RSS
RSS
"Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI

 

Partagez | 
 

 "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Nathanaël Oryon
Elève de 6ème année & Préfet



Masculin
Nombre de messages : 1271
Localisation : Why so serious ? Avec mes chocolats sur Mars...
Date d'inscription : 18/02/2011

Feuille de personnage
Particularités: Je peux vous prouver par A+B que les aliens existent vraiment... C'est fou n'est-ce pas ?
Ami(e)s: Les aliens.... Et les aliens... Quelque chose de réelle, dites-vous ? Mais les aliens sont bien réels, regardez X-files voyons !!!
Âme soeur: L'amour c'est un rituel élaboré avec ses épreuves, ses hauts et ses bas, ses larmes et ses tornades...

MessageSujet: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Mer 8 Fév - 19:36

Nathanaël avait passé une mauvaise journée. Il s'était levé en retard, avait raté deux cours par la même occasion. L'une de ses cordes de violon s'était cassée et pour clore le tout il avait eu le droit à des boules de neige dans le visage. Le jeune garçon décida de se rendre dans les dortoirs, afin de se changer les idées et de lire le livre qu'il avait reçu la semaine dernière de la part de sa soeur.
Une fois dans le dortoir, il se dit que cela fessait un mois et demi qu'il n'avait pas vu Rita. En fait, il ne l'avait pas vu depuis le bal. Enfin, il l'avait évité plusieurs fois durant la première semaine qui avait suivi le bal, afin de préparer la soirée de ChaeRin, ensuite il était parti durant deux semaines en Amérique avec ses parents pour fêter la nouvelle année. Et il ne l'avait pas revu depuis son retour. Pourtant, il avait pris le soin de lui ramener quelque chose de chez lui. C'était un book-photo qu'il avait fait lui-même de différents lieux du Colorado. Il y avait le Hovenweep National Monument, le parc national des montagnes rocheuses, Maroon Bells, Dinosaur National Monument et des photos de Denver où il y avait trois jours avec sa grande soeur et sa mère pour qu'il se change les idées. En fait, c'était seulement un prétexte que sa soeur et sa mère avait trouvé pour aller faire les boutiques. Malheureusement il ne lui avait jamais donné le cadeau. Il secoua la tête et se mit à chercher son livre. Il n'était pas là où il l'avait posé la dernière fois. Etrange, dans ses souvenirs il ne l'avait pas bougé de là. Il chercha dans la chambre sans succès, cela était vraiment à l'agaçant. Le jeune garçon changea alors d'idée, il allait donner le book à Rita.
Nathanaël descendit les escaliers qui menaient à la salle commune, passa les portes et là à sa grande surprise, il vit Rita qui parlait avec l'un de ses amis. Mais pourquoi elle lui parlait à lui ? Et qu'est-ce qu'il fessait avec son livre à la main ? Il se prenait pour qui celui-ci à prendre les affaires des autres sans demander. Nathanaël était vraiment en colère, mais il se retint d'aller le voir en furie pour ne pas faire peur à Rita. Il les observa un long moment et il vit que Rita était beaucoup plus à l'aise avec son ami qu'avec lui. Cela l'énerva encore plus, il sera les dents, mais c'était plus fort que lui. Il était tellement jaloux de l'attention que Rita pouvait parler à son ami avec autant de simplicité. Et lui pourquoi il allait lui parlait à elle, il savait bien ce que Rita avait fait à Nathanaël le soir du bal, il l'avait consolé et l'avait même forcé à aller faire un sale tour à des filles de serdaigle pour qu'il puisse retrouver le sourire.
C'était décidé, Nathanaël devait faire quelque chose même s'il allait surement le regretter et voir même perdre la jeune fille. Il ne s'inquiétait pas de perdre son ami, car il savait très bien, que son ami ne le laisserait jamais tomber, sauf pour une fille blonde et avec tous les attributs d'une bimbo, et Rita était loin d'être blonde et d'avoir un petit-pois en guise de cerveau. Il avança d'un pas sur vers les deux personnes.

« Toi, pourquoi as-tu mon livre ? Et toi, pourquoi es-tu comme cela avec ce truc ? Pourquoi es-tu aussi naturel avec ça ? Je t'ai fait quoi pour que tu ne sois pas à l'aise quand je suis avec toi ? A moins que tu te moques de moi. »

L’autre garçon essaya de calmer Nathanaël mais en vain. Il lui rendit juste son livre et leur dit qu’il avait d’autres trucs à faire. C’était vraiment un lâche, mais Nathanaël avait autre chose en tête que de s’occuper de lui.

« Je veux des réponses, tu le préfères à moi ? Ou bien tu as peur de moi ? Réponds »

Nathanaël avait le visage rouge de colère. Il était décidé à savoir ce qui pouvait bien clocher chez lui pour que la demoiselle ne lui porte pas la même attention qu’aux autres. Franchement, c’était vraiment une mauvaise journée pour le jeune poufsouffle.


Dernière édition par Nathanaël Oryon le Dim 22 Avr - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Rita Minithya
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1080
Localisation : Je sais où toi, tu es, coquin.
Date d'inscription : 10/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: Oh, il suffit d'une petite étincelle pour que ça fasse BOUM! Ca vous donne une idée?
Ami(e)s: Oh, j'en ai des tttassss! Heureusement, j'en ai aussi des vrais.
Âme soeur: La pyrotechnie. Entre elle et moi, c'est la passion folle. On s'embrase, on s'enflamme et on se fout en l'air!

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Jeu 9 Fév - 0:31

[ Attention, j'ai écris un roman ]


Rita se réveilla se matin là avec un mauvais présentement. Cela ne lui arrivait pas souvent. Cependant, elle décida de rester optimiste et s'habilla rapidement après s'être lavée. Il était assez tôt et il n'y avait pas grand monde dans la salle commune, ceux qui étaient levé étaient, de plus, dans la grande salle. Rita bailla assez bruyamment, s'ébouriffa les cheveux machinalement et sortit de la salle des Poufsouffles. Un bon petit déjeuner lui remonterait le moral ! Arrivé sur place, elle se plaça à la table des abeilles et se faufila parmi un groupe de filles de 1ere année. Rita leur avait déjà parlé rapidement, ainsi, sa présence ne posa aucun problème et on 'accueilli chaleureusement. Elle était comme cela. Elle adorait le contact, donner le sourire quitte à paraitre complètement idiote. C'était son côté social. Les jeunes filles discutaient des vêtements de prêt à porter chez les sorciers, et comme Rita n'avait pas d'avis sur la question, elle se servit des œufs, du pain et du jus -TOUT sauf du jus de citrouille...-et se contenta d'écouter.

Car ses pensées étaient ailleurs. Elle trouvait que Nathanael était étrange avec elle ces temps-ci. En fait, depuis le bal. Et c'était compréhensible. Elle l'avait jeté sans vergogne... Mais cela faisait un mois que le bal était passé... Rita aurait voulu lui parler, renouer leur relation d'amitié, elle s'était promise de faire des efforts pour être plus naturelle avec lui. ET pourtant, Nathanael semblait ne lui donner aucune chance. Il l'évitait littéralement. Et même lorsqu'ils se croisaient, il feignait de ne pas la voir. Sale ambiance ! Une distance était apparue entre eux. Sans s'en rendre compte, Rita soupira légèrement et quitta la table sans avoir touché à sa nourriture- elle ne s'en était pas servit beaucoup et avait quand même mangé mais elle détestait gaspiller-. Mais le cœur n'y était pas... Elle salua ses amies et sortie de la grande salle pour descendre les escaliers et se rendre dans sa salle commune. C'est là qu'elle vit un de ses amis de Poufsouffle en train de lire un livre. Enfin non, pas vraiment un livre, mais plutôt une sorte d'album photo. Curieuse, elle s'avança pour mieux voir quand le garçon s'aperçut de sa présence.

Le Poufsouffle la salua chaleureusement et l'invita à s'assoir à côté de lui. Rita l'aimait bien. Il était sympathique, amusant et avait beaucoup de joie de vivre, ce qu'elle aimait beaucoup chez les autres. Elle lui sourit se sentant soudainement beaucoup mieux. Et comme à chaque fois qu'elle est à l'aise, Rita fit comme chez elle, et comme si ces deux là se connaissaient depuis des années. Elle s'assied sur le canapé, plia ses genoux pour y mettre également ses jambes, pieds en dehors du canapé et se rapprocha du garçon. Il n'y avait aucun malaise entre les deux, car Rita ne ressentait rien pour lui comme elle savait qu'il ne ressentait rien pour elle. C'était une amitié simple. Ainsi, ne vit-elle pas rouge lorsque le garçon se rapprocha d'elle également – Rita et lui étaient désormais tellement proche pour regarder l'album que l'épaule de Rita touchait largement celle de son ami ainsi sur leurs jambes-. De loin, on ne voyait que deux amis regarder un livre. Car le livre était extraordinaire, de très belles photos. Des paysages somptueux. Rita et son ami étaient cloués. Ils avaient la même passion pour les voyages et donc leur discussion était très animé et bruyante. Rita riait de bon cœur, elle se tordait parfois de rire et le partageait. Quoi de mieux ? Après tout elle en avait vraiment besoin depuis que Nathanael l'évitait.

Plusieurs fois, sans même se parler, les deux amis se regardaient et riaient. On pouvait voir la complicité qui régnait entre les deux. « C'est tellement simple d'être avec lui »pensa-t-elle. Car, on le sait, l'amitié, contrairement à l'amour, c'est toujours réciproque. Rita ne risquait rien. Donc elle n'avait pas peur, car la relation se limitait à se voir de temps à autre et à rire en partageant ses passions. Que du bon. Rita allait demander à son ami où il avait pu avoir ce livre lorsqu'elle se sentit observée. Allons bon, elle n'allait tout de même pas être paranoïaque. Mais la vérité était qu'ils étaient vraiment observé, et par nul autre personne que Nathanael Oryon. Ses yeux exprimaient la sensation de trahison et de grande colère. Il se dirigea vers eux et regarda d'abord le jeune homme :

« Toi, pourquoi as-tu mon livre ? »

Oh mon Dieu, c'était donc le livre de Nathanael. Et d’ailleurs, les deux garçons devaient se connaître. Oups, boulette. Nathanael était rouge de rage... Mais que lui arrivait-il ? Enfin, peut-être tenait-il énormément à son livre, raison pour laquelle il était aussi énervé après son camarade. Cependant, Rita, qui se faisait toute petite devant ce nouveau Nathanael- qui semblait tout de même plus humain- en eut égalemennt pour son compte.

« Et toi ! »

Oulala, ça commence très mal... il était vraiment en colère contre elle.

« Pourquoi es-tu comme cela avec ce truc ? Pourquoi es-tu aussi naturel avec ça? Je t'ai fait quoi pour que tu ne sois pas à l'aise quand je suis avec toi ? A moins que tu te moques de moi. »


Rita resta sur le choc. Nathanael semblait à bout et semblait ne plus pouvoir contenir ses sentiments. Il débordait de colère. C'était littéralement impressionnant. Tout ce que Nathanael avait dit était vrai. Elle était très à l'aise avec certains garçons, mais avec d'autres, elle jouait une autres facette et devenait timide, apeurée et complètement gênée. Enfin, l'ami de Rita tenta de calmer Nathanael, sans succès, il tenta de défendre Rita mais ce fût encore pire aux vu des mots et des regards de Nathanael. Il ne trouva alors pas d'autres solutions que de lui rendre son livre et de s’éclipser. Laissant Rita seule sans défense. Non mais quel toupet, quel lâche !!! Il allait l'entendre tiens. Nathanael prit Rita à part et lui demanda :

« Je veux des réponses, tu le préfères à moi ? Ou bien tu as peur de moi ? Réponds »

Le visage de Nathanael était rouge de colère. Rita n'était pas terrifiée. Elle était seulement effrayée, et surtout très surprise, ce qui diminuait quelque peu sa peur. Et Rita pensa que Nathanael était jaloux. En réalité, il n'avait surement pas supporté de voir Rita aussi à l'aise avec un autre garçon que lui alors qu'elle l'avait rejeté. Il était possessif. Enfin, Rita pouvait voir le vrai Nathanael. C'était une bonne nouvelle. Mais, là tout de suite, ça n'en était pas une du tout. Pour la première fois, Nathanael prenait vraiment les rennes et s'affirmait. Cependant, Rita n'aimait pas qu'on lui parle de cette façon et réagit en montrant de la colère également :

-Laisse-le en dehors de ça, tu sais très bien qu'il n'y a rien entre lui et moi !

Puis elle ajouta avec sincérité, et beaucoup plus calmement :

-Je dois avouer que là, tout se suite, tu m’effraies.

Rita pu lire de l'horreur dans les yeux de Nathanael, et de l'incompréhension. Mais il restait toujours cette même colère, cette explosion intérieure que Rita ne supportait pas de voir en lui. Alors, pour tenter de le calmer -et elle espérait sincèrement que cela marche-, elle lui prit délicatement la main et la teint. Elle la resserra doucement quand elle ajouta une dernière fois à voix basse :

« Les hommes m’effraies. J'ai peur d'aimer et de m'attacher. Mon père me battait »

Et une petite larme coula doucement sur sa joue. C'était une larme de profonde tristesse en annonçant ce souvenir et de soulagement. Ils allaient enfin pouvoir avancer.

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Rita Minithya le Dim 8 Avr - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nathanaël Oryon
Elève de 6ème année & Préfet



Masculin
Nombre de messages : 1271
Localisation : Why so serious ? Avec mes chocolats sur Mars...
Date d'inscription : 18/02/2011

Feuille de personnage
Particularités: Je peux vous prouver par A+B que les aliens existent vraiment... C'est fou n'est-ce pas ?
Ami(e)s: Les aliens.... Et les aliens... Quelque chose de réelle, dites-vous ? Mais les aliens sont bien réels, regardez X-files voyons !!!
Âme soeur: L'amour c'est un rituel élaboré avec ses épreuves, ses hauts et ses bas, ses larmes et ses tornades...

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Mer 15 Fév - 17:51

Nathanaël pu lire la surprise sur le visage de Rita. Cela n’était pas étonnement, il ne lui avait jamais montré cette facette de lui. Cette facette qu’il détestait au plus haut point, il se savait insupportable et il haïssait cela. Car il avait peur de se faire rejeter par son caractère fortement similaire à celui de son père. Père qui aurait fini seul si une fille n’aurait pas accepté son invitation à danser lors du bal de noël et ne serait pas resté à ses côtés. Cette fille n’était autre que sa mère. Rita était un peu comme la mère du jeune poufsouffle, elle n’osait pas montrer qui elle était vraiment et si cela se passer comme l’histoire de ses parents et bien Nathanaël allait adorer travailler loin de chez lui. Non plus sérieusement, si le véritable caractère de Rita était comme celui de sa mère, le jeune garçon n’allait pas s’ennuyer.
Enfin il était toujours empli de colère, ou plutôt de jalousie. Il n’aimait pas voir les gens qu’il aimait s’entendre avec d’autre personnes, surtout pas avec cet ami-là. C’était le genre de garçon qui collectionner les filles, autant qu’il y a de jours dans une année. Il fallait bien avouer que Nathanaël était possessif sur les bords et qu’il n’aimait donc pas partager. D’ailleurs c’est pour cela qu’il n’apprécie pas son beau-frère, car il ne veut pas partager sa sœur. A l’occasion, il devrait lui préparer une blague de mauvais gout avec son frère, enfin il verrait bien.

Citation :
« Laisse-le en dehors de ça, tu sais très bien qu'il n'y a rien entre lui et moi ! »

Nathanaël n’attendit pas longtemps pour enchérir.

« Tu le connais pas, il sortirait avec un poisson, si cet animal avait le malheur de lui faire un clin d’œil. Il sort avec une fille différente chaque jour. Et tu n’aurais pas dû voir ça avec lui, c’était à MOI de te le montrer.»

Le poufsouffle avait du mal à rester calme. Se mains tremblaient toutes seules tellement, il était énervé. Enerver à l’idée que Rita puisse une nouvelle fois le laisser tomber. Mais cette fois ce serait pour toujours. Il avait aussi peur de qu’elle fasse cela, il ne voulait pas être abandonné, il savait que cela pouvait arriver mais il ne souhaitait pas l’accepter.

Citation :
« Je dois avouer que là, tout de suite, tu m’effraies »

Il….il…il…l’effrayait. Nathanaël était sous le choc. Il s’attendait à tout sauf à ça. La pire crainte qu’il puisse avoir c’est qu’il lui fasse peur, et c’était le cas. Certes, c’était au moment présent mais tout de même. Il s’entait que son cœur se fissurait à l’intérieur de sa poitrine comme si quelqu’un venait d’y planter quelque chose. Il ne voyait pas très bien en quoi il était effrayant, en fait si. Le sentiment de peur fut vite chasser par la colère. Ses mots avaient blessés le jeune garçon et cela le mit en colère. Ce genre de colère était souvent passager mais généralement elle n’annonçait rien de bon pour le future et même pour le présent. Mais avant qu’il ne put dire quoi que ce soit de mal, il senti que Rita lui prit la main. Cette même main douce qu’il avait tenue lors du bal. Il se résignât à lui dire quoi que ce soit, pour éviter de lui faire du mal et parce qu’il sentait bien qu’elle ne voulait pas le voir ainsi.

Citation :
« Les hommes m’effraies. J'ai peur d'aimer et de m'attacher. Mon père me battait »

Son père la battait !? Nathanaël ne le savait pas, en même temps que savait-il de la jeune fille ? Rien, il était bien là le problème. Le jeune garçon ne savait pas quoi répondre, il était désemparé. Il n’avait jamais été confronté à cela. Bien que très strict sur l’éducation de ses enfants et d’apparence très froide, le père du jeune garçon n’avait jamais levé la main sur aucuns d’entre eux et pourtant qu’est-ce que Nathanaël et les autres pouvaient bien le mérité. Il les grondait, les punissait, mais jamais il n’avait osé les taper. Son père, tout comme Nathanaël, pensait que ceux qui battaient leurs enfants ou même leur femme étaient des lâches. Le jeune garçon essuya de sa main froide la larme qui coulait sur la joue de Rita et la prit dans ses bras. Quelque instant après il lui proposa de s’assoir sur le canapé. Il lui tenait toujours la main. Toute la colère qui était en lui avait disparu enfin presque, seul celle qu'il nourrissait contre son ami qui avait montrer le cadeau qu'il avait fait pour Rita était encore présente.

« Tu sais...bien que je viennes d’une famille de sang pur et que mon père soit assez strict, il n’a jamais posé la main sur moi ou sur mon frère ou mes sœurs. Je ne peux donc pas comprendre ce que tu ressens mais je veux essayer. Essayer de comprendre ce que tu ressens. Je veux en savoir plus sur toi, apprendre à te connaitre. Raconte-moi ton histoire et je te raconterais la mienne. »

Nathanaël voulait savoir beaucoup de chose, mais surtout il voyait que Rita avait besoin d’une oreille attentive. Et pour cela le garçon était très fort bien trop même. Il écoutait toujours les malheurs des autres mais personne ne voulait écouter les siens. Oui, lui aussi avait besoin de parler à quelqu’un.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Rita Minithya
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1080
Localisation : Je sais où toi, tu es, coquin.
Date d'inscription : 10/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: Oh, il suffit d'une petite étincelle pour que ça fasse BOUM! Ca vous donne une idée?
Ami(e)s: Oh, j'en ai des tttassss! Heureusement, j'en ai aussi des vrais.
Âme soeur: La pyrotechnie. Entre elle et moi, c'est la passion folle. On s'embrase, on s'enflamme et on se fout en l'air!

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Mar 28 Fév - 0:03

« Laisse-le en dehors de ça, tu sais très bien qu'il n'y a rien entre lui et moi ! »

« Tu le connais pas, il sortirait avec un poisson, si cet animal avait le malheur de lui faire un clin d’œil. Il sort avec une fille différente chaque jour. Et tu n’aurais pas dû voir ça avec lui, c’était à MOI de te le montrer.»


Ca c'est pas faux. D'autant que Rita connaissait la réputation de ce garçon en particulier. Il sortait vraiment avec n'importe qui. Mais Rita, elle savait se tenir. Elle aimait flirter, mais imposer des limites. Elle ne sortait jamais avec un garçon avec qui elle avait flirté. C'était peut-être aussi l'envie de rendre jaloux Nathanael et du même coup de le faire reagir qui l'avait motivé. Cela n'avait pas loupé. En plein dans le mile. Pour ce qui étai du livre, Nathanael semblait plus que furieux. Ses yeux brillaient presque de rage. Un noir destructeur. C'était son livre, donc. Rita ne pouvait pas le savoir. Et en plus, il comptait le lui montrer, et ainsi, renouer contact depuis le bal. Cela éveilla soudainement l'interpet de Rita.

-Je ne savais pas à qui appartenait ce livre. Tu es trop jaloux Nath - oui oui, elle lui avait donné un surnom que cela lui plaise ou non-. Sérieusement, je ne sortirait jamais avec un gars comme lui( quoiqu'en y réfléchissant bien, Nathanael n'était pas très fidèle aussi). Mais j’apprécie l'intention, je veux bien qu'on le regarde ensemble après.


Et elle avait décidé de lui dire la vérité, qu'il l'effrayait, à lui hurler dessus ainsi. Nathanael passa alors de la fureur à la stupeur. Il était carrément sous le choc. Visiblement il ne s'y attendait pas du tout. Et Rita pu lire dans ses yeux une pointe de peur, non, d'horreur peut-être. Elle y avait été peut être un peu trop fort... Mais l'expression que traversait les yeux noir retournèrent vers la colère. Elle avait été trop loin. Trop franche. C'était trop pour lui. C'était pour cela qu'elle avait glissé sa main, doucement, dans la sienne. Cela sembla le calmer et Rita ajouta alors, comme pour se justifier, que son père l'avait battu, et que du coup elle ne s’attachait pas facilement aux hommes.

Son ami ouvrit de grands yeux. Cela le surprenait beaucoup alors. Enfin il était normal que cela le surprenne, mais cela révéla à Rita que tous les eux, et bien, ils ne se connaissaient pas. Ils ne savaient rien de la vie de l'autre. Elle savait juste que Nathanael venait d'une famille riche américaine. Que sa famille était... disons spéciale. Il semblait ne pas savoir quoi répondre. Mais au moins, il agit. Le jeune Poufsouffle essuya la larme qui coulait sur la joue de Rita avec sa main. Il la prit ensuite dans ses bras. Elle se laissa faire et s'y blottit, en le serrant à son tour. Ce geste était avant tout protecteur et symbolisait plus pour elle que des paroles. Elle se sentait si bien dans son étreintes qu'elle aurait pu s'y endormir.
Il sembla le ressentir et lui proposa de s’assoir sur un canapé de la salle commune, un peu isolé. Il s’assied et étendit son bras sur le haut du canapé pour que Rita reste blottit contre lui, les larmes aux yeux. Ils gardèrent leurs mains soudées.

« Tu sais...bien que je viennes d’une famille de sang pur et que mon père soit assez strict, il n’a jamais posé la main sur moi ou sur mon frère ou mes sœurs. Je ne peux donc pas comprendre ce que tu ressens mais je veux essayer. Essayer de comprendre ce que tu ressens. Je veux en savoir plus sur toi, apprendre à te connaitre. Raconte-moi ton histoire et je te raconterais la mienne. »

Nathanael avait eut une éducation difficile aussi alors. Enfin, moins qu'elle. Il lui proposait son aide désormais, Rita n'allait pas refuser. Elle voulait parler. Dire à quelqu'un ce qu'elle n'avait dit à personne. Sur sa famille, sur elle, sur sa vie, ses passions, ses envies. Elle penserait alors à autre chose. Et puis, elle voulait aussi connaitre l'histoire de Nathanael. Plus ils se connaitraient, mieux ils se comprendraient.

-Je suis la seule fille et sorcière d'une famille de 5 enfants. Ma mère est une sorcière, mais je ne l'ai su qu'à mes dix ans. En primaire, l'école pour les enfants moldue, je n'étais pas très doué. Mes parents souffraient (et souffrent) de leur travail alors ils refusaient que je ne réussissent pas mieux ma vie. Mon père réglait ça par des coups généralement. Je lui en veux, même s'il a arrêté mais je pense comprendre dans un sens. Il était terrifié à l'idée que je ne réussisse pas, du coup, sa peur devenait de la colère. Quand j’ai découvert que j'étais une sorcière, j'ai tout d'abord été terrifiée. Tout un monde qui m'appartenait mais que je ne connaissait en rien. J'ai eut de la chance de te rencontré aussi rapidement.

Et elle le pensait vraiment.

-Une dernière chose: Le dessin et les glaces, c'est mon truc. J'adore lire, dessiner, peindre, et aussi les desserts, particulièrement la glace. J'adore les renards. J'aime encore plus les guépards. Parce que c'était mon surnom quand j'étais petite. Je cours très vite.


Tout lui était venu naturellement. Dans les bras et contre le torse de Nathanael, elle pouvait se sentir en sécurité et se confier. Elle voulait qu'il en fasse autant. C'était nécessaire même. Alors elle l'encouragea:

-Raconte moi ton histoire.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nathanaël Oryon
Elève de 6ème année & Préfet



Masculin
Nombre de messages : 1271
Localisation : Why so serious ? Avec mes chocolats sur Mars...
Date d'inscription : 18/02/2011

Feuille de personnage
Particularités: Je peux vous prouver par A+B que les aliens existent vraiment... C'est fou n'est-ce pas ?
Ami(e)s: Les aliens.... Et les aliens... Quelque chose de réelle, dites-vous ? Mais les aliens sont bien réels, regardez X-files voyons !!!
Âme soeur: L'amour c'est un rituel élaboré avec ses épreuves, ses hauts et ses bas, ses larmes et ses tornades...

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Lun 5 Mar - 12:17

Nathanaël était fou de rage, et il n’était pas sûr lui-même de pouvoir se calmer. Il voulait que tout soit clair entre elle et lui. Pour mieux recommencer et surtout pour avancer. Le fait qu’elle l’ait laissé au bal l’avait profondément attristé. Il en avait pleuré plusieurs nuits, sans personne ne le sache. Car il ne voulait pas que quelqu’un le voit dans cet état. Son meilleur ami lui avait dit que c’était juste une fille, qu’il en trouverait un tas d’autres beaucoup plus jolies qu’elle, mais il n’arrivait à se faire à l’idée qu’il s’était fait jeter comme une chaussette. Il se demandait sans cesse pourquoi elle avait fait ça ? Et là de les voir à deux avec son book l’avait rendit malade de jalousie, il ne savait s’il devait tuer son meilleur ami pour courir après la même fille que lui ou en vouloir à Rita de s’être approcher de lui en croyant que son ami était assez intelligent pour prendre de belles photos.
Citation :
Je ne savais pas à qui appartenait ce livre. Tu es trop jaloux Nath. Sérieusement, je ne sortirais jamais avec un gars comme lui. Mais j’apprécie l'intention, je veux bien qu'on le regarde ensemble après.
« Tu ne t’es pas doutée une seule seconde que ce n’était pas son livre, il est anglais et à passer ses vacances de Noël en France. Tu aurais dû être au courant, il s’est vanté d’être sorti avec trois française en une semaine. Alors comment il aurait fait pour prendre des photos de lieux américains. Oui je suis jaloux et j’ai mes raisons de l’être, dit-il en levant le ton. Dans ce cas, tu ne sortiras jamais avec moi, car je suis comme lui, un sal coureur de jupon. A quoi ça sert, je suis sûr que tu as déjà vu l’intégralité du livre. »

Nathanaël savait qu’il effrayait Rita, mais il ne pouvait pas faire autrement. Il était tellement en colère qu’il ne savait plus se contrôler. Il aurait voulu partir loin, très loin pour ne pas la faire souffrir encore plus de sa jalousie et de son mauvais caractère mais s’il fessait ça, il sentait au fond de lui qu’il allait lui dire adieux. Pourquoi le destin à fait qu’ils se rencontrent ? Le destin avait bon dos parfois. C’était lui seul qui avait été parlé à Rita dans la bibliothèque alors qu’il laisse le destin tranquille pour une fois. C’est lui qui l’avait invité au bal et c’était lui aussi qui se mettait en colère pour rien. Tout était de sa faute et pas celle des autres.
Ils s’installaient sur le canapé du salon. Il savait qu’il devait la rassurer et ne plus se mettre en colère contre elle. Alors il la serra contre lui. Il voulait être quelque de sécurisant pour qu’elle n’est plus peur de lui et qu’elle puisse se confier. Il voulait en quelque sorte devenir comme son journal intime. N’est-ce pas cela être ami ? En tout cas c’est ce qu’il fessait lui avec ses amis.
Citation :
Je suis la seule fille et sorcière d'une famille de 5 enfants. Ma mère est une sorcière, mais je ne l'ai su qu'à mes dix ans. En primaire, l'école pour les enfants moldue, je n'étais pas très doué. Mes parents souffraient (et souffrent) de leur travail alors ils refusaient que je ne réussis pas mieux ma vie. Mon père réglait ça par des coups généralement. Je lui en veux, même s'il a arrêté mais je pense comprendre dans un sens. Il était terrifié à l'idée que je ne réussisse pas, du coup, sa peur devenait de la colère. Quand j’ai découvert que j'étais une sorcière, j'ai tout d'abord été terrifiée. Tout un monde qui m'appartenait mais que je ne connaissais en rien. J'ai eu de la chance de te rencontrer aussi rapidement.

*On n’a pas beaucoup de point commun sur le plan enfance en tout cas, pensa-t-il*

Nathanaël ne savait pas trop quoi répondre à tout ça. Il avait vécu dans la magie depuis tout petit donc il ne savait pas trop comment parler à quelqu’un pour qui ce n’était pas le cas. Alors plutôt qu’un grand discourt il se contenta de faire un signe d’approbation, comme pour lui dire qu’il comprenait et qu’il voyait plus ou moins ce qu’elle disait.
Citation :
Une dernière chose: Le dessin et les glaces, c'est mon truc. J'adore lire, dessiner, peindre, et aussi les desserts, particulièrement la glace. J'adore les renards. J'aime encore plus les guépards. Parce que c'était mon surnom quand j'étais petite. Je cours très vite.
Nathanaël ria légèrement. Pourquoi lui disait-elle ça ? Probablement parce qu’elle se sentait en confiance avec lui. Il allait devoir en faire de même.
Citation :
Raconte moi ton histoire.
Voilà c’était son tour. Il aurait voulu fuir, car il se voyait mal raconter toute sa vie à quelqu’un. Elle n’était pas des plus génial sa vie. En plus il avait beaucoup de zone d’ombre. Alors plutôt que d’être entièrement sincère avec elle, il allait dire ce qu’il disait à beaucoup de personne.

« Eh bien, je suis le troisième enfants d’une famille de quatre enfants. Mes parents sont tous deux sorciers. Mon père travail au ministère et ma mère est médicomage et donne des cours de piano au moldu. Mon père travail beaucoup et je le vois et le voyait pas souvent. Je suis à Aspen en Amérique. Je ne suis jamais allé à l’école pour beaucoup de raison. C’est ma mère qui me donnait des cours à la maison. J’étais enfermer durant toute mon enfance, la seule fois où je sortais c’était quand on partait en vacances en Russie ou en Corée pour voir la famille. »

Il détourna le regard. Voilà le problème, c’était sa famille. Du coter à son père, il y avait des vampires et pour le coter maternelle, ils n’avaient pas très bien prit le fait que sa mère se soit marier avec quelqu’un est aussi mauvaise réputation, et surtout qu’ils aient conçu un enfant hors mariage, enfin son frère était né après qu’ils se soient marier mais quand même. Nathanaël savait qu’il n’avait pas le droit dans parler alors il allait mentir un peu.

« La famille de mère n’apprécie pas trop mon père et mon père n’aime pas trop sa famille. Enfin ça arrive. Donc je sortais pour les vacances et pour aller au cours de musique que ma mère donnait. J’ai beaucoup souffert de l’enfermement et du fait que mon père me demandait beaucoup. Il n’était pas très présent mais quand il était là, il fallait que l’on soit bien sage et que l’on fasse ce qu’il dise et encore maintenant d’ailleurs. Bien que mon frère et moi, on adore le rendre un peu fou. Je prends ma mère pour une folle, je n’aime pas le mari de ma sœur, j’ai du mal avec mon frère. Et ma petite sœur me tape un peu sur les nerfs parfois. Mais je les adore, je n’arriverais pas à me passer d’eux. Ca été une surprise pour moi de recevoir une lettre de Poudlard, car je suis le seul à y être allé. »

Nathanaël fit un sourire. Il parlait beaucoup mais cela lui fessait du bien. Pour la première fois, il se sentait intéressant.

« Oh et moi j’aime lire, danser, dormir, chanter, jouer du violon, faire du sport, le tir à l’arc. Mon animal préférait c’est la grenouille et les araignées. J’adore les glaces, je leur vouerais un culte un jour. Je n’aime pas trop les serpents à cause de mon frère qui lui adore ça. »

Nathanaël sourit de nouveau. C’était vraiment magnifique de pouvoir ce confier à quelqu’un sans avoir peur qu’il vous juge. Mais il fallait dire qu’il n’avait pas dit toute la vérité, il espérait que cela ne s’était pas trop vu.

« Sinon, tu aimes les voyages ? Et dit les photos était belles ? Elles t’ont plu ? »

La curiosité était un vilain défaut, mais ce défaut coller si bien à Nathanaël, qu'il devenait difficile pour lui de s'en débarrasser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Rita Minithya
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1080
Localisation : Je sais où toi, tu es, coquin.
Date d'inscription : 10/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: Oh, il suffit d'une petite étincelle pour que ça fasse BOUM! Ca vous donne une idée?
Ami(e)s: Oh, j'en ai des tttassss! Heureusement, j'en ai aussi des vrais.
Âme soeur: La pyrotechnie. Entre elle et moi, c'est la passion folle. On s'embrase, on s'enflamme et on se fout en l'air!

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Sam 31 Mar - 23:50


« Tu ne t’es pas doutée une seule seconde que ce n’était pas son livre, il est anglais et à passer ses vacances de Noël en France. Tu aurais dû être au courant, il s’est vanté d’être sorti avec trois française en une semaine. Alors comment il aurait fait pour prendre des photos de lieux américains. Oui je suis jaloux et j’ai mes raisons de l’être, dit-il en levant le ton. Dans ce cas, tu ne sortiras jamais avec moi, car je suis comme lui, un sale coureur de jupon. A quoi ça sert, je suis sûr que tu as déjà vu l’intégralité du livre. »

Rita le regarda, éberluée par tant de colère. OK, ce garçon était anglais. Comment pouvait-elle savoir qu'il avait passé ses vacances en France ? Et oui, elle avait entendu les rumeurs qui avaient d'ailleurs fait bon train. Et alors ? Qu'est-ce que cela pouvait-il bien lui faire ? Elle n'allait en aucun cas sortir avec un gars comme lui. De une, elle n'était pas attirée. Tout simplement. De deux, elle était quelqu'un d'assez fidèle. De trois, elle ne supportait d'être vu comme une pièce en plus dans la collection.

Mais il y avait Nathanael. Leur rencontre l'avait bouleversée. C'était comme le destin. Il s'étaient vu. Et voilà. Elle s'était sentie curieuse, elle se sentait angoissée avec lui. Quand ils étaient ensembles, tout lui paraissait plus simple. Elle qui détestait s'attacher aux autres, de peur de souffrir avec raté son affaire. Quand il n'était pas là, Rita sentait comme un manque. Elle détestait ça. La dépendance. Alors elle avait fuit au bal. Pour ne pas le faire souffrir mais surtout parce qu'elle n'assumait pas ses sentiments. Si la destinée les avait rassemblé c'est qu'il y avait une raison. Montrer à Rita qu'elle avait tord de fuir ? Rita était particulièrement égoïste en amour. Elle n'avait pensé qu'à elle alors que depuis le début, elle n'agissait pas. C'était Nathanael qui avait tout fait, mais c'était elle qui se plaignait.


« Nath, je veux seulement n'appartenir à personne. Ça m’oppresse, j'ai l'impression d'étouffer, elle le regarda avec sincérité et franchise. Et puis, c'est ton livre alors tu le raconteras toujours mieux que lui. J'aime bien t'écouter parler... »

Quand ils s'assirent, Nathanael passa son bras sur ses épaules comme pour la rassurer. Cela lui écorcherait-il la bouche de lui dire, qu'au moins, elle était désolée et qu'elle tenait à lui ? Oui, visiblement... Néanmoins, la jeune femme, plus à l'aise lui raconta une petite partie de sa vie, la gorge nouée par l'émotion. Elle sentit ensuite Nathanael se tendre quelque peu. Il semblait perplexe. Il lui fit néanmoins un signe d'approbation qui encouragea Rita à continuer. Confiante, elle lui dit alors ce qu'elle aimait faire dans sa vie, ce qui la changeait. Ce qui la sauvait de ses souvenirs. D'ailleurs, elle n'avait jamais dit à personne qu'on l'appelait « le guépard » quand elle était petite. Cela pouvait sembler anodin, mais c'était très important pour elle. C'était la plus grande fierté de son enfance. A seule reconnaissance. Son patronus plein de souvenirs. Quand il l'entendit, Nathanael ria. Bien que Rita ne comprenne pas bien pourquoi, elle le laissa parler.

« Eh bien, je suis le troisième enfants d’une famille de quatre enfants. Mes parents sont tous deux sorciers. Mon père travail au ministère et ma mère est médicomage et donne des cours de piano au moldu. Mon père travail beaucoup et je le vois et le voyait pas souvent. Je suis à Aspen en Amérique. Je ne suis jamais allé à l’école pour beaucoup de raison. C’est ma mère qui me donnait des cours à la maison. J’étais enfermer durant toute mon enfance, la seule fois où je sortais c’était quand on partait en vacances en Russie ou en Corée pour voir la famille. »


Rita resta quelque peu interloquée par leur différence de vie. Elle qui détestait les fils de riche, elle était mal tombé, encore une fois. Le Destin était curieux parfois. Nathanael et Rita n'auraient jamais du se rencontrer, se parler, ni s'entendre. Rita le regarda profondément dans les yeux. Ainsi, c'était ça, son avenir. Arriverait-elle à combattre sa rancœur, sa peur... ? Mais finalement, une chose les rapprochaient. Nathanael avait souffert de son enfermement quand il était plus jeune. L'argent ne faisait pas tout, même chez les riches. D'ailleurs, Nathanael n'avait pas choisi d'être riche non plus. Il allait falloir qu'elle arrête ses foutus préjugés.

« La famille de mère n’apprécie pas trop mon père et mon père n’aime pas trop sa famille. Enfin ça arrive. Donc je sortais pour les vacances et pour aller au cours de musique que ma mère donnait. J’ai beaucoup souffert de l’enfermement et du fait que mon père me demandait beaucoup. Il n’était pas très présent mais quand il était là, il fallait que l’on soit bien sage et que l’on fasse ce qu’il dise et encore maintenant d’ailleurs. Bien que mon frère et moi, on adore le rendre un peu fou. Je prends ma mère pour une folle, je n’aime pas le mari de ma sœur, j’ai du mal avec mon frère. Et ma petite sœur me tape un peu sur les nerfs parfois. Mais je les adore, je n’arriverais pas à me passer d’eux. Ca été une surprise pour moi de recevoir une lettre de Poudlard, car je suis le seul à y être allé. »

Cette avalanche d'informations submergea Rita un moment. Elle reagit en prenant la main libre de Nathanael. Le père de Nathanael avait l'air carrément terrifiant. Un peu comme son père à elle. Et Rita se questionnait de plus en plus sur la mère de Nathanael et ses frères et sœurs. Elle rêvait de les rencontrer un jour même si elle savait que cela n'arriverait jamais. Nathanael lui envoya le premier sourire de la journée. C'était comme la chaleur d'un soleil en plein hiver.

« Oh et moi j’aime lire, danser, dormir, chanter, jouer du violon, faire du sport, le tir à l’arc. Mes animaux préférés sont la grenouille et les araignées. J’adore les glaces, je leur vouerais un culte un jour. Je n’aime pas trop les serpents à cause de mon frère qui lui adore ça. »

Nathanaël sourit de nouveau. Rita n'était pas fan des grenouille du tout... par contre, elle supportait les araignées. Elle s'imagina un instant Nathanael en train de danser puis se mis à rire. Non, mis à part au bal elle ne voyait pas du tout ce jeune homme grand et musclé danser seul.

« Sinon, tu aimes les voyages ? Et dit les photos était belles ? Elles t’ont plu ? »

Questions, questions que de questions. C'était bien Nathanael ca ! Elle le regarde en souriant puis répondit :

« J'adore voyager même si je n'en ai pas eut beaucoup l'occasion. Et puis, quand j'ai vu ces paysage que j'ai vu dans ton carnet, je suis tombée amoureuse, Rita ria à la pensée que Nathanael est mal compris et se montre jaloux, elle ajouta, de ces paysages bien sûr, parce que je suis déjà amoureuse de quelqu'un...

Rita lui lança un clin d’œil et laissa sa phrase en suspend, sans réponses. Comme allait reagir Nathanael ? Et dire qu'elle le provoquait alors qu'il s'était montré si colérique. Mais elle ne pouvait s'empêcher de rire avec lui. Elle était comme ça, elle n'allait pas changer.


« Je me disais. A ton avis, on est quoi l'un pour l'autre alors ? »


Et les yeux de Rita cessèrent de rire, elle était très sérieuse. Il fallait mettre les choses au clair tout de suite, elle ne supportait pas cette situation. Cela les amenaient à se disputer pour y répondre. Et les yeux de Rita se perdirent dans le vide. Oui, elle avait peur de souffrir.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nathanaël Oryon
Elève de 6ème année & Préfet



Masculin
Nombre de messages : 1271
Localisation : Why so serious ? Avec mes chocolats sur Mars...
Date d'inscription : 18/02/2011

Feuille de personnage
Particularités: Je peux vous prouver par A+B que les aliens existent vraiment... C'est fou n'est-ce pas ?
Ami(e)s: Les aliens.... Et les aliens... Quelque chose de réelle, dites-vous ? Mais les aliens sont bien réels, regardez X-files voyons !!!
Âme soeur: L'amour c'est un rituel élaboré avec ses épreuves, ses hauts et ses bas, ses larmes et ses tornades...

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Lun 9 Avr - 16:02

Citation :
« Nath, je veux seulement n'appartenir à personne. Ça m’oppresse, j'ai l'impression d'étouffer, elle le regarda avec sincérité et franchise. Et puis, c'est ton livre alors tu le raconteras toujours mieux que lui. J'aime bien t'écouter parler... »
Si elle ne voulait appartenir à personne, elle ne voulait surement pas lui appartenir non plus, pensa-t-il. Il fut déçu de l’apprendre ainsi, il aurait préféré le savoir dans un autre contexte que celui-ci. Déjà qu’il était en colère contre lui-même, contre son meilleur ami et contre elle, cela n’était pas plaisant à entendre pour ses oreilles et pour son moral. Mais le fait qu’elle dise qu’elle préférerait que ce soit Nathanaël qui lui raconte le livre cela fit descendre un peu sa colère. Mais ce qu’il la fit en partie disparaitre ce fut qu’elle lui exprime le fait qu’elle aimait l’écouter parler. C’était la première fois que quelqu’un lui disait cela. Habituellement on lui disait de se taire car il parlait trop et souvent pour ne rien dire.
Ils s’installèrent dans le sofa et le poufsouffle laissa Rita parlait de sa vie avant Poudlard. Elle avait une voix pleine d’émotion, il se demandait s’il n’en avait pas trop demandé à la demoiselle en lui demandant de ce confié à lui. Mais si elle avait accepté de le faire c’est parce qu’elle avait surement besoin de cela. Quand elle eut fini, il parla de sa vie à lui. C’était un enfant de riche, mais bizarrement il aurait préféré que ses parents ne le soient pas. Il avait envié durant toute son enfance les personnes normales, celles qui n’avaient pas plusieurs maisons dans le monde, celles qui avaient un monospace plutôt qu’une voiture de luxe, celles qui allaient en vacances au camping et pas dans une résidence secondaire ou dans hôtel cinq étoiles… Et il en passait des choses qui envier à ses gens. Il était clair qu’il avait beaucoup souffert de la richesse de ses parents, de l’enfermement qu’il avait subis. Et il souffrait encore du manque d’affection de son père et de ses ambitions que Nathanaël ne partageait pas. En effet son père avait de grand projet pour lui, mais Nathanaël aimerait être un simple vendeur de magasin à Prés au Lard ou bien serveur au Chaudron Baveur ou tout simplement un sorcier banal qui n’aurait pas une grande fortune à étaler devant tout le monde et qui aurait une femme de sang mêler plutôt qu’une femme de sang pur. Oui il avait des rêves simples pour un gosse de riche mais il savait au fond de lui qu’il ne pourrait jamais les attendre à moins de couper les ponts avec sa famille, chose qu’il avait du mal à envisager. Son père était pas facile à vivre, il fessait peur à voir et était un peu trop dictateur pour plaire à quelqu’un d’autre qu’à sa mère.
Nathanaël sourit à Rita pour montrer que malgré tout cela, il était heureux dans la vie. Il avait omit volontairement quelques détails pour ne pas qu’elle parte en courant. Le garçon lui exprima ses loisirs et passions, ce qu’il n’aimait pas, il aurait pu lui dire quel métier il envisageait mais il ne le fit pas. A la place il posa des questions. S’il y aurait eu un titre olympique de celui qui pose le plus de question, Nathanaël aurait été médaille d’or ou d’argent, car il était un peu modeste tout de même. Elle lui rendit un sourire, ce qui le fit sourire encore plus.
Citation :
« J'adore voyager même si je n'en ai pas eut beaucoup l'occasion. Et puis, quand j'ai vu ces paysage que j'ai vu dans ton carnet, je suis tombée amoureuse… »
Tombée amoureuse ? Mais de qui ? Les questions arrivaient comme des balles sur un court de tennis. Il commençait à ressentir un peu de jalousie envers celui qui avait pris son cœur. Elle ria et pour palier son manque d’assurance face à la situation qui lui échapper peu à peu, Nathanaël fit de même, mais on pouvait entendre que c’était un rire nerveux plutôt qu’un rire sincère et détendu.
Citation :
« …de ces paysages bien sûr, parce que je suis déjà amoureuse de quelqu'un... »
Son cœur fut alléger quand il entendit que c’était des paysages qu’elle était tombait amoureuse. Mais la fin de sa phrase le laissa perplexe. Pourquoi ne la finissait-elle pas ? De qui pouvait-elle être amoureuse ? De lui ? Et pourquoi lui faisait-elle un clin d’œil ? Ne serait-elle pas en train de le taquiner un peu histoire de voir à quel point il était jaloux ? Il ne tomba pas dans le piège et dit :

« Moi aussi je crois être amoureux d’une personne »

Il lui sourit doucement et lui fit un clin d’œil. Pour Nathanaël, c’était de Rita dont il était amoureux, mais il ne se sentait pas le courage de lui avouer. Surtout pas après la scène qui venait de lui faire. Il ria avec elle, car il avait envie de rire. C’était la première fois depuis le début de la journée qu’il était aussi heureux, pensa-t-il.
Citation :
« Je me disais. A ton avis, on est quoi l'un pour l'autre alors ? »
Elle cessa soudainement de rire. Elle semblait si sérieuse que Nathanaël arrêta instantanément de rire. Elle semblait vraiment vouloir une réponse mais il ne savait pas quoi lui dire. Cette question était plutôt étrange pour lui. Il n’avait pas l’habitude de se clarifier sur les relations qu’il avait avec les autres. Il entra dans une profonde réflexion. Il ne se sentait pas lui dire qu’il l’aimait, en tout cas pas directement. Et il ne se voyait pas fuir la question comme un lâche, bien qu’il en ait envie à ce moment même. Alors il laissa parler son cœur et aussi un peu sa raison :

« Je ne sais pas très bien ce que nous sommes l’un pour l’autre. Je sais juste que je veux être ton ami et peut-être plus si l’occasion se présente, je veux être ton confident. Une chose est sûr c’est que je ne veux pas te perdre. Et pour moi que suis-je pour toi ? »

Nathanaël ne s’attendait pas à une grande réponse, juste que Rita lui réponde avec le cœur et qu’elle dise la vérité au lieu de se cacher sous un masque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Rita Minithya
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 1080
Localisation : Je sais où toi, tu es, coquin.
Date d'inscription : 10/09/2011

Feuille de personnage
Particularités: Oh, il suffit d'une petite étincelle pour que ça fasse BOUM! Ca vous donne une idée?
Ami(e)s: Oh, j'en ai des tttassss! Heureusement, j'en ai aussi des vrais.
Âme soeur: La pyrotechnie. Entre elle et moi, c'est la passion folle. On s'embrase, on s'enflamme et on se fout en l'air!

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Sam 14 Avr - 17:31

« Moi aussi je crois être amoureux d’une personne »

Nathanael lui fit un clin d’œil. Rita fut quelque peu surprise de découvrir cette nouvelle facette de sa personnalité. Il était donc joueur. Cela plu énormément à Rita qui comprit tout de suite qu'il jouait à son propre jeu. C'était vraiment intéressant. Alors, comme lui, elle se contenta de lui tirer la langue, un sourire amusé aux lèvres. Un instant ils se regardèrent, puis rirent de bon cœur. Ça faisait réellement du bien ! Puis quand elle lui demanda ce qu'il se passait vraiment entre eux, elle devint très sérieuse. Nathanael fit alors de même ; Il semblait en proie à une profonde réflexion. S'il n'aimait pas la question de Rita, pour elle il était essentiel, pour faire progresser leur relation de savoir ce qu'en pensait Nath. Mais le jeune Poufsouffle n'était pas un lâche, loin de là, elle était donc sure qu'il répondrait.

« Je ne sais pas très bien ce que nous sommes l’un pour l’autre. Je sais juste que je veux être ton ami et peut-être plus si l’occasion se présente, je veux être ton confident. Une chose est sûr c’est que je ne veux pas te perdre. »


Mon confident ? Oui, enfin, pour elle il l'était déjà. Ils étaient amis, cela ne faisait pas de doute, mais il y avait autre chose. Une attirance physique, clairement. C'était la première chose qui les avait réunit, puis séparés. Voilà où ils en étaient. Mais Rita commençait à connaître Nathanael encore plus qu'avec n'importe qui d'autre jusqu'à présent. Elle avait la nette impression qu'ils se testaient tous les deux. Faisant apparaître clairement leurs défauts. Ce que Rita n'aurait jamais fait avec personne. C'était d’ailleurs pour cela qu'ils s'étaient disputés. Ils voulaient tout connaître de l'autre et c'était cette précipitation qui amenait inévitablement à un conflit.

« Et pour moi que suis-je pour toi ? »


Plus qu'un ami. Quelqu'un dont elle ne pouvait plus se passer. Voilà que ça faisait quelques mois qu'ils se connaissaient et presque tous les jours elle souhaitait le rencontrer. Cela avait vraiment fait mal à Rita, bien plus qu'elle ne le croyait d'ailleurs, que Nath ne lui parle plus, trop blessé après le bal. C'était légitime, mais c'est à ce moment là qu'elle s'était rendu compte de son erreur. Rejeté l'ami le plus important pour elle, depuis son arrivée à Poudlard. Elle avait besoin de Nathanael. Bien plus que qui que ce soit d'autre. Rita prit alors une profonde inspiration, se réinstalla correctement sur le canapé, regardant franchement Nathanael dans les yeux.

« L'ami le plus précieux depuis des années. J'ai fait une erreur avec le bal. Je tiens à me racheter. »

Rita se leva alors, tendit la main à Nathanael, qui la saisit puis le dirigea vers la sortie de la salle commune. Elle voulait lui montrer la raison pour laquelle elle avait repoussé Nathanael au bal. La raison, c'était un côté de sa personnalité qu'elle cachait. Son côté mystérieux de vilaine fille, qui contrastait avec son apparence de fillette sage. Elle avait très peur que Nathanael n'aime pas cette facette de sa personnalité car beaucoup d'amis à qui elle avait voulus la montrer n'avait pas apprécié et n'avait ne l'avait pas suivit. Ça allait être le moment de vérité. Si Nathanael était partant pour cette sortie nocturne totalement interdite, alors ils allaient pouvoir créer un lien de complicité plus fort. Si au contraire, il n'appréciait pas, il aimerait moins Rita, serait déçu et la quitterait de lui-même.

« Il fait nuit. Ce serait encore plus beau si tu me montrais ton carnet de voyage sous la pleine lune non? »

Rita lui fit un clin d'oeil, lui tenant toujours la main et un sourire soudainement très malicieux aux lèvres. « Voici la vraie Rita, Nathanael ! Pensa-t-elle, qu'en penses-tu ? » Et vu le décalage de ces deux personnalité, ce ne serait pas surprenant que Nathanael réagisse à l'extrême !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Nathanaël Oryon
Elève de 6ème année & Préfet



Masculin
Nombre de messages : 1271
Localisation : Why so serious ? Avec mes chocolats sur Mars...
Date d'inscription : 18/02/2011

Feuille de personnage
Particularités: Je peux vous prouver par A+B que les aliens existent vraiment... C'est fou n'est-ce pas ?
Ami(e)s: Les aliens.... Et les aliens... Quelque chose de réelle, dites-vous ? Mais les aliens sont bien réels, regardez X-files voyons !!!
Âme soeur: L'amour c'est un rituel élaboré avec ses épreuves, ses hauts et ses bas, ses larmes et ses tornades...

MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   Ven 20 Avr - 23:40

J’étais joueur et cela n’était pas une nouvelle. Enfin très peu de gens connaissaient cette facette de mon caractère. A l’exception de mon frère, ChaeRin, mon meilleur ami d’enfance et ma mère personne ne le savait. Oh si j’ai oublié les malheureux tableaux décrocher par mégarde lors de mes virées nocturnes dans le château. Enfin officiellement ils pensent que c’est un mangemorts qui les a décrochés mais en réalité c’est moi qui me suis un peu amuser avec une cape un peu plus grande que moi et un masque acheter en Amérique. Rita me tira la langue et sourit. Je fis de même avant d’éclater de rire. Les autres élèves devaient nous prendre pour des fous, il y a quelques instants nous nous disputions, ensuite parlions de notre vie avec nostalgie et maintenant nous voilà à éclater de rire de façon à faire trembler la salle commune. Nous nous étions bien trouver tous les deux et j’en étais très heureux. Elles étaient rare les personnes à être capable de me supporter et Rita était l’une de ses uniques personnes à y arriver et je me demande comment elle fessait. Car pour être honnête moi-même j’aurais déjà jeté l’éponge depuis longtemps. Mais dans un sens je savais pourquoi. C’était parce que je ne mettais jamais montrer au grand jour devant elle. Mais bon, elle n’allait pas tarder à voir qui j’étais réellement.
Je lui exprimais mon souhait d’être son confident. Mais je voulais être plus pour elle, il fallait être réaliste ce n’était pas le moment de lui demander une telle chose, et puis je me demande quand cela sera le bon moment… Surement quand nous nous connaîtrions mieux. Enfin je lui retournais la question. Je voulais savoir ce que je représentais à ses yeux. Si j’étais le simple ami sympa mais sans plus ou bien le meilleur ami qui plus tard pourrait être beaucoup plus. Rita semblait être entrée dans une grande réflexion personnelle. Je la comprenais un peu, il n’était pas chose facile de réponde à cette question sans blessé l’autre. Pour moi, j’accepterais la réponse qu’elle me donnerait, car je sais qu’elle aurait répondu avec son cœur, tout comme moi je venais de le faire. Je pouvais voir la franchise dans son regard et une certaine détermination à me dire certaines choses.
Citation :
« L'ami le plus précieux depuis des années. J'ai fait une erreur avec le bal. Je tiens à me racheter. »
J’étais l’un de ses amis les plus précieux. J’eu un sourire jusqu’aux oreilles. Et je rougis un peu également. Ce n’était pas souvent que j’entendais un aussi beau compliment. Elle aussi était précieuse pour moi et je voulais la protéger et l’aider du mieux que je pouvais. Rita se leva et me tendit la main. Je l’attrapai avec vivacité et me leva à mon tour. Nous nous dirigeâmes vers la sortie de la salle commune. Je me demandais ce qui se passer. Je ne voyais pas pourquoi Rita m’amener vers la sortie, elle qui était si sage, que lui arrivait-il ? Enfin peut être était-elle aventurière dans l’âme. Mais seulement dans l’âme parce qu’elle ressemblait beaucoup aux filles modèles. Enfin je ne pouvais pas me permette de juger vu que j’étais pareil. Garçon calme et posé alors qu’en fait je suis un vrai petit diable avec 12h de sommeil.
Citation :
« Il fait nuit. Ce serait encore plus beau si tu me montrais ton carnet de voyage sous la pleine lune non? »
Un petit sourire malicieux ce dessina sur mon visage. Je ne savais pas trop quoi répondre. Nous étions main dans la main devant la sortie. Une partie de moi me disait de faire marche arrière et de ne plus voir cette fille, une autre me disait de partir à l’aventure et une autre me dit de rejoindre mon lit et de faire une excursion nocturne une autre fois. Je sentis une présence derrière moi. Et j’avais bien raison, c’était un préfet qui était là.

« Que faites-vous ? Retournez immédiatement dans vos dortoirs, sinon je vous envoie chez la directrice. »

Nous repartîmes dans le salon et je regardai Rita dans les yeux :

« La proposions était alléchante mais je pense que je vais devoir décliner, on fera ça une autre fois, je t’envoie un hibou pour te mettre au courant, c’est moins dangereux que de vif voix. »

Je lui fis un clin d’œil et déposa un baisé sur sa joie. Lui souhaitant la bonne nuit et je partie en direction de mon dortoir.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Même si tu te caches, tu devras t'agenouiller devant la vérité" -PV- FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour voir la vie en rose, tu devras passer par ses épines.
» Réplique de Mirlande Manigat avec l'ouverture de sa campagne à Solino
» Débarquement [Cade + libre]
» Alabasta, royaume de sable, perturbé ! [CLOS]
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: Sous-sols :: Poufsouffle-
Sauter vers: