RSS
RSS
Gossip Girl [PV]

 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gossip Girl [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Brooke Mickaels
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 590
Localisation : Dans les bras d'un jeune et sexy milliardaire, à bord de son yatch, une coupe de champagne à la main. Et vous? <3
Date d'inscription : 19/06/2012

Feuille de personnage
Particularités: Comme si ce n'était pas évident...
Ami(e)s: Mes paires de chaussures ! et j'en ai des tonnes.
Âme soeur: Difficile à dire... elle change toute les semaines !

MessageSujet: Gossip Girl [PV]   Mar 14 Aoû - 14:46

Il en avait fallu des « s’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît » et des « Je t’en suppliiiis » pour qu’elle cède. Les mamans ce n’était jamais très facile à vivre. « Tu es si jeune », « je ne suis pas sûr », « ce n’est pas une bonne idée », « et si il t’arrivait quelque chose ? » C’était tellement agaçant ! C’était même à se demandé quand elle prendrait une décision dans leur vie. Mais même si sa sœur n’était pas encore du genre à vouloir sortir et à fréquenter, Brooke elle avait déjà passé ce stade et même plus qu’un peu ! Elle rêvait de sortir le soir, de porter des talons, et d’acheter du maquillage hors de prix. Pour les talons comme le maquillage, c’était sur la bonne voie mais quand il sagissait de sortir… Il y avait toujours quelqu’un pour l’arrêter. Au bout d’un moment, elle en avait marre. Marre de rester chez elle à jouer au Monopoly les samedi soir et marre de regarder les anges de la téléréalité parce que c’était soit sa, soit les expert. Au bout d’un moment l’option numéro trois, qui était, sortir en boite, commençait à la titiller. Certes, on ne peut pas vraiment dire que ce soit très recommander pour une fille de 12 ans, mais quand elle se maquillait un peu, elle faisait vite un peu plus ! Et puis dans le fond, qui fait attention à l’âge hein ? Elle ne buvait pas d’alcool, ne fumait pas, ne se droguait pas, elle voulait juste s’amuser, danser, rigoler, voir d’autres personnes que ses parents et le fermier qui vivait à côté de chez eux pendant les vacances. Elle avait perdu le contact avec ses ancienne amies en entrant à poudlard alors elle ne savait plus quoi faire quand elle revenait. Pendant un moment, elle avait suivi « danse avec les stars » et elle c’était rendu compte a quel point c’était enivrant de danser. Elle arrivait même à ne pas faire tache. Raison de plus pour laquelle elle avait passé son samedi entier à harceler sa mère pour qu’elle la laisse sortir. « D’accord mais que jusqu’à minuit ». Brooke soupira. Elle la prenait pour une guimauve ou quoi ? « Non mais maman, tout le monde sait que la VRAI fête commence à 2h du matin ! » Enfin... Tout le monde sauf elle quand on constatait sa tête. « C’est trop tard tout ça ! » Brooke tira une tête d’enterrement. La boite de nuit était à cinq minutes à pied, et ils vivaient dans un champ… il n’y avait aucun danger ! « Alleeez tu avais dit oui » Non. Elle n’avait jamais dit oui. Mais comme elle était un peu tête en l’air, Brooke savait qu’elle aurait des chances de le lui faire croire si elle y mettait du cœur. Ce qui ne manqua pas. Elle connaissait sa mère par cœur. Elle était vraiment naïve et manipulable. Un peu comme elle en fait... Mais en pire. Et quand elle regardait un peu partout sauf dans les yeux de l’autre personne c’était qu’elle voulait dire oui, qu’elle allait dire oui mais qu’elle s’en sentait coupable. « Bon... très bien. « Gagné. Brooke lui sauta au cou en criant et en chantant à tue-tête la vie en rose. Sa mère la regarda partir, le sourire aux lèvres. Dans le fond, elle savait qu’elle ne pouvait rien refuser.

Sa chambre était sans dessus-dessous. Brooke était si contente qu’elle ne se rendait pas compte a quel point elle venait de foutre un bazar monstre, et pas que dans sa chambre ! Willow arriva dans sa chambre quelques minutes plus tard et constata avec horreur sa sœur entrain de fouiller dans son placard et jeter par terre toute ses robes. Mais la gryffondor était si enthousiaste qu’elle n’entendait pas les reproches de sa sœur alors qu’elle sortait, laissant tout son bordel derrière elle. Elle lui fit même un bisous sur la jour, un sourire aux lèvres. Willow lui claqua sa porte au nez. Mais plus rien ne pouvait l’atteindre. Pourquoi se laisserait-elle dominer par la colère alors que ce qu’elle voulait depuis si longtemps allait se réaliser ? Et Will n’avait même pas UN rouge à lèvre ! Elle se dirigea vers la salle de bain.

Son père était un partisan des petites économies. Tout ce qu’il pouvait économiser, il le faisait. Il récoltait même les canettes en aluminium dans la rue pour les revendre en gros à des entreprises pour se faire un petit peu d’argent en plus. Il était comme ça. Il avait été élevé comme ça. Pour lui, tout ce qu’on pouvait gagner comme argent sans beaucoup d’effort, il fallait le faire, c’était un principe. Mais du coup, prendre des bains à bulle pendant des heures, ce n’était pas vraiment ce qu’il appréciait. Du coup, elle ne pouvait jamais en prendre. Brooke n’avait qu’une envie à poudlard, c’était de devenir préfète pour avoir accès à leur salle de bain qui disait-on, était extraordinaire. Mais en attendant, elle se contentait de bain avec peu d’eau, et seulement quand son père était en vadrouille. Une sacré peste. Brooke souriait toujours et respectait toujours les règles, quand le chat était là. Mais une fois seule ou presque, elle retrouvait son petit caractère de démon et agissait à sa guise. Pendant que son père trainait dans les rues pour récolter ses canettes et ramener des sous, elle le gaspillait en rajoutant une bonne dose d’eau chaude parce qu’aujourd’hui elle sortait en BOITE ! Pour une gamine de 12 ans qui n’a jamais eu le droit de sortir alors qu’elle sait bien que dans le fond, c’était fait pour elle, savoir que ses désirs seraient enfin mis à exécution était une vraie libération. Elle débordait d’énergie. On aurait pu voir un halo lumineux l’entourer pour noter sa bonne humeur.

Elle se plongea entièrement dans l’eau. Ce soir, elle sortirait le grand jeu. Elle se lava les cheveux, y appliqua un soin pour les rendre plus doux et plus lisse, posa un masque sur son visage pour désincruster ses pores, laissa le tout reposer pendant une heure pendant qu’elle dégustait des jus de fruit exotique, enfin, elle s’imaginait, puis, se rinça et sécha doucement ses cheveux pour leur donner du volume mais pas trop. Elle avait envie de danser. Devant son miroir, elle ne pouvait s’empêcher de dandiner. « A Table !! » Brooke tendit l’oreille puis le nez. Ravioli non ? Elle retourna à la contemplation de son visage dans le miroir. Elle était parfaite ! Un dernier coup de rouge à lèvre peut-être ? Elle se donnait facilement 2 ans voir 3 ans de plus. Elle n’aurait aucun problème pour rentrer en soirée.

Maintenant la tenue. « Brooke !!! À table !! » Elle ouvrit son placard ou elle savait qu’une robe bleu l’attendait gentiment. Elle serait parfaite pour la soirée. Pas trop osé mais pas trop coincé non plus. Elle voulait se faire draguer. Parce que oui, elle n’allait pas en boite JUSTE pour danser, elle n’était pas non plus complètement culcul. Elle avait envie de se faire draguer, peut-être embrassé par un inconnu avec qui elle aurait une fulgurante passion mais qu’elle devrait quitter au lever du jour pour ne jamais le revoir. Jusqu’au jour où elle le croiserait dans la rue. Elle ferait tombé ses papier et il les ramasserait, ils se reverraient, et ce serait le coup de foudre. Oui ce serait tellement parfait ! Brooke se tortillait de fantasme sur place. Elle mit vite ses chaussures à talon pour s’admirer une dernière fois dans la glace et son père ouvrit la porte en trombe le visage énervé. Jusque au moment où il croisa le visage de sa fille. « Wouaw… tu es… vraiment belle ce soir Brooke ». Brooke afficha un large sourire. Elle passa a côté de son père l’air décontracté et l’embrassa sur la joue. « Merci ! » Elle descendit les escaliers comme si de rien n’était et se mis à table, alors que tous étaient au dessert.

Une star vit toujours au bon rythme. Ce sont aux autres de s’adapter. Et Brooke était la maitresse de maison, bien qu’étant la plus jeune. Certaine personne on le don de s’adapter, ce qui n’était pas son cas. Elle s’installa, trouva ses ravioli froide et demanda à sa mère qu’elle lui cuisine autre chose. Elle ne le fit pas bien sûr. Donc Brooke grogna et mangea ses ravioli réchauffé au micro-onde. C’est à ce moment-là qu’elle constata que sa mère ne se servait jamais de la magie. Pas étonnant qu’elle soir si nul, elle n’avait aucun exemple. Bref ! Ne parlons pas de chose qui la contrariait. Pas aujourd’hui alors qu’elle était si heureuse.

Minuit. Même si il n’y avait encore pratiquement pas d’ambiance, du moins, si on en croyait les dire, elle prit son sac à main et fit un bisou à toute les personnes encore debout avant de sortir. Bon, les talons dans l’herbe ce n’était pas pratique, elle n’y avait pas pensé. Du coup, elle ne pouvait pas envisager le raccourci par les champs. Elle prendrait donc la route. Du coup, elle mit 10 minutes au lieu de 5 de trajets. Elle ne croisa personne. Vraiment elle ne comprenait pas pourquoi avoir fait tant de blabla pour qu’elle n’y aille pas.

Mais c’était de l’histoire ancienne ! Brooke arriva enfin sur le parking de la discothèque le sourire éclatant. Elle passa devant le videur. Aucuns soucis. Puis devant la caisse et… « Hé mademoiselle ! ». Brooke se retourna vers l’homme au guichet. « C’est 10 euros l’entrée ». Brooke se raidit. Elle n’avait pas emporté d’argent. Et merde ! Elle avait complètement zappé qu’il fallait payer. Que faire ? Quoi faire ? Brooke s’approcha de l’homme très mal à l’aise. Elle allait passer pour une conne si elle disait qu’elle avait oublié son argent. Instantanément elle ouvrit son sac à main, elle cachait le plus possible ses tremblements de peur et d’humiliation. « Laissez, c’est pour moi. » Brooke leva les yeux vers le garçon qui venait de parler. Son cœur ne fit qu’un tour. C’était le beau gosse par excellence, la cerise sur le gâteau, la crème des princes charmant. Elle était à deux doigts de bavé. C’est bon elle avait trouvé l’amour.

« Merci ». Que dire d’autre ? Surtout qu’il la dépassait un sourire dentifrice aux visages en faisant un clin d’œil. La classe. Plus besoin de poudre sur les joues ! Brooke rougissait comme une débutante. Un peu honteux mais il était si beau ! Il fallait qu’elle le croise à nouveau. Ce soir, elle aurait un baisé de lui.

Mais pour l’instant, l’heure était à la fête. Arrivé dans la salle, en voyant tous ces étudiants en train de se déhancher dans des robes et des vêtements moulant elle se sentit petite. Tout était si grand, magique, fabuleux ! Elle n’en croyait pas ses yeux. Elle entrait dans la cours des grands. Elle regarda de tous les côtés pour analyser chaque endroit comme si elle y venait souvent puis respira quelques secondes pour se mettre à l’aise, et prit son visage de la fille habitué, mais pas trop, et se lança sur la piste de danse.

Elle avait appris beaucoup de mouvement de danse mais visiblement, personne ne savait danser ici. Et surtout pas la grosse vache à deux mètres d’elle dans sa robe rose bonbon. C’était presque humiliant de danser dans la même pièce qu’elle. Brooke monta sur une estrade et se laissa aller au rythme de la musique. Très vite quelques garçons vinrent la rejoindre mais dès qu’elle vu, à l’autre bout de la pièce le garçon qui lui avait payé l’entrée, elle raya les deux nouveaux prétendant de la liste. C’était LUI qu’elle voulait. Elle avança vers lui d’un naturel puis s’arrêta. L’autre pouf le draguait ? Elle osait le draguer ? C’était SON prince charmant. Comment elle osait toucher à ses affaires ? En plus de ne pas savoir danser, elle ne savait pas non plus draguer ! Cette fille c’était une honte pour l’espèce humaine ! Et ses chaussures. Non mais qui portait encore des trucs aussi laid ? Et puis ce rose. Et puis pourquoi tout le monde portait du rose ? Brooke fit le tour de la pièce des yeux. Et merde. C’était soirée rose ce soir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Sophie Watson
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1204
Date d'inscription : 30/11/2008

Feuille de personnage
Particularités: Je collectionne les pokémon
Ami(e)s: Je ne suis pas certaine qu'on puisse avoir envie d'être mon ami.
Âme soeur: Laisse-moi deux minutes, que j'aille me pendre....

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Sam 29 Sep - 17:10

Spoiler:
 

Moi, j’appelais ça le paradoxe du miroir, même si ce n’était pas vraiment un paradoxe. Vous savez, le fait de placer deux miroir face a face et se mettre ensuite entre les deux? Notre image se reflète en une infinité de fois, nous permettant de s'admirer sous tous les angles. Personnellement, je trouvais que me voir une seule fois était amplement suffisant: je n'avais pas besoin de me trouver dans le palais des glaces pour qu'on me rappelle a quel point j’étais a tomber par terre. Et puis, faire dix milles copies de Sophie Watson reviendrais a crée une armée (réelle ou fictive) de créatures vicieuse, jalouse et impulsives. Un seul ''moi'' suffisant dans ce monde. En fait, a cet instant je me trouvais dans la salle des miroirs de mon manoir. C’était une salle de bain banal, avec un lavabo et une baignoire incruster dans le marbre comme pour tous les manoirs de luxe. La seule différence, c'est que cet salle de bain la était inspirée du fameuse palais des glaces de Versailles et ses murs étaient recouvert de miroirs. Je savourais secrètement cet auto admiration que je me portais, souriant sous cet centaine de pair d'yeux uniques qui se braquaient sur moi. Beaucoup de gens disent que le miroir reflétait l’âme corrompue ou innocent d'un individus. De mon avis, le miroirs reflétait la beauté d'une fille. Et si cette beauté était corrompue alors cet corruption n’était qu'embellie par le mal qu'elle portait, par les traits du péché et de la vice. Les sept péchés capitaux était une chose que j'aimais bien ressortir et user. Sept chose qu'on disait mal, et ce qui est mal est interdit, mais ce qui est interdit est délicieux. De ce fait, le mal est un délice.

Pendant que je laissais un sourit flâner sur mes lèvres en pensant a toutes les règles morales que j'allais briser se soir, une autre partie de ma capacité intellectuelle et mes yeux observait le reflet qui se dessinais devant moi. La silhouette fine, trop fine peut-être, d'une femme brune enroulée dans un peignoir blanc. Moi et mon corps, et ma beauté, et mon arrogance et mon ego qui ne faisait que de prendre de l'ampleur depuis tout a l'heure. Je me trouvais sublime. Mes jambes fraichement épilée attendaient l'application de leur lotion douceur, mes longs cheveux qui tombaient dans dans mon dos étaient encore mouille et mon regard, mes lèvres, tous les atouts sensuels que je possédais attendaient leur usage. Je m'observais encore un moment dans la glace, me tournant sous tous les angles, ouvrant mon peignoir avant de finalement m'en débarrasser. Je ne comprenais pas pourquoi Ulrich semblait préférait Katie a moi. Elle n'avait rien de spécial, son visage faisait partie de cet catégorie de visage trop commun, dépourvu de toute accroche. Elle n'a pas ce quelque chose qui fait que. Elle était normal. Trop normal pour mon Romeo. Je poussais un soupir, ne voulant pas penser a lui ce soir. S'il ne voulait plus de moi, et bien soit, je trouverais bonheur ailleurs en attendant de pouvoir user mes charmes a nouveau sur lui. Quand je me fus rassasiée de ma beauté, que j’étais satisfaite de mon inspection et que je ne me trouvais plus aucun défaut, je me dirigeais vers mon dressing.

Ce soir, LED, l'une des plus fameuses boite de nuit de Londres lançait cet soiree monumental. Open Bar après minuit, seulement 10 pounds l’entrée, et j'avais entendu dire que tous les mannequinat de l'agence Elite allait fêter l'anniversaire de la patronne a cet soirée. La pêche idéale, en somme. Le seul petit détaille qui clochait ? La soirée avait pour thème le rose. Franchement, ce n’était même pas la saint Valentin, c’était le début de l'automne, et pour accueillir la saison, ils choisissaient la couleur la plus ridicule possible ? Pourquoi pas du noir, ou du orange ou du bruns ? Ou même du rouge, ça collerait tellement mieux avec le contexte. Je fis la moue face a mes vêtements. Le rose, avec le bleu, étaient les deux couleurs que je portais le moins. Mon armoire était donc pratiquement dépourvue de ces deux couleurs. J'avais demander a Ceryl, mon elfe personnel le plus fidèle, de me procurer une nouvelle robe de la couleur. Je n'avais malheureusement pas eu le temps d'aller faire les boutiques moi même étant donner que je venais de prendre connaissance de cet soirée il y avait quelques heures a peine, alors que les magasins étaient déjà tous fermes. Il était également hors de question que je demande le moindre aide a ma cousine ou ma tante : elle ne comprendraient déjà pas l’intérêt d'acheter une nouvelle robe pour une soirée, et leurs gouts vestimentaires étaient loin d’être en accord avec les miennes. Le hic ? C'est que Ceryl n’était toujours pas la.


-Mademoiselle ?

Tiens, quand on parle du loup. Je souris en entendant la voix de mon jeune elfe. Malgré mon mépris pour tout, j'avais un certain respect envers les elfes de maisons, et Ceryl avait même reçu un minimum de mon affection. Je lui avais charger, elle, de la mission car elle me connaissait depuis mon plus jeune age, ainsi que mes gouts et mes préférences. Je me retournais vers la créature. Elle se trouvait au pied de mon lit double et avait poser sur les couvertures en soie de ce dernier une boite rose. Je savais qu'avec elle je ne serais jamais déçue, et m'approchait du paquet. Sur le couvercle, légèrement cache par les rubans qui l'entourage, je pu lire la marque du produit : Victoria Secret. Mon sourire élargie alors que je gratifiais mon elfe de que quelques mots sympathique. Elle avait du transplaner jusqu'à New York ou les magasins ne fermaient jamais pour s’approprier d'un vêtement de cet marque. Les petites main de mon elfe défirent le ruban et ouvrirent la boite, et je sorti de celle-ci une robe d'un rose fonce, relativement tape œil, ce qui me plut, moulante et qui laissait voir une épaule.


-Qu'est-ce que je ferrais sans toi, Ceryl ? Tu peux disposer.


L'elfe s'inclina, murmurant des paroles qui ne devaient être autre chose qu'un éloge sur sa maitresse préférée. Je me retournais devant ma glace et enfila la robe. Elle me seyait a la perfection. Il faudrait que je pense a améliorer la condition de mon elfe, histoire de lui rendre la pareille. L'horloge du manoir sonnait le coup des dix heures. J'avais encore largement le temps, je ne voyais pas pourquoi je devrais me dépêcher vu que la fête ne commençait pas réellement avant minuit. Mais être en avance était toujours un avantage. Vers onze heure tout le monde sera déjà la, ce serait juste l'ambiance qui manque. Je pourrais rentrer a cet instant, histoire déjà de faire une arrivée remarquée. Je décidais de laisser mes cheveux libre ce soir, prenant juste le soin de les coiffer et les boucler légèrement a l'aide d'un fer. Puis j'appliquais mon maquillage, n'insistant que sur les yeux, avant de choisir Dior J'adore comme touche finale.

Je sortis de ma chambre, descendit dans le salon ou toute la famille se trouvait. Erika s’était endormie, recroqueville dans un fauteuil près du feu. Elena me tournai autour en me voyant, répétant a quel point j’étais jolie et me suppliant de l’emmener avec elle. Je la pris dans mes bras. Elle n'avait que onze ans, et je lui expliquais qu'elle était encore un peu jeune. Mes deux cousines étaient les deux personnes qui avaient de la valeur a mes yeux. Bien qu'elle ne partageaient pas forcement les même idées que moi, qu'elles ne soient pas serpentard mais un peu gamine gâtée sur les bords, je ne pouvais nier mon attachement envers elle. Je remerciais ma tante qui me souhaitais une bonne soirée et mon oncle qui me proposait un verre avant de sortir, déclarant que je risquais de payer trop chère pour rien au bar. Je refusais, lui assurant que de toute manière, je savais me faire payer mes boissons. Apres un dernier bonne nuit, je quittais la salle.

Nous avions deux manoir, nous Watson. Un en Irlande, et un en dehors de Londres. Je dis bien en dehors de Londres, ce qui signifiait que devait me taper un sacre bout a pied avant d'arriver a destination. J’hésitais a faire appel au magicobus, mais n’étant pas tellement branchée par l’idée de me faire propulsée dans tous les sens, je sortis la moto de mon oncle du garage. J’étais bien évidement en dessous de l'age légale pour conduire, mais qui s'en fou ? Je faisais bien plus que mon age, et si je prenais les ruelle, personne ne me remarquerais. Monter a moto avec des talons n’était pas la chose la plus délicate a faire. Je baissais la visière de mon casque afin d’être méconnaissable et démarra l'engin, direction la débauche.
Le parking était bondé, que ce soit en véhicule ou en personne. J'aurais aimer pouvoir transplaner, mais je ne pouvais pas encore. Etant une habituée de la boite, je trouvais rapidement un coin pour parquer ma moto et me dirigeait vers la fil d'attente. Merde, j'avais oublier qu'a partir d'une certaine heure on ne laissait pas entrer tout le monde.. Peu importe, comme je disais, j’étais une habituée. Passant devant la queue, je me dirigeais vers le videur qui gardait l’entrée, un latinos qui me connaissait assez bien.


-Enzo ! Je vois que la soirée cartonne bien ?

Je lui lançais un regard qui sous entendais un peu trop. Je n'avais pas l'intention de payer l’entrée, ni d'attendre dehors. Il semblait hésitant a m’ouvrir la porte, et je me penchais sur sa joue pour y déposer un baiser et susurrer quelques mots a son oreille. Il sourit, et ne voulait pas faire d'injustice en me laissant entrer moi et pas les autres, me dit de passer par la sortie a l’arrière de la boite en glissant une clé dans ma main. Je le remerciai puis me dirigeais vers la direction indiquée. J'ouvris rapidement la porte avec la clé avant de la caler sous le tapis de bienvenue comme il me l'avait demander. Une fois a l’intérieur, je devinais bien vite que je me trouvais derrière les toilettes, et sortie rapidement de ce coin en prenant les couloirs. Enfin, la musique arrivait a mes oreilles et les lumières de la boite me prirent. Captivée par l'ambiance d’entrée, je me dirigeais vers la piste de danse, montant sur l'estrade ou d'autre filles dansaient deja autour des barres. De la, je pouvais voir tout le monde, et ainsi viser une proie.

Avant que qui que ce soit pu me rejoindre, j'avais deja viser quelqu'un. Le seul problème ? C'est une grosse blondasse plus moche que son cul et qui dansait comme ses pieds lui tournait autour. Agacée, je me dirigeais vers lui, déterminée a l’arrachée des griffes de cet chipie. Mais quelque chose attira mon œil : une fille, vêtue d'une robe.. bleue ? Elle avait louper quelque chose celle la. Ou alors elle voulait juste ce démarquer en étant différente. Je me demandais comment Enzo l'avait laisser entrée. Mais peut importe, ce qui m'amusait fut de voir qu'elle aussi avait braquer un regard assassin sur cette fille. Alors on était deux. Il y avait de la compétition ce soir, c'est bien. Cependant, le visage de la jeune fille me fit tellement rire par la frustration et la colère qui s'y lisait que je commençais a douter qu'elle ne soit pas la copine d'un vilain lapin vagabond. Trop tentée, je m'approchais d'elle.


-Toi aussi ? Je marquais une pause alors qu'elle se retournais vers moi, mes yeux rives sur le couple ridiculement mal assorti. Ca serait con de laisser une truie nous voler notre place.

_________________
Sophie Watson

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Brooke Mickaels
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 590
Localisation : Dans les bras d'un jeune et sexy milliardaire, à bord de son yatch, une coupe de champagne à la main. Et vous? <3
Date d'inscription : 19/06/2012

Feuille de personnage
Particularités: Comme si ce n'était pas évident...
Ami(e)s: Mes paires de chaussures ! et j'en ai des tonnes.
Âme soeur: Difficile à dire... elle change toute les semaines !

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Mer 20 Mar - 18:05

Moche…Moche…Moche…Horrible…Doublement Moche…Même pas besoin de préciser que lui était à VOMIR…Bof…Bof…Pff c’est elle ou pas un seul beau mec se baladait dans le coin ? Enfin si, il y en avait bien UN. IL Y AVAIT UN SEUL BEAU MEC DANS CETTE SALLE ET CETTE ESPECE DE TRUIE SANS MANIERE PASSAIT TOUT SON TEMPS AVEC LUI ! Si ce n’était pas humiliant à souhait ! Pourquoi la laissait-elle s’approcher de lui ? En plus rien qu’à regarder ses chaussures, il était facilement devinable qu’elle portait du parfum bon marché. Sa robe la grossissait. Son rouge à lèvre était périmé, ou alors elle avait volontairement choisie une couleur qui ressemblait à de la boue tartiner sur son visage plein de boutons blanc. Et pour couronné le tout, elle se collait à lui. Et là ! Là ! Comment osait-elle seulement poser une main sur celui qui deviendra peut-être l’homme de sa vie ?! Et…Et… Elle rêvait ou l’autre pouf était en train de se pencher à son oreille ?! QU’EST-CE QU’ELLE LUI DIT ENCORE !!!!!!!!

-Toi aussi ?

Hein ? Quoi ? Brooke se tourna vers la fille qui venait de lui adresser la parole. Une espèce de grande brune, elle aussi en rose –évidement- et qui regardait SON mec. Brooke grogna intérieurement. Elle acceptait volontiers de partager quand il était question de cookies bon marché, mais là il était question du dernier macaron framboise de chez Ladurée ! Elle pouvait toujours rêver pour qu’elle lui en laisse une bouché !

-Ca serait con de laisser une truie nous voler notre place.

Elle n’avait pas tort la nouvelle. Elle croyait quoi l’autre ? Qu’elle pouvait juste débarquer et faire sa maligne pour avoir le seul mec potable de la soirée ? Hors de question. Elle ne connaissait pas Brooke Mickaels ! Et… Brooke se retourna à nouveau vers la brune. Elle était grande, fine, jolie cheveux, bien entretenu, robe classique mais chic et classe, sexy mais pas vulgaire… et les chaussures. Ok. Classe. Elle semblait être quelqu’un de bien. Ou en tout cas, quelqu’un qui méritait qu’on lui parle, déjà parce qu’elle savait qu’elle aurait toujours un point de chute niveau discutions ou elle se retrouverait seule. Aller parler de mode à une fille habiller en jogging à un mariage… Ouais, voilà. Non. Juste non.

Elle les fixait. Lui et Elle. Elle et lui. Enfin Charmant et Cochon quoi. C’est vrai qu’il y avait de quoi se poser des questions. Encore si c’était une fille comme la brune qui était à son bras, elle pourrait comprendre. Parce que bon, il fallait l’avouer, elle était quand même belle, classe et elle semblait avoir des manières. Les hommes étaient vraiment complètement à l’ouest.


-Elle n’y arrivera pas…

A présent c’était à Brooke de les fixer. C’est dingue comme ils n’allaient pas du tout ensemble. Etait-il possible d’avoir l’air plus… bah… incompatible ? Il était beau, serviable et il avait même l’air intelligent. Et elle ? Ce ne serais pas étonnant qu’elle soit encore au primaire après avoir redoublé cinq ou six fois le cp parce qu’elle ne serait toujours pas écrire son nom.

Bon ok c’était mal de critiquer sans savoir. Mais d’un autre côté ça fait tellement du bien de dire du mal. Surtout dans une situation ou la critique venait aussi rapidement !

Brooke se tourna vers sa compagne de méfait avenir et lui tendit sa mains un sourire diabolique aux lèvres.

-Brooke. Viens avec moi, j’ai une idée.

Bon. Ca première idée aurait été de prendre sa baguette, de la pointé sur l’autre greluche, de lui faire des cheveux violet (parce que ce sort-là elle le maitrisait à la perfection !) et de rependre une philtre d’amour dans la boite histoire d’avoir champagne à volonté et des mecs à la pelle à ses pieds mais puisque la magie était interdit et qu’il y avait une chance sur un million pour que la nouvelle soit du genre sorcière, ou même qu’elle connaisse l’existence de la magie, cette idée était légèrement compromise.

Brooke se dirigea vers le bar un sourire aux lèvres. Avant d’arriver devant le barman elle réajusta sa robe pour bien mettre sa poitrine en avant –Hey ! ok ce n’était pas très orthodoxe mais qu’importe ?- puis elle fit un clin d’œil à la brunette avant de prendre le bras d’un type qui avait l’air bourré de fric et complètement soul.


-Ho bébé ! la bouteille est vide ! Laisse je vais en commander une autre !

Le mec n’eut pas le temps de comprendre ni qui elle était, ni pourquoi elle parlait tellement fort que le Barman ne pouvait PAS ne pas l’avoir entendu, puis elle se dirigea vers le barman en minaudant.

-Hey vous… On aurait besoin d’une autre bouteille de champ’… rajoutez la sur la note de mon roudoudou.

Petit clin d’œil sensuel et le Barman s’exécuta sans dire le moindres mot. Phase 1 du plan : ok. Maintenant elles pouvaient consommer gratos et pour la suite du plan, elles allaient avoir besoin de consommation…

Brooke retourna vers son acolyte un large sourire sur le visage et la bouteille à la main.
Une fois à sa hauteur elle montra du bout du nez cochon, plus collé à charmant que jamais.


-Comme ça, de loin… ca robe est en mousseline non ? de super mauvaise qualité certes, mais en mousseline quand même.

Un large sourire de salope, oui de salope sans scrupule se dessina sur ses lèvres.

-Ce serais dommage si elle se renversait quelque chose dessus parce qu’il faudrait qu’elle l’emmène au nettoyage à sec, et vu la médiocre qualité vestimentaire qu’elle affiche, elle ne doit pas être très riche… surtout qu’elle devrait passer la soirée avec une grosse tâche en plein sur sa petite robe rose ! Quel dommage ! Tu ne crois pas ?

Oui on ne pouvait pas faire plus hypocrite. Et franchement qu’elle importance ? Elle ne méritait pas qu’on soit sympa avec elle. Après tout elle marchait sur les plates-bandes des autres sans gênes ! Elle méritait une bonne leçon. Les hommes se battaient à coup de fusil pour défendre leur territoire, les femmes à coup de poignard dans le dos. Au sens figuré. Les femmes étaient bien plus subtiles que les hommes, c’était bien connu.

-Et si on lui proposait un verre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Sophie Watson
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1204
Date d'inscription : 30/11/2008

Feuille de personnage
Particularités: Je collectionne les pokémon
Ami(e)s: Je ne suis pas certaine qu'on puisse avoir envie d'être mon ami.
Âme soeur: Laisse-moi deux minutes, que j'aille me pendre....

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Lun 25 Mar - 17:53

Elle était peut-etre habillée en bleu, n’empêche qu'elle ne manquait pas de classe cette gamine. Gamine, parce qu'elle était sans aucun doute assurément trop jeune, elle aussi, pour avoir l'age légal dans ce genre de soirée. Mais classe quand même. Si le thème de la soirée n'avait pas été ''candy pink'', elle n'aurait pas eu l'air tache. Et j'aurais peut-etre éventuellement considérer passer ma soirée avec elle, voir la connaitre un peu plus. Sa tête ne me disait rien ou alors très vaguement quelque chose. Londres était grand mais pas tant que cela, peut-etre l'avais-je déjà croiser lors d'une autre soirée, ou alors qu'elle s’était affichée parmi les centaines de visages qui envahissaient la ville chaque jours.
Et l'autre bouffonne... Eh bien trop blonde. Trop tartinée de maquillage, et sa trop Barbie. Déjà, son blond n’étais pas naturelle, une horrible couleur rousse commençait a se faire voir a la base de ses cheveux. Et ses yeux bleus étaient trop fade. Ce n’était pas un joli bleu profond et claire et varier comme ceux qui me faisaient fondre, c’était une sorte de bleu gris trop proche du livide pour etre attractif. Sans oublier les bourrelets de graisses que sa robe moulait si bien ou la cellulite de ses cuisses qui rebondissait a chacun de ses mouvements. Et le beau gosse a coter d'elle, je savais déjà que je n'allais pas y toucher parce qu'il semblait bien trop rond pour se rendre compte de ce qui lui arrive. Et je préférais que mes conquêtes gardent un bon souvenir de moi, pas juste une image flou d'une demoiselle brune vêtue de rose.


-Elle n’y arrivera pas…


Les bras croisés, j'haussais un sourcil. Elle avait l'air déterminer la nouvelle. Probablement une de ses filles jalouses et a la limite du désespoir qui tombaient amoureux du premier beau garçon venu et faisaient toute une crise lorsque ce garçon en question n’était pas dans leur poche des la seconde qui suivait. Je lui laissais son prince pour se soir, j'en trouverais bien un autre, ou alors je passerais la soirée seule. Les deux options m'allaient. Dans tous les cas, je voulais prendre le vilain petit plaisir de voir cette fake barbie se prendre un rateau et peut-etre même voir ce beau garçon se mettre dans une situation embarrassante. Ce serait marrant. Et détruire les soirées avait toujours ete mon fort.


-Brooke. Viens avec moi, j’ai une idée.


Non mais, pour qui elle se prenait cette gosse? D’abord, on ne me donnait pas d'ordre, on ne me parlait pas sur se ton, et on ne me tendais jamais la main comme ca en espérant que je la prendrais. Si ca se trouve elle sortait des toilettes et ne s’était pas lavée les mains. Mais comprenenant qu'en faisant ce geste, elle jurait solennellement que ses intentions étaient mauvaises, alors je savais que je pouvais lui faire confiance pour se soir et que nous étions dans le meme jeu. Je la dévisageais un instant. Coiffure, ok. Visage, celui d'une petite garce, ok. Tenue, onéreuse, ok. Elle semblait etre une fréquentation temporelle acceptable. Alors d'un air un peu hautain, je serais brièvement mais fermement la mains qui m’était tendue. Au moins elle avait un prénom décent. Brooke. Quelque chose de plus humain et commun que ces noms débiles dont Poudlard regorgeait. Non mais franchement, il ne fallait que etre sorcier pour s’appeler Elektra ou Yvanova ou Juskdegf ou je ne sais quoi encore. A croire que de nos jours, les parents nommaient les enfants après le premier reve tordu qu'ils faisaient.

- Ton idée a intérêt a etre bonne.

Ah, je ne l'avais pas encore dit? Je haïssais me présenter. Donner mon nom, mon prénom, ou la moindre information sur moi me repulsait plus que tout. C’était une sorte d'invitation dans ma vie que je ne faisais pas, que je ne voulais pas et que je supportais encore moins. Alors pour ce soir, comme pour toujours, pour cette petite brune je serais ''l'inconnue de la soirée'' avec qui elle aura peut-etre passer un moment de complicité, mais sans plus. Déjà qu'elle se dirigeait vers le bar, réajustant sa robe et mettant en valeur ses atouts. Je la laissais faire, voulant voir ou elle voulait en venir avant de me jeter la tête en première dans je ne sais quel histoire. Je ne pouvais pas prendre le risque de me tourner au ridicule. De toute manière, si elle échouait, j'utiliserais la magie pour faire le reste. J'avais 17 ans, moi, j'avais l'age légal. Et puis l'autre petite était surement une moldue, donc je jouerais mon jeu de mon coter. J'ai toujours agis en solo, et le manque de changement ne me gênait aucunement.
Je la vis faire une petite scène auprès d'un client complètement mort sous l'alcool et pourtant riche. Maline la gamine. Elle venait de se garantir une soirée gratuite, et afin de m'assurer qu'il en soit de meme pour moi, j'accourus a ses cotes, pris l'autre bras de la pauvre victime et poussais un de ses gloussement bien connu des groupies aguicheuses. Nous nous remîmes cotes a cotes, prete pour passer a la prochaine phase de ce qu'elle avait prévu. Je pense commencer a cerner ou Brooke voulait en venir, mais attendais quand même qu'elle me donne plus d'indications. En attendant, nous avions lâcher notre victime qui était a moutier écrouler, le gardant quand meme au bout d'une laisse virtuelle afin de s'assurer qu'il ne foute pas le camps sans prévenir. Le barman arriva avec sa bouteille de champagne, une Moët. Les meilleures, et les plus chères en soirées. On allait le ruiner le pauvre bonhomme. Je le regardais en verser dans deux coupes séparées, puis quand il se fut éloigner, servis ma compagne et moi même.


-Comme ça, de loin… ca robe est en mousseline non ? de super mauvaise qualité certes, mais en mousseline quand même.


Je regardais plus attentivement le boudin sur patte. Effectivement, son horrible robe rose semblait etre de la mousseline. C'est bon, j'avais compris ce que voulait Brooke. Je l’écoutais m'expliquer sa théorie sur la qualité médiocre du tissus et des besoins de lavages particulier en cas de salissure... Tiens tiens voila la brillante idée. Elle me demande d'aller proposer un verre a l'autre garce.

-Ecoute pourquoi pas. Proposons lui un Flaming Asshole.

Mais oui les Flaming Asshole, ces fameux shots enflammées. Ca doit laisser une jolie trace sur la robe ça, si sa se renverse. Peut-etre même un joli trou. On déclaraisD la guerre a cette pauvre fille qui n'avait rien demander et dont le seul crime était d'exister. Quoi que exister, si cela gênait a ma personne, etait un crime hautement punissable. J'avais d'autre chose a faire que de perdre mon temps avec ce genre de gens mais ma foi, parfois il fallait le faire, et quand c'etait le cas, autant en prendre plaisir. Attaquer sa robe n’était qu'une chose, après il faudrait encore l’humilier publiquement, l'afficher sous un mauvais jour, blesser son amour propre et lui planter la rage au coeur. Telles étaient les vengeances de femmes: subtiles et vicieuses. Il ne fallait pas en venir aux mains et cela pour deux raisons. D'abors, parce que si ca sortait du cadre de l'hypocrisie, je n’hésiterais pas a faire usage de la magie, ce qui, je ne pense pas soit la meilleure idée. Et secondement, parce qu'il n'y avait rien de plus ridicule qu'une bagarre de fille. Ca griffe, ca tire, ca gifle, mais rien de violent vraiment et le résultat etait deux furies qui ruinaient l'ambiance.
Non non, mon idée d'un shot enflamer était parfait.

_________________
Sophie Watson

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Brooke Mickaels
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 590
Localisation : Dans les bras d'un jeune et sexy milliardaire, à bord de son yatch, une coupe de champagne à la main. Et vous? <3
Date d'inscription : 19/06/2012

Feuille de personnage
Particularités: Comme si ce n'était pas évident...
Ami(e)s: Mes paires de chaussures ! et j'en ai des tonnes.
Âme soeur: Difficile à dire... elle change toute les semaines !

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Mer 27 Mar - 22:14

Quand on y pensait, Brooke était d’une charité exemplaire. Dans la vie, il y a toujours des gens qui viendrons vous voir pour vous critiquer, et c’est vrai, oui c’est vrai que Brooke en fera partie. Mais. Parfois. Au lieu de mettre en évidence un fait qui ne pourra que blesser la personne, elle préfère l’encourager. On apprend par nos erreurs n’est-ce pas ? Alors quand elle dit à quelqu’un « Wouaw ! Qu’est-ce qu’elle te va bien cette robe ! » Alors qu’en réalité elle pense : « Ho mon dieu, comment a-t-elle réussis à trouver une serpière aussi grande ? » Elle rend service. A sa façon. Disons que, indirectement, elle aide les gens à se rendre compte de leur propre bêtise. En s’amusant en même temps. Une pierre, deux coups. Tout ça pour dire, qu’aider les autres, c’était faire preuve de charité. Et en jouant les hypocrites, elle les aidait. L’hypocrisie était donc charitable. Et c’est dingue comme ce soir, elle avait qu’une envie, c’était de faire une bonne action ! Et elle allait commencer par cochon.

Cette robe ne lui allait absolument pas et ça, pour plusieurs raisons. La première était qu’elle la boudinait. Quand on a de la graisse qui déborde, le mieux c’est encore de ne PAS la mettre la valeur. Ok, certain mec trouve ça sexy d’avoir des formes, mais tout dépend quels GENRE de formes. Et visiblement, puisqu’elle l’ignorait, faire déborder son gras, ça n’en faisait pas partie. Ensuite, le rose était une couleur pure et douce, qui certes, aurait pu aller avec son visage tout rond, sauf que là, sa mettait à mort son côté « cochon » en avant. Ok, ok, c’était soirée rose et ce soir, c’était elle qui faisait un peu tache en bleu. Mais elle préférait voir cela comme une manière de se différencier, et non de jouer les moutons. Enfin bref, elle n’était pas là pour faire de l’autocritique mais pour relever tout ce qui n’allait pas chez sa concurrente, si t’en est qu’elle en soit une. Donc résumons, sa robe moulante n’allait pas et le rose pâle qu’elle avait choisie ne la mettait pas en valeur. Maintenant les chaussures. Juste Non. Non. On ne mettait pas ce genre de chaussure à moins d’avoir cinquante ans et de faire partie d’un groupe de lecture. C’était quoi ces choses ?! Sa grand-mère avait les même ! Il y avait des choses « classes » que les vieux avaient, comme par exemple certaines broches, mais surement pas des chaussures aussi pourris ! Elle datait de quoi ? La première guerre mondiale ? Allez ! Elle n’était quand même pas aussi pauvre pour devoir faire les boutiques au centre de récupération de vêtement et chaussure ! Ça c’était le genre d’endroit pour les pauvres, les sans-abris. Si elle l’avait vu dans la rue à demander de l’argent pour se nourrir elle, ses cinq enfants et son chien et qu’elle portait ses chaussures, elle l’aurait sans doute félicité pour se donner un peu de style, et ça aurait été sincère ! Parce qu’ok, les gens qui n’avaient rien, on ne pouvait pas leur demander de porter du Chanel, et du coup, les voir essayer malgré tout d’être présentable c’était admirable. Mais elle non. Stop. Basta. Et maintenant maquillage. Surtout ne jamais faire comme elle. Elle portait beaucoup trop de fond de teins. Au point que même avec un éclairage aussi bas il était évident qu’elle ne souffrait pas d’un bronzage un peu trop forcé. Le fond de teint c’était là pour corriger le teint, pas pour se faire passer pour une métisse. Et puis elle c’était tartiné d’un phare a paupière rose flashy et d’un rose à lèvre équivalent. C’était trop ! Beaucoup trop ! Calamité. Cette fille ne regardait jamais l’émission Relooking extrême ? Parce que sérieux, elle devrait.

Enfin ! Si il y avait bien une chose qu’elle pouvait mettre à son avantage, car oui il y en avait une. Brooke n’était quand même pas si mauvaise, c’était qu’elle avait réussis à choper un mec plutôt canon malgré la barrière de son physique peu avantageux. Ce devait être une sacré baratineuse. Et ça, c’était à son avantage. Le mensonge faisait partie de la vie quotidienne et savoir le faire avec grâce était forcément un atout. La conclusion qu’elle en tirait c’était que charmant l’attirait de moins en moins. Qui voudrait d’un demeuré ? Si la nouvelle voulait se le faire, Brooke le lui laisserait. Mais par principe, elle en ferait quand même baver à cochon. Parce que dans le fond, c’était tellement jouissif d’écraser comme un insecte quelqu’un de bien plus faible que soit.

Pour ça il y avait différent moyen. On pouvait le faire de manière physique et brutal, c’est-à-dire, juste la brisé, lui tiré les cheveux, la griffer, mais pour Brooke c’était des moyens qui manquaient cruellement de classe. Elle pouvait au contraire, la jouer subtile, et pour cela encore, plusieurs idées lui traversèrent l’esprit. La première, et la plus évidente, était de lui renverser du champagne sur elle, comme elle l’avait prévu au départ mais… en y réfléchissant, ce serait un affront, pour le champagne. Pourquoi gâcher un truc aussi bon ? Elle pouvait aussi la pousser sur la piste de danse, mais elle risquerait de se faire voir et du coup, ce serait un manque total d’élégance, parce que tout le monde pensera qu’elle ne sait pas danser, ou qu’elle a de grosses fesses et là ce serait encore pire ! Non ce qui serait pas mal ce serait de…


-…Proposons lui un Flaming Asshole.

Brooke n’avait pas vraiment écouté jusque-là ce que sa « camarade » lui avait dit mais le coup du shoot enflammé pouvait être intéressant. Sauf qu’on risquerait de les faire passer toutes les deux pour des empotés. Et il était hors de question qu’elle passe pour une cruche.

-J’ai une bien meilleure idée.

Un sourire plein de malice se forma sur ses lèvres. Il y avait une chose plus terrible que de prendre feu en pleine boite, plus dangereux que toutes les photos compromettant diffusé sur Facebook : c’était les ragots. Il suffisait de faire passer une idée dans la petite tête de quelqu’un pour qu’elle se diffuse bien plus vite que prévus dans toute la salle. Et quoi de pire que de passer pour une idiote en public ? Quoi de plus déshonorant, de plus humiliant que d’avoir des centaines de regard sur soit agrémenter de petit rires mal caché ? Pour détruire quelqu’un, il fallait commencer par détruire son image. Et Justement, Brooke était une pro des potins mal placé.

-En combien de temps crois-tu que si j’avouais à ce type-là elle montra du bout du nez un homme qui draguait une fille de manière très… direct, que ma « Si chère amie » avait coucher il y a deux semaines avec un homme marier et qu’elle était à présent enceinte, et du coup, cherchait un mec avec qui baiser ce soir pour lui mettre sa grossesse sur le dos, il mettra pour le répété à tous ses petits potes… Brooke tourna le regard vers une table voisine du type ou une bande de mecs complètement défoncé matait les fesses d’une fille à la robe extrêmement courte en rigolant une bière à la main, qui le diront a d’autre et a d’autre pour mettre au courant tous ce petit monde pour qu’aucun mec ne tombe dans son piège ?

Brooke la regarda un large sourire sur le visage. Ho oui… c’était tellement agréable d’être charitable. Aider les autres, était VRAIMENT un de ses passes temps favoris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Sophie Watson
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1204
Date d'inscription : 30/11/2008

Feuille de personnage
Particularités: Je collectionne les pokémon
Ami(e)s: Je ne suis pas certaine qu'on puisse avoir envie d'être mon ami.
Âme soeur: Laisse-moi deux minutes, que j'aille me pendre....

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Mer 29 Mai - 3:54

Techniquement, sortir en boite n'apportait strictement rien de positif. On se fermait du monde extérieur, de la beauté de la nuit et la contemplation des étoiles pour s'enfermer dans une ''boite'' au sens propre et figurer du terme. Cette place ou on se défonçait les oreilles avec une musique qui était en réalité plus proche d'un bruit que d'une mélodie, et cela dans une atmosphère ou régnait la vice, la luxure et la débauche. Suivant l'endroit, les seules âmes perdues qui s'y trouvaient étaient des filles ou des hommes a la recherche d'un peu d'amour froid, ou alors des couples trop chaud qui trouvaient un moyen d’amener le sujet a une nuit torride. D'autres étaient sincère et ne se trouvaient sur place que pour le simple plaisir de s'amuser, mais en soit, la boite, c’était quoi? Un rassemblement de gens qui dansaient - ou plutôt, bougeaient en tout sens tellement l'espace était confiner - et dont l'haleine empestait l'alcool au bout de quelques heures et le nez Pas que je m'en plaignais, loin de la. Je trouvais que si on pensait de cet manière, si on était trop réaliste, alors cela nous empêchait de vraiment vivre sa vie. Va voir les étoiles si cela te plait, mais ce soir, je préfères les robes roses courtes et les talons trop haut et l'alcool a flot et le sexe à volonté. Surtout que, comme je disais, l'agence de mannequin Elite était sur place et j'avais déjà repérer quelques beaux garçons. Soyons réaliste, notre cible était peut-etre un gros canon mais visiblement, il était indéniablement le plus idiot de la terre, et probablement un des plus aveugles de la salle pour ne pas m'avoir remarquer des le débuts – et pire, pour avoir choisis une truie parmi toutes les beautés présentes dans la salle. On était donc bien d'accord qu'une fois que j'aurais fait de la vie de cet ''rivale'' (bien qu'elle n'arrive même pas a mes chevilles) une misère, ce garçons serait l’entière propriété de Brooke, si elle le voulait. Il était hors de question que je me coltine un imbécile de première classe de son genre, et il était encore moins probable que je serve d'option de secours ou de poubelle de recyclage.

C'est bien beau de vouloir vivre sa vie a la manière de la débauche. Combien de fois est-ce que j'avais entendu des jeunes filles (et moi la première) rêver d'un prince charmant d'un baiser, d'un soir, et dont on ne saura jamais le nom ? Des soirées a draguer des garçons inconnus, ou a essayer toutes substances étranges et nouvelles a la recherches de sensations utopiques toutes aussi inconnues ? C’était la une phase de l'apprentissage de la vie, la jeunesse, plus précisément. Et c’était juste merveilleux. Mais il ne faut pas croire que c'est une période ou on peut se livrer librement a toute forme de débauche sans y avoir mis un minimum de réflexion. En effet, il y avait un très fin espace et nuance entre ''séduire'' et ''etre séduite'', de même qu'il suffisait de quelques actions ou paroles mal placées pour que notre statut de ''femme fatal'' soit remis en cause pour etre ''femme facile''. C'est cru, dit comme ça, mais c'est vrai. Les découvertes et surtout la séduction se faisant dans un certain art : nos actions doivent-etre méditées a l'avance et un minimum de réflexion doit etre mis dans chacune de nos décisions. Par exemple tout simplement, dans la drague : il ne convenait pas de draguer le premier passant, parce que soyons honnête, n'importe quelle femme, aussi moche soit-elle, peut très bien se mettre a poil, écarter ses jambes et le monde masculin lui est ouvert. Non, la séduction ne partait pas du principe de prendre n'importe qui, mais de prendre celui qu'on veut. Savoir faire fondre un homme avec ses vêtements sur soit, vous voyez le genre ? Et pour cela, il faut d'abord choisir sa cible, proie ou victime, appelez le comme vous voulez, et entreprendre de finir par l'avoir. Et la petite nuance se jouait a partir du moment ou le bonhomme se rend compte qu'il vous a taper a l'oeil et commence aussi de son coter a draguer, alors c'est la que le danger commence. On peut tout de suite tomber pour celle qui a succomber a son charme en première, ou alors le faire passer pour un soumis et que notre beauté et charme est sans égale.

Bref, tout ça pour dire que j'allais prendre un plaisir a me foutre de la gueule de ce couple tellement mal assortis et ridicule mais que même si le garçon était quand même relativement mignon, je n'y toucherais par principe d'honneur !


-J’ai une bien meilleure idée. 

Idée, idée, ça fait depuis tout a l'heure qu'on parlait d'idée ! Passer a l'action et ne pas trop s'attarder sur la stratégie, ça lui disait ? De toute manière dans le monde de l'hypocrisie féminine, tout les coups étaient autoriser et on n'était pas encore sur le point de mettre a l'oeuvre un plan de meurtre, donc les détails minutieux et autres choses futiles étaient trop frivoles pour le moment. Je la voulais par terre cette garce, pour le simple plaisir d'avoir quelqu'un sous mes pieds, de la voir pleurer pour compléter et finaliser son minable tableau empreint de pathétisme. Elle avait qu'a dire que mon idée était nulle aussi, cette Brooke. Gamine ou pas, je n'étais pas sur d'aimer ses grand airs. D'un coter c'était bien, elle avait du caractère et aurait pu s'imposer facilement, mais de l'autre... Putain t'es qu'une gosse quoi, arrête de te prendre pour Miss Monde. C'est pas comme si elle était sorcière a Poudlard, membre de la noble maison de Serpentard.. Dans ce cas j'aurais compris et accepter, mais c'est une petite garce de moldu qui se croit intéressante, et la, une fois de plus, je me demandais ce que je faisais ici et pourquoi étais toujours assise autour de cette table a la côtoyer. Je pourrais tres bien me tourner contre elle et lui faire un sale coup a mon tour une fois qu'on en aura finis avec Ennemi Publique #1. Peut-etre. A voir. Si ca se trouve d'ici la elle aurait gagner un minimum de sympathie de ma part. Je devais essayer de connaître plus sur elle. De quelle famille venait-elle, quel cadre, quelles école, qui, que, quoi et comment. Ben oui, si j'envisageais l'option de fréquenter une moldu pendant l'espace de plus de 30 minutes, je devais m'assurer que je ne ruinais pas ma réputation.

Quoi que je lui lancais un regard noir quand elle me dit qu'elle avait une meilleure idée, puis je me ravis aussitôt. Il fallait que j'arrête moi aussi de monter sur mes grands chevaux a chaque fois que quelque chose me déplaisait. Mon idée de lui cramer sa robe était juste trop simple, j'aurais pu faire de même avec ma baguette si je n'étais pas en présence de personnages qui ne m'arrivaient pas a la cheville. Il fallait quelque chose de plus subtile, de plus... féminin. Elle commença a m'expliquer quelque chose et je suivais son regard vers chacun des personnages qu'elle désignait au fur et a mesure qu'elle élaborait son plan. Avouer a un type que la fille s'était trop amusée au point de complètement se laissait aller et cherchais un bouc émissaire, et calculer le temps que mettrait la nouvelle pour se propager ? Un peu compliquer et manquait encore de subtilité a mon goût, mais c'était déjà bien vicieux. Je n'aurais pas aimer etre a la place de cette garce. En agissant ainsi, on assurait l'échec totale de la soirée pour la fille. Avec la réputation que nous nous apprêtions de lui donner, elle n'aura pas d'autre choix que de rentrer chez elle en pleurant sans comprendre pourquoi, tout d'un coup, tous les hommes de la boites (y compris et SURTOUT les beaux gosses de l'agence de manequinat) la rejetaient et la traitaient de tous les noms. Ca sonnait pas mal... Pas mal du tout même ! Enfin un petit sourire sadique apparus sur mon visage, et je me penchais vers l'oreille de ma consoeur pour parler par dessus tout le bruit de la musique.


- Je commence par m'occuper du groupe la bas.

D'un signe de la tête j'indiquais le groupe de garçon assis pas trop loin de la fille et duquel j'avais rapidement déduis que le beau gosse qui dansait avec la truie en faisait partie. Autant commencer par les amis, qu'ils réalisent que quelque chose va mal, et le message passera tout seul... J'aurais pu commencer par les beau messieurs d'Elite Agency mais je ne voulais pas passer pour une ringarde rapporteuse, surtout si je voulais finir la soirée dans les bras d'un d'entre eux. Je finis la coupe de champagne que Brooke avait réussis a nous faire payer, me leva, lissa ma robe et réarrangeais mes cheveux puis attend que la petite me rejoigne.

_________________
Sophie Watson

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Brooke Mickaels
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 590
Localisation : Dans les bras d'un jeune et sexy milliardaire, à bord de son yatch, une coupe de champagne à la main. Et vous? <3
Date d'inscription : 19/06/2012

Feuille de personnage
Particularités: Comme si ce n'était pas évident...
Ami(e)s: Mes paires de chaussures ! et j'en ai des tonnes.
Âme soeur: Difficile à dire... elle change toute les semaines !

MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   Jeu 4 Juil - 22:36

Brooke commençait à regretter sa petite sortie en boite ce soir. Et pourtant, elle avait tellement eu envie d’y aller tout à l’heure ! Elle avait passé la soirée dans sa chambre à se préparer, elle avait prit un long bain avec plein d’huile d’apaisante, elle s’était coiffé, maquillé, elle avait même eu l’entrée gratuite par Mister beau gosse de ce soir pour au final, se faire voler la vedette. Brooke n’était pas le genre de fille à se laisser marcher dessus, ni à laisser sa place à quelqu’un d’autre, mais plus elle le regardait, plus elle se disait qu’il n’en valait pas la peine.

C’est vrai que physiquement… il existait mieux tout de même. Elle avait même quelques noms en tête. Et puis il y avait cette fête chez James, et comme c’était un peu l’amour de sa vie du moment, il fallait qu’elle se concentre sur lui… normal quoi ! Il lui avait déjà payé un Milk shake en plus… et un à la banane ! C’est super rare quoi ! Quoi qu’il en soit, là, maintenant, tout de suite, elle avait envie d’aller chez James, de boite un jus multifruit et de le laisser l’embrassé sur son canapé rouge, parce que ce canapé, en plus d’être tellement confortable, était aussi trop classe et que son premier baisé avec lui devait être P.A.R.FA.I.T. Mais à la place, elle était là, au centre d’une boite de nuit poussiéreuse, à écouter des chansons trafiquées et même si la coupe de champagne payé par son très cher ami… jenesaisplussonnommaisons’enfou était délicieuse, elle se lassait un peu de cette soirée. Finalement, la prochaine fois, elle resterait dans son lit, avec un chocolat chaud et un chamalow légèrement fondu dedans à regarder une série d’amour pendant qu’elle se vernirait les pieds. C’était plus raisonnable.

Mais en attendant, et parce qu’il fallait bien retirer quelque chose de positif de cette soirée, elle allait s’amuser. Les ragots. Quelle chose fabuleusement merveilleuse ! Brooke adorait les ragots. Elle aimait les écouter, les dire, les lancers, les rendre plus croustillant encore, les inventer, les transmettre et aussi et surtout, les utiliser à son avantage. Comment détruire la réputation d’une personne en 5 leçons.

Leçon numéro 1 : Choisir sa victime. Si possible, choisir une fille physiquement moins belle que soit, avec un tenu horrible, et le top, c’est de prendre quelqu’un qu’on sait inférieur à nous. Parce que s’attaquer aux faibles, c’est tellement plus drôle et facile, et que ça évite des bagarres. Se faire tirer les cheveux, non merci !

Leçon numéro 2 : Observer sa victime. Et oui ! Vous croyez qu’on y va comme ça, au feeling ? Ok, Brooke était naturellement douée pour ce genre de chose, mais n’importe qui d’un peu intelligent regarderait vite fait comment elle se comporte en société avant de s’en prendre à elle. Imaginez qu’elle ait l’air d’être une aguicheuse sans cervelle mais qu’en réalité elle parle à son frère ? Oui, ce serait vraiment dégoutant, mais imaginons. Et bien ce serait Brooke qui serait ridiculisé ! Et comme c’était précisément, ce qu’elle ne voulait pas, elle l’avait d’abord observé. Bon, concernant Miss patate, c’était facile de comprendre qu’ils n’avaient rien en rapport. Peut-être que ce mec était le frère d’un ami, d’un ami, d’un ami… quelque chose du genre.

Leçon numéro 3 : Analyser la situation. Parce que suivant le lieu, l’heure et l’endroit, ce, n’était pas pareil forcément. Sinon ce serait trop facile et le jeu s’arrêterait là. Il fallait trouver la bonne manière de l’humilié sans pour autant passer pour une garce aux yeux des autres. C’était là toute la difficulté. Parce que par exemple, si elles avaient renversé un verre sur elle, ça aurait été un peu louche puisqu’elle était légèrement à l’écart. Ce n’est pas comme si elle était au centre de la boite, et que tout le monde se bousculait. Donc, observation. Beaucoup de monde, beaucoup de mec, beaucoup de blabla inutile. Ragot.

Leçon numéro 4 : Agir. Maintenant qu’on sait comment, où et pourquoi on va s’en prendre à cette fille, il faut le faire. Sauf si on est une peureuse qui mérite qu’on lui jette nos restes de sandwich. Parce que oui, un moment ou un autre, la parlote c’est bien jolie, mais si on n’assume pas ce qu’on pense, alors on ne mérite pas d’être considéré comme quelqu’un de bien. Ou d’important du moins. Donc, se lancer.


- Je commence par m'occuper du groupe la bas.

Sa jumelle diabolique avait tout comprit. C’était le moment. Elle lui indiqua un groupe de personne, pas très loin du « couple » qu’elles voulaient détruire. Brooke fit un signe de tête pour adhérer à son choix puis montre du nez un autre groupe, un peu plus loin, un peu plus en décalé, mais c’était une bande de mec style « wesh wesh ». Exactement ce qu’elle détestait personnellement. Elle ne supportait pas ces personnes ! ils se croyaient beaux, intéressant et surtout intelligent alors qu’ils faisaient juste peine avec leurs sachets de drogues caché dans la poche et leur cigarette qu’ils allumaient pour se donner un air intéressant. Surtout qu’ils se repéraient à des kilomètres ! N’importe quel flic pourrait les arrêter et les mettre en prison ! Mais ils ne le faisaient pas. Sans doute parce que dans le fond, ces gens-là, c’était exactement ce qu’ils voulaient. À croire qu’ils pensaient encore que les femmes craquaient pour les détenus… QU’ELLE FEMME SAINE D’ESPRIT SERAIT À FOND SUR UN PRISONNIER ? Enfin bon, aucune importance.

Brooke avança d’un pas léger et séducteur vers le groupe de garçon accoudé à leur table ridiculement blindé de verre. Elle leur fit un sourire séducteur et la minute suivante, ils étaient tombés dans le panneau. Forcément, ce genre de mec pensait qu’ils étaient des tombeurs. Brooke écouta, encore et encore, plaça parfois des petits compliments hypocrite pour arriva au moment fatidique ou elle parla de son amie avec le mec, entre deux gorgé de vodka bon marché (Eurk), pour faire croire qu’elle balançait son amie sous les coups de l’alcool alors qu’en réalité, elle n’aurait jamais dit une chose pareil, et du fait qu’elle essayait de piéger un mec dans la salle. Le wesh wesh leader la regarda presque choqué, puis reprit son sourire séducteur, mais faux. Il était gêné. Le plan fonctionnait. Il lui proposa un autre verre. Brooke acquiesça et le suivit des yeux.

Leçon numéro 5, la dernière et la plus appréciable : Regarder, et profiter. Pas besoin de trop develloper cette partie du plan, elle est assez logique.

Brooke suivit du regard le leader de sa nouvelle bande « d’amis » et le regarda parler à un mec, qui semblait être pote avec Mister beau gosse. La gryffondor jeta un regard au type sur sa droite qui la complimentait sur son parfum, tandis qu’il essayait d’approcher ses lèvres de son cou (répugnant) puis rechercha du regard sa complice. Elle aussi la recherchait des yeux. Plan accomplit. Brooke se leva, remercia les garçons et expliqua brièvement qu’elle avait envie de danser une dernière fois, puis de rentrer. « Je ne me sent pas très bien » Excuse bidon par excellence, mais les mecs ivres sont toujours tellement naïfs qu’elle pourrait leur faire croire n’importe quoi.

Brooke revint vers le bar, pour rejoindre sa collègue, puis une fois proche, elle lui adressa un sourire plein d’amusement, tandis que plus, loin, elles pouvait voir une fille, aux bourrelets marqué par sa robe juste au corps, se faire jeter par un type canon.


CLOS

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Gossip Girl [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gossip Girl [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gossip Girl RPG
» Gossip Girl [PV]
» Gossip Girl The Return
» Gossip Girl || Libres 6/7
» [Gossip Girl] Nate Archibald {feat Chace Crawford}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde extérieur :: Londres, partie moldue :: Soho-
Sauter vers: