.
- Crôa !
- C'est vrai : et on adore le Quidditch !
- Crôa, crôacrôa
- Oui, on était dans une équipe avant, mais on a changé. Et sinon, il y a pas mal de gens qui ne nous aiment pas ou qui ont peur de nous, mais on s'en fiche comme d'une guigne.
- Crôa ?
- Adam te demande comment est ta famille ? Pour information, mes parents ne servent à rien, mais c'est assez pratique car au final, j'en fais ce que je veux,
conclus-je avec un petit sourire satisfait.

Le petit caillou avec lequel je jouais roula un peu plus loin ; je lançai un petit regard inquisiteur à Daisy. Je n'avais pas prévu que la conversation prenne ce chemin-là, mais après tout pourquoi ? C'était aussi une bonne façon de la tester...

_________________
« They say : the road to Hell is paved with good intentions.
So screw the good intentions,
And say
HELL YEAH! »


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand crapaud ne rime pas avec prince charmant (A.C.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» Quand les démons pactisent avec le Diable [attention âme sensible à éviter] /!\ -18ans
» Quand Métro rime avec Microbes
» [RP COMMUNAUTAIRE - EVENT] Quand la Terre gronde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parc de Poudlard :: Le parc :: Au bord du lac-
Sauter vers: