RSS
RSS
Funny feelings [Rita]

 

Partagez | 
 

 Funny feelings [Rita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Caleb Matthews
Élève de 4ème année



Masculin
Nombre de messages : 589
Localisation : Tout ce que je peux dire, c'est qu'ici, il fait sombre. D'accord, il y a beaucoup de coins sombres à Poudlard.
Date d'inscription : 31/12/2011

Feuille de personnage
Particularités: "Le prochain qui me félicite pour mon titre risque très gros. Je préfère prévenir." .... Challenge accepted Cobralkowsky !!!
Ami(e)s: Cata in the place ! (Et Ana aussi, mais chut elle est pas au courant !)
Âme soeur: Je me demande encore si oui ou non je vais manger du porridge demain matin, alors franchement, parler d'âme soeur...

MessageSujet: Funny feelings [Rita]   Dim 19 Jan - 18:24

Can't Hold Us

Here we go back, this is the moment

Tonight is the night, we’ll fight till it’s over

So we put our hands up like the ceiling can’t hold us

Like the ceiling can’t hold us,

Here we go back, this is the moment

Tonight is the night, we’ll fight till it’s over

So we put our hands up like the ceiling can’t hold us

Like the ceiling can’t hold us


Genre il y avait tous ces gens qui discutaient, riaient, mangeaient, dansaient... Et puis il y avait moi entre A et B qui m'avaient assuré que je devais venir au bal avec eux parce que on allait trop bien rigoler et tout et tout, c'était la grande fiesta et qui étaient en train de se bécoter juste à côté de l'énoooorme récipient de punch qui me rappelait des souvenirs de l'année dernière, mais à Nakamura aussi et plusieurs fois alors que ça devait faire quoi, un quart d'heure que j'étais là ? J'avais croisé son air de folle furieuse prête à me lancer un Avada Kedavra sans hésiter si cette année me prenait le malheur d'entreprendre quoi que ce soit qui pourrait mettre à mal les cotillons et compagnie. Elle pouvait se rassurer ! Je n'allais rien faire ! Du moins pas ce soir parce que je ne comptais rendre mon tablier qu'en Septième année au moment de mon départ mais pas avant, donc elle allait devoir se taper plusieurs marathons d'ici là ! Non la véritable raison de ma présence ici, c'était que...

Non mais alors je voulais pas dire mais ce pantalon de costume, il me grattait les fesses, mais d'une force ! Quelle idée de porter des trucs pareils. Non parce que hein, l'idée elle venait pas de moi, j'avais tout pleiiiiin d'idées certes, mais elles étaient toutes plus géniales les unes que les autres, et elle avait rien à voir avec ce genre d'idées nazbroque tellement naze qu'on se demandait d'ailleurs comment est-ce qu'on pouvait avoir des idées pareilles. C'était pratique parce que c'était pas pratique DU TOUUUT et j'avais l'impression de porter une combinaison en je sais pas trop quelle matière, mais qui me faisait marcher comme un cow boy (en fait c'était Rita qui m'avait expliqué ce qu'était un cow boy quand elle m'avait vu me balader dans la salle commune dans cet accoutrement débile) prêt à aller affronter son destin et franchement me concernant c'était totalement le cas. Je ne me sentais pas du tout impliqué dans cette histoire de costume ? Hé oui bien effectivement c'était le cas, c'était ma mère qui l'avait fait parvenir, parce que jamais ça ne m'avait traversé l'esprit d'aller au bal en costume, parce que de toute façon, j'y allais surtout pour bouffer et...

Après il y avait eu tout un autre enchaînement de circonstances, bref, j'étais ici, dans ce costume qui s'apparentait à du poil à gratter.

D'ailleurs, plus j'y repensé, plus moi même j'étais étonné de mon initiative, parce que même si j'en prenais souvent là n'était pas la question, celle là, elle était d'un tout autre genre, et ça avait soulevé des questions qui ne se soulevaient pas d'habitude... Oui, oui, ça arrive, je sais, c'est étonnant, mais parfois il se peut que je me pose moi aussi des questions parce qu'après tout il faut de tout pour faire un monde. Même moi au passage ça me surprenait d'en arriver aux interrogations que je m'étais posé et non je n'allais pas vous en faire part parce que, ben je me sentais bête rien que d'y penser, alors qu'il y avait sûrement aucune raison, bref, on allait s'arrêter là, sinon dans pas longtemps j'allais muter en Cobralkowsky V2 et on en avait déjà bien assez d'une pour en voir apparaître une deuxième. C'était en discutant avec Aria à la sortie de la salle de classe de Divination (bon sang ces cours là étaient tellement drôles on pouvait inventer n'importe quoi, finalement, tant qu'on avait une bonne argumentation, tout était possible !) deux trois jours avant le bal qu'elle m'avait expliqué qu'elle y allait avec sa copine Casey qui était à Poufsouffle elle aussi je la croisais pas mal dans la salle commune, et moi... je savais plus ce que j'avais dit, parce que le bal ça m'avait pas semblé très important sur le coup, c'était juste que c'était le bal quoi. Et puis comme de par hasard comme si elle avait lu dans mes pensées et qu'elle avait tout entendu le soir même il y avait Rita qui m'avait harcelé pour savoir quelle allait être ma cavalière, et moi ça avait fait gnégnégnéééh dans mon cerveau pourquoi une cavalière cékoiçaunecavalière et puis ensuite BOUUUUUUUM ça avait explosé fin de l'histoire et pas de bal.

Ouais ouais ouais, il me semblait bien que je vous l'avais déjà faite aussi cette blague. Huuuum décidément rien allait plus ce soir, j'en perdrais même mon humour légendaire !!!

Donc mes neurones après le big bang gluant de mon crâne s'étaient remis en place cavalière, cavalier, cavalier, s'il y avait une cavalière, j'étais un cavalier, Aria, je sais pas si vous suivez trop le topo. Et alors je m'étais dit... je m'étais diiiiiiit que comme on était des copains maintenant avec Aria, enfin pour de vrai je me faisais pas des illusions tout seul de mon côté comme au début que je pouvais bien faire un truc gentil pour elle comme ben de danser au bal ! Oui je ne savais pas danser, ou du moins je n'en savais rien je m'étais jamais posé cette question et j'avais jamais fait gaffe jusqu'à maintenant mais AAAARGH chaque chose en son temps on verrait ça plus tard, et quoi ? Mais non, quoi comment !!!! C'était pas gentil dans le sens oh la pauvre elle me fait pitié à aller au bal avec sa copine toutes seules sans amis ou sans cavaliers en l'occurrence, mais gentil dans le sens un truc qui pourrait être gentil du point de vue d'Aria, parce que en plus j'étais toujours gentil, mais on avait pas la même conception es choses donc parfois elle comprenait pas trop quand j'étais gentil et pensait pas que je l'étais, alors que c'était le cas donc bon. D'où les autres questions et tout le tralala que j'avais déjà développé un peu plus haut, y'avait beaucoup de court circuits ces derniers temps, mais ça avait pas forcément de quoi remettre les idées en place.

Donc. Aria. Au bal. Je la cherchais. Parce qu'en fait ma proposition, je lui avais faite, mais je veux dire dans ma tête, je l'avais pas revu depuis l'autre fois, ce qui veut dire que oui j'avais fait cette proposition mais qu'elle le savait pas encore. Je l'avais pas encore vue dans toute la foule, elle avait décidé de se cacher sous une table ou quoi ??? Même pas marrant comme blague.

Mais au moins, dans mon champ de vision s'imposa soudain la présence de Rita, ou alors, peut être que c'était Rita qui m'avait trouvé ? J'en savais rien. OH ! Mais attendez !!! Rita !!! C'était...
UNE FILLE !!!!!

Il m'arrivait bien trop souvent d'omettre ce détail. Encore plus dans des moments comme ça où il ne fallait surtout pas parce que ça s'avérait plus que pratique. Quelle bonne idée elle avait eu quand même Rita, d'être une fille !!! J'engloutis mon verre de jus de citrouilles que je tenais dans ma main à la volée avant d'aller la rejoindre (et la bouche plein d'amuses gueules en même temps on allait pas les laisser tout seuls sur la table les pauvres!). Au moment de l'attraper avec moi, on fut plus ou moins propulsés par le rythme de la musique sur la piste de danse.

- Dommage, tu voudras pas salir ta robe avec du punch cette année je vais devoir me débrouiller tout seul,
plaisantai-je. Non mais c'est vrai en plus. Limite je me sentais trahi.

J'allais rajouter autre chose mais une voix à côté de moi, me coupa dans mon élan avant que je ne puisse rajouter quoi que ce soit.

- Rita te voilà ! Pourquoi est-ce que tu m'as pas attendu ? C'est dommage on a raté une bonne partie de la danse déjà !

Okay, oui, mission accepté ! Oui non parce que avec Rita on se connaissait assez maintenant pour parler par télépathie et à la gueule qu'elle tira je compris tout de suite qu'elle avait besoin de mon aide parce qu'elle n'avait visiblement jamais demandé un peau de colle pareil. Tu m'étonnes.

- Normal, c'est avec moi qu'elle danse, lui appris d'un ton blasé en tournant la tête vers lui en mode, mais t'es con ou quoi ouvre tes mirettes !

Il ajouta un autre bidule chouette que j'écoutais même pas, je levai les yeux au ciel et je nous entraînais un peu plus loin. Désolé hein, mais il y avait un peu plus urgent à mon sens que savoir qui devait danser avec Rita et puis la question se posait pas puisqu'elle dansait avec moi maintenant. Non mais de non mais.

- Qu'est-ce que je disais déjà ? Ouais, t'as pas vu Aria Davenport ?
Nouveau regard télépathique mais alors je sais pas pourquoi celui là me fit m'empresser de poursuivre plus sur la défensive parce que tout à coup je craignais un peu trop que Rita puisse lire dans ma tête, sorsdematêtesorsdematêtesorsdematête !!!!! Mais quoi ??? Je pouvais quand même bien chercher Aria Davenport si je voulais ! D'abord. Alors c'était quoi sa tête de, j'avais l'impression qu'elle savait un truc que je croyais savoir mais en même temps moi même je ne savais pas donc comment est-ce qu'elle pouvait savoir ce que moi même je pouvais savoir que peut être je savais savoir mais sans savoir ?

Bon sang j'allais revenir à mes vieux amours et aller glisser des aliments sous les pieds de Nakamura pour la faire tomber par terre, moi, si ça continuait comme ça.

Spoiler:
 

_________________


- J'ai pas envie de faire d'erreurs.

- Faut pas appartenir à l'espèce humaine alors.
Deviens canard.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Rita Minithya
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1080
Localisation : Je sais où toi, tu es, coquin.
Date d'inscription : 10/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: Oh, il suffit d'une petite étincelle pour que ça fasse BOUM! Ca vous donne une idée?
Ami(e)s: Oh, j'en ai des tttassss! Heureusement, j'en ai aussi des vrais.
Âme soeur: La pyrotechnie. Entre elle et moi, c'est la passion folle. On s'embrase, on s'enflamme et on se fout en l'air!

MessageSujet: Re: Funny feelings [Rita]   Jeu 13 Fév - 16:32

Un cow-boy. Mon petit Caleb d’amour transformé en petit cow-boy pour le bal. Si c’était pas chou, ça, hein ? Il était arrivé devant moi avec les cheveux en pétard, l’air désespéré, marchant comme si ses genoux ne pouvaient plus se plier, l’air encore plus perdu et douteux que jamais. Au début, j’avoue, je m’étais marrée. Non mais franchement, voilà la déguaine ! Il était sur son trente et un, tout beau, avec son charme unique et quelque peu quelquonque. Caleb était canon, et le plus drôle, c’était qu’il était probablement le seul à l’ignorer ! Je me souviens que toutes les filles s’étaient retournée, comme le voyant sous un autre jour (c’est sur qu’avec son petit pantalon un peu moulant, vu de dos… ATTENTION je ne dis pas que j’ai maté ! Argh, j’ai vraiment pas maté, je jure !). Et c’était super drôle. Alors du coup j’avais passé plusieurs minutes à lui expliquer pourquoi je me foutais royalement de sa tronche, pour pas trop le froisser quand même, en lui expliquant ce qu’était un cow boy.  Toutes les filles qui avaient eu une once d’éducation moldu devaient penser la même chose. Enfaite, je l’avais rassuré, et puis je l’avais légèrement coiffé, mais pas trop, parce que j’ai déjà dis que c’était en partie son charme, le côté bordélique et je viens de me lever du lit. Une fois que j’avais jugé qu’il était parfait –et désormais, il l’était, s’il arrêtait de marcher comme un pingouin-, je lui avais expliqué que j’étais invitée et que forcément, j’allais avoir pleins de danses ce soir et que je disais pas non s’il venait jouer son preux chevalier entre. Quoique, étant donné que la plupart des nanas allaient se rendre compte que Caleb Matthews n’était pas un guignol de service mais bel et bien un des gars les plus canons de l’école, j’avais bien peur que ce soit à moi, de jouer les preux chevaliers.

Et puis non, il allait probablement rester au buffet toute la soirée, je ferais en sorte de m’y rendre aussi, et là, on pourrait se fendre la poire comme il faut, en matant Nakamura nous mater (cool hein ?) avec Ana !

N’empêche, c’était bizarre. Caleb qui ne rechigne pas à mettre un costume ? (bon, ok, il avait été hyperrr relou quand il l’avait reçu avec ses « j’tejurejelemettraispasj’m’enfousmoi », mais ça avait fini par lui passer aussi vite qu’un spafon) Bizarre, c’était rien de le dire. Alors, je l’avais harcelé. Genre, tous les soirs, tous les matins, tout le temps. Non parce qu’il était mignon, là, le petit, à la jouer mystérieux avec les autres, mais là, c’était MOI. Rita, ta meilleure pote, allo la terre, c’est pas fait pour rien ! J’étais légèrement vexée qu’il ne me dise rien. Après tout, je lui avais avoué pour Nath. Et il s’était pas privé de me lancer un regard indescriptible que je pouvais interpréter comme je voulais. J’avais finie par le croire, parce que je savais qu’à un moment, il allait finir par s’énerver que je ne le crois pas, mais alors s’il se ramenait avec quelqu’un, j’allais lui faire sa fête ! Parce que,  s’il était amoureux, ou s’il pensait juste qu’une fille était jolie, je voulais le savoir ! Non maos ok, je ne lui racontais pas touuuuuut sur touuuus mes copains (y en avait une pelle, merci, ce serait d’un ennui !), mais c’était justement parce que pour Caleb, les sentiments, c’était un peu comme les crane de cristal des Mayas. Ca restait tout ce qu’il y a de plus mystérieux au monde. Pour moi aussi, mais disons que je savais au moins que j’étais une fille, je savais comment fonctionnais les garçons, et heureusement, je savais comment on faisait les bébés. Ce quiiiiiiiiiiii n’était pas forcément le cas de Caleb. Enfin, le fait même d’en douter peut vous certifier que je ne savais vraiment pas. Caleb faisait-il une différence entre les garçons et les filles ? Je savais que pour moi, c’était pas la même chose. Franchement, avec les premières et deuxièmes années, Caleb devait être le seul à penser –à tort, merci- que nous n’avions aucune différence anatomique. Et j’étais justement en train de me dire que s’il se réveillait pas un jour j’allais devoir le mettre à poils devant un miroir.

Donc, oui, mon verre, dans ma main, avec le gars de Serpentard qui me parlait depuis deux minutes pendant que j’étais en train de penser à mes activités sexuelles célèbres mais totalement fictives. Je me retournais vers lui et lui souris en lui tapotant l’épaule et en lui faisant comprendre que je ne voulais pas rester. Il commença à répliquer quand j’aperçus Caleb, pas loin de la buvette, et je soupirais un bon coup, tout sourire. Rapidement, je me retrouvais juste en face de lui, et entre temps, il m’avait vu aussi, donc cool, le Serpentard avait lâché l’affaire. Je vis dans ces yeux une espèce de satisfaction à me voir, mais bizarre, il était tout seul, donc je le sauvais des griffes de personnes, alors que lui si…

- Dommage, tu voudras pas salir ta robe avec du punch cette année je vais devoir me débrouiller tout seul.


Je riais de bon cœur en me souvenant de l’année passée, et regardais par reflexe la table des professeurs. Je croisais le regard de Seth et lui sourit, avant de capter celui de Nakamura. Tout feu tout flamme. Sur la défensive. Faut dire que Caleb et moi près de la buvette, ça présageait rien de bon, surtout pour elle !

-Nakamura va être ra…

- Rita te voilà ! Pourquoi est-ce que tu m'as pas attendu ? C'est dommage on a raté une bonne partie de la danse déjà !


AH MAIS IL ME LACHAIS PAS CELUI LA ! Je lançais un regard à Caleb, et il sembla comprendre parfaitement –oui, on avait developpé la télépathie, avec le temps, rien de trop compliqué-. Il eut l’intelligence de contre attaquer en se mettant directement entre nous deux.

- Normal, c'est avec moi qu'elle danse.

La classe. J’étais tellement fière de lui, mon petit poussin. Enfaite, je venais juste de m’apercevoir que Caleb avait… Grandi. Enfin, vraiment, je veux dire, pas seulement de taille. Il venait d’envoyer bouler le gars avec un ton tellement assuré que le Serpentard avait grommeler avant de se barrer. J’étais surprise, mais je le cachais, parce que je voyais Caleb comme un petit frère, c’était à moi de veiller sur lui, et là, il… Je veux dire, il me protégeait, simplement. Et sincèrement. A chaque fois que je m’étais retrouvée dans le pétrin, dans la vie de tous les jours, ou en soirée, jamais un de mes copains n’avait fait quoique ce soit pour moi. Parfois, j’aimerais tomber amoureuse d’un de mes meilleurs amis, parce qu’ils étaient juste, mais tellement formidables qu’ils n’en avaient pas une seule seconde conscience. Mais bien sûr, c’était impossible, parce que j’aimais autant Ewan que Ruby et que je n’étais pas le moins du monde attirée par Caleb, et que j’étais incapable de voir autrement Seth que comme le gars maniaque et sérieux qu’il était. Non, et puis, je ne souhaitais à personne de sortir avec quelqu’un comme moi. Après tout, j’étais comme mes exs. Alors au fond, peut-être que tout allait dans le même sens. Je souris avec satisfaction tandis que Caleb me guidait vers la piste. On dansait assez calmement, parce qu’il me parlait et…

- Qu'est-ce que je disais déjà ? Ouais, t'as pas vu Aria Davenport ?

Il faut que je vous précise que je lis vraiment dans les pensées de Caleb. Genre, vraiment. On était connectés. Donc, passé ce fait, je réagissais avec un énorme sourire. Aria Davenport. Pourqu...? OOhhhhh le petit coquin. Depuis le temps que j’attendais ça !!! Monsieur le poussin cherchait mademoiselle Ruby bis. Ravissant. Vraiment fascinant. Mais alors si je l’avais imaginé ! Non, parce que je connaissais toutes les personnes de cette école qui méritaient d’être connus. Alors forcément, je savais qui était Aria Davenport. Davantage parce que je l’avais vu une fois avec Ruby, et d’autre part par l’intermédiaire d’un pote qui la maudissait parce qu’elle était selon ses dire une « garce de première ». Non pas que je disais qu’Aria était une garce de première. Je ne lui avais jamais parlé. Mais c’était survenu suite à un cours, et Aria était du genre futur préfète hyper sérieuse et studieuse. Une deuxième Ruby quoi. Et donc je ne pensais pas du tout qu’elle était une garce. Surtout si Caleb avait accroché.

-Mais quoi ???

-Rien
, je réplique tout de suite en continuant de sourire largement alors qu’il était sur la défensive. Je ne pouvais pas m’empêcher de rire, mais je tentais de me retenir. Elle était au fond de la salle avec une brune, tout à l’heure, je précise en lui montrant l’entrée du bal. Elle est super jolie dans sa robe, j’ajoute en regardant Caleb avec un air entendu. Tu veux l’inviter à danser ? Je le taquine en riant, cette fois. Je ne pouvais vraiment pas me retenir, c’était tellement drôle !

-Je suis déçue, Caleb, je pensais vraiment être la seule femme de ta vie, je déclare en mimant des larmes et la tristesse. Mais je peux te donner des conseils quand même, même si ça me brise le coeur, je soupire.

Je dus bien faire l’actrice, parce que pour une fois, Caleb me regarda sans comprendre et d’énormes « Warning » étaient apparues au dessus de sa tête alors qu’elle chauffait encore et encore à force de réfléchir. Il n’y avait pas à dire. Caleb Matthews était amoureux, et moi, j’avais bien l’intention de l’aider à le découvrir.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Caleb Matthews
Élève de 4ème année



Masculin
Nombre de messages : 589
Localisation : Tout ce que je peux dire, c'est qu'ici, il fait sombre. D'accord, il y a beaucoup de coins sombres à Poudlard.
Date d'inscription : 31/12/2011

Feuille de personnage
Particularités: "Le prochain qui me félicite pour mon titre risque très gros. Je préfère prévenir." .... Challenge accepted Cobralkowsky !!!
Ami(e)s: Cata in the place ! (Et Ana aussi, mais chut elle est pas au courant !)
Âme soeur: Je me demande encore si oui ou non je vais manger du porridge demain matin, alors franchement, parler d'âme soeur...

MessageSujet: Re: Funny feelings [Rita]   Jeu 20 Fév - 19:18

Bon il n'allait pas non plus venir nous chercher des chocogrenouilles l'autre ??? J'entraînais Rita un peu plus loin pour être certain qu'il nous foute définitivement la paix cet espèce de gringalet à qui on avait la vague impression d'avoir fait avait avaler une boîte entière de pastilles de gerbe (et la boîte avec et ouais parfaitement !). Qu'on me laisse danser tranquille non mais !

Ah il fallait que je vous informe d'un truc au passage : je savais pas danser.

Enfin c'était dur de dire si je savais danser ou pas danser en vérité, disons que tout ces machins chouettes choses où il y avait des pas prédéfinis à faire là genre la valse parce que dès qu'on parlait de danse et de bal, le truc qui revenait en premier, c'était : la valse. Genre bal c'était le synonyme de la valse. Je parle de valse ? Je parle de bal bien sûr ! En avant tous pour la balse ! Donc oui ce qu'il fallait retenir c'était plus une entrave qu'autre chose pour moi donc en général j'inventais mes propres règles : c'est à dire que clairement il n'y en avait pas et je peux assurer que c'était carrément beaucoup plus simple comme ça ! Donc pour résumer j'étais en train d'emmener Rita dans une sorte de schmilblick (est-ce que quelqu'un avait déjà connu l'orthographe correcte de ce mot alors que c'était typiquement le genre de mot qu'on pouvait écrire de vingt façons différentes de façon super aisée!) mélodique où seule l'unique loi du rythme était la plus forte.

A ce propos me vint à l'esprit que Rita était tout à fait capable d'avoir soudoyé le disc jockey pour qu'il passe Les Sardines dans sa boîte à musique et qu'en vérité, l'autre que j'avais envoyé balsé n'était qu'un pion dans le coup également, mais ce soir pour une fois j'avais décidé de ne faire qu'une chose à la fois pour ne pas m'éparpiller : d'abord mes questions, ensuite les sardines.


-Rien. Non mais Rita. Je plissai les yeux avec suspicion, parce que ce « rien » c'était moi qui l'avait inventé ! Le rien qui englobait à peu près toute la piste de danse en passant jusqu'à la buvette qu'on aurait pu se remplir le gosier de punch à en exploser. En plus c'était frustrant parce qu'il suffisait juste qu'elle me dise « rien » comme ça pour avoir envie de savoir ce qui se passait dans le moindre des recoins sombres de son cerveau !

En plus qu'est-ce que je pouvais détester quand il y en avait quelqu'un qui prétendait en savoir plus que moi sur la situation que MOUAH qui la vivait en live H24, même la bouche grande ouverte avec un filet de bave qui s'en échappait pendant que j'étais en train de ronfler, la nuit, dans le dortoir des Poufsouffle (enfin c'était comme ça que je l'imaginais).

D'accord ! D'accord. J'allais prendre son rien au premier degré même si c'était un rien de second degré et crispait la mâchoire, non parce que je lui avais quand même demandé des infos et ça aurait été bien qu'elle me les refile ; dès fois qu'il lui prendrait de faire sa Cobralkowsky même si ça ne m'inquiétait pas trop parce que Rita, c'était mon alter égo, mais alors oui ça voulait dire qu'elle savait exactement ce qui se passait dans ma tête ! Ah non Rita, sort de ma tête, la télépathie c'est sur commande et surtout pas en sens unique !

En fait, je savais même pas moi non plus exactement ce qui se passait dans ma tête. J'étais juste à la recherche de Aria Davenport, et il n'y avait strictement aucun mal à ça. Et je m'arrêtais à ce « juste à la recherche de Aria Davenport ».


-Elle était au fond de la salle avec une brune, tout à l’heure. Elle est super jolie dans sa robe.

Je ne calculais pas tout de suite que la fin de sa phrase était probablement totalement calculée ; surplus de détails qu'elle avait glissé en même temps que de répondre à mes interrogations. Pour l'instant, j'étais plutôt dans l'optique de lister dans ma tête comment je devais me comporter avec Aria et j'étais resté bloqué sur le « super jolie ». Donc si Rita considérait que c'était « super joli »...

- Ah. Bon. Je lui dirais alors. Je devais lui dire sans doute ? J'avais entendu un mec le faire à sa cavalière tout à l'heure donc vraisemblablement c'était la marque à suivre. Si je lui disais que ça robe elle était bien coolos normalement, elle allait pas se vexer.

Sans faire exprès, je donnais un grand coup de pied dans les chaussures de Rita et je l'a rattrapai au dernier moment parce que forcément ça l'avait déstabilisé. Le temps de quelques secondes, j'avais retrouvé toute mon assurance, et je la dévisageai avec un grand sourire, en rigolant, comme je le faisais toujours :

- Désolé, si ça continue tu vas finir par regretter la présence de ton précédent amoureux ! Oui parce que c'était spécifique à Rita et c'était un peu comme ça que j'avais compris le sens « d'amoureux ». Non en fait, elle m'avait expliqué et j'avais pas compris.

Hahahahah, sérieusement. Comment est-ce qu'on pouvait être « amoureux » ? Quand y'avait des choses tellement plus géniales comme.... Des fusées à faire fonctionner pour la rendre plus puissante que de bisouter une nana... AVEC LA BOUCHE ?

Bref, j'eus quelques regards autour de moi pour chercher Aria Davenport.


-Tu veux l’inviter à danser ? Je suis déçue, Caleb, je pensais vraiment être la seule femme de ta vie. Mais je peux te donner des conseils quand même, même si ça me brise le cœur.

Oui enfin Rita était une femme dans les faits. Mais les faits comme je les voyais moi... oui oui c'était une fille mais c'était Rita avant d'être une fille, même si j'avais conscience de ce premier point à présent, il n'empêchait que pour moi c'était une Rita et n'est pas une Rita qui veut, ça aussi il fallait quand même le préciser.

- Ouais un truc comme ça. Je n'étais pas complètement ici, parce que maintenant toutes les perruques blondes de la scène pour moi étaient des Aria et parmi elles, il fallait que je trouve la bonne tout en ne cessant pas de me répéter « compliment sur la robe, compliment sur la robe, compliment sur la robe ». Merde je pensais trop à la robe et quand on pense trop à une robe, on finit par oublier la robe ! Enfin pas forcément la robe mais c'est toujours ce truc qu'on doit bien garder à l'esprit qui part faire sa petite crotte dans le parc et qu'on oublie inévitablement au moment le plus crucial. Elle m'a dit qu'elle avait pas de cavalier, alors j'sais pas c'est un truc de fille d'avoir un cavalier ? Il est où le tien ??? Retour du regard plissé suspicieux. Mais je continuais, le ton un peu plus léger : Tu es la seule Rita de ma vie en revanche et ça je ne partage pas ! Mais oh ! Tiens... je venais de comprendre le sens caché de sa phrase... Enfin, je croyais ??? Mais heu attends, de quoi tu parles ? Retour du mode défensif par la même occasion. C'est pas bien de l'inviter à danser ? Elle va s'imaginer des trucs ???

Non parce que je voulais inviter Aria à danser pour inviter Aria à danser mais ça, aussi, j'avais récemment appris que quand tu faisais quelque chose ou que tu disais quelque chose et bien la personne en face elle comprenait autre chose et... Comment c'était possible ??? C'était comme de demander à son Niffleur de faire son boulot de Niffleur et qu'à la place il allait faire un bouquet de pâquerette ! J'avais pas de dictionnaire sous la main moi !!!!

- Non parce que je l'invite, à danser, précisai-je en appuyant sur le terme pour bien faire comprendre à Rita que danser voulait dire danser, comme deux gens font quand ils dansent quoi ! Pour faire de la danse quoi, renchéris-je, histoire d'être sûr d'être bien compris dans l'affaire.

En même temps vous imaginiez quoi vous quand je vous disais danser ?????

_________________


- J'ai pas envie de faire d'erreurs.

- Faut pas appartenir à l'espèce humaine alors.
Deviens canard.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Funny feelings [Rita]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funny feelings [Rita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» #1 Big Boy vs Funny Man
» Joyeux anniversaire Rita !
» funny video
» SHAE CONROY-WILLIAMS ? rita volk
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: Rez-de-chaussée :: Salle de bal :: Archives de la salle de bal :: Année 2013/2014-
Sauter vers: