RSS
RSS
Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini

 

Partagez | 
 

 Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité




MessageSujet: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   Sam 1 Fév - 16:05


- Euuuhh… Joker ?
S’exprima le garçon en prenant un air carrément surprit. Il n’était pas rare de croiser la silhouette d’Elijah Liechtenstein accompagner par le surveillant du château, c’était un spectacle quotidien qui ne semblait jamais lasser l’auditoire improvisé qu’il se créait partout où il décidait de frapper. L’air exaspéré ‘O’Connely face à l’attitude nonchalante de l’adolescent ne semblait pas déranger pour le moins du monde ce dernier qui avait décidé d’occuper son attention à une jeune Serdaigle qui le regardais avec un air ébahis. Il voulut lever la main pour le saluer, mais il fut rapidement stoppé net dans son mouvement par le surveillant qui lui intimait par un regard appuyé que ce dernier ferait mieux de se concentrer sur les faits qui lui était reproché aujourd’hui.


- Pardon vous disiez ? L’insolence du jeune homme ne semblait pas avoir de limite, et si l’on s’approchait d’assez près on aurait pu voir de la fumée s’échapper des oreilles du pion qui pensait très probablement qu’il avait mieux à faire que de passer son temps à rabrouer le jeune étudiant.
- Vous vous moquez de moi ? S’emporta l’adulte en serrant un peu plus fort le poignet du vert et argent.
- J’ai été distrait, je crois que je lui plais. Renchérit le jeune homme sur le ton de la confidence. Elle est plutôt jolie vous ne trouvez pas ?
- Vous serez collé pendant une semaine ! Le surveillant était à présent entrain de vociférer, et au milieu des jurons l’adolescent se perdait à nouveau dans l’azur du regard de la petite brune la bas. Attendant tranquillement que le surveillant finisse par quitter les lieux. L’incident clos, l’adolescent eut tout le loisir de repenser aux réprimandes du gardien de l’école. Cet imbécile ne comprenait donc pas que lorsque l’on disposait d’un stock massif de bombabouse il fallait s’en servir ? Que de les empiler dans un coin de son armoire à l’infini n’avait absolument aucun intérêt, et que seul l’existence d’une certaine source de chaos pouvait justifier la notion même d’ordre. En suivant ce raisonnement à la lettre, le jeune garçon se disait que le surveillant devrait le remercier plutôt que de passer son temps à lui écraser les tympans avec ses retenues qu’il distribuait plus rapidement que son ombre, après tout il justifiait la raison même du salaire de l’adulte.

Sans trouble fait comme lui, il n’y aurait jamais eu de besoin d’employer un ecervelé pour garder les chères petites têtes blonde de Poudlard.

Sans plus attendre, il se laissa glisser près de la Serdaigle qui le regardait désormais du coin de l’œil. Un sourire malicieux au coin des lèvres il décida de faire confiance à son charisme naturel de mauvais garçon.

- Tu es jolie, tu devrais m’accompagner pour le bal de ce soir ! Elijah n’avait jamais été reconnu pour son tact ou sa douceur. Comme une tête chercheuse, il n’allait pas par quatre chemin lorsqu’il s’agissait d’atteindre sa cible. A bas la vaine hypocrisie d’une vaine finesse dont la définition ne resterait à jamais qu’une succession de mot incompréhensible aux yeux du jeune disciple du désordre et de la brutalité. Séducteur dans l’âme, il plongeait son regard sombre dans l’abîme azurée de la jeune fille.
- Tu es le jeune Liechteinstein c’est ça. Fier de voir que sa renommée n’était plus à faire, il bomba quelque peu le torse en s’affichant clairement en tant que dominant en réajustant son col. En voyant la rougeur qui commençait à imprégner la peau claire de la jeune fille il ne put s’empêcher de sourire.

- C’est lui… Enfin c’est moi.
-Je suis désolée mais on m’a déjà demandé, il y a deux jours j’aurais dis oui sans hésité. C’était quoi déjà le proverbe que l’on utilisait dans ce genre de situation déjà ? L’oiseau matinal attrape le vers ? Que l’oiseau aille se faire voir. Le Serpentard effleura la main de la jeune fille et après un court regard langoureux estima qu’il avait assez perdu son temps.

- C’est dommage, on se serait bien amusé. Il s’éloigna d’un pas joyeux sans ne plus y repenser. Dans son esprit, la Serdaigle était déjà morte pour lui.

Cet interlude ne mettait pas fin au problème majeur qui s’imposait à l’esprit du vert et argent. En effet, à trois heures des festivités de fin d’année, il n’avait toujours pas trouvé de chaussure à son pied. Par chaussure le garçon entendait bien sûr le genre féminin dans son ensemble, et pendant un moment de désespoir il avait même imaginé demander à Hyde ce qu’elle dirait s’il lui proposait de l’accompagner… Sauf que cela aurait tué à peu près tout ce qu’il y avait d’amusant dans l’évènement. Hyde était cool, juste pas aussi cool que ça lorsqu’il s’agissait de swinger sur du blues et de se perdre dans les flirts incessants que l’adolescent collectionnait avec la même ferveur qu’il appliquait à faire ce qui lui chantait.

Poussant la porte de la salle commune avec son habituelle mine triomphante, il salua rapidement son cousin qui s’était installé de tout son long sur le canapé le plus confortable de la maison Serpentard. Il le savait parce qu’il les avait lui-même tous essayer, et leur avait attribué une note par rapport à ceux qu’il trouvait chez lui. Ils étaient tous d’une qualité médiocre, mais dans une salle comme celle-ci, s’était un peu la place du roi.

Il finissait par s’habiller en prévision de l’évènement annuel. Il s’agissait pour lui de son premier bal à l’intérieur de Poudlard, et l’absence de cavalière à son bal n’allait pas lui gâcher ces précieux moments de jeunesse. Enfilant un des nombreux costumes qu’il avait dans son placard, il voulait se donner un air classe et décontracté. Les tons clairs était de mise, et lorsqu’il fut enfin satisfait de son propre reflet dans le miroir, il passa ses deux mains dans ses cheveux afin de lui donner un effet décoiffé qu’il appréciait particulièrement.

Lorsque le jeune homme franchit à nouveau la porte de la salle commune, celle-ci s’était clairement vidée. La plupart des élèves partaient pour le bal, et le garçon décida d’en faire tout autant. Se faufilant avec une aisance surprenante au milieu de la foule, il finit par atteindre la salle de bal et assez curieusement à l’avis du serpentard, la musique était décente.

La première étape de toute soirée était claire comme de l’eau de roche dans l’esprit du garçon. Prendre un verre de bièraubeurre, s’asseoir auprès d’autres célibataires se joindre discrètement à l’une des conversations et scanner la salle à recherche d’une proie éventuelle.

Il ne mit pas longtemps à trouver la table puisqu’un Serpentard de son année le reconnut tout de suite. Il lui fit une tape amicale au niveau de l’épaule et se contenta d’un « Comment tu vas ? » parce qu’il n’arrivait pas à se souvenir de son prénom.
- Elijah Lichtenstein. Ce mec est absolument génial, aujourd’hui encore il a fait exploser le couloir de la salle de métamorphose. Face à la pointe d’admiration clairement exprimée par le timbre aigüe de la voix du garçon, Elijah ne put s’empêcher de se féliciter. Toutes ces heures de retenues valaient la peine au final. Tu es de la famille de Mister Serpentard ?

- C’est mon cousin. On est comme ça tous les deux. Alliant le geste et la parole il joint ses deux mains ensemble pour indiquer qu’il était super proche avec Ulrich. C’était un mensonge parce qu’il fallait bien admettre les occasions où la branche principale de la famille s’intéresse à un jeune cas social comme lui étaient assez rare. Mais personne n’avait besoin de le savoir.

Répondant au tac au tac aux injonctions diverses du groupes de garçons, il finit par croiser le regard d’une jeune fille.

*10.* Pensa le jeune garçon tout en s’excusant d’un signe de main auprès de ses compagnons de soirée. * Une note optimale.*

Cette fille, esseulée dansaient toute seule de façon assez approximative sur un rythme tout aussi approximatif. Face au bruit, en expert des situations bruyantes où la communication par voie orale demandait des cordes vocales en acier, le jeune garçon se plaça intentionnellement  sur la trajectoire d’un mouvement de bras de l’adolescente. Feignant la grimace au moment de l’impact, il savait qu’il avait pour le moins obtenu l’attention de la jeune fille. Plantant son regard comme des poignards dans les cavités oculaire de la jeune fille, remplaçant instantanément sa grimace par un sourire en coin, il ne pouvait s’empêcher d’admirer l’apparence sans pareille de la jeune fille.

- Toi et moi on devrait danser ensemble. S’emporta le jeune garçon une main toujours porté à l’endroit où il s’était pris le coup. Tu m’as blessé, tu me dois au moins ça. Pas de pitié en période de chasse, les canards volent haut en cette période de l’année.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Re: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   Jeu 6 Fév - 17:43

Rooobe ::
 

- Ma robe, comment est-ce que tu l'as trouve Alexis ? Whaaaaaaat ? Nan mais sérieux est-ce que moi j'avais une gueule à savoir qu'est-ce que j'en pensais d'sa robe.

En fait si. Mais ça, j'pouvais lui assurer mentalement qu'elle voulait pas l'savoir. J'lui répondis d'ailleurs. Dans ma tête. C'était mieux pour elle, fallait qu'elle m'fasse confiance.

- Jdfrmlfg, que j'lui dis-je quand même pour la forme. Nan en fait la p'tite histoire, c'était qu'j'étais sur mon lit dans l'dortoir de Gryffondor entrain de m'emplâtrer de chocolat dans la bouche pour la seule et unique bonne raison que j'venais de m'faire larguer par l'amour de ma vie et donc que ben j'avais l'coeur brisé.

Nan mais en fait c'était pas vrai, c'était juste que l'chocolat, ben c'était trop trop bon et qu'il y avait rien d'autre pour justifier ça. Nan mais c'était qui qui en voulait d'ailleurs, nan mais n'importe quoi !

- Je tiens vraiment à avoir ton avis tu sais, je ne veux pas avoir l'air idiote le jour du bal ! Hahahaha puissance dix milliard de l'infini. Ben là meuf, j'pouvais t'dire que t'étais mal barrée. L'espoir fait vivre hein comme disait l'autre.

Ben j'fais quoi, j'lui dis ou j'lui dis pas ? J'fais la sympa ou la pas sympa ? Après c'était question d'point d'vue également parce que quand tu f'sais des trucs dans l'intérêt des gens ben souvent ils vous voyaient comme les gros méchants d'l'histoire. Bah nan mais ouais, genre !

- Parfaite,
mentis-je avec ce sourire que j'servais à m'man quand je disais que ouuuuais j'avais pas fait d'balançoire pendant son absence parce que il fallait pas qu'j'en fasse toute seule, c'était pas pour des enfants comme moi !

Genre, encore une fois !

- Tu crois ? Nan j'crois pas, nan nan. Je haussai les épaules parce que j'y retournais franco avec le chocolat. Comme j'disais : rien à foutre de sa robe. Donc Liam il va l'aimer tu crois ? Oh nan maint'nant y'avait l'mec qui entrait dans l'affaire et moi ma patience pour ses conneries à cette fille elle avait ses limites.

- Ben écoute puisque la méthode douce ça t'plaît pas, autant te l'dire tout d'suite
 ; je haussai un sourcil en la dévisageant de bas en haut, mâchant mon chocolat. J'avalais ma grosse bouchée avant d'terminer, va pas au bal ou vas y avec un cavalier bigleux. Si tu restes ici, t'auras ta pote la barre d'chocolat ! Je montrais la mienne.

Et voilà que j'fais les gros yeux, quat' trois, deux un.... J'me mets à pleurer, j'enlève ma meringue géante, je me balade tout' nue dans les dortoirs en mode exhibitionniste WHOUHOUUUU C'EST LA FETE, et voilà, c'était moi la connasse du coin alors qu'j'avais été la seule à lui dire la vérité de toutes les meufs qui étaient présentent et qui était en train d'se préparer. Y'allait p'tête falloir que j'm'y mette moi aussi.

- Mais qu'est-ce tu t'en fous du cavalier ! Grommelai-je en me levant pour aller chercher ma robe rangée dans ma valise.

Nan mais moi aussi j'étais trop impatiente du bal et tout parce que j'trouvais ça trop cool d'mettre des belles fringues et de démêler ses beau ch'veux, mais alors l'cavalier nan mais WTF, beuuuuuark, qu'est-ce que j'pouvais en avoir à foutre de celui là ! Naaaaaan moi c'que j'voulais c'était aller bouffer au buffet parce que déjà qu'en temps normal c'était bon alors là c'était que ça allait être encore meilleur c'était franchement trop obligé ! Pis j'avais quand même bien hâte d'montrer ma belle robe à tout l'monde, avec m'man là d'ssus y'avait pas d'problème de disput' ou quoi parce que c'était les moments où on était sur la même longueur d'ondes et avec moi elle avait choisit une belle robe pour moi que j'allais pouvoir mettre avec une paire de ballerines d'la même couleur qu'ma robe noire, parce que fallait êt' une grosse zinzin d'la vie pour porter des godasses avec des talons, comme on d'vait avoir trop mal au pied d'dans ! J'adorais met' celle de m'man pour jouer, mais avec mes ballerines non seulement elles étaient trop cool mais j'pouvais courir et danser avec sans tomber !!! Pour mes cheveux et tout je les relevai avec des pinces pour faire un truc qui était un chignon à la base mais en même temps ça partait dans tous les sens mais j'trouvais qu'ça f'sait beau aussi et tout et tout donc ben pour la peine j'gardais ça comme ça ! Avec mes aut' copines qui elles aussi elles s'en fichaient trop des cavaliers !!!! Ce soir c'était la fiestaaaaa quoi qu'il arrive !!!!!!!

Alors autant dire qu'les couples sur la piste qui f'saient.... ben leur couple quoi, ils prenaient toute la place et même que quand on s'mettait à côté d'eux pour danser ils faisaient exprès d'claquer leur langue cont' leur palet en mode j'suis pas content tu m'déranges j'veux bécoter ma copine ! Nan mais et mon poing dans ta troche, j't'en pose des questions 'spèce de gros naze, elle est à tout l'monde la piste de dans d'abord ! Les gens comme ça, j'faisais exprès d'les embêter encore plus ben parce que c'était des gros nuls fallait pas chercher à comprendre. Entr' temps j'partis bouffer parce que hein danser ça creuse la dalle et pour moi, manger ça f'sait partie d'la vie si ce n'est la vie pour les plus poètes. Et même pas peur de r'tourner en zone de turbulences just' ensuite fallait viv' un peu dangereusement dans la vie (et Chuuuuut faut pas l'répéter à m'man sinon même qu'elle va pas êt' contente!!!!!) et même qu'ensuite...

Hého nan mais ça fait maaaal, nan mais y'en avaient c'était des gros pouilleux de même pas r'garder où ils allaient !!!

- Toi et moi on devrait danser ensemble.Tu m’as blessé, tu me dois au moins ça.

Nan mais c'mec il avait un string et il l'avait craqué sérieux !!! Moi si on m'blessait ben... ben voilà c'était pas cool, mais j'aimais pas d'parler d'ça parce que voilà j'aimais pas y penser c'est tout parce que j'étais comme les aut' d'abord et là il m'y faisait penser, bref pour dire que voilà, moi j'en f'sais pas tout un fromage et quitte à faire, j'préférais l'manger ! Le fromage !!!

- Oh l'pauv' il veut un bisou magique !
Mais j'eus un sourire d'travers pour souligner l'fait qui pouvait toujours courir pour qu'ça arrive !!! Genre en plus t'penses qu'tu vas pouvoir t'nir le rythme ??? Et pis fallait r'garder où t'allais, c'est comme ça quand on est un nullos de la danse !!!

Et tooooooooc, nan mais j'allais quand même pas m'laisser faire pas un garçon nan mais qu'est-ce qu'il croyait il l'avait rêvé ou quoi hahahaha ????!

- J'parie que j'danse mieux qu'toi 'toute façon ! J'pointai mon doigt en avant dans sa direction, bien prête en c'qui m'concernait de lui mettre la pâté au défi que j'venais tout juste de lui lancer et si c'était une poule mouillée ou pas ! C'est obligé que j'gagne, c'est toi qui rent' dans les aut', pas moi ! Me justifiai-je car j'allais pas m'laisser faire comme ça !!!

Tout à la provocation, je lui fis un large sourire encore une fois, mais pas celui d'la blonde écervelée comme celle de la salle co de Gryff tout à l'heure, mais plutôt, cherche pas à comprendre gars, j'vais faire qu'une bouchée d'toi si tu savais ! Là dessus, je me remis à m'agiter sur la piste de danse en faisant bouger ma robe dans tous les sens pour montrer à tous que les Gryffondor déjà ils étaient cool, et qu'ils avaient autant d'classe que le paon qui lui aussi s'tortillait sur ma robe. Il allait jamais t'nir le rythme comme j'venais d'lui dire, c'est clair !!!

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   Mar 11 Fév - 16:52

Sa langue passa sur ses lèvres une fois, le doux goût à la fois sucré et amer de la bièraubeurre continuait de se chahuter à l’intérieur de ses papilles gustatives ; l’air absent, le regard dans le vide rien ne semblait pouvoir atteindre le visage lisse du jeune garçon qui tenait sa main au niveau de sa tempe feignant difficilement une douleur quasiment imaginaire. Quasiment parce que le coup il se l’était pris quand même, mais le choc avait été au trois quart absorbé par un léger mouvement de recul qu’il avait effectué au moment de l’impact.
Le jeune adolescent n’avait pas pour habitude de s’appliquer sérieusement à suivre les règles d’une partie où les dés avaient déjà été jetés à sa place. Sombre et buté, du genre à n’écouter rien d’autre que ses propres envies, il semblait constamment évoluer dans une dimension différente de ses pairs : celle où rien n’était grave. Tout n’était que prétexte à un flottement dans lequel il semblait se repaître à coup de mensonges et de mauvais tours. Lorsqu’il devait lui-même faire conséquence à la brutalité de ses actions, il effaçait toujours la moindre trace de culpabilité en ce hochement d’épaule si particulier qu’il offrait à la jeune fille qui venait de poser son regard sur lui. Pourquoi être aussi sérieux ?
Ce trait de caractère lui valait en général plus d’ennui qu’autre chose, mais il s’en fichait parce que les ennuis faisait partie de son quotidien. Habituer aux migraines que lui causer l’autorité familiale à chaque fois qu’il se faisait prendre à faire n’importe quoi ce n’était pas maintenant qu’il allait entamer un retournement de veste et se montrer honnête envers la jeune fille pour plusieurs raisons. D’abord l’idée ne lui avait pas traversé l’esprit, et ensuite il la trouvait jolie. Il n’y avait rien de plus casse l’amour qu’un garçon qui faisait preuve d’état d’âme, ce que les filles aimaient c’était ce côté bad boy, ce petit côté joueur et insaisissable qui caractérisait si bien l’adolescent.
Alors quand il entendu pour la première fois la voix de la jeune fille au milieu de cet environnement bruyant, au départ il ne cherchait pas à comprendre. Ayant momentanément oublié qu’il était en présence de la demoiselle il se demandait si jamais il arriverait à chaparder une bouteille d’alcool pendant la soirée, parce qu’il savait que s’il y arrivait et qu’il se faisait attraper ivre par les autorités de l’école, cela agacerait au plus haut point sa famille. Rien qu’à cette pensée un léger sourire amusé déforma ses traits, tandis que la voix de l’adolescente résonnait comme un lointain écho dans ses oreilles.
- Oh le pauv’ i veut un bisou magique ! Bisou magique. Cela faisait longtemps qu’il n’en avait pas eu, à une époque sa mère essayait encore de l’élever comme un enfant normal et se prêter à ce jeu maternel qu’était de prendre les enfants pour des pantins abrutis dénué d’amour-propre. Elle avait vite arrêté en voyant que le jeune garçon s’appliquait volontairement à provoquer les catastrophes qui l’entouraient. Elle avait arrêté en espérant enrayer le comportement de son jeune fils, mais c’était trop tard. Comme inscrit dans son code génétique, Elijah était aussi insupportable que l’on pouvait se le montrer que l’on se décide à lui accorder de l’attention ou non.
Seulement voilà, s’il avait parfaitement conscience d’avoir passé assez d’année à exaspérer les membres de sa famille pour être rôdé en un seul coup d’œil, il n’avait pas l’habitude que l’on ignore ses avancements lorsqu’il, soyons honnête, si craquant. Sa démarche calme et posé, sa mine angélique, cette douce innocence qui semblait s’écouler de son regard moqueur, cette espèce d’aura de gaminerie qui faisait craquer les jeunes filles de sa tranche d’âge. Non, il n’avait vraiment pas l’habitude qu’on lui fasse front comme ça, aussi directement et aussi ouvertement. Pour marquer sa surprise, il haussa un de ces sourcils tout en se grattant derrière la nuque tandis qu’il se servait de cette opportunité pour à nouveau dévisager l’inconnue.
Cela n’était pas un moment anodin pour le jeune homme en devenir, c’était pour lui le premier signe d’un sentiment de reconnaissance : la jeune fille existait, et n’était plus qu’un simple ornement dont on pouvait se parer le temps d’une soirée avant de l’oublier dès le lendemain. Du personnage secondaire un peu chanceux, elle avait réussi à capter l’attention du Serpentard. Il y avait ce petit quelque chose de spécial qui se dégageait de chez elle qui semblait captiver le vaurien. Un truc indéfinissable qui était là sous son nez. Ce sourire en travers, ces paroles moqueuses, tout cela ne faisait qu’attiser l’envie du Serpentard. Ce qui n’était alors qu’un jeu venait de prendre une allure beaucoup plus sérieuse de son point de vue.
- Genre en plus tpenses qu’tu vas pouvoir t’nir le rythme ??? Et pis fallait rgarder où t’allais, c’est comme ça quand on est un nullos de la danse !!!
S’approchant de la jeune fille en reprenant une posture plus normale, oubliant l’acte qu’il s’était amusé à mettre en place l’instant précédent, il tendit son oreille gauche en la pliant avec sa main dans un mouvement qui voulait tout simplement dire : j’ai bien tout entendu là ?
- J'parie que j'danse mieux qu'toi 'toute façon ! Aux yeux du garçon, tout cela n’était qu’une question de point de vue, et les points de vue c’est un  peu comme les dragées surprises de bertie crochues : « on a beau aimer ça, on finit toujours par tomber sur celle qui a le goût d’une crotte de nez ». C’est obligé que j’gagne, c’est toi qui rentre dans les aut’, pas moi ! La provocation s’est bien quand on a un bon public assez réceptif et naïf pour y répondre. Heureusement pour elle, le Serpentard faisait partie de ces gens qui ne savait pas comment se retenir lorsqu’une occasion pareille se présenter à lui. Seulement il avait soif, pas assez pour quitter la jeune fille, mais il n’avait pas envie qu’un départ précipité puisse être interprété comme une fuite.
En danse, il y avait dans le genre trois écoles : celles qu’adoptaient tous les fils de… Qui consistait à allier la classe et l’élégance dans un enchaînement voluptueux de mouvements qui donneraient le tournis à n’importe qui n’étant pas familier avec le genre. Une danse plus moderne qui se caractérisait par les filles tentant de se montrer sexy, et des garçons un peu trop lourds priant pour que ces dernières aient ingurgitées assez d’alcool pour leur accorder un dixième de leur attention. La troisième, plus ridicule, mais qui bien exécuter avait le mérite d’attirer l’attention, quelques sourires et parfois une certaine admiration allant même jusqu’au culte. C’était un fait, les gens aimaient rire, et Elijah aussi, mais il ne dénier pas un certain sens pour l’esthétique : origine oblige.
Il s’avança donc un peu plus près de l’adolescente, les mains écartées, tournant en rond pour créer de l’espace dans ce hangar à pingouin. Lorsqu’il fut assez satisfait de l’espace qu’il s’était créé, il fit un léger clin d’œil à l’adresse de la jeune fille.
- J’aime cette musique ! Annonça-t-il tout en commençant un robot. En battle, la question est d’être en mesure d’allier des mouvements complexes dans le rythme de la musique imposé. Lichtenstein junior avait développé cette faculté très tôt, une fois qu’il avait compris que le meilleur endroit dans un endroit restait derrière le bar, et qu’il n’y avait rien de plus distrayant que de faire partie de la fête en faisant du flair. En jetant des bouteilles, et en apprenant à exécuter différents types de jonglages avec ces dernières il avait appris un même temps de nombreux enchaînements de danses qu’il exécuta face à la sorcière avec une agilité qui le surprit lui-même. A croire que les entraînements supplémentaires qu’il prenait en cours de potion à chaque fois que le professeur Nakamura tournait le dos avait porté leurs fruits au final.
- Je relève le défi ! Mais est ce que tu vas réussir à tenir le rythme? Rajouta le jeune homme en s’approchant de la jeune fille en imitant le mouvement du volatile communément appeler poulet. D'ailleurs est ce que tu savais que le mot rythme était jadis mon deuxième prénom ? On me l'a retiré pour rajouter un mot dans le dictionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alexis Field
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 289
Localisation : D. La réponse D. D comme Démmerde toi avec ça maintenant !
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Particularités: Hémophile. Mais c'pas important t'façon.
Ami(e)s: Les peluches. Ces trucs tout rembourrés qui font pas mal. [...] Non mais c'est une blague.
Âme soeur: Lolilol, trop Mdr. C'est un langage que tu comprends mieux peut être ?

MessageSujet: Re: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   Mer 19 Fév - 21:58

It's Raining Men !


M'man, elle aurait pas aimé que je me retrouve au bal. Enfin ouais, elle savait puisqu'elle avait choisit la robe avec moi en même temps j'aurais pu mentir mais ça aurait un peu chelou dans l'genre ouais bon m'man s'tu veux j't'explique à l'école ils ont dit que les nouveaux uniformes de sorcier, ben c'était pour le bal ! Parce que m'man elle était pas sorcière, c'était p'pa l'sorcier donc ça aurait été plus simple d'lui faire gober n'importe quoi, mais même ça fallait pas pousser mémé dans les orties et pis j'pense qu'elle aurait pas trop apprécié t'façon. Mais j'avais fait en sorte de poser les choses, ben bal tout c'qu'il y a d'plus traditionnel, on s'tient bien en se ret'nant péter parce que sinon c'pas classe et ça sent pas bon et v'là et j'étais trop sûre qu'après toutes les explications que j'lui avais fourni (c'était comme ça qu'ça marchait ent' nous deux, c'était un combat constant pour moi où j'étais obligée d'la convaincre que j'allais pas me faire attaquer par une plume si je m'baladais dans l'parc de l'école) elle pensait qu'on était tous des sages élèves qui dansaient sur des chansons douces en f'sant gaffe à pas s'marcher sur les pieds, sauf que hein quand on invente une vérité comme celle là, on sait bien, qu'la réalité en fait elle est tout autre et qu'elle bah s'apparentait plus à c'qu'il v'nait d'se passer genre pogooooooo c'est la fête du slip et tout c'qui s'en suit, sauf que bah déjà d'une c'était pas vraiment un pogo et d'deux si je m'retrouvais au milieu d'un pogo... C'était une belle manière d'finir sa vie ceci dit, à la limite j'préférais ça que d'crever dans mon lit parce que j'étais en train d'lire la lettre de mon amoureux transit d'amour pour moi, mais qu'en ouvrant l'enveloppe j'avais réussi à m'couper avec l'papier, faisant suivre tout un tas d'complications, et squiiiiiiick, DEAD.

Nan sérieux même Lara Croft dans les jeux vidéos que j'avais r'fait des dizaines et des dizaines de fois parce que ben quand on est moi on vit qu'à travers les jeux vidéos et qu'on peut crever autant d'fois qu'on veut. Quoi que ouais, bon c'était pas trop trop glam non plus d'l'entendre hurler puis d'écouter ses os s'briser, ça f'sait même un peu pathétique parce que la meuf elle butait tout plein d'mecs partout où qu'elle passait mais genre ben elle mourrait connement en criant comme une fillette parce qu'elle était bête et qu'au lieu de s'rattraper à l'échelle en face d'elle COMME ON LUI AVAIT DEMANDER 'TAIN MAIS LES JEUX PARFOIS, ben elle se rétamait la gueule dans l'vide.

Bien fait pour elle tient, elle l'méritait trop dans ces cas là.

C'soir, j'étais aussi invincible que Tomb Raider ! (C'était un vieux tic qui m'était resté genre quand j'étais p'tite j'croyais qu'la meuf ben en fait elle s'appelait Tomb Raider alors qu'c'était juste l'nom du jeu) et même sans mes guns (parce que y'avait des niveaux où fallait aller les chercher et tout et tout on les avais plus, bref je vous spoil pas l'jeu hein) ben ce type même qu'il me f'sait même pas peur ! Avec ses mèches de cheveux là, j'me crois trop beau, parce que mes mèches de cheveux comme ça, c'est fait exprès pour que ce soit trop beau ! Oulalalaaaaa mais alors il m'impressionnait pas du tout aussi parce que ben j'savais m'défendre moi, dans mes jeux vidéos à la fin du jeu même que ba c'était toujours moi la gagnante comme je jouais le héros CQFD ! Même que là, j'cachais mes deux holster (vides pour le coup mais je trouvais ça trop classe d'avoir des holster aux cuisses comme ça) sous ma robe. Je secouais la tête dans l'style ben son style à lui en fait, et ouais moi aussi j'pouvais l'faire et même qu'il m'impressionnait pas et j'men fichais s'il était cool ou pas cool en vrai parce qu'il m'était rentré d'dans en f'sant croire qu'c'était moi qui l'avait fait et tout et tout et ça m'avait agacé et quand ben j'étais pas contente pour moi tout l'monde était nul et puis voilà c'était lui qui avait commencé et même que c'est celui qui dit qui y'est !!!

- J’aime cette musique !

C'est pour ça que rien qu'part esprit d'contradiction je voulus lui rétorquer qu'moi non, mais au moment d'ouvrir la bouche bah il entama une danse un peu cheum sur l'coup, mais qui m'hypnotisa quand même ben parce que tout simpl'ment c'était l'seul à danser comme il f'sait et ça m'fit sourire parce qu'il avait l'air con, mais qu'c'était drôle d'avoir l'air con.

- Je relève le défi ! Mais est ce que tu vas réussir à tenir le rythme?

Le crédit qu'j'lui avais accordé ne fut que d'courte durée, nan mais pour qui donc qu'il s'prenait celui là ???? J'pointais mon index un peu en d'ssous d'là où s'rejoignait mes deux clavicule dans une caricature du « c'est à moi qu'tu parles là mec ??? » la bouche légèrement entrouverte, ce qui lui permit d'en rajouter une couche tout à la suite :

-D'ailleurs est ce que tu savais que le mot rythme était jadis mon deuxième prénom ? On me l'a retiré pour rajouter un mot dans le dictionnaire.


Mon visage s'fendit alors d'un grand sourire qui s'voulut d'travers. J'tapais du pied pour trouver la cadence.

- Ouais comme l'orgueil quoi ça aussi on t'la r'tiré ! Pouah bien fait ! Mais t'sais comme j'te dis t'as aucuuune chance, avec tes ch'villes enflées comme là t'vas juste t'casser la gueule et t'vas voir, tu vas m'supplier qu'on arrête parce que j't'aurais mis la honte !

Mais il en avait rien à fout' parce qu'il avait d'jà commencé une danse qui... Ahahahaha un vrai poulet nan mais j'vous jure ! Au moins il avait pas peur du ridicule, même s'il y avait des gens qui commençaient à r'garder drôlement d'not' côté et comme pour répond' à tout ça comme un gros fuck levé dans l'ciel mais en mode Just Dance (javais tout un tas d'jeux à la maison j'vous dit !) j'me mis à m'déhancher à la manière d'une danse disco en bougeant mes hanches d'chaque côté au rythme d'la musique en plaçant deux doigts d'vant mes yeux, d'abord d'la main droite, pis d'la gauche, tout en entamant l'refrain, parce que vous savez IT'S RAINING MEN, alléluia, j'avais toujours battu mon p'tit frère (bon ouais il était p'tit mais on s'en fou j'gagnais quand même) à c'jeux là aussi personne pouvait test' !

- C'trop simple si tu choisis c'que tu dois danser, j'change les règles !
Décrétai-je tout à coup, après m'être quand même bien marrée d'vant sa démo. T'vas faire... je réfléchis, je réfléchis.... T'vas danser comme un loup ! J'savais pas comment les loups dansaient mais il allait s'démerder pour trouver sinon c'était qu'une mauviette ! Et c'est moi qui décide si t'as réussi ou pas !

Là dessus paume retournée et bras en avant j'désignais la piste de danse où on était encore pour qu'il puisse s'exécuter face à mon nouveau défi, et sachant qu'à cause d'ça, j'm'exposais à un retour d'médaille assez costaud sûrement.

Et pourtant, j'adorais l'excitation qu'j'étais en trains d'ressentir face à cette perspective.

_________________



Neuf personnes sur dix aiment le chocolat; la dixième ment.



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   Sam 1 Mar - 11:55

Y.O.L.O ! You only live once, ou alors « on ne vit qu’une fois » pour ceux qui ne serait pas habituer au terme. Y.O.L.O. Une expression désormais à la mode qui semble envahir notre quotidien et que l’on a désormais tendance à utiliser à tort et à travers pour d’obscurs raisons. Mais il n’y avait pas non plus de meilleure façon de décrire les réactions erratiques et irrationnelles du jeune garçon qui n’était basé que sur l’impulsion soudaine dû à une pensée ou une soudaine intuition. Vous savez, celle qui vous guide lorsque vous vous attendez le moins, celle qui vous indique la direction à prendre lorsque vous êtes perdu.
Elijah aimait le risque, cela n’était un secret pour personne, mais personne ne se rendait compte à quel point ces prises de risques n’étaient dû qu’à la simple volonté de ne pas agir comme le reste du monde. Comme le dernier des dodos sur terre, Elijah réagissait en parfait réactionnaire à l’invasion féline ou des canidés en tout genre. Si le monde entier décidait de tourner à gauche, il tournerait à droite juste pour pouvoir dire qu’il n’était pas celui que l’on pensait.

Il y a des choses que l’on aime, et des choses que l’on n’aime pas. En général, cela fait partie de notre nature en tant qu’être humain de vouloir répondre aux attentes et aux exigences de la société. Démontrer son utilité au groupe, faire preuve de discipline, ou encore de faire en sorte d’être celui capable de se sacrifier pour le groupe. Sauf que tout ça, ce n’était pas lui, il était cet individualiste qui ne pensait à rien d’autre que le plaisir qu’il pouvait générer en faisant ce qu’il faisait de mieux : décevoir ses pairs. C’était facile de décevoir, la plupart déçoivent sans même s’en rendre compte, par accident qu’ils disent. Là où cela devient plus complexe c’était de le faire volontairement sans s’arrêter. Être cette fausse note constante de la pièce magistrale d’un compositeur de génie, s’aligner sans cesse pour être là où on ne l’attendait pas. En bien ou en mal, il était toujours imprévisible et pour cause, il ne savait pas réellement faire autrement. Comme un programme ayant une seule fonction il avait pris cette habitude agaçante de faire tout ce que l’on n’attendait pas de lui.
Mais pour lui cela n’était pas que ça, et s’il devait résumer ce qu’il faisait en un seul mot, il aurait probablement utilisé le mot : « intense ». Le serpentard était quelqu’un d’ « intense », à la frontière du bien et du mal, qui ne voyait aucune distinction entre elles d’ailleurs pour ce qui l’importait, agissant à sa guise juste pour pouvoir être cet individu capable de rester dans une partie pour le simple plaisir de la rendre intéressante. Trouver une nouvelle voie auquel personne d’autre n’avait pensé, ou parfois tout simplement se laisser guider par son instinct animal.
En ce moment cet instinct-lui intimait fortement d’observer. Parce que si Dieu lui avait donnait des yeux s’était pour voir, et il ne pouvait nier que le spectacle n’était pas des plus désagréables. Cela n’était pas come avoir à payer dix galions dans le seul but de voir un abruti faire un tour de magie particulièrement débile, non c’était différent, c’était beaucoup plus harmonieux. C’était un sourire. Et pas de n’importe qui.
La jeune fille qui se tenait face à lui, la même qui l’avait mise au défi de faire le pitre devant tout le monde. Enfin ce n’était pas les mots exacts qu’elle avait utilisé, mais c’était l’interprétation de l’adolescent dans tous les cas, cette même fille qui en un quart de seconde peut être moins, avait réussi à exister dans l’univers déjanté du garçon où il ne régnait que le chaos d’un esprit malsain. Et pourtant, il n’aurait pas su se l’avouer. Cette soudaine fascination n’était pas naturelle, et agissait comme un bug dans la matrice, une anomalie qui n’aurait jamais dû se produire dans un univers qui se devait de suivre des règles pré établies. Pourtant, même dans les logiciels les plus sophistiqués il y avait toujours une faille, un virus, un truc capable de détruire le système de l’intérieur vicieusement, sans que personne ne s’en rendre compte : en moins de temps qu’il fallait pour le compter la mémoire vive se retrouve saturer et tout se met à ralentir occuper par des fonctions qui ne devraient pas être là, jusqu’à ce que tout finisse par se briser en mille morceaux et qu’il faille rebooter entièrement la machine.
Mais nous n’en étions pas là, mais comme l’ombre d’un destin quasi-certain, une inquiétude discrète s’était logé dans la cervelle du garçon qui commençait à surchauffer à force d’observer ce sourire qui n’était rien d’autre qu’une moquerie qu’avait provoqué sa danse ridicule. Il avait beau s’être attendu à cette réaction, il n’avait pas pu prédire de l’effet instantané que cette dernière aurait sur lui. Rendant le sourire par pur mécanisme automatique d’auto-défense pour feindre la présence d’une carapace lorsqu’il était aussi transparent qu’une méduse, il s’accrochait desespérément à l’image de ce simple étirement de lèvre.
- Ouais comme l’orgueil quoi ça aussi on te l’a r’tiré. Elijah était tout sourire ; pensant qu’elle n’avait pas tout à fait tort. Orgueil, vaniteux, impétueux, du genre à aller à contre-courant juste pour le plaisir d’avoir à le faire et parce que c’était possible. Mais t’sais comme je te dis t’as aucune chance, avec tes ch’villes enflées comme là t’vas juste t’casser la gueule et t’vas voir, tu vas me supplier qu’on arrête parce que j’taurais mis la honte.
L’ignorant dans son ignorance est un roi, car il n’avait pas à faire mine de savoir quand on tentait de le mettre à terre. Un certains nombres de personnes semblait s’être arrêté pour voir ce qu’il se passait entre les deux adolescents qui venaient de s’engager sur la voie glissante de la danse pour exprimer leurs sentiments réciproques, et Elijah tout particulièrement semblait ne pas vouloir faire l’effort que de regarder ailleurs qu’en face de lui. Observant de ses deux yeux clairs, mitraillant la scène de par son imagination débordante, tout en laissant graver dans son esprit de magnifiques souvenirs du déhanché de la jeune fille qui faisait passer le « v » de la victoire devant ses yeux magnifiques.
Elle était belle, et Elijah aurait été fou de ne pas le remarquer c’est vrai. Seulement Elijah n’avait probablement pas des critères communs lorsqu’il fallait juger quelqu’un. Lorsque la plupart des garçons se seraient arrêtés à l’idée de la plastique parfaite lier à une compétence de mutisme avec option vaisselle, cuisine et ménage, Elijah lui appréciait tout particulièrement l’énergie que la jeune fille semblait dépenser sans peur aucune. Cet espèce de vent de rébellion qu’Elijah était certain d’avoir vu défiler dans les pupilles de la jeune fille. Il appréciait cela plus qu’il ne l’aurait admis lui-même si on lui avait posé directement la question, et même s’il ne s’en rendait pas vraiment compte il était véritablement fasciné par la jeune fille.
- C’trop simple si tu choisis c’que tu dois danser, j’change les règles ! Décréta la jeune fille qui semblait pour le moins avoir passé un moment agréable. T’vas faire… je réfléchis, je réfléchis… T’vas danser comme un loup ! Elijah fronça légèrement les sourcils. Et c’est moi qui décide si t’as réussi ou pas !
Parce que c’était dans sa nature de décevoir, tout autant qu’il était dans la nature du loup de chasser en meute quand il en avait l’opportunité afin de chasser le gros gibier. Sauf qu’Elijah, si loup il devait être, faisait partie de ces excentriques solitaires voué à dévorer des petits lapins lorsque l’occasion se présentait à lui. Cette fille n’était pas vraiment sa définition du lapin, et sans qu’il ne sache véritablement ce qui lui était passé par la tête il voulut partir. Pas parce qu’elle était ennuyeuse, au contraire, c’était justement parce qu’elle était trop éloigner de ce qu’elle aurait dû être. Beaucoup trop intéressante, et même s’il ne s’en rendait pas consciemment compte, ses raisons étaient bien plus personnelle qu’elle ne lui semblait. Cette irritation à la gorge, cette soudaine envie de trouver un nouveau truc à boire, et passer le reste de sa soirée ailleurs, tout ça pour enrayer un problème qui venait à peine d’exister. Parce que quand un problème surgissait dans la vie du garçon, il préférait ed loin l’ignorer jusqu’à ce que celui-ci cesse d’exister.
S’avançant à pas de loups près de la jeune fille, il se pencha au niveau de son oreille afin de tirer sa dernière révérence avant de disparaître complètement du champ de vision de la jeune fille.

- Mon loup chasse seul, murmura le garçon à l’attention de la jeune fille, et il sait aussi reconnaître quand l’objet de sa chasse ne tombera pas ce soir. Alors il s’éclipse. Parce qu’Elijah était aussi menteur qu’honnête, et que l’on arrivait jamais à déterminer si ce qu’il disait était vrai ou non. Il se laissa glisser hors du cercle pour rejoindre la buvette et chiper une coupe de champagne pendant que les professeurs ne regardaient pas. Avec tout ça, il ne connaissait toujours pas le nom de la fille, mais c’était un problème qui trouverait sa solution à un autre moment, dans d’autres lieux. Il aurait pu être déçue de cette soirée particulièrement infructueuse, mais aussi bizarre que cela puisse paraître il avait réussi à trouver son compte malgré tout, parce qu’au final tout trouverait son ordre plus tard, mais cela n’était simplement pas prévu pour cet acte.
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini   

Revenir en haut Aller en bas
 
Party, Party ! (Alexis & Elijah) fini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: Rez-de-chaussée :: Salle de bal :: Archives de la salle de bal :: Année 2013/2014-
Sauter vers: