RSS
RSS
Ana Falkowsky, when the mask became reality

 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ana Falkowsky, when the mask became reality

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Ana Falkowsky
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1098
Localisation : Cachée, et ne t'avise pas de venir m'embêter.
Date d'inscription : 19/01/2012

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s: Eh bien pas si peu que ça à la réflexion... Je sais, ça mnque un peu de crédibilité pour une ex-solitaire.
Âme soeur: Et si il ne m'aime pas en retour, ça compte quand même ?

MessageSujet: Ana Falkowsky, when the mask became reality   Lun 2 Avr - 21:00





« All I want is to be alone... »






Prénoms: Ana, Haley
Noms: Falkowsky, Judwish
Ville: Liverpool
Baguette: Bois d'ébène, 31cm,
ventricule de cœur de dragon.
Âge: Quinze ans
Statut: Sang Pur
Naissance: 13 avril
Patronus: Chat
Epouventard: Inconnu



>> Miss Serpentard 2013

RPs:

En cours:

My echo is the only voice coming back avec Aria Davenport, 4ème année.
(Un)happy Birthday to you ! avec Caleb Matthews, Rita Minithya,
Ulrich Liechtenstein, Carmen Itala, et Theo Gray, 4ème année.
To be human avec Ruby Standiford, 4ème année.
Carelessly pretend avec Theo Gray, 4ème année. ♥
Quand les masques tombent avec Maddison Serana, 4ème année.
Terminés:

En quête de solitude avec Millicent Winter, 1ère année.
Les fleurs n'ont pas que des épines ! avec Caleb Mattews, 1ère année.
So freakin' bad avec Leah Keenan, 1ère année.
Bibbidi-Bobbidi...BOO !!! avec Prudence C. Hodgkin, 1ère année.
Retenue nocturne avec Ruby Standiford, 2ème année.
A la tienne! avec Rita Minithya, 2ème année.
Nobody said it was easy avec Ruby Standiford, 2ème année.
Look after you avec Rita Minithya , 2ème année.
Back to Liverpool avec Ruby Standiford, 2ème année.
Le beau temps ne dure pas avec Ruby Standiford, 2ème année.
Eye of the tiger avec Rita Minithya , 3ème année.
Double Face avec Caleb Matthews, 3ème année.
Toi aussi, tu veux jouer? avec Chuck Carlton , 3ème année.
Open Hand avec Theo Gray , 4ème année.
C'était définitivement une mauvaise idée avec Caleb Matthews, 3ème année.
Finding hope somewhere we weren't expecting for avec Theo Gray, 4ème année.
Although I'm far away avec Theo Gray, 4ème année.
Le paradis des éléphants roses... avec Rita Minithya,
Ulrich Liechtenstein et Carmen Itala, 4ème année (intervention).
L'amour: mode d'emploi avec Rita Minithya, 4ème année.
I always tell the truth even when I lie avec Daphne Kasperek, 4ème année.
Romance is dead avec Daniel Kelsey, 4ème année.
It might be the first dance but it won't be the last avec Theo Gray , 4ème année. ♥
Play the game, and... avec Caleb Matthews, 4ème année.
Rivers always lead to falls avec Rita Minithya, 4ème année.
Abandonnés:

Chaque rencontre a son lot de surprises avec June Campbell, 1ère année.
Il y a des jours où l'on ferait mieux de ne pas se lever avec Nicolas Stiwuart, 1ère année.
On dit Adieu, février est là, midi 20 avec Madhyson Wilkes, 1ère année.
A tes risques et périls avec Charlie Chattlebot, 1ère année.
Ce n'est de la triche que si on se fait prendre avec Maryweather Hargreaves,
Jay Blackwood, Dray Collins et Daphne Kasperek
, 2ème année.
I think that I might break avec Ruby Standiford , 3ème année.
Chaque chose en son temps avec Padma Haimi, 2ème année.
Maudits Piafs! avec Julian Sarbesco, 2ème année.
Le serpent et le lion avec Arthur Waynes, 2ème année.
Aux âmes égarées... avec Rita Minithya, 3ème année.
The day we finally notice eachother avec Maddison Serana, 4ème année.
We set the world on fire avec Sophie Watson, 3ème année.




Physique:

Plutôt grande pour son âge jusqu'à environ ses 10 ans, la croissance d'Ana a peu à peu ralenti,
pour, à ses quinze ans, la faire plus petite que la moyenne. Niveau poids, elle n'a jamais pesé
bien lourd, mais au fur et à mesure du temps ses joues se creusent de plus en plus, bien qu'elle
se force à manger plus que nécessaire. Pour le reste, Ana a de longs et épais cheveux noirs qui
lui retombent en bas du dos, lisses ou ondulés selon les jours et indépendamment de sa volonté.
Le teint toujours très pâle car elle fui le soleil comme la peste, les lèvres pleines et les yeux d'un
bleu froid et éclatant. Cependant, sa maigreur n'empêche pas quelques courbes féminines plutôt
appréciées...







« What do you believe in? »

Caractère:

A la base, Ana était plutôt une petite fille timide et introvertie, du fait du manque d'attention que
lui témoignait sa famille. Toujours dans l'ombre de sa grande soeur, ignorée par ses parents et
inintéressante à cause de leur différence d'âge aux yeux de ses frères, elle avait ce sentiment
d'être toujours seule. Mais quand elle eut huit ans, Kathleen, sa soeur de 23 ans à ce moment là,
se découvrit une maladie que les guérisseurs de Ste-Mangouste ne parvinrent ni identifier, ni à
soigner. Quand elle mourut deux semaines plus tard, sans avoir laissé Ana venir la voir une seule
fois, cette dernière change totalement d'état d'esprit. Dans un premier temps, elle coupe les ponts
avec tout le monde, perd ainsi la seule amie qu'elle ait jamais eu et n'adresse pas un mot à sa
famille durant des mois. Petit à petit, la Ana qui se sent seule et mal aimée laisse place à quelqu'un
de glacial, haineux et qui semble ne plus rien aimer d'autre dans ce monde que sa solitude et sa
tranquillité. Elle s'isole régulièrement, évite le contact et la discussion avec les autres en ne nouant
aucun lien jusqu'à la fin de sa 2ème année, où elle retrouve Ruby, l'amie qu'elle avait lâché sans plus
de cérémonie des années plus tôt. Lorsque celle-ci finit par lui pardonner, elles tentent de reprendre
leur amitié là où elle s'était arrêté, mais Ana est forcée de constater qu'elle n'est plus la même, et elle
ne parvient pas à accepter les défauts de la Serdaigle; deux mois après leurs retrouvailles, une
violente dispute met un point final à leur histoire inachevée. Mais les mots de Ruby ce jour là ont eu un
impact fort sur la Serpentard; elle finit sa 2ème année dans la colère et de fréquents pétages de plombs,
ainsi qu'une envie de démontrer que Ruby avait faux, qu'elle n'était pas toute seule. Cet état d'esprit
la mène à la fête Champêtre, où elle embrassera Chuck Carlton, comme un défi à elle même. Elle passe
ensuite ses vacances d'été dans sa chambre, à tout remettre en question depuis son mode de pensée à
sa haine envers sa soeur. A la rentrée, c'est une Ana bien plus calme et avec bien moins de confiance en
elle qui rentre en 3ème année; elle cherche désormais timidement à parler avec les autres, déplore sa
solitude contre qui elle ne peut plus rien, du fait de sa réputation. Les seules personnes à ne pas la fuir
sont Rita et Caleb, deux Poufsouffles de son âge avec qui elle entretient une relation... plutôt inhabituelle.
Arrivée en 4ème année, elle fait la connaissance de Theo, un garçon qui vient de sortir de Poudlard. Il
ne la connait pas et elle sait d'office qu'avec lui, elle peut être qui elle a envie d'être, et se laisse aller à
sourire et parler avec lui, ce qu'elle ne fait avec personne d'autre.










« We always have the choice. »






Songs:

Boulevard of Broken Dreams - Green Day
(1ère, 2ème année)

I walk a lonely road
The only one that I have ever known
Don't know where it goes
But it's home to me and I walk alone

My shadow's the only one that walks beside me
My shallow heart's the only thing that's beating
Sometimes I wish someone out there will find me
'Til then I walk alone

Read between the lines
What's fucked up and everything's alright
Check my vital signs
To know I'm still alive and I walk alone


Echo - Jason Walker
(3ème, 4ème année)

Hello, hello
Anybody out there?
'cause I don't hear a sound
Alone, alone
I don't really know where the world is but I miss it now

I'm out on the edge and I'm screaming my name
Like a fool at the top of my lungs
Sometimes when I close my eyes I pretend I'm alright
But it's never enough
Cause my echo, echo
Is the only voice coming back
My shadow, shadow
Is the only friend that I have

Listen, listen
I would take a whisper if
That's all you have to give
But it isn't, isn't
You could come and save me
Try to chase it crazy right out of my head






Said:




Ruby:





« T'es comme un ananas: piquant à l'extérieur et acide à l'intérieur. Mais au final, tout le monde aime les ananas »




Rita :





« Eh bien, étant donné tes préférences douteuses pour les hommes mystérieux et pas forcément nets, oui, tu es prévisible! »

_________________



Winter & Spring

 

« There is a crack in everything - that's how the light gets in. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Ana Falkowsky le Ven 1 Nov - 23:26, édité 79 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ana Falkowsky
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1098
Localisation : Cachée, et ne t'avise pas de venir m'embêter.
Date d'inscription : 19/01/2012

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s: Eh bien pas si peu que ça à la réflexion... Je sais, ça mnque un peu de crédibilité pour une ex-solitaire.
Âme soeur: Et si il ne m'aime pas en retour, ça compte quand même ?

MessageSujet: Re: Ana Falkowsky, when the mask became reality   Lun 2 Avr - 22:36

Famille:


« Il n'est pire ennemi que ses proches. »


Jaroslaw Falkowsky, le père, guérisseur à Ste-Mangouste:

Spoiler:
 

Ellen Judwish Falkowsky, la mère, guérisseuse à Ste-Mangouste :

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Ethan Falkowsky, 25 ans, sorcier d'élite de la Brigade de police magique:

Spoiler:
 

Daniel Falkowsky, 23 ans, en formation d'Auror:

Spoiler:
 

Ana Falkowsky, 14 ans, étudiante à Poudlard:

Spoiler:
 

Kathleen Falkowsky, décédée à 21 ans, quand Ana en avait 8. Travaillait chez Gringotts:


Spoiler:
 

Mary Falkowsky, la tante, ancienne logeuse de Ruby:

Spoiler:
 

« Toutes les histoires ne sont pas bonnes à entendre. »



Jaroslaw vit en Pologne, il a 11 ans et va bientôt rentrer dans l'école de magie la plus proche de chez lui, Durmstrang. Mais étant donné les actes noirs qui se passaient à cette époque dans l'école, le directeur n'étant pas un homme charmant qui n'hésitait pas à employer la force pour se faire entendre, Jaro refusa d'y entrer. Alors ses parents, bien que ne comprenant pas grand-chose aux histoires de magie, souhaitaient qu'à défaut d'avoir une éducation normale, leur fils unique ait une éducation magique; ainsi, en se renseignant de toutes les manières possibles, ils finirent par dénicher une autre école de magie, de l'autre côté de l'Europe, en Angleterre. Ils quittèrent donc leur Pologne natale sans hésitation, se dénichèrent une petite maison au Sud de l'Angleterre, un travail dans une boulangerie, et consacrèrent tout leur temps libre à apprendre l'anglais.
Jaroslaw, lui, avait pendant ce temps envoyé une lettre au directeur de Poudlard de cette époque, lui demandant de l'accepter au château, décrivant les raisons qui les avaient poussés, sa famille et lui, à quitter la Pologne. Il reçut bien vite une réponse par un moyen de transport des plus original, lorsqu'une chouette blanche frappa du bec à leur fenêtre.
A leur grand soulagement, le directeur comprenait tout à fait et accepter avec grand plaisir le nouvel élève dans le château.
Jusqu'au premier septembre, Jaro aida ses parents à la boulangerie et apprit les bases d'anglais.
A sa rentrée à Poudlard, il est envoyé à Gryffondor, où il passera 7 années mouvementées, mais pas moins parmi les meilleures de sa vie.
C'est dans ses études de guérisseur qu'il rencontrera celle qui deviendra sa femme, une dénommée Ellen Judwish. Son côté très british, ses longs cheveux roux, son grand rire facile à déclencher et sa spontanéité attirèrent très vite Jaro, et quelques mois plus tard, les deux sortaient ensemble. Il apprit qu'elle avait été également à Poudlard, mais avait un an de plus, de ce fait ils avaient moins eu d'occasion de se voir. C'était également une rouge et or, ce qui renforça très vite leurs liens, les comblant de points communs.
Ils se marièrent quelques années plus tard, dans une grandiose cérémonie à Liverpool, et eurent un premier enfant, qu'ils baptisèrent Ethan. Un an plus tard, Ellen accouchait de Kathleen, et encore un an après, ce fut Daniel qui vit le jour. Les 3 enfants grandirent paisiblement dans une famille qui leur correspondait: en effet, chacun fût envoyé, à une année d'écart, dans la même maison que leurs parents.
Et puis 12 ans après, d'une grossesse non désirée est né le dernier enfant de la famille, Ana. Ses nombreuses années de différence avec ses frères et sœurs lui donnent un sentiment d'exclusion, et très vite, la petite fille adopta des traits de caractère qu'elle gardera à l'avenir: elle s'isole, n'aime pas parler avec les autres. Et souvent, elle les regarde partir ensemble, rire, et ne peut s'empêcher de ressentir de la jalousie.
Mais lorsqu'elle a 8 ans, que Ethan en a 22, Daniel 20, et Kathleen 21, cette dernière tombe malade. Elle est immédiatement envoyée à Ste-Mangouste, mais personne n'arrive à déterminer ce qu'elle a. La maladie s'était déclenchée en moins d'une semaine: au début, elle s'est mise à être écœurée par quelques aliments, puis de plus en plus, jusqu'à qu'elle ne puisse plus avaler la moindre nourriture sans tout vomir après. Même les injections la faisaient vomir, et la faim lui tenaillait le ventre. Le 13 mai, au bout d'une vingtaine de jours d'agonie, alors que ses côtes dépassaient tellement de son ventre creux qu'elles menaçaient de le percer, que ses joues avait atteint le summum du la maigreur, que ses jambes avaient la taille de poignets, Kathleen quitta ce monde.
Cet évènement a beaucoup changé la famille, à commencer par Ana: dès qu'elle est rentrée à Ste-Mangouste, Kathleen n'a jamais autorisé sa sœur à venir la voir. Elle patientait dans le couloir, pleurant toutes les larmes de son corps, et lorsqu'elle voyait ressortir les visages fermés de sa famille et ses frères, qu'elle allait les questionner, ils refusaient de répondre à ses questions.
Dès l'enterrement de Kathleen, Ana n'était plus la même, elle a refusé de tenir un discours, et de jeter des fleurs sur sa tombe. De toute manière, pensait-elle, elle n'aurait pas eu grand chose à dire, elle ne connaissait pas grand chose de sa sœur, celle-ci l'ayant tenue à l'écart jusqu'à sa mort.
C'est d'ailleurs ce jour-là, en écoutant les speechs de ses frères, de ses parents qui pleuraient, qu'elle se rendit compte qu'elle ne ressentait rien. Qu'elle était imperméable à tout cela. Sa sœur l'avait fait souffrir, ses frères aussi, et ils méritaient ce qui leur arrivait. A présent, ils pouvaient comprendre un dixième de la peine qu'elle ressentait lorsqu'elle les voyait rire tous trois à une blague qu'elle ne comprenait pas et qu'ils ne lui expliqueraient pas.
Suite au décès de Kathleen, l'attitude d'Ethan et de Daniel changea également, principalement envers leur jeune sœur: ils semblèrent enfin remarquer sa présence, et se firent comme un point d'honneur à s'occuper d'elle et à la protéger.
Ses parents l'observaient toujours du coin de l'œil lorsqu'elle mangeait, et quand elle refusait un aliment, ceux-ci commençaient à paniquer. Et tout cela la fatiguait.
D'avoir attendu que sa sœur décède pour que sa famille s'occupe d'elle, Ana en l'acceptait pas. Elle commença bien vite à s'isoler dans sa chambre, à être froide avec sa famille, à refuser de discuter. Ceux-ci, ne pouvant pas en comprendre la raison, mettaient son changement d'attitude sur le compte du deuil. Mais en réalité, Ana avait fait son deuil depuis bien longtemps, depuis le jour même où Kath était morte, depuis le jour de son enterrement.
Elle a 11 ans, et en septembre, va bientôt être en âge d'étudier. Mais elle ne souhaite pas aller à Poudlard, où plutôt elle refuse catégoriquement d'y aller. Jaro et Ellen ne comprennent pas, mais dans une tentative d'autorité dont ils n'ont jamais fait preuve, ils l'obligent à y aller. Ils savent qu'elle leur en voudra. Mais ils espèrent qu'elle fera là-bas des rencontres qui la changeront, ils espèrent que le château rendra son innocence et sa joie de vivre à leur fille. Mais dès qu'ils apprennent par une lettre on ne peut plus froide que Ana a été répartie à Serpentard, ils en doutent déjà. Dans leur réponse, ils feignent d'être contents pour elle, mais en réalité ils déplorent le choix du Choixpeau. Que pourrait-elle apprendre chez les verts et argents, que la fourberie et la mauvaise intelligence? Certainement pas la gentillesse et la sociabilité, ils le savent. A chaque vacance où ils récupèrent leur fille de Poudlard, ils lui posent des questions sur ses amis, tout en sachant qu'elle fuit les gens comme la peste. Ses frères tentent de la faire sortir, lui proposent des balades, essaient de communiquer.
Mais c'est trop tard. A chaque refus de leurs propositions, Ana se rappelle ces longues années de solitude non désirée, et pense qu'ils ne fallait pas attendre la mort de Kathleen pour comprendre qu'ils avaient une petite sœur.




_________________



Winter & Spring

 

« There is a crack in everything - that's how the light gets in. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Ana Falkowsky le Dim 26 Aoû - 0:05, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ana Falkowsky
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1098
Localisation : Cachée, et ne t'avise pas de venir m'embêter.
Date d'inscription : 19/01/2012

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s: Eh bien pas si peu que ça à la réflexion... Je sais, ça mnque un peu de crédibilité pour une ex-solitaire.
Âme soeur: Et si il ne m'aime pas en retour, ça compte quand même ?

MessageSujet: Re: Ana Falkowsky, when the mask became reality   Ven 6 Avr - 23:09

Relations :




« Keep your distances. »




Ruby Standiford
Retenue nocturne
Nobody said it was easy
Back to Liverpool
Le beau temps ne dure pas
I think that I might break
To be human



Rita Minithya
A la tienne!
Look after you
Eye of the tiger
Après tout, nous sommes encore des gamines
Aux âmes égarées...
L'amour: mode d'emploi
Le paradis des éléphants roses...
(Un)happy Birthday to you !
Rivers always lead to falls



Caleb Matthews
Les fleurs n'ont pas que des épines
Double face
C'était définitivement une mauvaise idée
Play the game, and...
(Un)happy Birthday to you !
Play the game, and...



Daphne Kasperek
Symboles et trouvailles
I always tell the truth even when I lie



Aria Davenport
My echo is the only voice coming back


Maddison Serana
The day we finally notice eachother
Quand les masques tombent



Theo Gray
Open Hand
Finding hope somewhere we weren't expecting for

Altough I'm Far Away
It might be the first dance but it won't be the last
Carelessly pretend






Ana vue par les autres :



« Même si elle était plutôt effrayante, la fille était très belle. De longs cheveux noirs ébène encadrait son pâle visage, dont seuls les yeux bleu océan ressortait. Une beauté glaciale, oui oui, voilà les mots qui la décrivait le mieux.

Si je voyais une fille qui vomissait au toilette, je l'aurais certainement aidé, et au pire je l'aurais ignoré. Je n'aurais sûrement pas profité d'elle en se servant de sa maladie pour faire du chantage. Mais Ana semblait tellement froide et insensible ! J'avais parfois du mal à me rendre compte à quel point les Hommes pouvaient être horrible entre eux, cette fille en était l'exemple parfait.

Comment elle parlait ? Elle était fausse, ça se voyait. Elle calculait l'impact de chacun de ses mots, ils n'étaient pas choisis par hasard. On aurait dit une vraie pro, elle savait exactement comment me rendre nerveuse et triste en même temps. J'avais envie de lui cracher dessus tellement son manque de compassion me répugnait, tellement elle me dégoûtait. Mais là, j'étais bien trop effrayée pour faire un geste. J'osais à peine respirait. J'avais l'impression que la température avait soudainement baissé, j'avais l'impression de faire face à un Détraqueur qui avalait tout mon bonheur. Elle me mettait face à ma pire peur : que mon secret soit découvert. Mon pire cauchemar était à deux doigts de se réaliser; je savais parfaitement que cette horrible fille était capable de tout. Je me demandais bien quel était son but : qu'est-ce que ça allait lui rapporter de raconter que je me faisais vomir ? Etait-ce juste pour me rendre malheureuse ? Car après tout, après ça, elle serait catalogué comme la commère de service. C'était de la cruauté pure.

Même si elle me faisait flipper, cette fille m'intriguait aussi. Elle était cruelle, ça se sentait, mais j'aurais vraiment voulu savoir ses motivations. Je plantai mes yeux verts dans les siens, bleus foncés, magnifiques je dois avouer. J'essayai vainement de la déconcentré, mais elle était bien trop... froide, lointaine, pour que je puisse déchiffrer ses pensées. J'en devinais le sens : elle cherchait une idée lumineuse pour me faire souffrir et s'amuser, mais quoi exactement, c'était impossible. Elle était comme un mur de glace.

Je me demandais si elle avait des amis. C'était bête comme question, vu la situation, mais était-elle ainsi avec tout le monde, ou était-ce juste car elle me détestait, ou avait pitié de moi ? Si elle était comme ça avec tout le monde, comme je le pensais, elle ne devait pas en avoir beaucoup, ou alors des pestes dans son genre. Enfin, peut-être qu'elle n'en n'avait pas du tout, car souvent, on me cataloguait comme un peste, mais jamais je ne serais aussi méchante »


~ Leah Keenan dans So freakin bad , 1ère année



« Mais, voyez, j'avais le sentiment qu'avec Ana, je me libérais, vraiment. Je détestais cette fille autant que je l'admirais, autant que je la méprisais, autant que je l'enviais, autant que... on pouvait aller loin. En faite, j'avais un esprit de contradiction particulièrement développé. Mon cerveau ordonnait clairement quelque chose, mon corps tentait de faire le contraire. Et ainsi de suite. Alors me battre contre Ana ne me dérangeais pas le moins du monde alors que je savais intérieurement que je l'aimais, bien mine de rien. Je sais pas si vous avez compris. Ana était ce genre de fille qui vous met sans arrêt sur le cul. De par son agressivité, sa violence, son assurance. On la craignait facilement, et il fallait tout de même un certain courage ou une grande fierté pour se lever face à elle. Moi j'avais vu pire. Je ne la craignait pas vraiment. N'empêche, à première vu elle était impressionnante, car elle ne paraissait avoir aucune limite. Raison pour laquelle les hommes craignent les fous. Il n'ont pas de limite pas de morale. Ils sont dangereux. Je pouvais parier que si elle était aussi agressive, c'était pour une raison précise. Soit ses parents l'avait trop gâtée, soit il lui était arrivé quelque chose, à elle ou à un de ses proches. On ne naît pas mauvais, cela va sans dire. Peut-être était-ce cela qui m'attirais chez elle -je suis vraiment hétéro-, elle avait quelque chose de malsain. Quelque chose que bien malgré moi, j'avais envie de connaître. Car elle utilisait cela comme une force, autant que moi j'utilisais ma souffrance comme énergie. On était pareille sur ce point là.

En la regardant bien, avec ses longs cheveux bruns, ses magnifiques yeux verts, son corps athlétique, j'avais parfois du mal à comprendre ce qui l'avait amenée à être mauvaise avec les autres. Je veux dire, elle avait été comme ça avec moi, mais maintenant, j'avais l'impression d'avoir gagné son respect, d'avoir mérité un sourire. Elle n'était clairement pas méchante au fond. Dans un sens je comprenais. Dans un autre c'était flou. J'avais quelque fois du mal à la cerner, ça me perturbais. J'adorais ce genre de personnes qui sont uniques, qui savent ce qu'elles veulent, qui le disent haut et fort, sans peur qu'on les juge. J'avais tout le temps envie de me mesurer à elle car j'avais trouvé l'euphorie des combats. Cette euphorie qui me ramenait autre part, qui me faisait voyager, qui me dépensais. Cette fille avait fait renaître en moi une passion bien enfouie, et malheureusement pour elle, j'étais bien décidée m'amuser. L'adversaire parfaite. Elle serait sans pitié, je le savais. Tant mieux, je ne voulais pas qu'on ait pitié de moi. Je préférais qu'elle soit cruelle. Moi non plus, je ne mettrais pas mes gants avec elle. Et j'étais sure qu'elle le savait très bien. »


~ Rita Minithya dans Look after you , 2ème année



« Elle me dépassa dans l’escalier, ses cheveux voletant dans un courant d’air. Son parfum se déposa dans l’atmosphère pendant une seconde tandis que je regardais son corps félin se mouvoir dans les escaliers, comme une cascade presque. Elle était si jeune et pourtant si jolie et sans le vouloir, je sentis un sourire naître sur mon visage. C’était tout Ana d’avoir autant de classe, cette espèce de charme hautain qui faisait presque froid dans le dos tant il était imposant. Je repensai à la petite fille qui avait joué avec moi dans ces escaliers le temps d’un été. Je me souvenais de son allure de petit chat sauvage avec sa chevelure brune qui lui tombait devant les yeux, parce qu’à l’époque sa coiffure oscillait entre une mèche et une frange. Je revoyais son corps fin et menue qui nageait dans les débardeurs que sa grande sœur lui avait légué « gentiment », le même qui dansait avec moi au rythme de la musique du tourne disque du salon. »

~ Ruby Standiford dans Back to Liverpool, 2ème année



« Je la jaugeai une nouvelle fois du regard. Pas mal. Plus jeune, sans doute l'une de ses premières soirées et tout ça, mais elle ne se départissait pas de cette putain d'assurance qui, je n'allais pas mentir, me plaisait plutôt.

Enfin bon... Après, je ne la connaissais pas, et est-ce que j'avais vraiment envie de la connaître? Je la regardai dans le noir, sans faire gaffe une seconde à ne pas avoir l'air de la dévisager. C'est bon, j'avais le droit de la mater quand même, elle n'allait pas me chier une pendule. Jolie robe, joli décolleté. Jolis cheveux aussi, ça, je l'avais remarqué direct : les cheveux longs et bruns me faisaient toujours leurs petit effet. En fait... Merde, elle avait l'air jeune. Carrément jeune! Deuxième, troisième année? Non! Je n'allais tout de même pas flirter avec une pauvre innocente encore pure et naïve sur les sympathiques petits cadeaux de la vie.

... Même moi je n'arrivais pas à m'en convaincre, tiens. Bah, tant pis, elle était jeune et alors, elle n'allait pas se mettre à chialer parce qu'un garçon l'approchait, ou alors je ne pouvais rien pour elle. C'était un challenge comme un autre. En plus qu'on ne me la fasse pas à l'envers : elle avait même du maquillage sur ses yeux, dans le genre je veux m'assumer, passer pour une grande et faire des trucs de grande, message reçu! Preuve en était, elle prit la bouteille - bon déjà elle acceptait le deal, ce qui était cool - et même si elle la regardait d'un air qui montrait sans doute qu'elle n'était pas trop du genre à lever le coude, elle jouait le jeu, et rien que pour ça ça me mettait en confiance. Indépendamment de tout ça, elle état grave mignonne, donc, au final, je me dis que je n'étais pas si mal loti. J'avais détaché mon regard de la fête et des groupes et des couples qui bougeaient, dansaient, discutaient simplement ou s'embrassaient en croyant être à l'abri de l'ombre. Maintenant, c'était plutôt vers la mignonne petite brune que je reportais mon attention. Allons allons. Je pariais combien que je la chopais avant la fin de la soirée? Je me demandais si elle croyait vraiment que je venais juste lui proposer le verre de l'amitié sans arrière-pensée, ou bien si elle était plus lucide que les gamines de son âge. »


~ Chuck Carlton dans Toi aussi, tu veux jouer? , 3ème année



« La chance avait l’air de tourner ! Je suivis donc la jeune fille qui avait décidé de jouer les guides, pour mon plus grand bonheur : au moins, j’étais sûr d’arriver à bon port ! C’était drôle parce que je n’aurais pas cru qu’elle soit aussi serviable. Son blason ne m’influençait pas du tout car j’avais connu beaucoup de Serpentard que j’appréciais, mon ex –malheureusement- y compris. Non, c’était plutôt le visage de cette élève : un peu distant, froid. Elle avait l’air de s’ennuyer, de vouloir rentrer se caler dans un fauteuil tranquille et pas s’amuser à parcourir le château avec un inconnu. Je ne l’aurais pas qualifié d’hautaine, mais plutôt de… Majestueuse. La manière dont elle se tenait peut-être, ou ses boucles brunes un peu décoiffé qui lui donnait cet air de princesse que terminait son regard bleu glacé.

Ana n’avait pas l’air méchante non, je n’y croyais pas. Mais à la fois, je n’étais pas un pro pour percer à jour les gens alors il ne fallait pas compter sur ma première impression de manière générale. Il est vrai que la jeune fille était une Serpentard et que sans vouloir jouer sur les préjugés, ça pouvait vouloir dire certaines choses –mais pas toujours. Elle avait aussi un visage un peu… Fermé, ce genre de beauté qui faisait presque peur parce qu’elle était étrange et un peu hautaine, ses yeux vous visaient et hop, ils tiraient ! Mais depuis le début de notre rencontre elle avait tout fait pour être agréable et m’aider dans ma quête du bureau d’O’Connelly alors ! Et puis regardez, une file méchante ? Elle venait d’éclater de rire alors que je lui annonçais que mes parents me voulaient à Serpentard.

Ana était-elle méchante, finalement ? Je tentais de l’observer avec le plus de discrétion dont j’étais capable –c’est-à-dire pas beaucoup. Elle n’avait pas ce regard et ce sourire mauvais non, je la trouvais vraiment… Jolie, et gentille. D’accord, j’ai un peu l’impression de vous fournir une description de maternelle, mais c’était comme ça que je le sentais. Je ne la connaissais pas assez pour deviner de toute manière et mes premières impressions n’étaient pas toujours les bonnes en plus. »


~ Theo Gray dans Open Hand , 4ème année

« Ana Falkowsky… C’était pas n’importe qui. Certes elle était pas la plus connue du château, c’était pas la plus populaire. Mais elle n’avait pas l’air de chercher la postérité. C’était le genre de fille dont on pouvait avoir un peu de mal à souvenir de son nom, mais dès que la personne qui en parlait la décrivait plus précisément, obligatoirement ça finissait par quelque chose dans le genre " Ha oui je vois de qui tu parles ". Faut dire aussi qu’elle était pas dans le genre passepartout. Elle était plutôt mignonne, voir même carrément mignonne, c’était souvent le cas des brunes aux yeux bleus. Elle ne rasait pas les murs, n’hésitait pas à regarder les inconnus les yeux dans les yeux, mais pour autant elle était un peu à l’écart. Mais apparemment c’était plutôt un choix. Un air hautain sur un visage aux traits artistiques, une moue agacée dans les mauvais jours, agrémenté d’un joli " Fuck You " écrit sur son front. Sans oublier ses yeux d’un éclat similaire à la glace qui avait fait parcourir un frisson le long de l’échine de tous les étudiants de Poudlard au moins une fois. Je connaissais peu de courageux qui étaient allés lui parler et qui en étaient revenus indemnes. Essayer d’engager la conversation avec Ana Falkowsky c’était la perspective de se prendre un gros vent, une humiliation publique si on le faisait dans les couloirs. Nos regards s’étaient déjà croisés dans le château, avant que je détourne mes yeux de la dureté des siens. C’était une beauté glaciale. Quand elle était dans la place, la température baissait de quelques degrés, tous les regards se braquaient sur elle. »

~ Daniel Kelsey dans Romance is dead, 4ème année

_________________



Winter & Spring

 

« There is a crack in everything - that's how the light gets in. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Ana Falkowsky le Ven 1 Nov - 23:22, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ana Falkowsky
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1098
Localisation : Cachée, et ne t'avise pas de venir m'embêter.
Date d'inscription : 19/01/2012

Feuille de personnage
Particularités:
Ami(e)s: Eh bien pas si peu que ça à la réflexion... Je sais, ça mnque un peu de crédibilité pour une ex-solitaire.
Âme soeur: Et si il ne m'aime pas en retour, ça compte quand même ?

MessageSujet: Re: Ana Falkowsky, when the mask became reality   Lun 16 Avr - 22:27


Autres (Kits/dessins, etc):


1ère année par Edwin Lorelans:





2ème année par Maryweather Hargreaves:





3ème année par Willow D. Adams:





4ème année par Hannah Blueberry:





5ème année kit surprise de Naoooo *___* :







Par Rita Minithya :    



Cadeaux de Rubikini   :



De Willow    



Cadeau de Rita pour nos 1an "Friendship"      


(de gauche à droite: Ana Falkowsky, Rita Minithya, Caleb Matthews... vision purement hypothétique)


Cadeau de Haruhi        



Cadeau de Haruhi pour mes 16 ans    



Ana par Lady Bee :



Ana par Rita Minithya :



Rita, Caleb et Ana par Rita Minithya :



Vidéo Theo/Ana par moi :




_________________



Winter & Spring

 

« There is a crack in everything - that's how the light gets in. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ana Falkowsky, when the mask became reality   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ana Falkowsky, when the mask became reality
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ana Falkowsky, when the mask became reality
» Jouons au chat et à la souris ! [Black-Mask & Duela Dent]
» Honeypot (Pv Black Mask)
» Majora's Mask 3DS, un jeu longtemps attendu !
» MASK...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant le jeu :: Répartition :: Fiches des personnages :: Élèves de Serpentard :: Corbeille des fiches des élèves de Serpentard-
Sauter vers: