RSS
RSS
Un air de famille ¤PV¤

 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un air de famille ¤PV¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Un air de famille ¤PV¤   Dim 2 Fév - 17:08

C'était un truc que j'adorais trop trop ça, d'avoir du courrier. Bon genre en général l'plus souvent c'était tout m'man pour m'dire, de faire attention blablabla ceci cela, bref que des trucs muches dont j'avais trop rien à foutre en fait, parce que c'était pas parce qu'il y avait une mouche qui allait se poser sur mon bras que j'allais tout à coup m'mettre à pisser l'sang, j'savais vraiment pas où elle allait chercher ses idées parfois ! Nan mais sérieux. Sauf que c'était pas l'même hibou qu'd'hab qui venait d'se poser ce matin dans la Grande Salle pour m'apporter ma lettre, c'en était un autre et j'le connaissais pas du tout. Il s'arrêta cérémonieusement d'vant moi, comme un prince comme si on était des vieilles connaissances, mais pas dans l'genre wesh poto comment est-ce que ça va bien ?! Nan lui c'était plutôt l'genre de hibou à rouler ses yeux d'merlan frit si on lui parlait comme ça, sauf que sans plus de délicatesse que ça, j'arrachais la lettre qu'il avait à sa papatte en lui proposant un machin bouffer, c'qui me venait à bout d'bras comme ça, comme geeeeeeenre..... Des biscottes. Nan il avait pas une gueule à aimer les biscottes non plus.

Deuxième confirmation qu'il s'agissait pas de m'man : l'écriture. M'man elle avait une jolie écriture qui ressemblait pas à mes pattes de mouches, mais celle là, où il y avait écrit mon nom d'ssus, elle était encore différente, les lettres limite si elles faisaient pas toutes la même taille, limite si c'était pas calculé et tout aussi, et elles étaient rondes, bien droite, bien fière. Aucune idée d'où est-ce que ça pouvait bien v'nir, c't'affaire. Je la dépliais, ce qui se révéla être en fait un exercice un peu complexe parce qu'en même temps j'étais en train de faire passer du pain, de la confiture et du beurre, ouais tout ça en même temps, et c'était qu'c'était chaud quand même à faire, même si on aurait pas dit comme ça ! Ouais donc la lettre parce que c'était ça qui était intéressant et pas les histoires de confiture, d'pain et d'beurre. Mais alors, c'était trop trop, mais geeeeenre (comment ça j'disais toujours genre ??? Genre.) bizarre parce que c'était la sœur d'p'pa donc c'était ma tante à moi qui me parlait à moi ouais ouais Alexis dans la lettre, et j'me souv'nais plus trop d'sa tête, elle était d'jà v'nue à la maison, mais c'était y'avait super longtemps, j'étais p'tite encore donc ça faisait une paye, et bref, dedans elle me demandait comment ça allait blabla, et je m'en fichais un peu en fait parce qu'on s'voyait jamais d'toute façon, ça changeait rien... Oh quoi ! Genre ! Genre, genre de chez genre ! Elle me disait que j'avais une cousine et tout même si je l'avais jamais vu et tout et même qu'elle était à Poudlard si je voulais la voir et tout, son nom c'était Emilia Brown, mais qu'en fait si je l'avais jamais vu c'était parce qu'elle vivait pas avec elle et tout et tout mais qu'elle pouvait pas rentrer en contact avec elle machin. Genre j'avais une cousine je savais pas que j'avais une cousine ! Mais c'était trop cool ! Mais pourquoi est-ce que p'pa il l'avait jamais dit d'abord ? Ah si p'tête qu'en fait justement il l'avait dit quand la tata v'nait à la maison qu'il y avait des choses qui fallaient pas dire et qu'ça en f'sait partie, mais hein après avec l'temps, j'avais totalement oublié ! Oh encore plus méga over trop cool ! Dans la lettre elle disait que elle aussi elle était à Gryffondor et tout et tout et tout ! Vas y j'devais lui parler ! La trouver ! Lui parler ! Les deux en même temps ! Maint'nant !

J'tournais la tête dans tous les sens, prenant chaque fille d'à peu près mon âge parce qu'on était à peu près du même âge parce que ça aussi c'était écrit dans la lettre pour la cousine potentielle mais sans savoir si c'était elle ou pas. C'était comme une chasse au trésor ! Sauf que bah c'était une chasse à la cousine, et même que j'allais partir à sa recherche et que j'allais la trouver ! Gé-aaaaaaaaant !!!!!

En fait l'enquête, les jours qui suivirent ensuite j'mis pas longtemps à la résoudre parce que après avoir posé la question à la moitié de la salle commune des Gryff « Tu sais qui c'est Emilia Brown ? » au bout d'un moment, y'en avait qui m'avait « Ouiiii moii j'sais qui c'est ! ». Sauf que ben, j'étais pas allée lui parler tout d'suite parce que sinon y'avait plus d'jeu et c'était pas drôle. J'lavais repéré d'loin du coup et de mon perchoir j'l'observais aussi de loin, guettant l'moment idéal d'une rencontre. Y'avait bien une fois où ça avait failli s'faire, mais j'avais une copine qui m'avait proposé qu'on aille dans les cuisines pour manger des glaces (nan y'a pas d'période dans l'année pour manger des glaces d'abord ! Et comme les glaces beh c'était trop bon, j'avais dit oui direct !) Mais aujourd'hui j'sentais que c'était la bonne, parce que j'étais assise dans un des canapés d'la salle co' quand elle au même moment, elle était en train de descendre des dortoirs pour sortir, et hop, ben c'était tout simple, je l'avais suivit, mais genre en gardant mes distances et en me cachant dans des coins d'ombres quand c'était possible, parce que j'la voyais trop se retourner tout à coup et m'dire en m'pointant du doigt comme une ouf « JE T'AI VUUUUUUUUU IL EST TROOOOP TAAAARD POUR TOOOUAH MAINTEUNAAAAAANT » et voilà, zou ! Fini.

C'est quand on arriva toutes les deux sur l'pont en pierre que j'me dis que c'était l'bon moment pour signaler ma présence, parce qu'en plus on était que toutes les deux à l'traverser. Mais au lieu d'l'interpeller, je grimpais sur la rambarde, sans r'garder en bas et me redressais pour marcher d'ssus, en mettant précautionneusement un pied devant l'autre pour avant et les bras écartés d'chaque côté d'mon corps pour rester en équilibre. Je r'gardais toujours sa chevelure dos à mon visage, avant d'balancer dans l'silence ambiant :

- Salut !


J'souris parce que j'avais trop hâte d'voir comment est-ce qu'elle allait réagir et tout si ça allait la surprendre, lui faire peur ou quoi. Ca m'faisait toujours rire, moi, d'prendre les gens d'court comme ça !

- J'm'appelle Alexis, me présentai-je, avant d'reprendre juste ensuite, et toi, j'sais qui t'es.

Ca, j'étais sûre que ça allait lui en boucher un coin héhéhé ! Trop forte !!!

- T'es Emilia Brown
, lui dis-je vraiment super méga fière de moi et tout et même que mon sourire il s'agrandit encore plus, comme si c'était la garantie de la préservation du mystère.

Nan parce que quand même, c'était pas tous les jours qu'on faisait des rencontres comme ça, avec sa cousine qui on savait pas qu'elle existait mais en fait oui, elle existait !!! Trop dément, hein ???

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Lun 3 Fév - 12:47

« Tu te fais des idées. » Déclara la voix claire de ma meilleure amie alors que je partageais avec elle un sentiment qui me prenait par les tripes depuis un bon moment. Comme une bête traquée, j’avais l’impression que quelqu’un était entrain de me pister. Prédateur ? Ou simple bestiole curieuse… Je n’en avais aucune idée, mais cela ne me rassurait pas du tout, et entendre Ellan démentir cette sensation que je savais bien réelle me donner l’impression d’une certaine forme de condescendance venant de la part de la jeune fille. « A moins que… A moins que cela ne soit un garçon. »
Ma rappelant soudainement de l’instant que j’avais partagé avec Connor au cercle de pierre, je me mettais à rougir comme une pivoine. La Gryffondor trop vive pour ne pas voir à travers mon changement soudain de coloration éclata d’un rire clair.
« Tu l’as fais ! Oh mon dieu ! Je n’arrive pas à croire que tu ne m’ai rien dis ! C’était qui ? » Je fixais la table avec une étrange obstination tout d’un coup. Est-ce que j’étais si facile à prédire que même Ellan pouvait lire à travers la moindre de mes réactions. Elle était à présent toute excitée, et je lui lançais un regard qui demandait qu’elle me prenne en pitié.
« J’espère qu’il est beau ! Ce n’est pas Pierre-Mathias j’espère. » Je jouais machinalement avec ma fourchette. Je ne pouvais pas vraiment lui raconter en détail la conversation que j’avais pu avoir avec Grigoriev, qui n’était rien d’autre que le meilleur ami de Bauer, son pseudo chéri ou alors je ne savais pas comment le qualifier. Dans tous les cas, je ne me sentais simplement pas prête à entamer une telle discussion avec cette dernière.
« Non, et ce n’est pas du tout ce que tu crois ! Je te jure. Cela n’a rien à voir, j’ai l’impression que l’on me suit ! La dernière fois Danielle m’a dit qu’une fille de deuxième année me cherchait, tu ne trouves pas ça bizarre ? » Ellan reprit soudainement de son aplomb alors que je finissais ma phrase ; Retrouvant sa mine sérieuse elle planta son regard dans le mien.

« Et Danielle t’a dit à quoi ressemblait cette fille ? »
« C’est là le truc le plus bizarre… Elle m’a dit qu’elle me ressemblait vachement, comme un double quoi ! » En voyant l’expression amusé sur mon amie je rajoutais : « Ne rigole pas ! Je suis sérieuse. Après les vampires et les loups-garous du dernier cours de défense contre les forces du mal je suis prête à croire n’importe quoi ! » Je laissais planer un court silence avant de rajouter en murmurant cette fois-ci : « Tu crois qu’il s’agirait d’un doppelgänger ? Peut-être qu’elle cherche à prendre ma place ! »
« Tu es folle ! » Me répondit mon amie en éclatant à nouveau de rire. « Et je dois aller en cours. On se retrouve tout à l’heure, et il faudra que tu me parles de ton amoureux mystère. » Je poussais un soupir clairement déçue en la voyant se lever. Elle fit le tour de la table pour me déposer un bisous sur la joue avant de s’éclipser de la grande salle, et j’étais sûre que cette chose qui me tiraillait l’estomac depuis quelques jours n’était pas le simple fruit de mon imagination. Une minute plus tard, j’abandonnais mon assiette au trois quart pleine pour me réfugier dans les dortoirs afin de terminer mes devoirs. Assise en tailleurs sur mon lit, mon cahier entre les jambes, ma plume dans la main gauche, je regardais régulièrement l’amas de courriers qui s’était entassé sur ma commode. Tous provenaient d’une seule personne : ma mère. Je me demandais encore quand est-ce que je trouverais le courage nécessaire pour ouvrir ne serait-ce qu’une d’ente elle. Peut-être savait-elle quelque chose au sujet des doppelgänger ? Après tout c’était un peu son boulot en tant que mère et sorcière que de me mettre en garde sur des choses potentiellement dangereuses. Un peu comme les moldus expliquent à leurs enfants qu’ils doivent regarder à droite et à gauche avant de traverser une route.
Quelques heures plus tard je finissais par sortir des dortoirs afin de prendre l’air. C’est vers le quatrième couloir, que je remarquais que le sentiment que j’avais ne m’avait toujours pas abandonné. Je tentais de prendre un chemin différent pour semer la personne qui me suivait, mais c’était peine perdue. Je tentais même d’accélérer le pas, il n’y avait rien à faire, comme un chewing gum coller à la chaussure il m’était impossible de trouver un moyen de m’en débarrasser.
 Ignorant mon instinct de survie le plus basique, je décidais de reprendre ma course comme si de rien n’était, et je finissais par mettre un pied dehors.
Ce n’était pas évident de se sentir traquée par un quelconque animal, et cela l’était encore moins que de se dire qu’un être humain qui me ressemblerait trait pour trait était entrain d’hanter les couloirs dans l’espoir de m’évincer afin de prendre ma place. J’espérais pouvoir faire confiance à Ellan pour voir à travers la supercherie, et rétablir la vérité si jamais cela devait se passer comme ça. Elle me connaissait assez pour pouvoir savoir quand ce n’était pas moi qui lui adressait la parole non ? Je croisais les doigts pour ne jamais avoir à le découvrir, et je tentais de me retourner plusieurs fois pour surprendre mon éventuel suiveur sans le moindre succès.
J’arrivais finalement au niveau du pont de pierre, et je remarquais qu’il n’était pas vraiment fréquenté. C’était l’endroit parfait pour une embuscade. Je m’arrêtais l’espace de quelques secondes pour prendre une longue inspiration avant d’avancer d’un pas lent pour le traverser. Je pris une longue bouffée d’air frais, et j’avançais d’un pas lent. Quelques instants plus tard, j’entendais les petits bruits de pas, je savais que si je me retournais maintenant je saurais. Mais pas tout de suite, pas maintenant. Mon cœur battait la chamade, mes mains se crispaient sous l’excitation, et mon esprit criait vengeance ! Puis plus rien. Les petits bruits de pas disparurent.

« Salut ! » En un sursaut je me retournais ! Ma main sur ma baguette magique prête à faire n’importe quoi pour défendre ma vie. Une fille qui marchait sur la rambarde les bras écartés dans la position du petit Jésus venais de me saluer.
« Je m’appelle Alexis, et toi je sais qui t’es. » La fille qui se tenait devant moi me ressemblait très certainement mais…
« T’es Emilia Brown » Sentant l’atmosphère se détendre, je ne me posais même plus la question pourquoi elle connaissait mon nom.
« Tu n’es pas un doppelgänger ? Ellan avait donc raison. » Soulagée, j’abaissais ma baguette magique avant de me rendre compte de ma très probable erreur. « Mais hey ! Comment tu connais mon nom d’abord ? » Je fronçais les sourcils, un peu moins suspicieuse, mais toujours aussi curieuse des intentions de la jeune adolescente auprès de ma personne. « Je ne t’ai rien fait de mal j’espère ? Si jamais je t’ai regardée de travers une fois, c’est juste mon visage qui donne cette impression et il y a pas grand-chose que je puisse y faire. Et tu risques de tomber sur la rambarde comme ça.» Inclinaison du soleil, ombre, angle de vue, tout ça quoi… Je clamais mon innocence !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Dim 9 Fév - 22:01

Pour une fois que j'me sentais dans la position d'la supériorité. Naaaaan, parce que ouais, c'était pas tout le temps évident avec la maladie tout ça, même si je l'montrais jamais au fond parfois, j'savais que la personne qui s'trouvait en face de moi elle avait l'avantage, parce qu'elle avait juste à m'pousser pour m'faire tomber et zouplà je m'écorchais à mort et re zouplà, c'était fini, y'avait plus d'Alexis, caput. Bon ça ils étaient ça censé l'savoir parce que c'était pas vraiment l'truc qu'on vient déclarer à son ennemi « SALUUUUT JE SUIS ALEXIS FIELD JE SUIS HEMOPHILE TU SAIS PAS CE QUE C'EST???? BEN EN GROS QUAND JE ME COUPE UN PEU TROP SÉVÈREMENT BEN JE SUIS EN DANGER DE MORT C'EST ASSEZ SYMPATOCHE N'EST CE PAS ????? »

Ou alors fallait être sympatochement con aussi, c'était une idée.

Mais là j'étais clairement dans la position du plus fort, d'la plus forte même ouais ouais parce que j'avais pris Emilia Brown par surprise avec tout' les infos j'avais chopé sur elle dans la lettre. Nan mais quand même c'était trop génial parce que déjà j'avais une cousine qui me tombait tout cuite dans l'bec mais en plus elle était à Gryffondor ! Pendant que j'lobservais dans mon coin, j'avais eu l'temps d'imaginer tous les trucs qu'on pourraient faire ensemble comme des super copines qui étaient dans la même maison, des machins d'Gryffondor quoi ! Comme de traîner dans la salle commune et d'faire comme les grands, parce que les grands d'Gryffondor ils ont trop trop la classe et même qu'un jour ben moi aussi j'allais leur ressembler c'était obligé !  Et pis on allait pouvoir manger à la même table, faire nos devoirs ensemble et même que ça allait vraiment être trop bien et olalalah j'avais trop hâte de voir comment est-ce qu'elle allait réagir quand j'allais lui dire que moi Alexis Field, et ben même que j'étais sa cousine !

Mais comment est-ce que j'allais le lui annoncer et tout et tout ??? Yo, moi c'est ta cousine, Alexis. Clap de fin. On s'serre dans les bras et on verse quelques larmes. Nan, moi j'versais pas d'larmes. Elle pour l'coup, j'savais pas. D'abord, j'allais jauger sa première réaction, parce que j'avais bien envie qu'elle soit un peu surprise quand même hahaha !!!
-Tu n’es pas un doppelgänger ? Ellan avait donc raison.
Quoi ? C'était quoi ça Ellan ? Qui, pardon parce que c'était une qui, y'avait d'doutes possible. Je savais pas du tout ce que ça voulait... ben c'qu'elle avait dit, mais heu hein on allait dire que j'l'a croyais sur parole ! Mais sinon là, la fille Ellan, j'en déduisais que ça devait être elle qui restait avec Emilia la plupart du temps. Ben oui j'étais une enquêtrice où j'l'étais pas, même que j'avais ma p'tite carte et tout et tout et tout, vous voulez vérifier un peu pour voir ??? Je pus pas trop m'appesantir sur la première de ses remarques, parce qu'elle enchaîna direct, comme si elle venait soudain de se souv'nir du principal nœud du problème ! Dis donc comme elle m'avait parlé comme si de rien était pour peu moi aussi c'était pareil ! Comme si on était des grandes copines ! Mais on était des grandes copines déjà !
-Mais hey ! Comment tu connais mon nom d’abord ? 
C'était mon touuuuuuur ! C'était mon tour, c'était mon tour, c'était mon tour !!!!!!!
- Je ne t’ai rien fait de mal j’espère ? Si jamais je t’ai regardée de travers une fois, c’est juste mon visage qui donne cette impression et il y a pas grand-chose que je puisse y faire. Et tu risques de tomber sur la rambarde comme ça.
Enfin presque ! Wow wow wow mais chut du calme, du calme, c'était à moi d'parler un peu j'ai dit, mais quand est-ce qu'elle allait me laisser en placer une ? Et dire qu'il y avait m'man qui osait m'dire que j'étais une vraie pip'lette, nan mais y'avait aussi du level d'l'aut' côté d'la famille hein ! Mais c'était gentil parce qu'elle s'inquiétait pour moi alors qu'elle m'connaissait même pas, ça me donnait encore plus envie d'l'aimer ben déjà parce que j'l'appréciais parce qu'elle faisais partie d'ma famille enfin autant elle cachait son jeu on savait pas et c'était rien qu'une grosse vilaine pas belle, même si comme ça quand même, elle avait vraiment pas l'air d'une grosse vilaine pas belle en plus elle était pas grosse. Et elle était pas moche non plus ! Donc elle pouvait être que gentille j'étais sûre !

Allez, on souffle un grand coup ! Parce que chaque chose en son temps hein !

- Tu veux dire, si j'fais... Comme ça ? Hé hop !!! je me mis sur un pied sur la rambarde mais sans r'garder en bas !

J'agrandis encore plus mon sourire pour voir si ça allait lui faire peur ou pas, avant de laisser la fin du suspens et de sauter sur l'pont les pieds joints, bien fière du p'tit effet qu'j'avais procuré, même si après coup je devais bien admettre que ça avait été un peu d'la folie d'faire ça parce que si j'étais tombée.... Bah en même temps j'étais pas tombée et même que j'm'étais même pas fait mal alors !

- Ben si en fait, l'aut' jour dans la salle des Gryffondor même que tu m's regardé d'travers et c'est pas très sympa parce que j'voulais juste te proposer des chocogrenouilles ! Je marquais la pause juste pour lui laisser l'temps d'fliper deux secondes, avant d'la rassurer quand même. Mais nan c'est pas vrai rien à voir ! Tu crois toujours tout ce qu'on te dit ? Extrapolai-je alors qu'elle avait même pas encore répondu. En même temps, elle avait extrapolé la première donc !

J'arrivai juste devant elle et pris sa main sans lui laisser l'choix pour la serrer avec vigueur. C'était pas tous les jours qu'on rencontrait sa cousine qu'on savait pas qu'on en avait une quand même !

- Mais alors moi, tu sais pas qui j'suis tu veux pas savoir ? J'suis Alexis !
C'était là qu'ça s'compliquait un p'tit peu plus hum... Ben heu alors le reste...

Je lâchai sa main, parce que j'savais pas trop lui expliquer l'pourquoi du comment avec tact, donc ben j'allais faire d'la façon que j'faisais le mieux, c'est à dire sans tact.

- Ben en fait, alors y'a pas longtemps j'savais pas non plus, en fait j'ai su quand j'ai eu la lettre, parce que ben même que toi et moi, on est des cousines !
Maint'nant c'était son problème, j'étais SON problème elle avait pas l'choix que d'me croire ! Enfin c'est écrit dans la lettre que j'ai reçu, même que c'est ta mère qui l'a écrite, elle raconte d'aut' trucs dedans, tu veux voir ?

Quoi comment ça c'était trop cash ? Fallait bien qu'elle le sache un jour ou l'aut' de tout' façon alors quitte à être directe, il fallait l'être ! Sans attendre je sorti d'ma poche le parchemin tout plié pour le lui donner qu'elle puisse vérifier d'elle même

- Et boum ! Du coup, me v'là ! C'est bizarre hein ? Moi aussi j'ai trouvé ça bizarre quand j'ai lu, mais c'est plutôt cool tu trouves pas ? Fiiiiou attendez deux minutes, je reprenais ma respiration, sans me soucier de la façon dont elle allait encaisser l'coup parce que j'devais être la première à lui apprendre un truc comme ça sur sa vie ! T'façon elle avait plus l'choix, elle m'avait sur l'dos maint'nant !!!

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Jeu 13 Fév - 19:36

« Tu veux dire, si j'fais... Comme ça ? » Vous pensez que vous avait une idée assez précise sur le caractère imprévisible des gens ? Réfléchissez-y encore ! Parce qu’il n’y avait rien de plus aléatoire que le comportement d’un esprit humain, et que chaque jours on avait l’opportunité de faire une nouvelle découverte. On finit par se rendre compte de choses qui apparaissent évidente sinon, comme si elles étaient imprimé dans notre code génétique comme quelque chose qui allait au-delà même de la simple notion d’instinct. Mon prétendu « doppelgänger » prit une longue inspiration, et continua son numéro de funambule en se dressant sur une seule patte sur la rambarde du pont de pierre. Un peu comme un flamand rose, mais en beaucoup plus flippant comme scénario dans le sens où je n’étais pas vraiment super enthousiaste à l’idée de voir mon premier cadavre comme ça !
Les mots se coincer dans ma gorge sans que je ne puisse en prononcer un seul. De toute façon, qu’est-ce que j’aurais pu dire qui n’aurait pas risqué d’empirer la situation ? J’aurais pu crier aussi, mais là ce serait carrément un meurtre. Je savais que j’étais capable de taper dans des notes tellement aigües quand je m’y mettais que c’était limite si le cristal ne se fissurait pas. Alors je m’avançais d’un pas, doucement, la main tendue en direction de l’adolescente, la bouche entrouverte et l’air complètement hagard. À vrai dire je ne savais pas vraiment quoi faire, les battements de mon cœur s’était accéléré et instinctivement je m’étais rapprochée de la jeune fille une fois qu’elle ait terminé son petit spectacle par un petit saut à pied joint pour atterrir sur la pierre du fameux pont.
« Ne refais plus jamais ça ! » Laissais-je échapper en un murmure. Parce que oui, je trouvais l’expérience terrifiante ? Se rendait elle compte qu’il suffisait d’une chute de cinq seconde pour qu’un corps humain moyen culmine à une vitesse de cent quatre-vingt kilomètre heure ? Bien sûr au bout d’un moment l’accélération s’arrête pour plafonner à une vitesse de trois cent kilomètre à cause de la résistance de l’air, il n’empêche ! C’est beaucoup, et sans airbags, aussi sorcière soit elle c’était mortel.
Mais c’était peut-être aussi mon problème à moi, dans le genre où je ne vivais pas les choses moi-même mais toujours à travers le point de vue d’un autre. Je paniquais assez facilement lorsque c’était quelqu’un d’autre qui devait prendre des risques. Si un truc que j’avais appris auprès de Serana, c’était que quand il s’agissait de mon corps j’étais beaucoup plus tolérante. Après tout je me suis déjà retrouvée suspendue sur le toit de l’école la tête en bas et je retournais quand même incessamment à ses séances de tortures.

Alors oui probablement… Je m’inquiétais un peu trop pour les autres, et pas assez pour moi. Mais dans l’ordre général des choses je ne faisais jamais rien d’extravagant parce que je n’aimais juste pas le risque en général. Cela n’était pas non plus phobique, mais ça aurait pu l’être. D’une certaine façon je préférais la compagnie de deux»trois livres pas trop dangereux qu’une aventure à une patte sur une rambarde épaisse comme ça. Mais elle ça la faisait carrément sourire !
Et je connaissais ce sourire en quelque sorte, parce que c’était un trait qui semblait revenir dans ma famille et qui sautait parfois une génération comme cela l’avait fait avec moi. J’avais plutôt hérité du caractère de mon père à ce sujet. Le milliardaire canadien ne jouait pas avec sa vie, il était implacable et intransigeant : ma mère n’étant qu’une erreur de parcours apparemment.
« Ben si en fait, l'aut' jour dans la salle des Gryffondor même que tu m's regardé d'travers et c'est pas très sympa parce que j'voulais juste te proposer des chocogrenouilles ! » Légèrement embarrassée, la gravité semblait s’être alourdi puisque ma tête retomba sur mes baskets et semblaient avoir du mal à s’en détacher. Mais qu’est-ce que je pouvais dire ? Je ne faisais pas exprès d’avoir cette tête-là, cette mine-là, cette expression… Non, j’étais simplement dans mon monde en essayant de me mouvoir en dérangeant le moins de personne possible, parce que je savais que cette satané langue avait tendance à échapper à mon contrôle.
Je passais nerveusement une main dans mes cheveux, tout en essayant de redresser la tête en prenant la mine d’un chien abattue, vous savez : la base quand on cherche à se faire pardonner, mais la mine d’Alexis avait à nouveau changé. « Mais nan c'est pas vrai rien à voir ! Tu crois toujours tout ce qu'on te dit ? »
Un peu vexée, je croisais mes bras en fronçant les sourcils. Nah nah nah ! J’étais à peu près aussi mauvaise joueuse que l’on pouvait l’être alors quand on essayait de jouer avec moi et que l’on réussissait cela me frustrait.
« Non… Juste de plus en plus souvent ces derniers temps. » Je me souvenais des madeleines de Mathews, un frisson parcourut mon échine et je pouvais sentir mes poils s’hérisser. Le Poufsouffle avait ses propres moyens pour être effrayant ! Mais aujourd’hui Caleb n’était pas le problème, non la véritable question était que je me retrouver avec une funambule inconnue de ma propre maison sur le pont de pierre et que je ne savais absolument pas ce qu’elle me voulait ! Après m’avoir traquée pendant tout ce temps comme une ombre, je ne pouvais pas croire que ses intentions s’arrêtaient à me faire friser l’arrêt cardiaque. Soudainement, elle m’agrippa la main pour la serrer avec plus de vigueur que nécessaire ce qui eut pour effet de me surprendre. Les yeux écarquillé j’attendais qu’elle explique ce rapprochement soudain.
« Mais alors moi, tu sais pas qui j'suis tu veux pas savoir ? J'suis Alexis ! » Mais si justement ! C’est tout ce que je veux savoir depuis le moment où elle avait décidé de me prendre en chasse ! Alexis, c’était un joli prénom, et puis elle me ressemblait assez pour que je sois obligée d’admettre qu’elle aussi était jolie.
« Ben en fait, alors y'a pas longtemps j'savais pas non plus, en fait j'ai su quand j'ai eu la lettre, parce que ben même que toi et moi, on est des cousines ! » On est des quoi ? J’avais l’impression d’avoir à la fois clairement entendue quelque chose que je n’étais pas certaine d’avoir entendue. Un sentiment assez contradictoire venait de m’envahir, et je devais procéder l’information, la faire atteindre ma boîte crânienne. Immobile, je restais les yeux rivé sur le visage d’Alexia. Je voyais les similitudes mais quand même… Ca voulait dire que… Et que… .Personne ne m’avait rien dit ! Ou peut-être que… Enfin j’étais sonnée. « Enfin c'est écrit dans la lettre que j'ai reçu, même que c'est ta mère qui l'a écrite, elle raconte d'aut' trucs dedans, tu veux voir ? »
Cela n’était pas vraiment un secret, mais la relation que j’entretenais avec ma mère était pour le moins que l’on puisse dire relativement conflictuelle. En fait, depuis mon arrivée à Poudlard je n’avais fourni aucun effort pour rester en contact avec elle, mais lorsque je vis le petit bout de parchemin qu’Alexia cela ne faisait aucun doute. Malgré le fait qu’il ait été plié et froissé, c’était bien son écriture que je reconnaissais. J’attrapais le petit bout de parchemin, le regardant sévèrement pendant quelques secondes…  On aurait pu me prévenir avant non ?
« Et boum ! Du coup, me v'là ! C'est bizarre hein ? Moi aussi j'ai trouvé ça bizarre quand j'ai lu, mais c'est plutôt cool tu trouves pas ? »
Je me détachais de ma lettre, pour regarder ma cousine de haut en bas. Un léger sourire s’étira sur mes lèvres tandis que je notais chaque similitude que je pouvais trouver. Je ne savais pas vraiment comment j’étais sensée réagir, mais tout ce que je savais c’était que le problème que j’avais avec ma mère n’avait rien à voir avec Alexis et à part cette sensation que mon cerveau était entrain de fondre sur place, j’étais même assez heureuse de savoir qu’il y avait un petit peu de famille à l’école. Le château était grand quand on était seule. Cela me prit quelques secondes, mais je finis par briser le silence, parce que c’était quand même positif d’apprendre que l’on avait une cousine toute neuve quel que soit les circonstances.
« Ouais carrément cool ! Tu permets ? Je sortais de mon sac un miroir de poche que je gardais parce qu’on ne savait vraiment pas quand est-ce que l’on pourrait en avoir besoin. Maintenant semblait un moment parfait ! Pas pour se maquiller mais plutôt pour ça : Je me plaçais mon visage juste à côté de celui d’Alexis au-dessus de son épaule en m’étirant quelque peu sur la pointe des pieds, et je mettais le fameux miroir juste en face de nos deux têtes réunis. Trop cool même ! Tu pourrais presque passer mes examens pratiques à ma place ! M’exclamais-je en imaginant vaguement que le monde serait tellement plus beau si je n’avais pas besoin d’agiter ma baguette face à des professeurs aigris.
Sans chercher à lire le bout de parchemin qu’elle m’avait tendu, je le repliais pour le fourrer dans une de mes poches. Toujours en maintenant le sourire je me replacais devant la rouge et or.
« Pourquoi ne pas me l’avoir dit plus tôt ? Je suis pas folle, ça fait quelques jours que tu es au courant non ? Toujours avec cette même pointe d’excitation dans la voix. En plus t’es à Gryffondor, ça veut dire que l’on pourra passer pas mal de temps ensemble ! Dis-moi je veux tout savoir sur toi ! J’ai jamais eu que des garçons dans ma vie de famille, avoir une fille parait tellement surréaliste ! Plus de frayeur maintenant, j’ai vraiment cru que t’allais tomber à cause d’un coup de vent !  La suppliais-je tout en maintenant mes deux mains liées.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Ven 28 Fév - 15:49

Quoi ???? Comment ça est-ce que j'avais pas l'air étonnée ???? Pour moi la surprise elle était passée d'puis quelques jours d'jà donc bon, j'avais pu apprivoiser ma fameuse cousine qu'j'avais pas avant à distance et pis c'était pas l'genre de nouvelles trop horrible genre ben une mort subite ou aut' chose dans c'goût là où c'est quand même plus difficile d's'y faire alors que découvrir une nouvelle cousine copinette, moi j'trouvais ça tellement super, que limite le seul truc qui pouvait m'souler, c'était d'pas l'voir appris avant, ni d'l'avoir connu avant, mais maint'nant c'était pas grave parce qu'on allait pouvoir faire plein plein d'trucs, c'était génial parce que c'était pas comme avec mon p'tit frère, on s'amusait ensemble et tout mais il était quand même vach'ment plus turbulent qu'moi alors y'avait toujours c'moment où m'man elle débarquait en troooombe parce qu'il s'apprêtait à monter sur mon dos pour faire l'cavalier et moi l'cheval et elle l'attrapait dans ses bras au dernier moment et même qu'c'était pas juste encore une fois parce que bah c'était moi qui m'faisait disputer et tout alors que même que j'avais rien fait c'était trop nul ! Et Puis ben on pouvait pas trop trop jouer aux jeux vidéos ensemble parce que c'était pas les mêmes, les miens ils étaient plus durs et pis c'était relou parce que quand il y arrivait pas il s'mettait à pleurer et tout et moi ça m'soulait trop, donc ben à la fin c'était réglé et on finissait par s'chamailler et après c'était à moi qu'on disait qu'j'avais pas d'patience parce que j'étais en train d'lui crier d'ssus qu'il était qu'un pleurnicheur !

Avec Emilia, j'imaginais déjà plein plein d'trucs pas pareils, genre ben qu'on allait pouvait faire comment deux sœurs elles font, mais comme on était pas des sœurs c'était encore mieux, en fait c'était entre les deux, à la fois on était d'la même famille mais au moins on pouvait faire des choses que les copines elles faisaient entre elles, sans se disputer sans arrêt elles aussi parce qu'elles s'montaient l'une sur l'autre et qu'elles s'supportaient plus. Là on allait pouvoir s'baigner dans l'parc ensemble, on allait pouvoir prendre nos r'pas ensemble, toussa toussa et moi dans ma tête c'était juste trop bien !

Excitée comme j'l'étais d'vant cette super nouvelle trop méga géniale, c'était juste pas possible que ça soit pas l'cas d'Emilia, j'pouvais pas l'envisager ! Parce que dans la lettre ma tante, sa mère donc, elle avait émit l'truc comme quoi ben p'tet qu'elle allait m'repousser ou un machin comme ça, et je m'étais dit NAAAAAAN, pas poss', mais là j'y repensais subitement à ces deux trois lignes hypothétiques écrite sur l'parchemin et autant j'me trompais, et.....

NAAAAAAAN !!!!!!
-Ouais carrément cool ! Tu permets ? J'eus un p'tit frisson quand Emilia s'approcha plus près de moi et que bientôt on vit nos deux visages côte à côte dans le p'tit miroir de poche qu'elle avait mis en face de nos visages et je fis un grand sourire à mon reflet et comme j'pouvais pas non plus m'tenir tranquille plus d'cinq secondes, je fis la grimace en rigolant en même temps. Trop cool même ! Tu pourrais presque passer mes examens pratiques à ma place !
A cette proposition, mon visage s'illumina, déjà parce que c'était l'genre d'idée que j'étais capable d'avoir toute seule, comme si elle lisait dans mes pensées et tout et tout ! C'était bien la preuve ça, qu'on était méga trop faites pour s'entendre ! J'l'adorais déjà, ouais ouais, t'façon comment j'pouvais faire pour pas aimer quelqu'un qu'était d'ma famille hein ??? Mais surtout, c'était parce que c'était top top top super comme plan !!!!!!

- Oh ouais ! C'est dans quoi qu't'es trop nulle ? Pourquoi t'es pas douée avec la baguette magique ? Moi c'est c'que j'préfère, avec.... j'allais dire l'vol et les animaux et tout, mais c'était pas tout à fait vrai parce que j'avais pas l'droit d'monter sur un balai, mais j'adorais l'vol quand même, c'était trop soulant, j'voulais en faire moi !!! et les cours de soins aux créatures magiques ça dépendait si c'était les verracrasses ou des animaux plus dangereux quoi. Vazy mais rien à faire des veracrasses !!!! Mais y'a des matière théoriques c'est nuuuuuul, genre les potions j'arrive pas à ret'nir et tout et puis même Nakamura elle me stresse là quand elle pas dans ton dos pendant les cours et tout ! Il est géant c'pacte, j'l'accepte !!!

Franch'ment, j'aimais trop les secrets parce que ça m'donnait l'sentiment d'partager un truc spécial et tout avec quelqu'un, qu'avec une seule personne quoi, c'était rien qu'à nous, et c'était pour ça que ben simpl'ment c'était over trop cool. L'enjeu pour l'moment je m'en fichais pas mal, et puis c'était des mots dits sur l'vif on y était pas encore, donc les conséquences, on pouvait dire qu'elles m'inquiétaient pas trop trop.
-Pourquoi ne pas me l’avoir dit plus tôt ? Je suis pas folle, ça fait quelques jours que tu es au courant non ?
J'éclatais d'rire, parce que quand même j'étais bien contente qu'mon p'tit stratagème il ait fonctionné ! Je hochai la tête avec enthousiasme avant de répondre :

- Ouais c'est ça. Mais attends, si t'était une fille pas drôle qui m'plaisait pas et tout et tout, j'avais envie d'savoir avant ! J'ai profité d'l'avantage que j'avais ! T'aurais fait pareil, j'suis sûre, non ? Parfois j'étais un peu du genre chacun sa peau, ça aussi c'était encore dû à mon p'tit frère. Mais ça va, j'ai vu qu't'avais l'air sympa, alors t'as d'la chance ! Rigolai-je.
-En plus t’es à Gryffondor, ça veut dire que l’on pourra passer pas mal de temps ensemble ! Dis-moi je veux tout savoir sur toi ! J’ai jamais eu que des garçons dans ma vie de famille, avoir une fille parait tellement surréaliste ! Plus de frayeur maintenant, j’ai vraiment cru que t’allais tomber à cause d’un coup de vent ! 
Je secouai vite la tête de gauche à droite pour qu'on laisse de côté mes sauts d'moutons parce que bon j'avais pas trop envie d'lui parler d'ma maladie, tout ça, j'sais pas, j'me disais qu'elle avait pas forcément b'soin d'savoir ça pour l'instant.... p'tet jamais pourquoi pas ! J'étais si « malade » que ça ! C'était juste que ben j'devais vivre avec quoi, mais j'allais pas clamser dans l'instant donc y'avait pas vraiment d'soucis à s'faire. J'pris la main d'Emilia dans la mienne pour qu'on parle tout en marchant, pour rev'nir dans la cours intérieure du château où y'avait des bancs où qu'on pourrait s'installer pour papoter.

- Ah bon pourquoi ? Et pis pourquoi est-ce que t'as mère tu lui parles pas ?
J'étais pas trop dans l'genre à y aller par quat' chemins, j'étais curieuse et j'voulais savoir donc autant emprunter la voie qui menait l'plus vite à la réponse ! Moi j'sais pas, t'veux savoir quoi ? J'ai un big secret à t'confier si tu veux ! Lui dis-je en ayant l'air la plus sérieuse du monde possible. Et ouais un secret encore un ! Même qu'on allait en partager plein à présent ! Il m'reste encore une dent d'lait c'est celle qui est tout au fond ! J'ouvris la bouche pour désigner la coupable. Mais c'est interdit de l'dire !

Je me rendis compte que comme j'étai super toute excitée, j'marchais d'un pas super rapide et avec d'grandes enjambées, emmenant Emilia à ma suite à chaque foulée. J'étais un peu essoufflée aussi je m'disais bien ! Je ralentis un peu l'allure, avant d'reprendre :

- Mais alors du coup, ça veut dire qu'tu fais que des trucs de garçons et tout ?  Genre j'ai des autres cousins que j'connais pas ???
Olalalala c'était trop trop trop d'infos d'un coup, pourquoi est-ce que j'avais pas un carnet sous la main pour entreposer un peu tout c'que j'allais bientôt apprendre ???? J'aime les trucs de garçons ils font des trucs cools ! La bagarre et tout ça encore c'que j'avais pas l'droit d'faire bien sûr. Mais aussi des trucs d'filles ! Parce que les belles robes et les belles jupes, j'aimais bien frimer avec d'vant tout l'monde !

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Lun 17 Mar - 1:53

Nous nous regardions dans le même reflet, et j’étais bien forcée d’admettre que les gênes ne mentaient pas. Il y avait cette frappante ressemblance entre nous qui me forçait tout simplement à croire tout ce qu’elle m’avait annoncé, pas besoin de lire la lettre de maman pour le confirmer. C’était ça, ou du polynectar. Je rayais le polynectar de la liste parce que de un non, et puis de deux il y avait quand même certain traits qui nous différenciaient et qui nous distinguaient. Pas besoin de se prendre la tête là-dessus, nous étions belle et bien de la même famille cela ne faisait aucun doute. Elle faisait la grimace, ce qui me fit sourire alors que j’essayais de garder une mine sérieuse histoire de faire une bonne première impression mais j’étais aussi intimement persuadée que j’avais été observé pendant des journées durant. Alors la première impression pouet pouet ! Elle devait avoir eut tout le plaisir de voir tous mes défauts au moins une fois et c’était probablement un peu tard pour s’en inquiéter.
Avoir une cousine, c’est quand même cool. Cela me permettait de moins me sentir seule et abandonnée face à l’immensité du château ! C’était même au-delà de cool, c’était la meilleure chose qui aurait pu m’arriver. En plus, elle avait l’air sympathique et ce n’était pas forcément une qualité que je pouvais donner à toutes les personnes de l’école.
- Oh ouais ! C’est dans quoi qu’t’es trop nulle ? Pourquoi t’es pas douée avec la baguette magique ? Moi c’est c’que je préfère avec… Elle s’interrompit me laissant un instant pour saisir toutes les questions qui venaient de m’être posées en même temps. Dans quoi est ce que j’étais bonne en fait ? C’était quand même une bonne question… Sur le coup j’aurais probablement dis que j’étais la plus douée en potion, et que j’arrivais à me débrouiller en botanique. J’étais capable de recracher les cours d’histoire de la magie, de faire des enchantements assez cool quand on me laissait le temps de le faire, et en général je me débrouillais dans tous les exercices qui demandaient l’usage d’une plume. Mon gros point faible restait tout ce qui était pratique, j’étais incapable de lancer un sortilège correctement sous la pression. Il n’y avait que les exercices longs, et qui demandaient de la précision dans lesquels j’excellais, mais j’y travaillais. En attendant je préférais ne pas avoir à dévoiler mes lacunes. Mais y a des matières théoriques c’est nuuuuul, genre les potions j’arrive pas à ret’nir et tout et puis même Nakamura elle me stresse là quand elle passe dans ton dos pendant les cours et tout ! Il est géant ce pacte, j’l’accepte !!!!
- Je me débrouille dans à peu près tout ce que tu sembles détester, dis-je en pouffant, j’ai une baguette capricieuse qui n’aime pas réagir au quart de tour. Du genre à brûler ce qui est sensé flotter par exemple. Je me rattrape en potion et dans à peu près toutes les matières théoriques parce que c’est plus simple pour moi de gagner des points quand je ne me sens pas pressée. Je panique facilement, avouais-je néanmoins en baissant un peu les yeux. Mais c’est cool que tu saches faire tout ça, rajoutais je en relevant les yeux sur ma cousine. Tu pourras m’apprendre entre les cours !
Je lui lançais un clin d’œil entendu tout en rangeant mon petit miroir de poche, dans le sac d’où il venait. Elle éclata soudainement de rire alors que je venais de lui faire un reproche, vachement atténuée par mon excitation, mais un reproche quand même. Je n’en tenais pas rigueur parce que al nouvelle était quand même largement positive, mais pendant un moment quand même je m’étais demandée si je n’avais pas été la cible de quelques esprits frappeurs qui cherchaient à me remplacer par tous les moyens possibles et imaginable.
- Ouais c’est ça. Mais attends, si t’étais une fille pas drôle qui m’plaisait pas et tout et tout, j’avais envie d’savoir avant ! J’ai profité de l’avantage que j’avais ! T’aurais fait pareille, j’suis sûre non ? Pour être franche je ne savais pas ce que j’aurais fait. Les si, les peut-être, bref tout ce qui était abstrait m’échapper un peu. Je ne me posais pas le genre de question de peur de me prendre la tête toute seule, mais pour ne pas vexer ma nouvelle cousine (enfin elle était plus âgée que moi), j’acquiescais quand même d’un hochement de tête. Mais ça va, j’ai vu qu’t’avais l’air sympa, alors t’as d’la chance !
- C’est gentil ! M’exclamais-je en prenant ses mains dans les miennes. J’ai pas vraiment l’habitude que l’on me qualifie comme ça. Tu as l’air cool aussi ! J’accompagnais son rire, avant de m’arrêter soudainement pour afficher une mine beaucoup plus sérieuse tout en croisant les bras sur ma poitrine. Il n’empêche… Commençais-je sur un ton faussement rancunier, tu m’as fait flippé pendant pas mal de temps avec cette histoire ! Et Ellan qui me croyait folle, c’était rageant je te jure. Renchéris-je avant de faire tomber les masques en éclatant de rire.
J’avais pas mal de défauts, mais je n’étais pas vraiment une revancharde sur ce genre de chose. Je vivais dans le présent, même si je n’en donnais pas vraiment l’air et je n’aimais pas avoir à me prendre la tête sur n’importe quoi. En fait, je faisais le tri. Entre les trucs que je jugeais plus ou moins grave sur une échelle où j’avais placé l’abandon de ma mère tout en haut de la liste à côté du « tu vires sale sorcière ! » de papa.
- Ah bon pourquoi ? Et pis pourquoi est-ce que ta mère tu lui parles pas ? Cela faisait beaucoup de pourquoi, mais il fallait dire que je la comprenais. Moi aussi je me posais plein de question, mais je n’avais peut être tout simplement pas la même énergie pour les poser. Je m’apprêtais à lui répondre mais elle m’interrompit avant même que j’eus le temps de dire quoi que ce soit. Moi j’sais pas, t’veux savoir quoi ? J’ai un big secret à t’confier si tu veux ! Elle avait un air sérieux, alors mon attention se fixa soudainement sur elle parce qu’elle semblait prête à confier un truc vachement important. Il m’reste encore une dent d’lait c’est celle qui est tout au fond ! Elle ouvrit la bouche pour me la désigner. Mais c’est interdit de l’dire !
- Je sais pas, commençais-je en alors que je dégageais mes mains des siennes pour les fourrer dans mes poches. Ca a toujours été papa, mon frère et moi. Pour maman c’est plus compliqué. Je crois pas que je sois encore en colère parce qu’elle a quitté papa quand j’étais petite parce que ça sert à rien, mais elle a tellement été absente de ma vie que j’ai pas vraiment l’impression d’avoir quoi que ce soit à lui dire. Je suis sa fille sur le papier, mais j’ai du mal à concevoir la relation. C’est un peu comme si on était étranger, et comme c’est pas facile je préfère fuir le contact parce que voila… C’est plus facile que d’avoir à s’expliquer. Surtout que je ne sais vraiment pas quoi dire. Je repris une longue inspiration avant de poser mon regard sur Alexis. C’était la première fois que je devais expliquer ma situation avec ma mère, et j’avais l’impression que l’on m’ôtait un poids de la poitrine. Enfin, repris-je pour tirer un trait sur ce que je venais de dire, pour ton secret : croix de bois, crois de fer ! Si je cafte j’irai en enfer, ta dent de lait est sous serment. Je m’inclinais comme pour sceller notre pacte, et je replaçais une de mes mèches qui en avait profité pour tomber sur mes yeux la friponne.
- Mais alors du coup, ça veut dire qu’tu fais des trucs de garçons et tout ? Genre j’ai des autres cousins que j’connais pas ??? Je secouais la tête pour dire non, enfin pas techniquement puisque notre relation familiale passait par la mère, et j’étais à peu près certaine que mon frère n’était pas sortit de son ventre à elle, mais d’une autre conquête que mon père avait abandonné après ma mère. J’aime les trucs de garçons ils font des trucs cools ! Mais aussi des trucs de filles.
- Pire ! Je corrigeais instantanément ma cousine face à ses croyances auxquels je devais mettre un terme. On me faisait faire ce que les garçons pensent que les filles font ! Ils ont essayé de m’apprendre le piano, à danser, coudre et jouer au bridge ! Echec total sur toute la ligne, je suis douée en rien de tout ça ! Alors oui des fois je squattais la console de mon frère… Demi, précisais je pour indiquer qu’il n’était pas tout à fait son cousin cousin, mais que si jamais cela se déciderait le jour où elle le rencontrerait. Mais en général on voulait me faire faire des trucs débiles. Papa a toujours été très à cheval aussi sur ma façon de me comporter pendant les soirées qu’il organisait, mais je suis pas vraiment douée pour ça non plus. Ma maladresse légendaire à tendance à passer pour de la mauvaise volonté, et je finis par exaspérer tout le monde, lançais-je en éclatant de rire. Mais pour ce qui est de savoir des trucs sur toi, et ben je sais pas moi ? Tu as des frères et sœurs ? Tu t’entends bien avec eux ? Tes parents sont tous les deux sorciers où comme moi il y en a un qui est… J’allais dire moldu, mais sur le coup je ne sais pas pourquoi j’ai trouvé le terme péjoratif. Enfin pas comme nous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   Lun 31 Mar - 16:27

- Je me débrouille dans à peu près tout ce que tu sembles détester, j’ai une baguette capricieuse qui n’aime pas réagir au quart de tour. Du genre à brûler ce qui est sensé flotter par exemple. Je me rattrape en potion et dans à peu près toutes les matières théoriques parce que c’est plus simple pour moi de gagner des points quand je ne me sens pas pressée. Je panique facilement. Mais c’est cool que tu saches faire tout ça. Tu pourras m’apprendre entre les cours !
Est-ce que j’avais d’jà dit que c’était méga over trop trooooop trop cool d’la mort ? Bon ouais j’l’avais d’jà dit mais ça f’sait pas d’mal de l’répéter, parce que c’était pas tous les jours qu’on f’sait la rencontre de sa cousine disparue ! Enfin pour qu’elle ait disparue.. Pour moi elle avait jamais vraiment disparu puisque je connaissais son existence que depuis que quelques jours mais enfin bref. Nan parce que ça aurait pu être une grosse débile qui avait même pas d’humour et qui m’aurait r’gardé de haut parce qu’on v’nait pas du même monde où j’sais pas, ou alors elle aurait pu être à Serpentard et moi toujours à Gryffondor parce il y en avait des pas drôle des Serpentard, comme si genre sous prétexte qu’ils étaient à Serpentard ils se devaient de faire « Bouhouuhouuu je tire une gueule d’enterrement parce que ça fait très classe ! »

Erreur. Ca f’sait surtout très con.

- J’suis sûre que c’est fait exprès, décrétai-je avec enthousiasme, pour qu’on puisse faire tout ce que l’autre elle sait pas faire ! C’est parce que parfois en cours on utilise des sortilèges qui sont pas marrants ! Tu verras ce que je vais te montrer, tu vas y arriver du premier coup ! Lui assurai-je.

J’allais lui montrer lesquels ? Oh il y en avait un qui était super, elle allait trop aimer en plus il était facile à apprendre on avait pas besoin de gigoter ses bras dans tous les sens, pour finalement secouer la baguette comme une possédée en priant très fort qu’ça marche.

Pas la peine d’poser la question, ouais ça m’était déjà arrivé.

- C’est gentil ! J’ai pas vraiment l’habitude que l’on me qualifie comme ça. Tu as l’air cool aussi ! Il n’empêche… tu m’as fait flippé pendant pas mal de temps avec cette histoire ! Et Ellan qui me croyait folle, c’était rageant je te jure.

Je fis la moue parce que mine de rien j’étais quand même bien contente de mon petit stratagème.

- Ellan, c’est qui Ellan ?
Elle parlait tout le temps d’elle, alors moi aussi, j’voulais savoir qui c’était ! Même si grâce à ma précédente investigation j’avais une idée d’la question, c’était sûrement c’te fille qu’avec qui l’j’la voyais toujours traîner, ça pouvait être que ça !

Je me formalisais pas lorsqu’elle lâcha ma main ; un bref instant j’eus la voix d’m’man dans ma tête qui m’dit que comme d’habitude j’avais encore mis les pieds dans l’plat comme j’savais si bien l’faire mais j’l’écoutais pas, parce que c’était ma conscience, elle essayait de m’faire culpabiliser (encore !), parce que toute façon, si j’écoutais m’man j’faisais jamais rien qu’des bêtises mais forcément c’était ça aussi quand on était toujours enfermé entre quatre murs on fait avec ce qui nous passe sous la main !


- Je sais pas. Ca a toujours été papa, mon frère et moi. Pour maman c’est plus compliqué. Je crois pas que je sois encore en colère parce qu’elle a quitté papa quand j’étais petite parce que ça sert à rien, mais elle a tellement été absente de ma vie que j’ai pas vraiment l’impression d’avoir quoi que ce soit à lui dire. Je suis sa fille sur le papier, mais j’ai du mal à concevoir la relation. C’est un peu comme si on était étranger, et comme c’est pas facile je préfère fuir le contact parce que voila… C’est plus facile que d’avoir à s’expliquer. Surtout que je ne sais vraiment pas quoi dire.

Je méditais trois secondes et demi là d’ssus. Trois s’condes et d’mi.

- Pourquoi est-ce que vous vous êtes pas vu plus souvent ? C’est un peu nul quand même, remarquai-je parce que même si m’man pour l’coup, j’l’avais toujours sur l’dos (bon j’aurais bien aimé l’avoir un peu moins quand même !) je m’voyais pas rentrer à la maison et qu’elle soit pas là pour m’attendre. Enfin j’ai compris c’que tu viens d’dire, repris-je, mais j’sais pas. Je haussai les épaules.

Elle m’assura qu’mon secret était bien gardé avec elle (il était bien au chaud aussi, tout au fond d’ma bouche) pour changer d’sujet et ça me dérangeait pas : y’avait tellement d’choses qu’on devait s’dire !


- Pire ! On me faisait faire ce que les garçons pensent que les filles font ! Ils ont essayé de m’apprendre le piano, à danser, coudre et jouer au bridge ! Echec total sur toute la ligne, je suis douée en rien de tout ça ! Alors oui des fois je squattais la console de mon frère… Demi. Mais en général on voulait me faire faire des trucs débiles. Papa a toujours été très à cheval aussi sur ma façon de me comporter pendant les soirées qu’il organisait, mais je suis pas vraiment douée pour ça non plus. Ma maladresse légendaire à tendance à passer pour de la mauvaise volonté, et je finis par exaspérer tout le monde.

Je tirai la langue en signe de dégoût face à ses explications. Barbaaaaaaaant ! Enfin parce c’qu’elle disait ! Je renchéris :

- M’man aussi au début elle a voulu m’faire faire des activités calmes un peu, dis-je mais sans en expliquer la véritable raison. Mais quand c’est trop calme ben ça m’énerve, j’ai pas la patience, c’est trop cool, moi aussi j’adore jouer aux jeux vidéos ! Et genre c’était quoi comme soirées ? Les trucs mondains comme on voit à la télé et tout ? J'savais pas qu’on faisait ces choses là pour de vrai !

Déjà parce que moi j’avais jamais participé à ces soirées, et puis j’sais pas c’était le côté irréel qui fait rêver aussi, qui nous fait croire que ben ça s’passe dans l’écran d’la télé et pas ailleurs. Pas dans la vraie vie. Mais c’que j’en savais moi, d’la vraie vie, à part celle qu’il y avait avec mes manettes pour jouer après tout.


- Mais pour ce qui est de savoir des trucs sur toi, et ben je sais pas moi ? Tu as des frères et sœurs ? Tu t’entends bien avec eux ? Tes parents sont tous les deux sorciers où comme moi il y en a un qui est… Enfin pas comme nous ?

Avant de me lancer corps et âme dans un autre flot d’paroles, j’avalais ma salive, enfin c’qu’il en restait parce que c’était vrai qu’j’avais la gorge un peu sèche. En même temps, j’avais quand meme douze années d’ma vie à raconter, c’était pas rien !!!

- Ouais j’ai mon p’tit frère et ça va il est gentil, il est plus p’tit qu’moi, mais parfois on s’dispute quand même, parce qu’il est casse pieds par moments, j’te jure ! Et puis alors p’pa il est sorcier, il était à Serdaigle avant, et m’man nan elle est moldue. Tu joues à quoi comme jeux vidéos ? Demandai-je, passant du coq à l’âne une fois d’plus. Ah mais tiens on va où là ? Questionnai-je parce qu’on marchait, on marchait d’puis tout à l’heure mais j’savais même pas vers où. Ca te dit on retourne dans la salle commune ?

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un air de famille ¤PV¤   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un air de famille ¤PV¤
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: 1er étage :: Le pont de pierre-
Sauter vers: