RSS
RSS
Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé

 

Partagez | 
 

 Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Millicent Winter
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 697
Localisation : C'est que tu n'as pas assez cherché...
Date d'inscription : 05/08/2010

Feuille de personnage
Particularités: Le sourire hypocrite sur une échelle de 1 à 10 ? 11. (Oui c'est valable pour toi aussi)
Ami(e)s: L'amitié ? Ca se paie cher et c'est pas qu'une métaphore...
Âme soeur: Pas toi... Pas toi... Pas toi non plus. Pas toi. Mais le joli bracelet que tu m'offres en cadeau, oui !

MessageSujet: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Dim 28 Aoû - 18:35

~> Citation titre : [Fiodor Dostoïevski]

Je n'avais pas pour habitude de tourner en rond comme un lion en cage, aussi, ca ne me plaisait pas vraiment de devoir y être contrainte. Nous venions de terminer le dîner et chacun, comme tout les soirs depuis à présent plusieurs semaines, devaient se contenter de retourner rapidement dans leurs salle communes respectives pour attendre sagement le couvre feu qui ne venait que peu de temps après. Nous n'avions pu la chance de pouvoir profiter des derniers instants de libertés de la journée en se pavanant une dernière fois dans les couloirs, avant de devoir rejoindre les dortoirs bon gré mal gré si on ne voulait pas enfreindre le règlement et aussi une retenue si jamais on se faisait prendre, et donc attendre le lendemain matin pour recommencer le même schéma.

Les professeurs, ce n'était pas n'importe qui, et il ne valait mieux pas tomber sur Woodley en pleine nuit, si on tenait un minimum à sa vie, mais là, depuis que c'était les Mangemorts les seuls maitres à bord dans le château, ce n'était même pas la peine de songer un seul instant à être téméraire ou courageux; c'était une mission commando trop risqué, et ce n'était certainement pas moi qui allait me bruler les ailes dans cette folle entreprise. Je n'étais pas comme les Gryffondor qui étaient réputés pour être de véritables têtes brûlé, et encore, leurs ardeurs à eux aussi avaient été refroidies ces derniers temps, et même si à part les beaux garçon, les autres rouges et ors, je ne les portais pas spécialement dans mon cœur, je ne pouvais que mieux les comprendre. Eux non plus n'avaient pas envie d'être tyrannisés pour rien.

Je n'aimais pas cette nouvelle dictature qu'on nous imposait et qui ne nous laissait pas libre de nos mouvements. Limite si on ne nous jetait pas un regard suspicieux dès qu'on avait envie de changer un peu d'air en allant dans le parc de l'école ! Il était clair que ca ne donnait pas envie de se déplacer à un point A jusqu'à un point B et dans ces cas là, j'étais toujours bien contente d'être sans arrêt accompagnée de ma clique d'admiratrices, qui marchaient dans mon ombre à chaque instant de la journée. Si devant elles je faisais la fière, devant assumer le rôle que je me donnais chaque jour et qui me collait comme un gant, comme vous l'aviez sans doute déjà remarqué, je n'en étais pas au point de fanfaronner devant les capuches sombres qui se déplaçaient comme des fantômes pour vous surprendre à toute heure, peut être pour essayer de trouver une faille qui leur permettrait de nous réprimander. Et encore, je ne faisais pas partie de ceux qui avaient le plus à avoir peur; c'était là qu'on comprenait qu'appartenir à la maison des Serpentard était un véritable cadeau. Je n'avais plus qu'à faire semblant d'approuver leurs idées pour avoir la paix, mais je n'avais pas trop d'efforts à faire là dessus; car apparemment, ca allait de soit que les Serpents soient de leur avis.

Et bien non, je n'étais pas d'accord, car à cause d'eux, je ne pouvais plus parader autant qu'avant. Je détestai le climat dans lequel nous étions en train de vivre et je ne souhaitais qu'une chose, qu'ils se barrent vite fait bien fait, mais chaque jour laissait à penser qu'ils allaient rester un peu plus longtemps, ce qui n'était pas pour me faire plaisir. Ils ne dégageaient rien de bon ca se sentais à des kilomètres avec leurs yeux sombres et méchants et si au départ, j'avais cru que la Winter que j'étais allais avoir la paix et continuer sa petite vie comme si de rien n'était, comme si il n'y avait jamais eu de prise d'otages, comme si tout cela ne me concernait pas, et bien, je m'étais trompée; j'avais cru bon de répliquer à l'un d'entre eux que je n'avais aucun ordre à recevoir de leur part, car mon statut, mon sang, mon nom me plaçait bien plus haut que eux tous réunis... mais sentir le bout de la baguette magique, plus menaçante que jamais ne m'avait pas plus du tout, et même si j'étais une grande gueule, je n'avais pas insisté. J'étais fière et mon orgueil en avant pris un gros coup, mais je n'étais pas suicidaire pour autant et préférais faire profil bas pendant quelques temps, même si c'était actuellement en train de me déplaire au plus haut point.

La salle commune était le dernier endroit où nous étions à peu près tranquille et où je pouvais tenir mes discussions habituelles sans être importunée, soit par un abruti d'une autre maison qui n'avait rien compris de la vie parce qu'il était trop bête pour aligner deux mots correctement l'un à la suite de l'autre, soit par Sacha Winch. Il lui arrivait bien d'arriver comme ca, sans crier gare, mais il nous observait seulement avec son regard froid avant de partir de nouveau, comme s'il n'était jamais venu. Les conversations pouvaient alors reprendre leur rythme et étaient parfois un peu plus joyeuses, parce qu'elles savaient que le pire était passé et que ce n'était pas ce soir, qu'on allait voir un Mangemort se promener par ici.

J'avais pris place dans l'un des fauteuils les plus confortables, comme à mon habitude, tout en tenant du bout des doigts la main d'une autre de mes camarades, en grande observation de son verni, car comme elle savait que j'avais un grand sens du goût, elle m'avait demandé mon avis. Et bien j'en étais arrivée à la conclusion, qu'elle, elle n'en avait aucun de goût, et de mettre des points roses fushia sur du noir, c'était tout à fait hideux et qu'il valait mieux pour elle qu'elle aille enlever tout ca vite fait si elle ne voulait pas mourir de honte ! Bien sûr, elle se vexa, surtout quand je surenchérissais que si elle ne le faisait pas maintenant, elle pouvait aller s'assoir ailleurs qu'en notre compagnie; elle n'avoua pas qu'elle avait fait une énorme erreur de style -je n'étais pas si montreuse que ca et je lui aurait pardonné si elle n'avait pas insisté- et à la place, elle préféra se mettre un peu plus loin la mine boudeuse. Tant mieux pour nous, au moins, ses ongles ne gâchaient plus le paysage.

Quant à moi, estimant que c'était la bonne action de la journée, je m'enfonçai un peu plus entre les coussins argentés de mon fauteuil.

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Millicent Winter le Mer 2 Nov - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Amy Strasberry
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 355
Localisation : Je dirais, entre la réalité et le rêve ou encore la folie et la paresse en tout cas un endroit ou le calme n'a pas sa place.
Date d'inscription : 30/07/2011

Feuille de personnage
Particularités: Euh ... Déjanté ?
Ami(e)s: Je ne suis pas complétement associale ... oui j'ai des amis
Âme soeur: Je n'aime personne ! And I hate you !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Ven 2 Sep - 15:20

Encore une dure journée terminée, le repas était fini, à la table des Serpentard je n’avais pas spécialement d’amis et je n’avais pas vraiment fait d’effort pour en avoir.
Appartenir à cette maison n’est pas facile, les Poufsouffles se méfient de vous, les Serdaigles acceptent de temps en temps d’entreprendre une conversation et les Gryffondors vous haïssent, autant que je hais se blason. Les méchants se cachent toujours derrière les serpents vert et argent. Je voulais vraiment passé mes années scolaires le plus tranquillement possibles dans ce château mais après une longue hésitation, lorsque le choipeaux pausé sur ma petite tête finit par annoncer Serpentard j’ai tout de suite compris que ma vie à Poudlard ne serait pas simple. Pourtant j’en avais assez de cette solitude, certe en dehors j’avais des amis mais n’adressai que très rarement la parole aux vipères assises tous près de moi.



En chemin pour ma salle commune je ne cessais de pensée à tout ça, il fallait que j’accepte de faire entrer d’autre Serpentard dans mon univers. Je ne peux pas continuer à les détester juste à cause de ma famille de sang pur et tellement parfaite
ayant fait ses étude dans cette si noble maison, c’est ainsi qu’il la qualifie pour moi tout les blasons se valent … à part celui des blaireaux peut être. Quand je dis des blaireaux je n’insulte personne l’emblème des Poufsouffle, ce n’est pas moi qui l’ai inventé et leurs couleurs ne sont pas terribles mais les élèves sont plutôt sympa et puis ma cousine et là-bas.



Me voila arrivé dans la salle au reflet vert émeraude et mobilier argenté. Cette pièce est assez sombre, au début elle me paraissait même austère mais l’on s’y habitue assez vite finalement. Je pris un manuel scolaire et m’installai dans un des
confortables fauteuils. J’ouvris donc, « l’histoire de la magie » écrit par Bathilda Tourdesac, ce livre ne me plaisait pas vraiment mais j’avais un examen le lendemain, un optimal serait vraiment le bienvenu, tout bien réfléchis effort exceptionnel serait tout à fait acceptable également.



Très rapidement mon attention fut détournée un groupe de fille venait de faire éruption dans la pièce suivit par une bande de garçon qui vint s’assoir non loin de mon
fauteuil. Ils parlaient de la résistance, à leur yeux elle n’avait aucun intérêt, complètement puéril elle n’arrêterait pas les partisans du seigneur des ténèbres. Bande de couards ! Regardait ces fils à papa, il mérite à peine ma pitié pas de chance pour eux, je n’en possède aucune ! Toute résistance me plait l’idée de défier l’autorité ma toujours beaucoup séduite, tout comme celle d’un jour dominer le monde ! Niark ! Niark ! Niark ! Oui, je suis détraqué. De toute façon toute cette histoire, Mangemorts et résistants, c’est de la politique. Helric Strasberry connait bien ce domaine mais moi je ne suis que sa fille et tout cela me dépasse complètement. Et puis si les forces des ténèbres me proposaient de rejoindre leurs rangs je me verrais contrainte de refuser, même si je sais qu’en contrepartie j’aurais beaucoup de problèmes. Je refuse de me soumettre aux ordres d’un mage noir ou de n’importe qui d’autre d’ailleurs. Moi je suis libre comme l’air et veux le rester !



Les garçons se levèrent afin de se rendre dans leurs dortoirs, bon débarra ! Il ne
restait plus que le petit groupe de fille qui devait tenir une conversation complètement dérisoire et moi essayant de lire mon manuel, c’était l’occasion de faire leurs connaissance de m’intéresser un minimum au gens peuplant ma maison. Je fermai « Histoire de la magie » tant pis pour mon examen j’aurais le temps de réviser plus tard, du moins je l’espère ! Puis me levai lentement avançant en direction des jeunes filles je n’avais pas la moindre idée de ce que je pourrais leurs raconter, bonjour pour commencer puis la suite dépendra en grande partie de leurs réaction. Assez proche, je pouvais désormais entendre ce qu’elles disaient, apparemment cela concernait leurs vernis. L’une d’elles plutôt vexait alla s’exiler sur un autre fauteuil argenté, placé un peu plus loin dans la salle. Cette sorcière était vraiment partis à cause de la couleur de ses ongles, il est vrai que ce n’était pas très réussit comme
mélange, mais tout de même ce n’est pas sérieux ? Arrivé à la hauteur de ses copines je ne savais plus quoi dire. J’avais terriblement envie de savoir si ce qu’il venait de se dérouler était réelle ou si il y avait une autre raison au départ de leurs amie et en même temps je faisais cette effort pour faire connaissance avec des personne appartenant à Serpentard. D’un côté les deux questions sont liées, non ?



- Salut, dites, la fille là-bas, je désignai la jeune femme au ongle bizarre seule dans un coin de la pièce, elle est vraiment partie parce que sont verni ne vous plaisez pas ?


C’étais plus fort que moi ma curiosité a vaincue la raison ! En même temps il fallait bien aborder un sujet et celui-ci me paraissait vraiment d’actualité. Finalement je ne sais pas si c’était une très bonne idée de vouloir parler à des Serpys.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Millicent Winter
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 697
Localisation : C'est que tu n'as pas assez cherché...
Date d'inscription : 05/08/2010

Feuille de personnage
Particularités: Le sourire hypocrite sur une échelle de 1 à 10 ? 11. (Oui c'est valable pour toi aussi)
Ami(e)s: L'amitié ? Ca se paie cher et c'est pas qu'une métaphore...
Âme soeur: Pas toi... Pas toi... Pas toi non plus. Pas toi. Mais le joli bracelet que tu m'offres en cadeau, oui !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Dim 4 Sep - 12:16

Tout ce qui concernait le bon goût, tout ce qui concernait le style, ca me connaissait plutôt bien car je baignais dedans depuis ma plus tendre enfance. Ce n'était pourtant pas ma mère qui avait mis ces sens en éveil, car je ne l'avais jamais connus, mais j'avais au moins la chance d'avoir une grand mère qui d'une part partageait les mêmes centres d'intérêts que les miens, mais aussi qui cédaient à toutes mes demandes, même si parfois je devais redoubler de combines toutes plus ingénieuses les unes que les autres, comme le chantage, affectif -ou pas- les ultimatum, bouder un peu... Quoi qu'il en soit, ca finissait toujours par porter ses fruits et marcher, alors peu importait la manière finalement, tant qu'on obtenait ce qu'on voulait, c'était le principal.

Aussi était-il complètement invraisemblable par exemple de mélanger un haut orange avec une jupe rose fushia. Rien que d'y penser, je pouvais sentir des boutons me pousser un peu partout sur les joues, d'horreur, même si ca aussi ne pouvait être que fort probable pour ne pas dire impossible puisque j'avais une peau parfaite qui n'était pas atteinte par ces problèmes d'adolescentes répugnantes. En même temps, j'avais également les bons produits pour ca et éradiquer de la surface de la terre ces affreuses pustules, mais il fallait croire que tout le monde n'avait pas cette chance, ou alors ne tentaient pas de l'attraper, car même avec des artifices, s'ils étaient utilisés correctement, il y avait toujours moyen de faire quelque chose. Il fallait décidément tout leur apprendre, mais je n'allais pas perdre mon précieux temps pour ca; et puis quand bien même, quand je le faisais, on ne m'écoutait même pas, le résultat ne pouvait donc qu'être le suivant : l'exilée n'avait reçu que ce qu'elle méritait et je n'éprouvait pas la moindre once d'empathie à son égard. Soit elle s'en remettrait et en serait plus forte et ne commettrait plus jamais la même erreur, soit elle ne s'en remettrait pas et n'avait plus qu'à pleurnicher dans son coin. Tant qu'elle ne venait pas m'importuner, en fait ce qu'elle pouvait bien faire, ca m'était tout à fait égal.

J'étais d'ailleurs déjà prête à passer à autre chose, satisfaite de ne plus avoir ces couleurs mal associées et criardes venant me défoncer les yeux dès qu'il passait sous mon nez, mais le mouvement d'une autre fille qui s'approchait détourna mon attention, l'observant d'abord avec suspicion, avant de la scruter, car ca allait de soi de ne pas adresser la parole à n'importe qui ! Elle avait du pot sa tête me revenait bien, cela lui éviterait de se faire envoyer bouler avant même qu'elle n'arrive jusqu'à ma hauteur, même si rien était gagné; je n'étais pas d'humeur à faire ami avec la malheureuse du coin.

Il ne me fallut pour quelques secondes pour me souvenir de son nom de famille, car son prénom, je m'en foutait un peu en fait mai Strasberry était un nom que j'avais déjà eu l'occasion d'entendre plusieurs fois, que ce soit dans le monde des sorciers, ou bien à Poudlard. En plus, elle était à Serpentard alors forcément, j'étais bien renseignée sans pour autant lui avoir une seule fois adressé la parole, car c'était les gens qui venait à moi, pas l'inverse, à moins que dans mon cas, je n'ai quelque chose à leur demander. Aucune de mes actions n'étaient gratuites.

A présent, la rousse était devant moi. Les lèvres pincées, je levai la tête dans sa direction, puisqu'elle était encore debout et moi toujours au mieux dans mon fauteuil attitré quand il n'y avait pas les élèves plus âgés qui l'avaient déjà squatté. Elle ne tarda pas à parler.

- Salut, dites, la fille là-bas, elle est vraiment partie parce que sont verni ne vous plaisez pas ?

Je haussai d'abord les sourcils, comme si cela allait m'aider à mieux comprendre sa remarque, car pour moi, ca se révélait carrément être de la plaisanterie. Mais comme elle n'ajoutait rien qui puisse le prouver, j'en déduisais que non, qu'elle était la plus sérieuse du monde, alors le faisait-elle exprès ou alors était-ce seulement de la naïveté de sa part, je n'en avais aucune idée, mais j'éclatai d'un rire dédaigneux malgré tout, pas forcément pour me moquer d'elle, mais parce que pour moi ca question était tellement dénuée de sens qu'elle n'aurait même pas dû être posée !

- Tu plaisantes ?! Finis-je quand même par demander, même si je pouvais deviner sa future réponse. Mais ainsi, je lui laissais une dernière chance de se rattraper, ce qui n'était pas du luxe, surtout venant de ma part. A ton avis ? J'étais curieuse de savoir comment elle allait retourner la situation, si elle la mettre à profit et à son avantage, ou alors si elle allait s'enfoncer dans la mélasse pour ne plus réussir à s'en extirper.

Affaire à suivre donc !

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Amy Strasberry
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 355
Localisation : Je dirais, entre la réalité et le rêve ou encore la folie et la paresse en tout cas un endroit ou le calme n'a pas sa place.
Date d'inscription : 30/07/2011

Feuille de personnage
Particularités: Euh ... Déjanté ?
Ami(e)s: Je ne suis pas complétement associale ... oui j'ai des amis
Âme soeur: Je n'aime personne ! And I hate you !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Mar 6 Sep - 17:46

J’avais l’impression d’être dans un autre monde, ces filles vivaient du regard des autres, de ce que l’on peut dire sur elle. Cette jeune femme devant moi, enfoncé dans son fauteuil, elle avait du gout, beaucoup de gout, la mode sa la connaissait sa se voyait à sa façon de s’habiller de se tenir aussi. Pour ma pars, ce n’est pas que les tendances ne m’intéresse pas j’apprécie être bien habiller et cela est assez souvent le cas, heureusement. Bien que l’uniforme de Poudlard m’aille plutôt bien, je n’ai pas à me plaindre de ma garde robe. Ma mère n’à jamais eu l’occasion de m’enseigner l’art de la tenue parfaite, mais je dois tenir d’elle tous de même, elle était très élégante … mon père à plutôt bon gout !

J’attendais la réponse à ma question, bien que peu intelligente elle me sembla nécessaire. Comme je l’ai signalé j’apprécie être bien apprêté mais faire partir une de mes copines parce qu’une chose dans son apparence ne me déplait. Cela me semble … irréaliste. On peut se permettre une remarque cinglante mais de là à lui demander d’aller voir si la pièce et plus accueillante ailleurs …

La jeune femme en face de moi laissa échapper un léger rire, mais pas sur le ton de la plaisanterie, le genre de ricanement hautain et dédaigneux. En faite, elle se foutait de moi ou de ce que je lui avais dis, cette réaction réveilla en moi un sentiment de profonde colère et dégoût. Pour qui se prenait-elle ? Ce moquer de moi ainsi, alors qu’on ne se connaissait même pas. Il ne fallait pas laisser paraitre se que je pouvais ressentir, aussi montrais-je une parfaite indifférence à son « humour ». Après quelque instant la demoiselle pris la parole.


- Tu plaisantes ?!A ton avis ?

Pardonne moi c’est tellement logique ! Tout le monde réagirait ainsi voyons ! Bon … trois options s’offraient à moi, la première lui répondre tous simplement que je n’ai pas d’avis sur la question, réponse civilisé quoique trop simple à mon gout de plus sa me ferais passer pour une fille naïve. La seconde, je vais dans son sens cette fille est moche à coté de toi, trop fausse je ne flatte pas une personne gratuitement non plus, faut pas rêver. La troisième, non je ne plaisante pas et à mon avis ta réaction est complètement stupide et dénué de sens commun, la vérité mais on sait tous qu’elle n’est pas toujours bonne à dire. Ah … autant pour moi y’en a une quatrième, je me laisse aller et la traite de harpie écervelée, solution extrémiste qui m’attirerais le foudre des jeunes personnes présentent dans la pièce à part peut être de l’exilée. En même temps si j’adresse la parole à cette fille d’avantage préoccuper par son look que par l’amitié c’est pour pouvoir discuter avec quelqu’un partageant ma salle commune et mon blason.


Ma réponse doit être bien réfléchit, tourner la scène à mon avantage me semble plus intelligent puis après avoir pensé à toute options il m’en fallait une préférable, afin d’éviter une bataille dans la pièce ou pire que l’on me ridiculise. La tache n’était pas évidente.

-La plaisanterie à toujours était mon domaine de prédilection, finis-je par déclarer, a mon avis cette jeune femme assise là-bas, pleurnichant dans son coin n’à non seulement aucun gout, mais de plus ne possède aucun honneur, fuir pou aller s’exiler sans même aller corriger son erreur et lamentable.

Assez contente de ma réponse j’attendais sa réaction, ce n’ai pas que je chercher à lui plaire mais je ne supporte pas que l’on me prenne pour se que je ne suis pas, en l’occurrence une idiote. Je ne savais pas qui elle était et d’ailleurs peu m’importais, en tous cas il était hors de question que mon nom soit salie à cause de moquerie faite à mon égard. Si pour une foi j’étais d’accord avec le reste des membres de mon sang, plutôt rare j’en conviens, c’est pour mes parents je veux qu’il soit fière de moi surtout mon père, ma mère aillant rejoins le monde de Dieu.

Alors ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Millicent Winter
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 697
Localisation : C'est que tu n'as pas assez cherché...
Date d'inscription : 05/08/2010

Feuille de personnage
Particularités: Le sourire hypocrite sur une échelle de 1 à 10 ? 11. (Oui c'est valable pour toi aussi)
Ami(e)s: L'amitié ? Ca se paie cher et c'est pas qu'une métaphore...
Âme soeur: Pas toi... Pas toi... Pas toi non plus. Pas toi. Mais le joli bracelet que tu m'offres en cadeau, oui !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Mar 13 Sep - 14:50

C'était exaspérant de devoir toujours s'expliquer alors que d'après moi, je n'avais aucune raison de le faire. Ce qui allait de soi le restait, pas besoin d'aller chercher midi à quatorze heures, il y avait des choses qui étaient entrées dans les mœurs pour ne pas en sortir comme c'était le cas ici. Je ne regrettais rien des mes paroles, mes actes, mes geste, parce que j'estimais que je n'avais pas à le faire, après tout si une fille me détestait parce que je n'étais pas de son avis et vice versa, je ne voyais pas pourquoi cela voulait aussi dire de se remettre en question. A ce compte là, autant fermer sa tronche tout le temps et faire profil bas et tout le monde est content, sauf moi, car ce n'était bien sûr pas la solution qui me satisfaisait.

Marche ou crève, alors dans ce cas là, je prenais plutôt mes deux pattes au lieu de pleurnicher sur le pourquoi du comment du parce que qui ne résolvait rien. La camarade que j'avais réprimandé ne le comprenait pas et à la place elle s'était contentée de déguerpir, ce qui me confirmait que je lui étais supérieure en tout point; mais l'infime chance qu'elle puisse obtenir du respect en me tenant tête ne se réalisa pas, et puis quand bien même, ce n'était pas plus mal car je n'étais pas d'humeur à faire de concessions, alors tant pis pour elle, elle n'avait plus qu'à se dire que demain était un autre jour...

Car mon intérêt se portait plus à présent sur une deuxième fille que je n'avais pas remarqué jusqu'alors ou alors qui venait tout juste de faire son apparition. J'essayai de voir si elle même comprenait l'impact de ses mots ou alors si elle en avait fichtrement rien à faire, mais son visage demeurait insondable ce qui était peut être mieux pour elle, car pour le moment cela m'empêchait d'y vraiment clair et savoir sur quel pied danser. Mais tout vient à point à qui sait attendre et si pour le moment je ne savais pas encore à quelle sauce j'allais la manger, ca n'allait pas tarder.

-La plaisanterie à toujours était mon domaine de prédilection


Cela ne me fit pas changer d'avis pour autant et je continuai de l'observer avec un scepticisme non dissimulé. Elle était bien mauvaise actrice alors, mais ne le faisait pas remarquer car elle avait l'air de vouloir poursuivre.

- A mon avis cette jeune femme assise là-bas, pleurnichant dans son coin n'a non seulement aucun gout, mais de plus ne possède aucun honneur, fuir pou aller s’exiler sans même aller corriger son erreur est lamentable.

Je ne perdais pas de ma superbe et continuai de sourire tout en l'écoutant. Je me détendais légèrement, même si cela ne voulait pas dire que d'un instant à l'autre elle allait devenir de ma meilleure amie. Ca aussi c'était un concept bien stupide car le plus souvent ce sont vos sois disant potes les plus proches qui vous fond les pires coups bas. Je préférais avoir de bonnes copines et ca s'arrêtait là, pas de remords dans un sens ou dans un autre, pas d'attaches, en somme rien. Ca c'était la vraie vie idéale, mais malheureusement notre monde actuel était loin d'être aussi idyllique... Alors je ne pouvais qu'essayer de m'en rapprocher le plus possible.

- On est bien d'accord.
Je n'avais pas terminé de la tester, à elle d'être plus maligne dans cette guerre sans merci; si elle réussissait mon test, elle réussirait partout. Mais pour ca, il fallait avoir un peu de jugeote et en faire usage correctement. Je ne laissai pourtant rien présager de mauvais et lui demandai le plus simplement du monde; nous ne nous sommes pas présentées. Qui es-tu ? Moi c'est Millicent Winter.

Inutile de le préciser pensez vous car tout le monde à Serpentard et peut être même Poudlard dans son intégralité devait connaître mon nom, mais mon fort caractère ne me faisait pas pour autant oublier la politesse quand je jugeais que la personne en était digne ou alors parce que c'était nécessaire. Quand bien même elle ignorait tout de ma vie jusqu'à maintenant, au moins, je venais de réparer cette terrible erreur.

- Et toi, penses-tu avoir le sens du goût ?


La grande question existentielle de toute adolescente. Mais attention toutefois car il n'y a qu'une seule bonne réponse... En apparence, elle avait l'air simple et évidente, mais pas lorsque l'on porte le nom des Winter. Tout de suite, ca prenait tout son sens.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Amy Strasberry
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 355
Localisation : Je dirais, entre la réalité et le rêve ou encore la folie et la paresse en tout cas un endroit ou le calme n'a pas sa place.
Date d'inscription : 30/07/2011

Feuille de personnage
Particularités: Euh ... Déjanté ?
Ami(e)s: Je ne suis pas complétement associale ... oui j'ai des amis
Âme soeur: Je n'aime personne ! And I hate you !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Dim 18 Sep - 14:34

Les minute s’écoulaient, je trouvais cette discussion de plus en plus ennuyante, l’action est préférable aux paroles selon moi et honnêtement je ne voulais pas que tous cela commence à tourner au ridicule « que penses-tu de mon vernie ? » ou « j’adore la mode ! » sont le genre de phrase que je ne supporte pas d’entendre. Cette jeune fille, me paressais de plus en plus superficielle, je suis sure cependant qu’elle possédait de nombreuses qualités qui ne se voyaient pas au premier abord encore fallait-il que je les découvre, la mission n’était pas gagné.

Nous avions au moins un point commun elle et moi, nous étions sure de nous et nous ne lâcherons pas le morceau si facilement. Il n’était pas question de la laisser gagner. Oui là … mon esprit commence à dérailler. Elle n’avait pas de mauvaise intention si ça se trouve, c’est seulement moi qui divague complètement, cette salle est un champ de bataille et mon armée va gagner ! Amy calme toi …


- On est bien d'accord.Nous ne nous sommes pas présentées. Qui es-tu ? Moi c'est Millicent Winter.

Millicent Winter ? Ce nom me disait vaguement quelque chose, normal elle était dans la même maison que moi, me direz-vous. Au moins elle avait le sens de la politesse et cela me plaisais, c’est vrai ce n’est pas tous les jours que l’on croise une personne bien élevé dans ce château. Elle devait être née de bonne famille, comme la plupart des personnes portant le blason vert et argent.

-Enchantée Millicent. Je me nomme Amy Strasberry. Bien sûre, il était essentiel de répondre convenablement à cette question, l’éducation est très importante quand on veut paraitre correcte devant un inconnu.

Mon père avait toujours insisté sur ce point, dans le monde ou nous vivons, le paraitre et bien plus important que le reste, donner une bonne impression de soi et donc un point capital pour pouvoir évoluer dans la vie. Ces paroles prenaient tout leurs sens à présent, dans cette guerre, oui je le prends comme ça c’est beaucoup plus passionnant comme expérience, il fallait que je montre pourquoi le Choipeaux m’à envoyé à Serpentard il n’y a que mon ambition élevé, mon orgueil doit avoir sa part de responsabilité dans ma répartition.

- Et toi, penses-tu avoir le sens du goût ?

Quelle question pour le moins … étrange. Avait-elle du sens pour elle ? Je la comprenais très bien, mais je n’avais jamais pris la peine de m’intéresser à de telles futilités. J’étais moi, je vivais sans me préoccuper de cela, se sont des automatismes. Choisir tel ou tel chose pour m’habiller, mettre ce collier plutôt qu’un autre ou encore faire cette manucure là, toute ces actions viennent logiquement le matin lorsque je me prépare. Pfff … la vie et tellement courte et il y a tant de chose à faire à l’intérieur de Poudlard pour s’attarder sur l’apparence.

Je ne savais pas vraiment quoi répondre, je prenais un air sure de moi, celui que j’ai le plus souvent sur le visage en fait. Puis finalement la réponse me paressais évidente, après tous il suffit d’être et de rester soi-même à chaque instant de son existence.


-Je ne pense pas pouvoir affirmer une telle chose, d’ailleurs personne ne le peut les goûts son beaucoup trop subjectif. J’aime la façon don je m’apprête, et
cela me suffit, je ne fait jamais de grosses erreurs dans l’alliance des couleurs et matière. Et toi quel réponse aurais-tu donné à une tel interrogation ?


Je pausais la question, mais en connaissais déjà la réponse peut être me surprendrait-elle, mais il y avait peu de chance que cela se produise. Ce genre de fille est assez prévisible, bien que je ne comprenne rien à leur logique. On ne sait jamais, je pourrais éprouver un peu de sympathie à son égard, bon devenir sa meilleure amie et un peu exagéré mais on ne sait pas ce que le destin nous réserve. De plus je serais bien obligé de la côtoyer au quotidien, autant être en bon terme avec la jeune fille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Millicent Winter
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 697
Localisation : C'est que tu n'as pas assez cherché...
Date d'inscription : 05/08/2010

Feuille de personnage
Particularités: Le sourire hypocrite sur une échelle de 1 à 10 ? 11. (Oui c'est valable pour toi aussi)
Ami(e)s: L'amitié ? Ca se paie cher et c'est pas qu'une métaphore...
Âme soeur: Pas toi... Pas toi... Pas toi non plus. Pas toi. Mais le joli bracelet que tu m'offres en cadeau, oui !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Ven 23 Sep - 13:21

Elle se présenta, ce qui me permit d'effectivement me souvenir d'elle. Elle avait un an de moins que moi, ce qui n'était en soi pas très difficile à deviner puisque je ne l'avais jamais croisé dans les salles de classes. Strasberry, oui j'avais déjà entendu ce nom plusieurs fois, car c'était mon devoir de savoir à qui je devais avoir affaire, et j'en mettais un point d'honneur. Comme le dit si bien le proverbe après tout, soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis, bien que pour l'instant je n'avais pas défini dans quelle catégorie elle appartenait. C'était peut être mieux pour elle, car n'importe qui pouvait être assez intelligent pour savoir qu'il valait mieux me compter en tant que copine plutôt que l'inverse, même si parfois quelques téméraires venaient à penser qu'ils pouvaient avoir l'avantage. Inutile de vous dire qu'ils s'étaient à chaque fois lourdement trompés.

En vérité, on pouvait dire que ma question suivante n'avait pas grand intérêt, mais ca, c'était pour ceux qui n'avaient encore bien sûr rien compris au sens de la vie. Pour réussir à se distinguer dans la société, et réussir tout court en fait, il y avait le patronyme qui aidait, bien évidemment, mais ce n'était pas en revenant en pyjama ou presque lors d'une réception que le regard des autres allaient être très accueillant ! Oui, ca ne faisait pas tout, ca s'exploitait, ca se travaillait, pour au fur et a mesure, avoir suffisamment d'expérience pour le faire naturellement. Bien sûr, lorsqu'on prenait mon cas, c'était inné, je l'avais dans le sang et ca se transmettait de génération en génération à n'en pas douter. Même ma tante, Margaret, que je ne voyais pas très souvent était toujours très élégante dans des tenues parfaitement coupées Les Winter était vraiment une famille à part et je n'étais pas peu fière d'appartenir à leur lignée.

-Je ne pense pas pouvoir affirmer une telle chose, d’ailleurs personne ne le peut les goûts sont beaucoup trop subjectifs. J’aime la façon dont je m’apprête, et cela me suffit, je ne fais jamais de grosses erreurs dans l’alliance des couleurs et matière. Et toi quelle réponse aurais-tu donné à une telle interrogation ?

Sa réponse était contradictoire, aussi n'étais-je qu'à moitié d'accord avec ce qu'elle était en train de dire. Si on pouvait l'affirmer, on pouvait même le crier haut et fort, parce comme je l'avais souligné un peu plus haut, ca se savait, ca se sentait, après il ne restait plus qu'à l'entretenir et le tour était joué. Je n'avais aucun doutes là dessus, et elle pouvait bien faire toutes les théories qu'elle voulait, mon avis n'était pas près de diverger pour autant. Cependant, dans le deuxième partie de son discours, elle avait déjà l'air d'être sûre d'elle, ce qui en effet me plaisait bien, car cela faisait partie des gens qui comme moi, savait ce qu'ils avançaient, si bien que ca ne sonnait pas faux dans leur bouche, tout comme notre camarade qui après s'être réfugiée un peu plus loin avait décidé de remonter dans les dortoirs. En soi, c'était tant mieux car son air d'effrontée commençait à me prendre la tête.

- Je réponds, oui, tout simplement; assurai-je dont le timbre de la voix ne trahissait aucun doute. Je n'avais pas été agressive, ni quoi que ce soit qui aurait pu y ressembler comme si en me retournant la question il s'agissait d'un affront car au contraire, ca ne me dérangeait jamais de montrer à quel point je pouvais être jolie.

Je me relevai enfin, pour lui faire face. J'étais tout juste plus grande qu'elle, même si ca ne se voyait presque pas. En même temps, je n'avais jamais eu la taille mannequin qui effleure déjà les 1m70 dans les douze ans. Non, j'étais assez petite pour mon âge, mais ce n'était pas grave tant que j'arrivais à compenser avec le reste. Que disais-je ? JE compensais avec le reste !

- Le petit truc en plus, poursuivis-je en claquant des doigts pour mettre du gestes dans mes mots, tu l'as, ou tu ne l'as pas, mais tu ne peux faire les deux à la fois. Après, il suffit de savoir en jouer.

Cela semblait si simple pour moi, parce que je connaissais le sujet sur le bout des doigts. Sur que ca n'avait rien à voir avec les cours de potions qui eux, m'ennuyaient plus qu'autre chose. La tension qui était montée précédemment retombait doucement aussi reprenais-je place dans mon fauteuil alors que d'un regard j'ordonnai aux autres de se pousser un peu sur le canapé pour laisser un peu de place à la rouquine. Avec un ton plus doux, je lui demandai :

- Alors Amy, tu te plais à Serpentard
? Contrairement à la mode, je n'attachais pas d'importance à ce type d'interrogations. Les maisons, c'était un concept plutôt pratique, mais moi, dès qu'il s'agissait de garçons, ca m'était bien égal qu'il soit à Gryffondor ou Poufsouffle. C'était un garçon point à la ligne ce qui suffisait largement pour faire grandir mon intérêt envers la personne.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Amy Strasberry
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 355
Localisation : Je dirais, entre la réalité et le rêve ou encore la folie et la paresse en tout cas un endroit ou le calme n'a pas sa place.
Date d'inscription : 30/07/2011

Feuille de personnage
Particularités: Euh ... Déjanté ?
Ami(e)s: Je ne suis pas complétement associale ... oui j'ai des amis
Âme soeur: Je n'aime personne ! And I hate you !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Lun 24 Oct - 14:36

La question pausé me paraissait inutile, bien sûre qu’il ne faut pas vouloir se démarqué au point d’en être ridicule, et puis lorsque l’on vient d’une famille aussi riche et célèbre que la mienne être parfaite en toute circonstance et une obligation. Paraitre et plaire sont deux points capitaux pour évoluer dans la société, cependant je ne pense pas que suivre la mode et absolument nécessaire à partir du moment où l’on à un style conforme et réussit. La mode ne plait pas toujours et pourtant des tas de gens la suivent aveuglement sans se pauser de question, sur la beauté et l’originalité de cette dernière.

- Je réponds, oui, tout simplement

La réponse de Millicent était très claire, ne laissant aucun doute possible. La mode était sont domaine de prédilection, cela se sentait, et ne m’étonnai pas le moins du monde, en fait je m’y attendais. Elle est impeccable, sa façon de s’habiller et de se tenir efface toute trace de scepticisme, je ne la battrais jamais sur se sujet, même les sorcières styliste se laisseraient avoir par cette fille.

- Le petit truc en plus, tu l'as, ou tu l'as pas, mais tu ne peux pas faire les deux à la fois. Après, il suffit de savoir en jouer.


Savoir en jouer, aucun doute, elle est douée pour ça. Sa phrase accompagné du petit geste semblait avoir était répété mainte foi, d’ailleurs tout cela est très certainement vrai. C’est à ce moment que conclusion s’imposa à moi, nous ne somme pas du même monde elle et moi. Je n’attache autant d’importance qu’elle au superficielle, je suis plutôt mignonne, je ne me vante pas c’est assez réaliste du moins je n’ai pas à me plaindre, la nature n’à pas était mauvaise avec moi. Cependant me mettre en avant physiquement n’est pas ce qui occupe la plus grande partie de mes journées.

- Alors Amy, tu te plais à Serpentard ?

Euh … C’est quoi cette question ? Bon ok c’est vrai que je suis dans la salle commune de cette maison je ne peux pas répondre : non, Serpentard est la pire des maisons tous le monde vous déteste et répondre oui je m’amuse tellement, m’est impossible. Et puis cela n’à aucun sens, pauser une tel interrogation m’étonne venant de Millicent.

-Oui, comme toutes les maisons, Serpentard à ces défauts et ses qualités. Pour moi être reparti ici n'était pas vraiment une surprise, tous les membres de ma famille sont arrivé à Serpy, je suppose que c'est pareil pour toi ? Et puis le vert et argent sont des couleurs qui me vont plutôt bien. Un léger sourire ce dessina au coin de mes lèvres. Et toi ?

La encore il était plutôt facile de deviner ce que la jeune fille aller répondre. Mais quand on vous pause une question la moindre des politesses est d’y répondre et dans certain cas de la renvoyer. Finalement, parler aux personnes de ma maison peut s’avérer bénéfique sur certains points. Et puis je dois bien avouer que je n’ai pas envie d’avoir des ennemis au sein des vipères, je vais passer sept ans avec eux.

_________________________________________________________________________

Je suis vraiment désolé pour le retard, j'ai eu certain problème de connexion et beaucoup de travail.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Millicent Winter
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 697
Localisation : C'est que tu n'as pas assez cherché...
Date d'inscription : 05/08/2010

Feuille de personnage
Particularités: Le sourire hypocrite sur une échelle de 1 à 10 ? 11. (Oui c'est valable pour toi aussi)
Ami(e)s: L'amitié ? Ca se paie cher et c'est pas qu'une métaphore...
Âme soeur: Pas toi... Pas toi... Pas toi non plus. Pas toi. Mais le joli bracelet que tu m'offres en cadeau, oui !

MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   Mer 2 Nov - 17:24

Il ne fallait pas croire, ce n'était pas tout les jours faciles d'être la meilleure. Bien sûr, on pouvait naître avec des facilité, tant au niveau social qu'au niveau de l'apparence. Mais non, contrairement aux apparences, ce n'était pas aussi simple, et tout les jours, c'était un nouveau combat, bien qu'il soit seul et unique. Pour être au top, il fallait dépenser pas mal d'énergie, ce que je m'évertuais à faire à chaque minute de la journée si bien qu'en me couchant le soir, je ressentais toujours une extrême fatigue. Et puis je partais du principe que pour être belle au levé, il fallait être belle au couché. J'accordais donc un soin tout particulier à mon pyjama -on ne savait jamais, je pouvais très bien être réveillée au plein milieu de la nuit et devoir me lever de force. Donc oui, ca comptait beaucoup- mais aussi à ma précieuse peau et à mes précieux cheveux. Je prenais un soin tout particulier à ma chevelure que je démêlais avant de me plonger dans mon lit. Quant à mon visage, il devait lui aussi être parfaitement nettoyé pour ne pas garder d'éventuels résidus malsains qui seraient susceptibles de l'abimer.

Et puis ce n'était pas très compliqué en soi, il suffisait juste de prendre le rythme, une façon de faire... jusqu'à ce que cela devienne une habitude régulière. Pour moi, ce n'était pas une corvée, au contraire, la seule motivation de savoir que j'allais en ressortir plus jolie me comblait de joie. Il n'y avait rien de plus important pour moi que la beauté. Et puis, je pouvais aussi dire que j'avais de la chance : la génétique avait bien fait son travail; tout les membre de ma famille étaient beaux. Partant de ce principe, pourquoi cela aurait-il été différent pour moi ? Nous étions bien d'accords, le contraire n'était évidemment pas envisageable.

Une autre de mes passions ? C'était bien entendu parler de moi, moi et toujours moi. On ne pouvait pas le nier, j'étais quand même un sujet intéressant, dès lors que justement on y prêtait un peu attention. Ce qui ne le faisait pas ? Et bien c'était tant pis pour eux, ils ne savaient pas ce qu'ils perdaient et je ne doutais pas de mon charme pour parvenir sans difficultés à leur faire changer d'avis. Tout le monde ne pouvait qu'apprécier une fille aussi élégante que ma personne : c'était juste une question de logique. C'était d'ailleurs pour cela également qu'un attroupement était sans arrêt en train de me suivre, partout où j'allais.

-Oui, comme toutes les maisons, Serpentard à ces défauts et ses qualités. Pour moi être reparti ici n'était pas vraiment une surprise, tous les membres de ma famille sont arrivé à Serpy, je suppose que c'est pareil pour toi ? Et puis le vert et argent sont des couleurs qui me vont plutôt bien. Et toi ?

Je croisai mes jambes et joignais mes mains sur mon genou gauche. Droite comme un i, je lui répondais, tout sourire :

- Ma maison me plaît aussi. Toute ma famille a été à Serpentard depuis des générations. J'omettais bien sûr de préciser que j'avais une cousine à Gryffondor. En même temps, je le savais depuis si peu de temps que j'avais du mal à croire qu'elle faisait partie de ma famille. Ils en sont très fiers.

C'était aussi pour cela qu'il ne pouvait pas en être autrement. Mes grands parents y étaient allés, mon père aussi. Donc moi, c'était pareil. Mais dans l'absolu, à part pour ca, je m'en fichai un peu. Bien sûr je montrais à tout le monde que j'appartenais à la maison de Serpentard, je n'avais pas honte de mes couleurs, mais je ne détestais pas les autres, tout simplement parce qu'elles m'étaient indifférentes.

Je n'avais pas vu le temps passer, mais c'était qu'il commençait à se faire tard. J'adressai un dernier regard à ma camarade, alors que mes autres amies s'éparpillaient déjà.

- Et bien Amy, ce fut un plaisir. A une prochaine rencontre peut être ?

Sur ce, je me levai finalement et la saluai d'un dernier signe de la main avant de prendre la direction de mon dortoir.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé
» Qui veut n'rp avec Sun, la louve à la queue de feu?
» [RP Terminé] N'importe où mais avec toi... [PV shord]
» On dit du physique qu'il importe peu... mais pas pour tout le monde [TERMINE]
» SARATE + comment sortir de là ? (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: Sous-sols :: Serpentard-
Sauter vers: