RSS
RSS
~ Mistaken [H. ♥]

 

Partagez | 
 

 ~ Mistaken [H. ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Ruby Standiford-Wayland
Apprentie à Sainte Mangouste



Féminin
Nombre de messages : 2172
Localisation : Cachée.
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: « and from the rain comes a river running wild that will create an empire for you. »
Ami(e)s: Lizlor; « Maybe home is nothing but two arms holding you tight when you’re at your worst. »
Âme soeur: « Lover, when you don't lay with me I'm a huntress for a husband lost at sea. »

MessageSujet: ~ Mistaken [H. ♥]   Mar 26 Juin - 15:21

Spoiler:
 
Lieu: Villa des Easter, Côte Est des Etats-Unis.




J’avais cru qu’ici nous étions dans une bulle paradisiaque, que rien ne pouvait nous déranger. J’avais été stupide de croire qu’en m’écartant de ma vie, en mettant un océan entre chez moi et où j’étais, je pourrais tout fuir et tout oublier. Vivre dans un bonheur infini, sans jamais que rien ne puisse m’atteindre. Pas la déception, pas la tristesse, rien que ce putain de sentiment dans mon ventre quand j’étais avec lui. Et à présent je réalisais à quel point j’avais été idéaliste et aveuglée. J’avais un goût amer dans la bouche et j’aurais voulu me barrer d’ici maintenant. L’idée même de rester en sa compagnie encore plus longtemps me révulsait et je n’avais qu’une envie : retourner dans ma banlieue moisie de Londres. Je voulais croire que j’avais mal vu, mal entendu, mais j’étais sûre de ce que j’avais vu. Le poids dans ma poitrine était toujours là et mes mains tremblaient légèrement, faisant s’agiter les pages du livre que je tentais vainement de lire depuis une demi-heure. Depuis 30 minutes, et il y était encore. C’est qu’il en prenait du temps dis donc ! Depuis combien de temps ce petit jeu durait-il ? Je me revoyais encore la maudire devant lui, traitant cette fille de chaudasse sur pattes. Et lui qui me rassurait, qui me disait que je n’avais aucun souci à me faire. Quelle grosse conne j’avais été. De croire qu’Hadrian serait différent.

Nous étions arrivés aux Etats-Unis deux semaines plus tôt. Lorsqu’il m’avait proposé de venir avec lui et sa famille en vacances, je crois que j’avais poussé un cri d’hystérie qui aurait pu réveiller tout le château. Je m’étais jeté dans ses bras, le couvrant de baiser tout en parlant de ma voix aigüe –celle que j’avais quand j’étais excitée. « T’es le meilleur, t’es le meilleur, t’es le meilleur ! » Vous savez ce qui est magique chez les sorciers ? Pas besoin de payer un billet d’avion une fortune, un Portoloin avait suffi pour me faire atterrir dans le jardin de la maison de ses grands-parents, dans la banlieue de New-York. Moi la pauvre fille qui n’était jamais sortie d’Angleterre sauf pour un voyage à Paris que j’avais oublié, je me retrouvais propulsé aux USA avec mon petit ami et toute sa famille. Si au départ j’avais été légèrement intimidée, j’avais rapidement compris qu’être moi-même suffisait largement pour qu’ils m’apprécient. J’avais parfois l’impression d’être une petite larve face à des papillons royaux, mais certes je m’y habituée. J’étais euphorique à l’idée de visiter New-York dont Hadrian connaissait tous les meilleurs coins. Il m’avait décrit de long en large les avenues commerçantes, les parcs et les meilleurs restaurants dans lequel nous pourrions aller et je n’avais qu’une hâte : tout visiter sans plus attendre.

Si cette semaine avait été parfaite, ce n’était que le début. Prochaine étape ? La villa sur la côte Est, à deux pas de la plage. En un mot ? Sublime. La piscine azur, les transats, les chambres d’un kilomètre de large avec le lit King Size dans lequel je me lovais dans les bras d’Hadrian toutes les nuits : vous le vivez un rêve pareil ? A chaque fois que j’ouvrais les volets le matin, je me demandais si je ne nageai pas en plein rêve : parce que j’avais un canon dans mon lit, que c’était mon petit ami, et que j’étais aux States dans une maison tout droit sortie des magazines. Chaque fois, je réveillais le garçon en l’embrassant parce que c’était ma manière à moi de pincer : mais non je ne rêvais pas et chaque matin j’avais ce frisson en sentant ses lèvres sur les miennes. Tout ceci était bien réel. Tout comme nos sorties à la plage, nos après-midi au bord de la piscine ou à flâner en ville. Je crois que j’avais laissé au moins un éclat de rire dans tous les endroits que nous avions visité ici. Je n’avais jamais eu de ma vie de si bonnes vacances et je n’étais pas sûre de pouvoir un jour rendre l’appareil à Hadrian pour tout ce qu’il faisait pour moi. Sauf qu’évident, il fallait bien que tout ça pète à un moment. Le nuage noir ? Brooke.

Qui était cette fille ? Je pourrais vous la décrire dans une liste d’insulte. Ici, Hadrian avait de la famille et pas mal d’amis avec qui nous passions nos après-midi ou nos soirées à la plage –lorsque nous ne restions pas terrés dans le lit devant un bon film parce que oui parfois on avait la flemme. Il y avait une ribambelle de garçon très sympathique qui en me voyant avaient lancés un regard à Hadrian du genre « Bien joué Mec. » et des filles très drôles avec un accent américain qui ne pouvait m’empêcher de me faire sourire. On faisait un peu la joyeuse bande dans les films Hollywoodien, mais je ne trouvais pas ça déplaisant. Enfin il y avait cependant une ombre au tableau. Brooke. De toute évidence, elle avait toujours beaucoup aimé MON petit ami, parce qu’elle le voyait chaque été et qu’elle, je ne fais que citer bien sûr, trouvait qu’il « ne cessait de devenir de plus en plus en canon » Déjà, ça vous annonce la couleur. Cette fille m’insupportait avec ses rires et ses yeux bleus globuleux, sa manière de parler comme si elle mastiquait toujours un chewing-gum. Sans parler de ses mini-jupes et de son bikini qu’on aurait aussi pu appeler « Deux morceaux de tissus de la taille d’un orteil » Et le pire ? Sa manière de draguer Hadrian ouvertement.

Que je sois là ou pas ne la gênait pas le moins du monde. « Tu me mets de la crème solaire s’il te plait mon chou ? » Allô la terre, est-ce qu’elle comprenait le mot « en couple » ou pas ? Je n’étais pas vraiment du genre jalouse bien que de nombreuses filles tournent autour de mon petit-ami. Je savais qu’il était beau et super cool parce que ce n’était pas pour rien que je l’aimais. Je bouillonnais intérieurement quand à Poudlard je voyais des filles tenter de le séduire, mais ça n’avait jamais atteint ses bornes là. Et je ne vous parlais même pas la soirée où Mademoiselle avait bu trop de Tequila et s’était retrouvé à moitié allongée sur Hadrian en gémissant « Moi je veux juste qu’on aime. » Non mais je ne rigolais pas le moins du monde, cette Brooke était un cliché vivant et je pouvais vous dire que si ses potes n’étaient pas là pour la ramasser et l’écarter, je lui aurais probablement déchiré la face à coup de scalpel. Enfin quoi, je voulais ne pas être vulgaire mais bon. En attendant, le Gryffondor avait toujours repoussé ses avances et je crois que quand il me tenait la main, il lançait un petit regard à cette pimpêche, question de lui faire rentrer dans la cervelle qui j’étais à ses yeux. Enfin, c’est ce que je croyais jusqu’à il y a une demi-heure.

J’étais remontée de la plage en laissant Hadrian avec le groupe, parce que j’avais envie de dormir un peu sur un transat à l’ombre au calme. Dans mon bikini bleu pastel, je me laissais bercer par le bruit de la mer et fini par sombrer dans le sommeil. Me réveillant une heure après, je me décidais retrouver le garçon à la plage, ou à le chercher dans la maison parce que sa serviette était sur le transat à côté de moi donc par logique, il était rentré. Je cherchais en vain dans les pièces quand d’une fenêtre ouverte, j’entendis un éclat de voix. Passant ma tête, je constatais qu’il était devant le portail… En compagnie de Brooke. Je fronçais les sourcils. Je ne distinguais que leur corps de loin, mais Hadrian avait parlé d’une voix forte, comme si il était énervé. Sauf que je ne savais pas de quoi ils parlaient. Pas question que je perde une bribe de cette conversation !


- Je sais que t’adores ça ! Répliqua Brooke d’une voix forte, presque énervée.

Mais qu’est-ce qu’elle voulait celle-là ! C’était pas croyable de…
Stop.
Mes mains se crispèrent sur le rebord de la fenêtre et je sentis mes jambes trembler sous mon poids. Elle venait de l’embrasser. Enfin, je distinguai seulement en contre plongée leurs visages tout proche l’un de l’autre, presque collés. Non, définitivement collés. Lorsqu’elle passa ses mains autour de son cou et murmura à son oreille, je m’écartai vivement de la fenêtre, le souffle court. Je n’en revenais pas. Je n’en revenais pas. Je descendais les escaliers, la tête bourdonnante. M’essayant sur le transat, je tentais de reprendre ma respiration mais je sentais chaque centimètre de ma peau fulminer. Je n’arrivais même pas pleurer tant je me sentais dégoûtée et horrifiée par ce que je venais de voir. « Je sais que t’adores ça. » C’était pas la première fois, c’était clair. Depuis combien de temps durait ce petit jeu, depuis combien de temps je passais pour une grosse conne aux yeux de tous ? Je saisissais mon livre mais les mots s’agglutinaient dans ma tête sans avoir de sens. Je vibrais littéralement d’horreur et je n’avais qu’une envie : partir d’ici maintenant. Le temps passait et j’imaginais tout ce qu’ils étaient en train de faire, là maintenant. Tout ce que je croyais être spécial, m’être destiné. Elle y avait le droit aussi. Je n’étais rien de plus qu’une vulgaire conquête à ses yeux, autant que l’était cette Brooke.

Un bruit me sortit de ma rêverie et je tournai vivement la tête. Hadrian venait d’arriver, un petit sourire aux lèvres. Et il était fier en plus. Je ne fis aucun commentaire et retournai dans mon livre après lui avoir adressé un regard bien plus mauvais que je ne m’en serais crue capable. Au fond, j’avais simplement l’impression qu’on venait de souffler sur mon château de carte appelé Bonheur.

_________________
Even Closer | Forever Young | So Cold | If Stars



« 'I feel things,' I said. 'I'm not a robot!' I stamped my foot and screamed. Then I burst into tears.
I touched the wet little drops and held them toward her. 'See, I'm not a robot. This is proof.' »



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Hadrian T. Easter
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1115
Localisation : La même que celle de mon caleçon.
Date d'inscription : 05/03/2009

Feuille de personnage
Particularités: Je sais lire et écrire. AMAZING !
Ami(e)s: Mes calebuts.
Âme soeur: C'est moi qui décide.

MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   Mer 27 Juin - 13:56


YEEEEEEEEEEEEEEEEEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Ouais ouais on est dans la place ! We are in the United States of America baby ! Putain non fuck me ça faisait des années que j’y allais et à chaque fois j’étais surexcited mais là avec Ruby en plus, mais laissez tomber ! Je suis surexcité puissance mille ! Ah non mais ça c’est muy muy muy bien ! Puta su madre limite j’en revenais pas. Et puis mis padres qui avaient dit oui direct – bon en même temps ils avaient aussi dit oui direct pour Chuck alors que voilà, c’était pas la même chose que Ruby… Je m’inquièterais si c’était le cas – j’en revenais pas ! En plus cette année on avait pris un Portoloin même si ma mère était moldue et du coup, je n’avais pas été malade dans l’avion. Ouais parce que bon passer cinq à six heures the head in the bag en carton alors que votre girlfriend est juste à côté, on fait beaucoup plus romantique. Même si bon le Portoloin voilà quoi, c’est pas la croisière s’amuse non plus hein. Toujours est-il que nous étions arrivés sain et sauf sans vomir tripes et boyaux. Et c’est ce qui compte.

Ruby était aux anges ; ce que je pouvais comprendre. Lilian et moi n’y faisions presque plus attention, à tout cet environnement luxueux dans lequel nous évoluions depuis notre plus jeune âge avec nos cousins et amis aussi riches que nous mais je sais que parfois, il nous arrivait encore de nous étonner voire de nous extasier devant certaines choses. Bon autant vous dire que Ruby fit l’unanimité. Mes grands-parents l’adoraient, Alexandra et Noah aussi – d’ailleurs lui je crois qu’il n’en revenait pas que ma copine soit aussi beautiful – mes parents aussi l’adoraient et tous nos amis. Samuel aussi ; il avait eu exactement la même réaction que Noah. Même Lilian l’avait adopté. Pour preuve : nos grands-parents avaient organisé une soirée mondaine comme à chaque fois que nous arrivions chez eux et Lilian, accompagnée d’ Alex avait emmenée Ruby faire du shopping pour lui trouver une robe de soirée. Connaissant ma sœur et ma cousine, je me doutais qu’elles avaient mis le paquet et que Ruby avait dû être un peu déboussolée au départ. Ah bah putain je peux vous dire que j’avais kiffé sa robe. Mama mia ! En tout cas, Ruby allait très vite s’habituer à notre rythme de vacances je ne me faisais aucun souci là-dessus.

Ensuite nous étions partis à la villa après que je lui ai fait visiter les recoins de New-York et promener dans Central Park. Bon là aussi je dû lui faire la visite de Chatham et elle s’émerveillait à chaque nouvelle boutique, à chaque coin de rue ce qui me faisait fondre à chaque fois. C’était génial : mes parents nous avaient permis de dormir dans mon immense chambre – bon, ils savaient pertinemment que j’étais pas Chuck Carlton donc voilà – on allait à la plage quand on voulait ou on restait au bord de la piscine en sirotant des cocktails aux jus de fruits puis le soir on sortait tranquillement. Puis il y avait eu Brooke.

Brooke Casse-Couilles. Enfin non c’est pas son vrai nom de famille, c’est Brooke Drowner mais c’est tout comme. Cette meuf, depuis des années elle était sur moi, genre trop crac love alors que moi, que dalle. Non mais en plus déjà elle était niaise et conne comme une valise sans poignée, j’aimais pas du tout son style et son physique et enfin, je détestais son prénom. Brooke. Brooke. Non mais c’est pas un nom ça ! Croyez-moi, jamais je ne sortirais avec une fille qui s’appelle Brooke. Beurk. Puis genre la chick, j’avais beau lui foutre râteau sur râteau (une vraie jardinière. Joke pourrave hello !) elle continuait. J’avais juste envie lui foutre deux claques pour qu’elle comprenne mais non. Au lieu de ça, j’avais beau embrasser ouvertement et à pleine bouche Ruby devant elle, lui lancer des moches de regards même pas ! She doesn’t understand ! En même temps, vu comment elle était teubé m’étonne qu’à moitié.

Sauf que je voyais bien que Ruby aussi pétait doucement un câble. Doucement mais sûrement. Je le voyais à la façon qu’elle avait de la regarder et de la tuer du regard, really. Genre quand Ruby regardait Brooke, elle avait des bazookas dans les yeux. Non, des bombes nucléaires même. Sauf que Brooke, elle captait nothing et continuait. Puis everybody avait beau lui dire que c’était over dead entre elle moi, quechi quoi, elle comprenait rien.

Enfin bref. Today, j’avais décidé de faire une petite surprise à ma Ruby et j’étais parti alors qu’elle takait the sun sur un de nos transats pour lui acheter un truc tout bête, genre un petit bracelet en coton ou je sais pas trop quel truc avec des perles d’huîtres blanches. Ouais le truc de base avec une glace chacun. Mais évidemment, alors que je rentrais at home, le petit paquet in my pocket, devinez qui je croise ? Brooke ! Hahey ! Je vais me tirer une balle. Je lui lançais un petit sourire hypocrite, genre « casse-toi grogniasse » et lui balançais vite fait bien fait que je devais retrouver Ruby mais non, elle resta avec moi, devant le portail d’entrée. Bon allez Hadrian, take it easy. Alors que je « l’écoutais » me parler de sa vie passionnante à mourir, j’essayais de trouver par quel moyen je pourrais l’envoyer bouler parce qu’elle me brisait seriously les balls.


- Bon écoute Brooke je crois que je vais y aller ! Ruby m’attend : elle veut que je lui montre comment faire un smoothie à la goyave. Héhé, excuse à deux mornilles. Et puis là, Brooke me sortit une phrase. My Gosh quelle phrase…
- Je sais que t’adores ça !

Et puis là elle m’embrassa. Non mais oh oh OH ! D’un coup je me reculais avant de l’engueuler. Frustrée mais ravie, elle me sortit son grand sourire de débile profonde avant de se barrer. Putain mais quelle conne. Heureusement que Ruby n’avait rien vu sinon je sais pas lequel de nous deux elle aurait buté en premier. Bon, keep calm Hadrian et on va retrouver sa merveilleuse petite girlfriend d’amour qui nous attend et à qui on va offrir un joli cadeau !

- Ruby ! J’ai une surprise pour toi darling… Héhé. Ruby était assise sur un transat, toute jolie dans son magnifique bikini bleu pastel. Madre de Dios ! Je remerciais le ciel d’avoir créé les bikinis !

Ravi, je m’approchais d’elle et lui déposais one kiss sur le front.

- Tiens ça c’est pour toi et ça aussi, dis-je en sortant le paquet de ma poche.

Je pris place juste à côté d’elle et commençais à manger my ice cream avant que celle-ci ne fonde complètement ; déjà que j’avais perdu du temps à cause de cette stupid chick de Brooke… Enfin ceci est du passé maintenant et right now, je m’en contrecarrais le ass de Brooke parce qu’étais avec Ruby dans un petit coin de paradis.

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Hadrian T. Easter le Dim 15 Juil - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ruby Standiford-Wayland
Apprentie à Sainte Mangouste



Féminin
Nombre de messages : 2172
Localisation : Cachée.
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: « and from the rain comes a river running wild that will create an empire for you. »
Ami(e)s: Lizlor; « Maybe home is nothing but two arms holding you tight when you’re at your worst. »
Âme soeur: « Lover, when you don't lay with me I'm a huntress for a husband lost at sea. »

MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   Mer 27 Juin - 15:20



J’étais animée d’un tas d’émotions contradictoire. D’un côté, j’avais envie de pleurer, de crier et de me rouler en boule sous ma couette pour disparaitre mais de l’autre, j’avais également envie de dégommer Hadrian et sa poufiasse de Brooke à coup de batte de base-ball. Je n’arrivais pas à me sentir triste parce que j’étais trop en colère. Je ne pensais pas que ça pouvait prendre une telle ampleur mais au final ce que l’on disait était vrai : c’est ceux que nous aimons qui peuvent nous blesser le plus facilement. Et constater qu’Hadrian avait une telle emprise sur moi était rageant. Je lui en voulais tellement, je n’avais jamais ressenti une telle haine. Ouais, elle me brûlait la peau et se diffusait dans mes veines à la vitesse de l’éclair balayant tout ce que j’avais pu vivre avec lui avant. Mes rires me paraissaient très lointains, et j’avais envie de les enterrer sous terre pour jamais ne pouvoir les entendre à nouveau. Je ne pensais pas que ça pourrait être si simple de détruire tout ce que j’avais pu construire, tout mon petit monde qui me semblait tenir la route. Et encore une fois, la vie me reprenait tout ce qu’elle m’avait donné à coup de grandes claques dans la gueule. Je venais officiellement de réaliser que je m’étais fait arnaquée depuis le départ et que mon petit-ami s’en tapait une autre. Ah attendez rectification, des autres ?

Parce que maintenant, j’avais l’impression de mettre en place dans ma tête un horrible puzzle. Chaque mot qu’il m’avait dit prenait un sens différent. Que faisait-il quand j’étais le soir avec Lizlor au bord du lac ? Où allait-il ? Je n’avais jamais demandé, je ne m’étais jamais inquiétée. Et maintenant est-ce que j’avais raté des signes évidents ? J’essayais de me rappeler des jours où son odeur aurait été différente, le goût de ses lèvres, sa manière de me regarder… Je me rejouais tout en boucle comme un vieux film et cela était d’autant plus douloureux que je ne pouvais plus ressentir cette euphorie que j’avais habituellement en me les rappelant. J’avais simplement l’impression que tout ça n’avait été qu’un vulgaire mensonge, un passe-temps pour lui. Et pourquoi m’avait-il amené ici alors ? Parce qu’il avait peur de s’ennuyer peut-être ?! Et puis d’abord, depuis combien d’été il se faisait Brooke ? Je n’imaginais pas le plaisir qu’elle devait y prendre, à me voir toute innocente dans ses bras alors que les heures suivantes quand j’étais en ville avec les autres filles, elle se le faisait derrière un palmier. Si ça avait été une série B, j’aurais presque rigolé.


- Ruby ! J’ai une surprise pour toi darling…

Sa voix sonnait fausse, il sonnait faux. Mon prénom dans sa bouche était tel le claquement d’un fouet dans mon cerveau : je haïssais ce son. Pire encore, il déposa un baiser sur mon front et j’en eus un frisson de dégout. Quelques minutes avant, ses lèvres faisaient mumuse avec celle de Brooke. Pendant une seconde, je manquais de me lever et le claquer mais je me contentai de serrer les pages du livre et de me contenir. Ne pas exploser, surtout pas. Une surprise ? Je manquais de rire jaune. Quoi, t’allais enfin m’annoncer que tu te tapais cette connasse de Brooke. Non mais parce que là désolé, mais je suis déjà au courant, too bad tu as raté le scoop du siècle. Enfin et sinon, c’est un scoop pour qui ? Non mais parce que je commençais un peu à me demander si tout le monde n’était pas au courant et si je ne passais pas pour la première des connes aux yeux de tous. C’était tellement rageant de se constater piégée et arnaquée de la sorte parce que je n’avais rien vu venir. En un claquement de doigt, j’avais réalisé que j’avais étais bien naïve et aveugle de croire qu’il n’était rien qu’à moi.

- Tiens ça c’est pour toi et ça aussi.

Hadrian s’installa face à moi avec un sourire satisfait et tandis qu’il mangeait sa glace, j’imaginais les diverses moyens pour le torturer à l’aide de sa foutue crème glacée, ce qui incluait d’ailleurs la perforation des yeux avec le cornet. Il avait déposé un petit paquet sur mes genoux et je le regardais un instant comme si il allait exploser à tout moment : surtout, ne pas hurler. Je regardai également la glace qu’il m’avait donné : j’avais l’estomac nouer et l’idée même de manger cette chose qu’il venait de m’offrir à moi –Et Brooke, elle y avait droit aussi ?- me dégoûtait. Je fourrai le paquet dans ma poche sans un mot de remerciement. Je me sentais telle une cocotte minute, prête à exploser d’un instant à l’autre. Et puis je finis par lâcher le livre et me tourner vers Hadrian. Affronter ses yeux étaient plus difficiles que prévu parce qu’il me regardait avec ce petit air inquiet, parce que probablement il ne comprenait pas ce qui se passait. Mais pas question de flancher, ça non. Il allait payer et je n’allais pas prétendre que rien ne s’était passé, croyez-moi. Et si je ne le frappai pas avant la fin de la discussion, il allait avoir de la chance !

- Brooke aussi a eu droit à un cadeau j’espère ! Lui lançai-je froidement. Ou peut-être ne voulait-elle de celui-là alors tu me l’as donné, non ? Ironisai-je méchamment.

J’avais l’impression d’avoir fait un bond en arrière et d’être revenu à cette époque après l’incident o je me comportais comme une peste avec tout le monde. C’était le même ton de voix, celui de la Ruby que j’avais fait disparaitre au fil de mes années à Poudlard et qui revenait au galop. Je reconnaissais cette haine qui se glissait entre chaque cellule de ma peau, et comprimer mon cœur. Comme avant, je sentais cette rage envers les autres : Hadrian, Brooke, et toutes ses autres filles qui avaient dû lui servir de distraction. Le pire ? C’est que je m’en voulais à moi aussi. Parce que de toute évidence, j’avais foiré quelque part. Et je n’arrivais pas à savoir à quel moment j’avais commencé à le perdre, mais peut-être ne l’avais-je jamais eu au final ? Pourtant, j’avais eu cette impression que… Je ne sais pas moi, je comptais pour lui. Je revoyais mes confidences à la tour et les siennes, sa manière de me réconforter… Et si c’était ça ?! Si mon passé l’avait apeuré ?! Putain, oui, ça paraissait logique. Normal me direz-vous, quand on apprend que sa petite amie a en fait tué son père suite à un viol, on prend un peu peur pour sa santé mentale non ? Je savais que j’aurais dû fermer ma gueule sur ça.

Combien de temps est-ce que cet incident allait me pourrir la vie ? C’était comme si il était tatoué en gros sur ma peau, impossible de l’oublier. Et quand je galérais pour moi-même l’accepter, voilà que c’était ceux que j’aimais qui n’arrivaient pas à le faire. Oui, tout ceci avait du sens. Il préférait les filles faciles, futiles à la Brooke, celles qui n’ont jamais d’autres problèmes que leur manucure et leur smartphone. Au moins, elles ne lui prenaient pas la tête, pas comme moi et mes putains de problèmes. Problèmes dont il ne connaissait d’ailleurs qu’une partie, dieu merci ! Parfois je me demandais s’il m’entendait me retourner la nuit dans le lit parce que je n’arrivais pas à trouver le sommeil. Est-ce qu’il avait déjà remarqué que je me levais parfois à trois heures du matin pour aller écrire dans mes petits carnets bleus tout ce qui me passait par la tête, parce que ça me libérait et me permettait de me coucher la tête vide ? Est-ce qu’il se doutait un seul instant de ça, de mes moments de spleen que je cachais en restant sous la couette sans parler ? Il fallait croire que oui, et que ça l’avait effrayé. Et pourtant, il m’avait apporté tant de réconfort, je commençais à peine à sentir que tout ça commençait à se tasser et… Et hop, c’était reparti. Et ce regard d’incompréhension que me lançait Hadrian me donnait envie d’atomiser sa jolie gueule, et celle de Brooke en même temps.


- Oh non mieux, elle en déjà un ! Non parce qu’au final ça dure depuis combien de temps tout ça ? Tous les étés non ? J’espérais que ma voix pouvait marteler sa peau aussi violemment que j’aurais voulu le faire avec mes mains. Mais je restais de marbre, assise face à lui un air dur sur mon visage et j’étais d’ailleurs sûre que ça ne devait pas m’aller du tout. Alors votre coin secret c’est devant le portail ? Pas très discret, je te croyais plus futé.


_________________
Even Closer | Forever Young | So Cold | If Stars



« 'I feel things,' I said. 'I'm not a robot!' I stamped my foot and screamed. Then I burst into tears.
I touched the wet little drops and held them toward her. 'See, I'm not a robot. This is proof.' »



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Hadrian T. Easter
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1115
Localisation : La même que celle de mon caleçon.
Date d'inscription : 05/03/2009

Feuille de personnage
Particularités: Je sais lire et écrire. AMAZING !
Ami(e)s: Mes calebuts.
Âme soeur: C'est moi qui décide.

MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   Dim 15 Juil - 14:58


Bon, alors je crois qu’il y a un truc, another stuff que j’ai pas capté avec les filles. Pourquoi est-ce que quand je m’approchais d’elle et lui déposais un baiser sur le front, j’eus l’impression que Ruby prenait sur elle pour ne pas me décapiter sur place ? So what j’avais dit un truc qui fallait pas ? C’est le « darling » qu’elle avait pas kiffé ? I don’t know why je trouvais ça plutôt cute moi en plus. Et je ne vous parle même pas de la manière dont elle regarda son ice cream. Limite je crois que j’aurais été à la place de la glace je me serais fondu dessus direct. Quand je l’embrassais, j’ai cru qu’elle allait vomir tripes et boyaux sur mes pieds. Je dois bien vous avouer que là je ne comprenais que dalle.

But, je connais un peu les femmes quand même et pensant que c’était dû à ses crampes mensuelles (ah no sé, yé sé pas moi !), je n’en tins pas really rigueur, I don’t know c’est peut-être la glace qui lui fila temporairement la nausée ou je sais pas quoi. Mais quand je lui donnais mon cadeau, elle le foutu direct dans sa poche sans même l’ouvrir et d’une façon très peu délicate. Oh oh. Je crois que je vais prendre cher parce que là, Ruby n’était vraiment pas contente.


- Brooke aussi a eu droit à un cadeau j’espère !

Surpris, je fronçais les sourcils. Hey non mais elle parle de quoi là ?

- Quoi ? Non mais… Elle ne me laissa pas le temps de finir et me coupa sec dans ma tentative de compréhension.

- Ou peut-être ne voulait-elle de celui-là alors tu me l’as donné, non ?

Mais what the fucking fuck ? Non mais c’est quoi ce délire ?! Depuis quand j’offre des cadeaux à Brooke ? Depuis quand je suis gentil avec Brooke hein ?

- Arrête de raconter n’importe quoi, je l’ai acheté rien que pour toi, tentais-je de me rattraper en lui offrant un de mes sourires malicieux qu’elle aimait tant. Enfin non, j’avais rien à rattraper du tout ! Je n’aimais pas Brooke et je n’avais pas à me justifier pour quelque chose que je n’avais pas commis. Puis c’est là que Dieu m’illumina de sa lumière divine et que je compris.

Ruby croyait que je me faisais Brooke dans son dos. Elle avait dû nous voir par une des fenêtres du salon qui donnait sur l’entrée de la villa et vu que Brooke se tenait devant moi, elle avait seulement du la voir en train de me sauter dessus pour m’embrasser. Et elle n’avait pas dû entendre non plus notre « conversation » puis la gueulante que j’avais poussée contre Brooke. Ok Ruby me prenait pour un connard de première. Ruby me prenait pour un nouveau Chuck Carlton. OH MY FUCKING GOSH NOOOON ! Tout mais pas ça ! Me faire traiter de Chuck Carlton était sûrement la pire insulte que l’on puisse me balancer à la face. Euh wait… Elle ne m’avait pas traité de Carlton ; elle pensait juste que j’étais un connard de première. Nuance. Autant pour moi.

Mais attendez c’est complètement stupide de penser ça : si je me tapais really Brooke, pourquoi est-ce que j’aurais invité Ruby à passer trois semaines avec moi ? En plus soyons honnêtes, Brooke n’était pas du tout mon style de girls et ça, Ruby le savait très bien parce que je lui avais dit et en plus, cette nana était conne comme une valise sans poignée, je l’ai déjà dit donc hors de question for me de sortir avec une telle fille qui serait une insulte à mon intelligence naturelle. Même si on pouvait voir la chose dans un autre sens : en sortant avec Brooke, on se sentait vraiment très intelligent à côté d’elle. Enfin non ! C’est pas ce que je voulais dire ! Never, never je sortirais avec elle ou alors si un jour cela m’arrivait, je veux bien me faire désintégrer the head direct.


- Oh non mieux, elle en déjà un ! Non parce qu’au final ça dure depuis combien de temps tout ça ? Tous les étés non ?

Ruby était vénère comme jamais je ne l’avais vue et c’était assez flippant et I can say that que je le sentais bien venir le fait qu’elle allait juste m’atomiser la face avant d’aller péter celle de Brooke – enfin bon celle-là à la rigueur, tant mieux.

- Mais tu délires Ruby ! Jamais je suis sorti avec Brooke et jamais je le ferais ! Tu le sais très bien pourtant ! Le plus dur pour moi était de rester calme face à une Ruby qui menaçait d’exploser à tout moment. J’avais l’impression d’avancer sur un champ de mine et qu’au moindre faux pas, je ne serais plus de ce monde.

- Alors votre coin secret c’est devant le portail ? Pas très discret, je te croyais plus futé.

I was right : elle nous avait grillé dans le salon. Fuck. Bon la seule chose positive là-dedans c’est que j’ai toujours raison. Enfin bref, c’est pas ça qui va me sortir de la shit dans laquelle je suis. Enfin, je suis pas really in the shit parce que je ne sors pas avec Brooke mais un peu quand même parce que vu comment c’est parti avec Ruby, il y avait fort à parier qu’elle n’avait pas fini de gueuler. Et fort en plus.

- Ruby puisque je te dis qu’entre Brooke et moi il n’y a rien ! Et puis sérieusement, si jamais je sortais avec elle, tu crois que je t’aurais fait venir ici ? Tu crois qu’on se serait postés devant le portail comme ass, juste pour vérifier si tu nous voyais bien nous embrasser ? Réfléchis deux secondes !

Mon ton avait été plus sec et plus tranchant que je ne l’aurais voulu. Je le regrettais presque mais bon peut-être que Ruby comprendrait que ses hypothèses ne tenaient pas la route et que je ne sortais pas avec Brooke. Cependant, je m’en voulais un peu d’avoir été aussi dur dans ma voix parce que m’énerver contre Ruby était la chose la plus difficile que j’eus à faire de toute ma vie.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ruby Standiford-Wayland
Apprentie à Sainte Mangouste



Féminin
Nombre de messages : 2172
Localisation : Cachée.
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: « and from the rain comes a river running wild that will create an empire for you. »
Ami(e)s: Lizlor; « Maybe home is nothing but two arms holding you tight when you’re at your worst. »
Âme soeur: « Lover, when you don't lay with me I'm a huntress for a husband lost at sea. »

MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   Dim 15 Juil - 22:18



- Quoi ? Non mais…

Non, non et non ! Pas question d’entendre ses conneries, ses mensonges ! Je m’étais faite avoir une fois mais pas deux, ça non. En fait, je ne me ferais plus jamais avoir, c’était décidé. Dire que… Que j’avais cru qu’il valait quelque chose ! Non, au final c’était tous les mêmes. J’avais voulu croire à autre chose, à un paradis artificiel peut-être. Une illusion d’optique, un joli petit paquet cadeau qui fait envie mais au final c’était creux, c’était rien. Encore une fois, je m’étais fait prendre pour la conne de service, encore une fois les mecs me décevaient. Et le pire c’était qu’à chaque, c’était ceux en qui j’avais eu le plus confiance : mon père en premier lieu. Celui qui était censé vous protéger jusqu’à la fin de votre vie, vous aimer et tout le blabla, non c’était le premier à m’avoir montré à quel point une jolie petite vie était une utopie. Et maintenant, c’était lui, c’était Hadrian, le seul mec que j’avais été capable d’aimer dans ma putain de vie. C’était lui qui me trahissait. J’avais mal et le réaliser était encore plus douloureux : j’étais de nouveau faible et vulnérable à cause d’un homme. Et ça, je ne pouvais pas le permettre.

- Arrête de raconter n’importe quoi, je l’ai acheté rien que pour toi.

J’avais envie de lui crier de se taire, presque de le frapper. Oui, j’eus une pensée pour Taylord sur le pont à qui j’avais dit que la violence ne résolvait rien. Et bien de nouveau je le sentais, cet accès de fureur qui me donnait envie de tout briser autour de moi, celui que j’avais de nombreuse fois après l’incident. Son sourire me provoqua des frissons et un terrible pincement au cœur. Je voulais fuir, je me sentais trembler, chacun de mes membres étaient animés par la colère qui se diffusait comme un mauvais poison. Et puis… Et puis il comprit. Je le vis lorsqu’il perdit son air malicieux et fronça les sourcils d’incompréhension et puis soudainement presque d’horreur. Haha, touché ! Avais-je envie de crier. Mais je me contentais de le fixer d’un air froid et haineux, espérant que mes pupilles suffisaient à faire passer ce que je n’arrivais pas à prononcer sans hurler. Où est-ce que cette conversation allait nous mener ? Je n’osais même pas imaginer. Parce qu’après ce que je venais de voir, je ne pouvais m’empêcher de me dire que oui. Oui, c’était fini. Moi et Hadrian ne seront plus ensemble et j’allais cesser de l’aimer.

Alors pourquoi était-ce si douloureux de s’imaginer ça ? J’avais vu ce que j’avais vu. Hadrian s’en tapait une autre, voir probablement plusieurs, j’en étais maintenant sûre pour l’avoir vu ! Je devrais le haïr sur le champ non ? Je n’arrivais pas à croire que mes sentiments pouvaient battre ma raison et je voulais les faire taire immédiatement. Ce mec, je ne voulais plus jamais en entendre parler et après ce qu’il venait de faire, cela allait être facile de l’oublier n’est-ce pas ? Je fermais les yeux, tremblante, tentant d’imaginer ce que ça serait d’être sans lui. Facile, voulais-je crier, mais tout mon corps me dictait le contraire. Je savais que cela présageait le retour des longues nuits d’insomnie. Bien différent de celles où j’étais lovée dans ses bras et –putain !- ce qu’elles avaient été agréables… Mais maintenant non, cette époque était révolue bordel ! Et je ne méritais pas ce type, un point c’est tout ! Alors pourquoi, bordel mais pourquoi ça me faisait si mal d’imaginer ne plus voir son sourire à mon attention, ni sentir ses lèvres contre les miennes, ni entendre son rire ou sentir le parfum de son cou ? C’était donc vrai alors, l’amour rendait idiot. Et dans mon cas, totalement illogique.


- Mais tu délires Ruby ! Jamais je suis sorti avec Brooke et jamais je le ferais ! Tu le sais très bien pourtant !

Non, je ne le savais pas. Je l’avais cru et c’était bien différent. Comment n’avais-je pas pu le deviner ? Il parlait toujours si mal d’elle d’un côté, il jouait très bien son double rôle. Cependant, quelque chose me troublait : pourquoi m’avoir amené ici ? J’veux dire, comment avait réagi Brooke la connasse en me voyant débarquer ? Oh et puis merde. Probablement Hadrian avait peur de s’ennuyer avec une seule, alors il m’avait pris avec lui parce que ça coutait rien de plus au final. Je n’étais qu’un autre petit jouet dans sa collection.

- Oh alors je vous ai vu vous embrasser mais c’est sûrement moi qui délire, mes excuses ! Lançai-je, mon ton se faisant de plus en plus furieux.

La tension se faisait palpable et je me sentais doucement perdre mon calme, ou du moins ce qu’il en restait. Je sentais le sale goût des larmes dans ma gorge mais je m’interdisais de le matérialiser en pleurs sur mes joues déjà rouge de colère : je ne voulais pas lui montrer que ça me faisait mal. Et pourtant, c’était le cas, c’était tellement le cas… Et lui hein, est-ce que ça lui faisait mal de me voir m’énerver contre lui ? Est-ce que son cœur se serait à l’idée de me perdre ? Non, non ! Je n’étais juste qu’un accessoire, rien de plus. Il s’en fichait et je devais m’imprimer ça dans le cerveau. Il s’en fichait, il s’en fichait, il s’en fichait. Je n’étais rien à ses yeux. Et lui devait être de même aux miens.


- Ruby puisque je te dis qu’entre Brooke et moi il n’y a rien ! Et puis sérieusement, si jamais je sortais avec elle, tu crois que je t’aurais fait venir ici ? Tu crois qu’on se serait postés devant le portail comme ass, juste pour vérifier si tu nous voyais bien nous embrasser ? Réfléchis deux secondes !

Son ton claqua dans mes oreilles et je sentis ma patience s’envoler pour de bon. Je ne voulais pas l’écouter essayer de me mettre le doute parce que j’avais vu ce que j’avais vu. Je l’avais vu embrasser cette putain de Brooke, bordel ! Complétement furieuse, je me levais de ma chaise brusquement, lui faisant face avec démence. Je crois que je tremblais définitivement et je me sentais si vulnérable ainsi, juste parée de mon petit bikini qui me donnait l’impression d’être nue face à lui. Mais j’avais une arme, mes cris, et j’étais prête à m’en servir.

- T’avais peur de t’ennuyer avec une seule peut-être ? Je levais les yeux aux ciels et eus un petit rire presque hystérique. Je perdais tout contrôle de moi au fur et à mesure d’avancer la conversation. Tu voulais peut-être m’exhiber devant tes potes, parce qu’après tout tu fais la collection non ?

Je n’arrivais pas à croire que je sortais toutes ses choses immondes que je n’étais même pas sûre de penser. Mais je voulais m’en convaincre oui, il fallait d’Hadrian ne soit qu’un pauvre type. Ainsi, cela serait plus facile de le haïr. Ou simplement de cesser de l’aimer.

- Dire que tu fais la morale sur Carlton mais au final, t’es pas mieux ! Criai-je accusatrice.

Là, j’avais été trop loin et je savais que je touchais son point sensible. Mais ça m’était égal parce que j’étais aveuglé par ma colère et je voulais qu’il souffre autant que moi. Peu importe les moyens.


- J’arrive pas à y croire putain ! Je pris mes cheveux entre les mains, les tirant presque, avant de ramener mes paumes le long de mon visage pour couvrir mes yeux –je sentais les larmes venir. J’aurais voulu les ouvrir de nouveau et réaliser que j’avais rêvé. Mais non, toute cette merde était bien réelle. Mais quelle conne d’avoir cru que tu étais… Différent !


_________________
Even Closer | Forever Young | So Cold | If Stars



« 'I feel things,' I said. 'I'm not a robot!' I stamped my foot and screamed. Then I burst into tears.
I touched the wet little drops and held them toward her. 'See, I'm not a robot. This is proof.' »



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Hadrian T. Easter
Élève de 6ème année



Masculin
Nombre de messages : 1115
Localisation : La même que celle de mon caleçon.
Date d'inscription : 05/03/2009

Feuille de personnage
Particularités: Je sais lire et écrire. AMAZING !
Ami(e)s: Mes calebuts.
Âme soeur: C'est moi qui décide.

MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   Sam 21 Juil - 18:09


C’était la première fois que Ruby et moi nous engueulions de la sorte et j’espérai bien qu’il s’agissait là de la seule et unique fois, de la première et aussi de la dernière parce que c’était vraiment quelque chose de désagréable et de difficile. Je ne comprenais pas pourquoi elle croyait que je sortais avec Brooke alors que cette fille, même avec un bâton je la touche pas. Non mais wait, je sais pas si la connerie attitude c’est contagieux mais avec Brooke, laissez tomber j’avais même pas envie d’essayer. J’avais presque envie d’empoigner les épaules de Ruby et de la secouer un peu violemment en lui criant « Maintenant ça suffit arrête ton déliiiiire ! » pour lui remettre les idées en place et lui faire comprendre que no way je sortirai avec Brooke. Non mais attendez si c’était le cas, je crois que j’irais me pendre direct parce que ma vie serait juste foutue. Cependant, je ne pouvais m’empêcher de me sentir blessé quand elle m’accusait d’une chose que je n’avais pas commise parce que ça signifiait qu’elle ne me faisait pas confiance, qu’elle ne me croyait pas quand je descendais Brooke plus bas que terre et que pour elle dorénavant, tout ce que j’avais pu dire sur la nana c’était que du fake pour la mener sur une fausse piste pour qu’elle me lâche les basques tandis que je me faisais Brooke alors qu’elle takait the sun on the beach. Non je n’arrivais pas à y croire.

Moi et Brooke. Brooke and me. Beurk. Non mais attendez je préférais manger un œil de poisson cru plutôt que de sortir avec cette fille.


- Oh alors je vous ai vu vous embrasser mais c’est sûrement moi qui délire, mes excuses !

Pour vous messieurs : quand une femme pratique l’antiphrase (l’ironie) dans une dispute, c’est qu’elle est vraiment pas contente.

- C’est elle qui m’a embrassé ! Et puis si jamais on s’était embrassés, on l’aurait pas fait devant le portail où tu aurais pu nous voir, on n’est pas aussi cons quand même. Enfin elle si mais moi non !

J’avais un peu de mal à croire ce que je disais et surtout je n’arrivais pas à me faire au ton sec qui accompagnait mes paroles, destinées à Ruby. C’était horrible de s’énerver contre elle mais ça l’était encore plus pour quelque chose de complètement faux et surtout pour une fois où j’étais parfaitement innocent. A l’instant où j’avais senti les lèvres de Brooke sur les miennes je l’avais repoussée comme si un troll venait de me smacker. Non mais wait, Brooke. BROOKE quoi ! Non mais c’est dégueulasse ! Mais non, Ruby ne comprenait pas. Fuck. Et c’était moi qui prenais alors que c’était même pas de ma faute !

- T’avais peur de t’ennuyer avec une seule peut-être ? Tu voulais peut-être m’exhiber devant tes potes, parce qu’après tout tu fais la collection non ?

Ruby était en colère et jouais la carte de l’exaspération : mauvais, très mauvais plan pour moi. Malgré ça, je ne comprenais pas pourquoi elle essayait toujours de trouver une solution à son hypothèse qui ne tenait pas la route. Elle savait très bien que jamais je ne ferais ça et non, elle essayait de se persuader du contraire et au fond, je suis sûr qu’elle savait qu’elle avait tort. Mais elle m’en voulait, elle était convaincue que je la trompais avec cette poignée de door de Brooke.

- Mais n’importe quoi ! Depuis quand… J’allais lui dire que jamais je ne l’avais exhibée devant mes potes, encore moins j’avais eu cette idée mais une nouvelle fois Ruby me devança.

- Dire que tu fais la morale sur Carlton mais au final, t’es pas mieux !

C’en était trop. Elle était allée trop loin. Elle savait pertinemment qu’il s’agissait pour moi de la pire insulte qu’on puisse me faire. Je venais de me prendre un véritable coup de massue sur la tête et sous le choc, je restais de marbre, comprenant à moitié ce qu’elle venait de me balancer à la gueule. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle s’en foutait complètement et qu’elle continuait à m’engueuler tandis que je restais silencieux, trop choqué pour rétorquer quoique ce soit.

- J’arrive pas à y croire putain ! Mais quelle conne d’avoir cru que tu étais… Différent !

Je ne dis rien mais je sentais la rage qui bouillonnait en moi. Je ne savais pas si j’arriverais à lui pardonner cette insulte car il est clair et net qu’elle avait franchi un cap, la limite à ne pas franchir et surtout qu’elle employait cette insulte à tort. Finalement, il n’y a peut-être pas qu’elle qui s’était trompée sur la personne : moi aussi apparemment.

Nous les Easter avions toujours été « sanguins », ma sœur peut-être encore plus. Toujours est-il que nous avions un comportement entier et là, sous le coup de massue que Ruby venait de me balancer, il était hors de question que je reste calme et que je laisse passer ça. Je me levais à mon tour et lui balançais un regard noir, le premier.


- Dommage pour toi ma fille ! Rassure-toi t’es pas la seule à t’être trompée. Je regrette déjà mon cadeau, au moins Brooke elle aurait été contente. Volontairement je l’avais comparée à Brooke, tout comme elle l’avait fait pour Carlton et moi et je savais qu’elle détesterait. Tant pis, elle avait joué et c’était à moi maintenant. Je me demande même qui est la plus conne entre vous deux.

Sec, j’avais été extrêmement sec mais je ne m’étais pas emporté et ça m’étonnait presque. Cependant, je n’en restais pas moins furieux et je n’avais plus aucune envie de rester en compagnie de Ruby. Elle ne me croyait elle ne me croyait pas, tant pis pour elle, c’était son problème. Je reculais de deux pas avant de jeter à ses pieds, d’un geste exaspéré, ma glace à ses pieds avant de tourner les talons et de rentrer à l’intérieur.

- C’est même pas la peine d’espérer de dormir dans ma chambre cette nuit, lui dis-je tout en marchant sans me retourner vers elle.

C’est fait : Ruby et moi venions d’avoir notre première engueulade et c’était hors de question pour moi d’imaginer une réconciliation vu comment elle m’avait parlé. Nous avions tous les deux fait erreur sur la personne, dommage.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~ Mistaken [H. ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Mistaken [H. ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~ Mistaken [H. ♥]
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» « Te parler du bon temps, qu'est mort & je m'en fous ♥ »
» Patte de Chocolat ♥
» Perle D'Amour ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde extérieur :: Le reste du monde :: Amérique du Nord-
Sauter vers: