RSS
RSS
Douloureux reflet. [Pv Taylord]

 

Partagez | 
 

 Douloureux reflet. [Pv Taylord]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Ambre Serana
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1901
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Particularités: Cousine de Aurore Mereadda
Ami(e)s: A-t-on vraiment besoin de le savoir ?
Âme soeur: C'est un débat qu'il faudrait avoir dessus, pas une simple affirmation.

MessageSujet: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Mar 13 Juil - 18:32

Une porte claqua brusquement me faisant sursauter. C'était dimanche, neuf heurs trente et il y avait des gens qui claquaient les portes..quoi de mieux pour s'attirer des ennuis. Il y avait des personnes comme ça, qui n'appréciaient pas de se faire réveiller le matin par des gens très peu discret qui claquaient des portes alors qu'on était dimanche. Heureusement pour moi j'étais toujours réveillée lorsque ces malheureux incidents se produisaient, je n'aimais pas me lever tard et ce claquement de porte faisait partie des raisons pour lesquelles je ne traînais pas au lit le matin. Quand on me réveillait j'étais toujours de mauvaise humeur pour toute la journée ce qui était une très mauvaise chose. Là j'étais déjà réveillée depuis une petite heure que j'avais passé réviser l'une ou l'autre matière. Je n'étais pas franchement concentrée et en une heure je n'avais rien appris. Je ne connaissais pas les ingrédients pour faire la potion demandé et je n'avais pas commencé le parchemin sur un sortilège. Bref je n'avais strictement rien fait quand les autres commencèrent à descendre. Les autres, c'était les autres Serpentards. La porte qui claque, c'était le signal du réveil, ils allaient tous se lever, fin de la tranquillité, il me restait plus qu'à changer d'endroit ce qui n'était pas plus mal. Je pris mes affaires en soupirant et, passant par le dortoir pour les reposer (il y a un moment où travailler ça devient énervant) je pris la direction du hall d'entrée.

Il n'y avait rien de particulier dans ce hall, pas de table, même pas de chaises juste des murs, des colonnes en pierres qui dataient d'un temps antérieur, les sabliers s'y trouvaient aussi, pas très remplis d'ailleurs mais qui se souciait encore de faire gagner des points à sa maison ? Plus personne, enfin presque il suffisait d'aller en cours et de regarder, répondre aux questions était une option alors faire les devoirs pour faire gagner des points, il ne fallait pas rêver ! Nous étions les élèves modernes, les Serpentards en première ligne, les temps changeaient. Enfin pour en revenir à ce hall que j'étais en train de traverser il ne faisait pas très accueillant, bien sur pour certains élèves venant d'on ne sait pas où et habitant dans un cabane en bois délabré et pour qui l'eau courante c'était une trouvaille moderne ce château était le rêve. Grand, beau, luxueux, ce qu'ils n'avaient jamais eu dans toute leur vie. J'eus un petit rire méprisant à cette pensée, chez moi c'était plus luxueux qu'à Poudlard, les manoirs des grandes familles de Sang-Pur étaient réputés, le mien faisait partie des plus réputés, dans notre société, l'apparence c'est ce qu'il y a de plus important.

Je finis par arriver devant les escaliers, les grands escaliers de Poudlard que je pris un bon quart d'heure à franchir. Une fois en haut je pris la direction de la salle sur demande. Ce n'était pas un endroit très connu et encore moins un endroit très fréquenté, c'était tout ce qu'il me fallait. A cette heure là la salle commune des Serpentards devait être envahi par tous les premières, deuxièmes ou même troisième année pour qui les études ce n'était encore très important. Ils avaient tord, tous. Qu'ils regardent les meilleurs élèves de leur classe dans quelques années, ceux qui, dès leur arrivée à Poudlard travaillaient. Malheureusement on ne le savait que plus tard et l'on avait aucuns moyens de se rattraper, c'était plus ou moins mon cas. Je n'avais pas des Optimals dans chaque matière mais, si j'avais eu le choix, je n'aurais rien changé. Tout le monde voulait avoir des bonnes notes sans rien faire, ils attendaient que ça leur tombe du ciel, grosse, très grosse erreur.

Je poussais une porte, je fus dans la salle sur demande. Pour l'occasion elle n'avait rien de spécial, il y avait juste un miroir, de la taille d'une personne, au fond. Le reste de la pièce était vide, totalement désert, les murs et le plafonds étaient peints en blancs et au sol se trouvait du carrelage blanc. Tout était blanc. Je n'aimais pas le blanc, je préférais le noir, les couleurs foncées, plus chaudes de mon point de vue alors que le blanc. Sur un mur blanc toutes les tâches ressortaient, le moindre petit problème était visible. Je réprimais un frison avant de me dirigeait vers le miroir.

Mon reflet n'avait rien de désagréable, j'étais belle malgré mon visage plutôt quelconque. Cheveux blonds, yeux bleus que demander de plus ? Quelques centimètres en plus ? Mon plus grand et seul complexe était ma taille. En troisième année j'étais déjà plutôt petite mais en quatrième année alors que tous les élèves avaient pris dix centimètres ma taille n'avait pas bougé. Rageant. J'étais la plus petite de mon année et les trois quarts de troisièmes année me dépassaient. J'avais donc opté pour des talons au quotidien. De cinq à dix centimètres, ce n'était pas pratique dans toutes les situations mais je ne me sentais pas inférieur au moins. Quand on parle à une personne, qu'on l'engueule et qu'on fait dix centimètres de moins c'est assez embêtant. Mais c'était de famille, ma mère était elle aussi assez petite. Un gêne qu'elle m'avait gentiment transmis, comme si ça me faisait plaisir ! Mes cheveux blonds à moitié attachés, à moitié détachés tombaient gracieusement sur mes épaules tandis que mes yeux se faisaient de plus en plus lointain. Dans mon reflet on pouvait aussi voir mes bottes à talons, noirs justement qui ressortaient dans le blanc de la salle. Il y avait aussi ma robe grise claire, assez courte sans pour autant être indécente, ce n'était pas une robe bustier, j'avais trop de mal à les faire tenir, mais c'était une robe en soie avec de fines bretelles croisées dans le dos.

Mais dans ce beau reflet de moi-même que j'étais en train de contempler je voyais les qualités mais pas les défauts. Il fallait bien observer pour les voir. J'avais un œil plus grand que l'autre, la différence n'était pas frappante mais elle était là quand même. Encore quelque chose de rageant.

Je crois que j'aurais pu passer ma vie à me contempler dans un miroir, à citer mes qualités en passant de la généralité au détail (par exemple de la finesse de mon visage au lobe de mon oreille). J'aurais pu décrire toutes les partis de mon corps, je les connaissais par cœur (excepté peut-être les pieds). Quoi que..j'ai 5 doigt de pieds sur chaque, des ongles, ils étaient assez fins, ma cheville n'était pas particulièrement gonflée. Un pied normal quoi ! Après il y avait les mains, j'avais de longs doigts fins, régulier le tout mis en valeur par des ongles noirs.

Je détournais mon regard de mon reflet, la pièce était toujours déserte et désagréablement froide, blanche. Je fermais les yeux un instant pour écouter, je ne faisais que rarement preuve de patience mais là oui. Je n'avais pas grand chose à écouter à part le silence, un doux silence signe que la pièce était déserte. Je rouvris les yeux, me regard alla droit sur le miroir et la vérité me frappa de plein fouet, c'était comme si...j'avais rétréci. Ce n'était pas ça je le savais pas j'avais eu une impression de grandeur lorsque j'avais les yeux fermés et là, me voir, moi, ma taille. Ma toute petite taille. J'étais petite, petite, PETITE ! Et ça m'énervait ! Je donnais un coup de point rageur dans le miroir. Est-ce moi qui n'avait pas de force ou le miroir qui était particulièrement solide ? En tout cas le miroir ne bougea pas, pas une écaillure. Seul mon poing qui me faisait un tout petit peu souffrir portait la marque du coup que je venais de donner. Énervée je redonnais un coup dans ce beau miroir au contours dorés. Aucuns résultats. Fatiguée par la situation, je tombais au sol, allongée sur le ventre, le regard froid et dur.

_________________
@Dray Collins a écrit:
non, je ne tripe pas alone dans mes toilettes en déroulant du papier-cul ..








Spoiler:
 



Spoiler:
 


Dernière édition par Ambre Serana le Jeu 29 Juil - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Taylord Reegan
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 2744
Localisation : Ben regarde, sur ma licorne magique... Ah, tu la vois ? Okay, arrête le jus de citrouille alors, visiblement ça te fait pas que du bien.
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Particularités: J'ai dix doigts. C'est fou hein.
Ami(e)s: C'est comme la poussière d'étoiles. Si t'y prends pas gaffe, elle s'effrite entre tes doigts...
Âme soeur: Il a un petit faible pour les cow-girls.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Jeu 15 Juil - 20:47

La colère.
J'avais l'impression de ne connaître que ca. Pourtant, je pensais bien qu'elle avait finit par s'estomper pendant un temps ou du moins un peu. Les mois, les années... Tout cela finalement avait adoucit mon esprit, je m'en étais plus ou moins accommodée même si mon idée première était toujours restée en tête. A présent non seulement elle s'en trouvait renforcée, mais elle n'était pas prête non plus de s'effacer.

On pouvait peut être appeler ca un point positif, même si moi je ne le voyais pas, puisque je ne pouvais pas en parler aux principaux intéressés, car jamais ils ne pourraient me prendre au sérieux. Et bien toutefois, j'avais maintenant la preuve que je n'étais pas folle, même si cela avait de quoi me donner des frissons dans les dos ainsi que m'hérisser les cheveux sur la tête. Que fallait-il faire à présent ? Agir ? Attendre ? Passivité ? Action ? Dans tout les cas, je croyais que toutes mes actions n'allaient rien changer ce qui m'agaçait d'autant plus que je n'avais plus qu'à tourner en rond.

Pourquoi ?
C'était aussi la question qui revenait souvent. Qui revenait sans cesse même alors que je m'en voulais presque à présent de ne pas y avoir pensé plus tôt. C'était logique pourtant alors que j'y pensais et repensais sans arrêt, cependant, il y avait si peu d'informations dans les livres de la bibliothèque, que bien évidemment, lorsque j'avais voulu me renseigner sur le sujet pour ma propre culture, puisque je ne connaissais parfois pas tout du monde magique, cela n'avait pas été évoqué. C'était normal en même temps. Il y a des choses qu'il vaut passer sous silence pour la protection des élèves.
Oui mais non. Pas des choses comme ca.

Et toujours pas de réponses bien entendu... même si pour le moment, la plus évidente à laquelle je songeais était toujours la même... Pour le plaisir. Quel était le motif sinon ? C'était trop simple. Beaucoup trop simple. Au final nous n'étions tous rien de plus que des bêtes humaines qu'il fallait traquer pour pouvoir les bouffer ensuite. Écœurant. Oui, ca me filait franchement la nausée.
Le pire dans tout ca, c'était que j'aurais encore tout aussi bien ne pas être au courant des derniers événements puisque je n'avais pas l'habitude de lire le journal sorcier; j'avais beau faire partie de la communauté magique, je me sentais parfois encore un peu étrangère à ca, et je n'avais pas chopé certaines habitudes. En plus de ca, je ne mangeais jamais dans la grande salle, alors forcément comme c'était là que les hiboux faisaient la distribution du courrier, c'était bien souvent de là que sortaient toutes les informations concernant la Gazette.

Et bien, c'était quand même ce matin que j'avais réussi à récupérer un des quotidiens par hasard, c'est le moins qu'on puisse dire, mais aussi de prime abord, par curiosité alors que le même mot était sur toutes les bouches. La marques des Ténèbres. Bien entendu que je ne savais pas encore d'où ca sortait ce terme à la mord moi le noeud, digne des films d'horreurs, et pourtant, comme tout les autres ignorants, moi aussi j'avais envie d'en savoir plus. Et comme j'en avais aussi ras le bol de passer pour une crétine à chaque fois que je posais une question sur la magie, pour une fois je m'abstenais; il ne fallait pas être un génie pour comprendre que l'information qui me manquait se trouvait dans l'hebdomadaire et rendait tout les visages livides; ou presque.

On aurait pu croire à une mauvaise blague.
Mais en fait non. J'étais au milieu d'un couloir alors que j'avais demandé à un élève de Serdaigle de me prêter son journal afin de lire la une, quand à mon tour, je sentais mon visage devenir blême. Alors que des images désagréables me revenaient en tête, ce symbole dont on m'affirmait pourtant qu'il ne s'agissait que d'un nuage et qu'une fois de plus, je ne faisais que marcher mon imagination, que j'étais tout simplement bouleversée; et bien finalement, il était bien réel.
Je ne comprenais cependant pas tout de suite que j'avais retrouvé les bourreaux de ma famille. En même temps, ce n'était pas le genre de choses qu'on pouvait accepter facilement. Néanmoins, j'apprenais en entamant ma lecture que les auteurs de ces actes terribles étaient les mangemorts; ceux là je les connaissais, de nom du moins, pour en avoir déjà entendu parlé.

Et la surprise avait laissé place à la colère, tout simplement.
J'étais incapable de faire autre chose que de zoner dans le château pour l'instant, réfléchissant déjà à la meilleure solution pour retrouver les coupables. C'était bien orgueilleux de ma part d'ailleurs, puisque après tout je ne les avais identifié qu'à moitié; des mangemorts, oui mais après ? Il y avait une personne un être humain -si on pouvait encore le nommer comme tel- derrière tout ca, ils pouvaient même être plusieurs, et alors pour savoir qui ils étaient, c'était déjà une autre paire de manche. J'étais en train de me noyer dans l'océan Pacifique.

Du coup, je ne savais plus vraiment où j'étais et où j'en étais, je n'avais pas fait vraiment attention où j'allais, et peut être bien que je m'étais un peu perdue, faisant alors écho à mes premiers jours à Poudlard où je passais mon temps à m'égarer dans un coin. Cependant, je savais que j'étais déjà passée par là, et qu'un signe sur un mur, ou alors une porte particulière m'aiderait certainement à retrouver mon chemin.
Seulement là, tout était vide.
Ou presque, car quasiment aussitôt, je remarquai une silhouette se dessiner, alors qu'elle même, elle ne pouvait me voir, j'étais dans l'angle du couloir, donc, placée dans l'ombre. Et puis bientôt, sans que je puisse comprendre pourquoi -j'avais l'impression de passer à côté de beaucoup de choses en ce moment- une entrée avait fait son apparition et la personne disparaissait derrière.

Poussée, par je ne sais quelle impulsion, je m'étais avancée doucement, pour ne pas être entendue, et alors que l'autre n'était plus là, je m'étais empressée de m'emparer de la poignée, sûrement de peur qu'elle ne disparaisse. J'hésitai encore quelques instants à ouvrir la porte à mon tour, puis je faisais de même.
Je n'avais plus rien à perdre aujourd'hui.

Alors que je pénétrai dans cette pièce que je n'avais jamais vu auparavant, je savais qu'elle ne me plaisait pas. Ni grande, ni petite. Seulement, tout était immaculé du sol au plafond en passant par les murs et au lieu d'avoir un effet de grandeur comme cela aurait du être le cas, au contraire, j'avais le sentiment que les murs allaient m'engloutir.
Un peu plus loin, il y avait une masse allongée par terre, que je reconnaissais comme être celle de l'individu qui m'avait précédé. Je m'avançais à mon tour, tout en remarquant au passage un miroir qui la dominait de toute sa hauteur. Subitement, alors que je marchai, c'était simplement comme si le piège était en train de claquer la souris. Pourtant, je n'avais pas peur.
Je faisais maintenant face à Ambre Serana.

_________________
"Elle lui a appris à vivre.


Mend Your Heart ♪♫♪ The American Girl ♪♫♪ Two Hungry Black Birds

Il lui a appris à aimer."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ambre Serana
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1901
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Particularités: Cousine de Aurore Mereadda
Ami(e)s: A-t-on vraiment besoin de le savoir ?
Âme soeur: C'est un débat qu'il faudrait avoir dessus, pas une simple affirmation.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Jeu 22 Juil - 21:40

Combien de temps c'était-il écoulé entre le moment où mes corps avait touché le sol et maintenant ? Pas plus de quelques secondes, trois tout au plus et pourtant...en trois seconde j'avais eu le temps de me ressaisir, de me calmer, de respirer un bout coup. J'étais presque normale. Presque, parce que non, au-delà des apparences je n'étais pas moi-même. Mes muscles étaient contractés, mes ongles s'enfonçaient tout doucement dans ma peau et j'avais rentré mon ventre. Des signes imperceptible lorsqu'on ne me connait pas bien. Seulement j'avais l'impression d'avoir loupé un passage, que, si deux plus deux faisait quatre, ma journée n'allait pas se terminer comme ça. Or deux plus deux, ça faisait quatre. J'avais beau me trouver dans une situation inconfortable , être encore un tout petit énervé contre tout le monde et aussi bizarre que ça puisse paraitre j'étais heureuse. En faite ce n'était pas compliqué, allongée par terre, je n'étais pas plus petite que les autres, on faisait tous la même taille alors ça me rendait heureuse. A croire qu'il en faut vraiment peu pour être heureux....s'allonger par terre. J'eus un rictus méprisant envers moi-même avant de me rouler par terre devant le miroir et le tout en enlevant l'élastique qui retenait le reste de mes cheveux attachés. J'étais libre. Heureuse.

Le seul point négatif était le blanc, omniprésent, obsédant. Je ne pouvais pas lever les yeux, regarder à gauche ou à droite sans tomber dedans. Il était partout, je ne pouvais pas faire un pas (bien qu'allongée par terre ce soit de toute manière impossible) sans le voir, tout ce blanc, ce manque de couleur. La vie paraissait fade, moche. Blanc, la couleur du bien. Elle me repoussait, elle ne m'aimait pas. On était pas fait pour s'entendre, ça c'était sur. Prise d'une petite peur subite qui ne gâchait nullement mon bonheur je levais la tête, pour voir une jeune fille...
..et là je peux vous dire que mon bonheur est parti, je n'étais plus du tout heureuse sur le coup. Déjà parce qu'elle était beaucoup plus grande que moi, en plus parce que c'était une Gryffondor et pour terminer parce qu'elle me dérangeait et on ne m'importunait pas comme ça. Elle venait de gâcher un moment unique, un moment de pur bonheur, si elle avait été à ma hauteur je lui aurais sans doute asséner un nombre énorme de coups de poings. Heureusement pour elle, elle se trouvait assez loin, et il fallait mieux qu'elle y reste, pour sa propre sureté.

Un nom ? Taylord. Ne me demandez pas son nom de famille je n'en ai aucune idée (ce qui est rare étant donné que j'ai pour habitude de retenir les noms de familles avant les prénoms), j'ai beau connaître pas mal de monde (et c'est dans ces cas là qu'on remercie le monde d'avoir une mémoire photogénique) je ne connaissais pas tout le monde, Poudlard était bien trop rempli pour ça. Il devait y avoir...je ne sais pas combien d'élève et chaque année ça bougeait, on avait une nouvelle masse de première année. D'ailleurs mes souvenirs de première année commençaient à remonter à loin. Le choixpeau magique, Serpentard, mon premier grand choix. Mon caractère avait évolué pendant les quelques années passées à Poudlard, mes parents et surtout ma cousine, me l'avait fait remarquer. Je n'étais plus la petite fille polie qui répondait à l'affirmative à chacune des requêtes de ma mère. J'avais appris à dire non, et une fois le premier non prononcé on est dedans jusqu'à la fin. C'est là qu'on distingue deux classes de personnes. Celles qui savent dire non, celles qui ne le savent pas.

« Affirme-toi ». Les mots de mes parents résonnaient encore dans ma tête. On me l'avait dit, redis jusqu'à que je comprenne. Dans ce domaine j'avais exaucé les vœux de mes parents, au début ils avaient été très fiers, ils m'avaient même félicitée...jusqu'à que ça se retourne contre eux. Comme de grands naïfs ils avaient cru que j'allais m'affirmer avec tout le monde sauf avec eux, que je resterais leur petite fille qui sourirait tout le temps, qui ne contesterait jamais une décision. Ils avaient cru que je serais leur enfant parfaite. Erreur, personne n'est parfait et de loin pas moi. Le temps leur avait fait comprendre qu'ils s'étaient trompés. Toutefois, ils avaient réussis à reprendre le dessus du moins en apparence....

L'apparence..comme le reflet dans ce miroir, ce n'était rien et en même temps c'était tout. Et elle Taylord, comment se voyait-elle dans ce miroir ? Comme une belle fille qui s'admirait tous les jours ou comme une fille qui n'avait strictement rien à foutre de son reflet ? Je pencherai plutôt pour le deuxième étant donné qu'elle n'était pas spécialement jolie. Oh oh, elle n'était pas laide, elle avait même un certain charme, croyez le ou non cette fille me faisait penser à Cherry Rosenberg. Sauf que, ce n'était pas elle ce qui était dommage d'ailleurs parce que je l'aimais bien Cherry, déjà elle appartenait au rouge et or, une bande de crétins courageux qui englobait un quart des élèves de Poudlard. Ensuite elle venait de me déranger et je n'avais toujours pas digéré le truc. Comme une automate je me mis debout, sans lâcher un instant mon regard de Taylord.


-On ne t'a jamais dis de ne pas déranger les autres ? Lui demandais-je en essayant de rester calme, cette fille me portait sur les nerfs, elle ne m'aurait pas déranger ça aurait été la même chose, il y avait quelque chose chez elle...de quoi me rendre folle. Non parce que c'est exactement ce que tu viens de faire.

Ne pas paraitre énervée. J'avais beau faire mon possible pour que ça ne se voie pas j'étais sûre à quatre-vingt dix-neuf pour cents qu'elle le voyait.

Et puis merde !


-Dégage ! Criais-je à la Gryffondor avec voix aigüe qui aurait fait fuir n'importe quelle personne ayant un minimum de sensibilité au niveau des tympans ce que je n'avais pas. A force de crier jusqu'à l'extinction de voix mes oreilles s'étaient habituées au son de ma voix.

Puis, dans un instant de totale perte d'esprit, je me mis à taper des pieds par terre, il n'y avait rien à casser dans la pièce, rien pour que je puisse me défouler. J'étais destinée à attendre, quelque chose, un miracle, qu'elle parte très vite. Loin de moi, où elle voulait tant que ce n'était pas cette horrible salle blanche.

_________________
@Dray Collins a écrit:
non, je ne tripe pas alone dans mes toilettes en déroulant du papier-cul ..








Spoiler:
 



Spoiler:
 


Dernière édition par Ambre Serana le Jeu 29 Juil - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Taylord Reegan
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 2744
Localisation : Ben regarde, sur ma licorne magique... Ah, tu la vois ? Okay, arrête le jus de citrouille alors, visiblement ça te fait pas que du bien.
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Particularités: J'ai dix doigts. C'est fou hein.
Ami(e)s: C'est comme la poussière d'étoiles. Si t'y prends pas gaffe, elle s'effrite entre tes doigts...
Âme soeur: Il a un petit faible pour les cow-girls.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Dim 25 Juil - 21:00

Quelque chose me soufflait à l’oreille que je n'aurais pas du être là, et pourtant, j'y étais. Il y avait une multitude d'endroits dans Poudlard, toutefois, j'avais l'impression en cet instant qu'aucun de tout ces lieux ne m'intéressaient; mis à part cette pièce dans laquelle je venais de rentrer de mon plein gré. De toute façon, même dans l'hypothèse où je pouvais regretter cette démarche, la porte avait disparue, impossible donc de faire marche arrière. Bien entendu, il devait certainement une issue de secours, seulement ce n'était pas mon principal problème pour le moment.

Et puis, même si j'en avais eu envie, il aurait fallu que je me détourne de la Serpentarde jusqu'à lui tourner le dos pour me concentrer sur le mur, et cette idée était tout simplement inenvisageable car j'avais trop peu confiance en celle qui était toujours par terre pour la quitter des yeux un seul instant.

Pourtant, cette salle dont j'avais l'impression qu'elle n'allait pas tarder de m'engloutir était loin de me plaire. La sensation de malaise avait au contraire augmenté maintenant qu'il n'y avait plus aucune échappatoire et pourtant, à l'inverse de cette prise de panique habituelle comme cela m'arrivait à chaque fois lorsque je décidai qu'un espace était trop petit pour moi je restais étrangement calme, comme si je savais par avance que j'allais pouvoir m'en sortir.

Non pas parce que j'étais très futée mais simplement parce que le destin en avait fait le choix. Comme le reste du château, nul doute que cette pièce devait avoir des pouvoirs puissants et surtout insoupçonnables. Raison de plus pour moi que de me méfier de tout ce qui pouvait traîner ici, à commencer par l'unique miroir qui trônait en roi au fond du mur.
Il était très banal après tout car, alors que je m'attendais à voir quelque chose d'impressionnant en me regardant, il n'en fut rien et ce n'était que mon reflet qu'on me renvoyait. Ce corps qui me paraissait le plus normal du monde, dont j'étais certaine que ma masse de chair était la même que celle de toutes les filles de mon âge alors que c'était loin d'être le cas tandis que je flottais mes vêtements trop grands. C'était ca lorsqu'on se mentait à soi-même : même les apparences les plus réelles tendaient à disparaître.
Et j'étais encore loin de m'en rendre compte.

Malgré tout, je ne passais pas à côté de ce visage dont les yeux cachaient rage, tristesse, angoisse et frustration. Cette mine, cela faisait plusieurs années qu'elle était comme ca, et même si je prenais un an à chaque fois, elle ne changeait pas. Est-ce que cela allait être le cas un jour ? Pour le moment, j'avais tout bonnement l'impression que c'était impossible.

Je n'eu pas le loisir de rester plongée dans mes pensées cependant car Ambre se releva en masquant ainsi mon image. Je venais de me faire avoir à mon propre jeu car cela faisait quelques secondes maintenant que j'avais cessé de la fixer; pour m'observer. Immédiatement, mes muscles se tendaient, eux aussi sur leur garde car son expression était tout sauf chaleureuse.
Comme la mienne d'ailleurs.

-On ne t'a jamais dis de ne pas déranger les autres ? Non parce que c'est exactement ce que tu viens de faire.

Voilà que je venais de tomber sur une nana qui n'avait envie de d'une chose en disant cela, chercher les histoires. Je ne connaissais Ambre Serana pour l'avoir déjà rencontré une fois, mais elle ne m'avait pas intéressé plus que cela. Son air hautain et supérieur m'avait conseillé vite fait de ne pas faire connaissance avec cette fille. Ce jour là, je n'en avais eu aucunement envie.
Et là c'était un peu pareil.

Et puis, j'étais moi aussi assez sur les nerfs comme ca pour la laisser continuer sur cette chanson.

- Non, mais contrairement à toi on m'apprit à leur parler correctement.

Peut être que dans son cas, n'aurais-je pas apprécié non plus que quelqu'un vienne m'importuner ainsi, mais en même temps, je ne voyais pas ce qu'elle était en train de faire de si excitant à par pioncer sur le sol, et pour cela, il y avait les dortoirs. Et puis ce n'était pas non plus comme si cet endroit lui était spécialement réservé.
Dans la vie c'était chacun sa merde et si elle voulait ne serait-ce obtenir ce qu'elle voulait, elle allait devoir s'y accoutumer très vite.

-Dégage !

Je ne l'avais pas prévu celle là tandis que mes yeux s'agrandissaient légèrement sous la surprise et que j'avais un mouvement de recul alors qu'elle se mettait à hurler. Oui, elle ne devait pas savoir s'exprimer normalement comme elle le prouvait depuis tout à l'heure et au lieu de l'écouter gentiment et de fuir parce que c'était quand même insupportable, je pensais qu'elle était simplement dingo de se comporter comme ca. Il n'y avait pas de quoi casser trois pattes à un canard parce que mademoiselle venait de perdre son instant de solitude. Si c'était ce qu'elle voulait il valait mieux qu'elle quitte Poudlard vite fait oui !

Surtout que si elle m'avait simplement demandé de partir, avec un minimum de politesse, j'aurai fait demi tour pour la laisser tranquille parce que je pouvais quand même comprendre ca, mais maintenant qu'elle était sortie de ses gonds, mon esprit de contradiction refaisait surface et m'ordonnait de rester ici.
Je levai un sourcil perplexe alors qu'elle sombrait un peu plus dans son délire et qu'elle se mettait à cogner avec son pied sur le sol. Je ne savais pas quel âge elle avait, mais à la regarder agir ainsi, j'avais plutôt l'impression d'avoir affaire à une enfant capricieuse de quatre ans à qui on venait de refuser une sucette plutôt qu'un adolescente qui était censée être un minimum un peu plus mûre pour passer au dessus de ce genre de désagrément.

- Certainement pas, assommais-je posément alors que j'avais encore la sensation que sa voix suraigu se répercutait sur chaque paroi de la pièce. Ca aussi, c'était tout à fait contraire à mes habitudes, impulsive de nature. Même moi j'avais du mal à saisir mon comportement. Si ton langage marche avec les autres, là, laisse tomber.

Je n'étais pas son clébard non plus ! A croire que la maison des verts et argents ne parlait pas la même langue que le reste du château...


_________________
"Elle lui a appris à vivre.


Mend Your Heart ♪♫♪ The American Girl ♪♫♪ Two Hungry Black Birds

Il lui a appris à aimer."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ambre Serana
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1901
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Particularités: Cousine de Aurore Mereadda
Ami(e)s: A-t-on vraiment besoin de le savoir ?
Âme soeur: C'est un débat qu'il faudrait avoir dessus, pas une simple affirmation.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Jeu 29 Juil - 18:57

En cas normal je ne me serais pas énervée comme ça pour un problème de taille mais cette fille...Taylord. Je l'avais une fois croisé, je n'en gardais pas un bon souvenir alors pourquoi est-ce que ça changerai ? La façon qu'elle avait de regarder les autres. Tout en elle, son physique, ses cheveux, ses yeux, tout me dérangeait. C'était agaçant, omniprésent. J'aurais préféré me trouver avec n'importe qui sauf avec elle. En faite, ce n'était même pas de sa faute c'était juste des choses qui arrivaient. Il y avait des personnes avec qui ça passait mieux que d'autres, avec qui on était nous-mêmes, heureux, avec qui on faisait les plus belles conneries du monde, à qui on confiait no plus grands secrets. Taylord et moi, ça ne sera jamais ça. D'ailleurs, c'est peut-être mieux ainsi, je me voyais mal fréquenté des gens...comme elle. Gryffondor qui plus est. Et puis il suffisait de nous regarder. Laquelle des deux allait perdre son calme en premier ? Qui était la plus énervée ? Elle ou moi en train de donner des coups sur tout et rien ? J'aurais parié sur moi-même si j'avais été assez calme pour pouvoir me concentrer et réfléchir sur la question, ce qui n'était pas du tout le cas. La présence de Taylord m'en empêchait.

Je serais volontiers partie mais ça aurait été une défaite. Or je n'acceptais pas ça, ma fierté m'en empêchait. J'allais donc passé un moment -le plus court possible pitié- avec cette fille. On allait faire quoi ? Se lancer des piques ou s'observer comme deux chiens en faïences, le programme n'était pas très entrainant pourtant -à moins d'un miracle comme l'arrivée d'une troisième personne dans cette pièce blanche- ça allait bel et bien se passer.
Mon regard descendit sur la Gryffondor. Elle était fine, non, maigre. Elle flottait dans ses vêtements. Peut-être qu'elle avait des problèmes de santé, peut-être. Une chose est sûre ça ne donnait pas envie d'être comme elle. C'était dommage, elle aurait pu être belle, un certain charme né de son air quelconque. Dommage pour elle, mais ce n'était pas la question du moment. La question du moment c'était : quand est-ce qu'elle allait partir ? Elle n'avait aucune raison de rester, il fallait donc qu'elle parte. Pas forcement très loin, juste qu'elle sorte de la salle sur demande. A moins qu'elle..soit attirée par le blanc ?


Non, mais contrairement à toi on m'apprit à leur parler correctement. Finit par me répondre Taylord ce qui eut le même effet qu'une douche d'eau froide. Elle avait raison, je me comportais comme une gamine capricieuse mixée avec une petite fille trop gâtée. Les deux allaient souvent ensemble et j'étais un mixte des deux. D'ailleurs j'étais même assez douée dans la catégorie mais je savais que ça ne pouvait plus durée. Plus on grandissait, plus c'était difficile. Mais le jeu en valait largement la chandelle; du moins je l'espérais parce que ça, on ne pouvait que le savoir après..

Mon pieds retomba de lui-même sur le sol. Mon regard plongea naturellement dans celui de Taylord. Elle était énervée, elle aussi. Non pas que je ne l'avais pas encore remarqué -ce qui aurait été dur dans la mesure où son expression était tout à fait lisible- mais seulement ça frappait. Elle était en colère, pas contre moi. Je crois qu'elle était rentrée dans la pièce en était déjà dans cette situation-là. Ma présence ne devant pas amélioré les choses elle était très très énervée. Et encore, je crois qu'on aurait pu qualifié ce mot d'euphémisme pour le coup. A moins qu'elle soit tout le temps énervée et donc..enfin bref. J'aurais du m'excuser auprès d'elle, au lieu de ça je devais me retenir pour ne pas continuer sur ma lancée. Et puis elle n'avait rien à me dire, elle ne savait pas qui j'étais, elle ne savait rien à part mon nom. Elle ne pouvait donc pas faire comme tout le monde ? Partir quand quelqu'un de plus âgé le demandai -dans mon cas exigeait était plus juste ? Mais non, c'était une rouge et or ! Elle devait être courageuse ! Mais quelle preuve de courage; rester dans une pièce alors que l'autre lui demandait de partir !


-Et alors ? On est pas dans une maison pour apprendre la politesse !

Elle m'énervait beaucoup trop. D'accord, je n'étais peut-être pas parfaite mais elle non plus ! Alors quoi ? Elle voulait que je m'incline comme si j'étais son laquais ou quoi ? Non mais elle rêvait ! Si quelqu'un devait s'incliner c'était elle. Pas moi. Et puis bon si elle n'était pas contente elle pouvait partir au lieu de se plaindre. Personne n'avait demandé sa présence.

Certainement pas .J'attendais cette répondre. Elle n'allait pas partir si facilement. J'avais la poisse.Si ton langage marche avec les autres, là, laisse tomber.

Et elle alors ? Elle pensait peut-être qu'elle faisait mieux ? Parce que si on continuait comme ça on allait finir la conversation en s'engueulant. Comme prévu en somme sauf que là, je ne voulais pas que ça se finisse comme ça. Non pas que j'ai de la peine ou autre sentiment du même genre pas très classe à son encontre mais, j'avais envie que ce moment se finisse le plus vite possible. Qu'elle parte quoi, non pas que j'eus une envie folle de rester avec tout ce blanc partout ce n'était pas franchement ma couleur préférée. En plus dans une situation comme celle-là ça me faisait plutôt fuir. Le blanc, la couleur de la paix, quelle ironie, dire qu'avec Taylord on était plus proches de se battre qu'autre chose..


-Écoute, je doute que tu aies plus envie qu'on reste toutes deux dans cette pièce. Ces mots m'arrachaient la gorge, je n'avais aucune envie de le faire, pourtant j'allais le lui proposer. Donc je me dis qu'on pourrait trouver un compromis.

J'étais toujours en colère, mais -grâce à Taylord- j'avais réussi à me contrôler, du moins assez pour lui proposer un « marché ».

_________________
@Dray Collins a écrit:
non, je ne tripe pas alone dans mes toilettes en déroulant du papier-cul ..








Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Taylord Reegan
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 2744
Localisation : Ben regarde, sur ma licorne magique... Ah, tu la vois ? Okay, arrête le jus de citrouille alors, visiblement ça te fait pas que du bien.
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Particularités: J'ai dix doigts. C'est fou hein.
Ami(e)s: C'est comme la poussière d'étoiles. Si t'y prends pas gaffe, elle s'effrite entre tes doigts...
Âme soeur: Il a un petit faible pour les cow-girls.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Lun 2 Aoû - 21:51

J'avais l'impression d'être perdue. Perdue au milieu de cette pièce trop petite où cette blancheur agrandissait la salle malgré elle. Je pouvais toucher les murs pour retrouver un certain espace, mais c'était tout comme si je me le refusais de peur peut être qu'il se passe quelque chose d'inattendue. Depuis que j'étais entrée ici, je n'avais plus la sensation d'être la même personne. Pourtant mes pensées restaient identiques; pas mes actions.
Que se passait-il ?

Ce n'était pas Serana qui allait répondre à cette question et c'était déjà ca de certain. La situation était ridicule et il aurait été utile de la débloquer au plus vite pour que chacune de nos deux personnes reprennent une activité normale. Pourtant, l'une comme l'autre, incapable de faire le premier pas, nous préférions nous faire violence en attendant que le temps passe.
Et en effet ca pouvait durer une éternité.

Je savais que j'étais forte, pourtant je sentais mon regard faiblir, même si ne baissait pas, alors que nous nous observions avec cette sorte de dégoût de l'autre. Pourquoi ? Qu'est-ce que j'en savais après tout ? Lassée. Lassée de toujours avoir quelque chose à chercher, à prouver, comme si on vous passait au scanner pour pouvoir sonder chaque partie de votre personnalité. Cependant, ca ne faisait pas tout, ca ne marchait pas comme ca. Personne n'était apte à comprendre. Personne ne voulait comprendre. C'était bien ca le problème.

J'avais envie de hurler.
Alors pourquoi ne le faisais-je pas ? J'avais envie de bouger, comme avant toutefois cela faisait bien longtemps que je traînais ma masse corporelle avec plus ou moins d'animation, selon les jours, selon les instants. J'avais l'impression que c'était toujours en train de changer. Comme cette bouche qui restait désespérément close alors que je voulais lui crier merde sans vraiment de raisons apparentes. Et cette voix qui était la mienne qui était calme, trop calme.
Elle m'effrayait un peu aussi.

-Et alors ? On est pas dans une maison pour apprendre la politesse !

C'était vrai, je pouvais être la première à affirmer ce genre de choses, même si je ne comprenais pas pourquoi elle venait à parler des différentes maisons de Poudlard. Ca aussi c'était quelque chose de bien futile. Poufsouffle, Serdaigle, Serpentard et Gryffondor. Pourquoi les deux dernières se détestaient-elles ? Pour une obscure raison, pourtant c'était comme ca. Est-ce que cela voulait-il dire que nous étions amenées à devenir ce qu'on pouvait nommer des ennemies ? Classer les gens n'étaient que synonymes de nouvelles barrières. Or je détestais les obstacles. A part lorsqu'il s'agissait de les franchir.

Alors que faire ? Tenter une nouvelle approche ? Je n'étais pas comme ca et quelque chose me disait qu'elle non plus. Et puis mon mauvais caractère était en train de me laisser penser, qu'après tout, c'était elle qui avait commencé la première avec ses histories de bonnes manières. C'était donnant-donnant, mais pour combien de temps encore ?

- Non. Je rejoignais au moins son avis. Après que cela lui fasse plaisir ou pas, je m'en tapais. Mais pour quoi alors ?

Oui, je voulais connaître son avis, étant presque incapable moi-même de répondre à la question. Alors pourquoi tout le monde devait être classé dans des boîtes ? Histoire que ce soit plus facile de s'y retrouver peut être ? ce n'était qu'un méli mélo de plus tout simplement parce que les êtres humains aimaient détruire.
Sorciers ou non.

En cet instant je pouvais en vouloir à la Terre entière, mais ce n'était pas la faute de la Terre entière et encore moins celle de Ambre Serana. Enfin ca, c'était à elle d'en décider. Je n'étais pas dupe, je connaissais la position des verts et argents, du moins la plupart d'entre eux, car j'avais peut être encore l'infime espoir qu'ils ne soient pas tous pareils, mais alors qu'en était-il de la fille qui se tenait toujours en face de moi ? Il fallait dire qu'ils cachaient bien leur jeu.

Qui était la plus forte des deux ? Elle pouvait me bouffer quand elle le pouvait seulement mon désir de m'imposer était puissant. Alors nous en restions toujours au même point et c'était peut être ca notre faiblesse finalement.

-Écoute, je doute que tu aies plus envie qu'on reste toutes deux dans cette pièce. Donc je me dis qu'on pourrait trouver un compromis.

Elle pliait sans pour autant céder.
Est-ce que j'allais faire de même ?

Sûrement que oui. Même si à première vue, cette réaction de sa part me semblait un peu étrange, aussi je préférais rester sur mes gardes. Il y avait trop longtemps que je ne faisais plus confiance à personne et ce n'étais certainement pas avec Ambre que cela allait changer aujourd'hui. Je continuais de l'observer avec méfiance; le visage plus doux et sans animosité pourtant.

- Quel genre ? Je pouvais m'attendre à tout et si elle avait quelque chose derrière la tête autant qu'elle l'expose tout de suite car je n'avais pas envie de me faire berner par mon interlocutrice. Pourtant, je me disais que si elle faisait des efforts, je pouvais en faire aussi. Ca pourrait être un bon plan... finissais-je par concéder, un peu malgré moi, cherchant toujours dans ma caboche comment nous en étions venues à nous prendre le chou pour une histoire, qui, au départ, ne cassait pas trois pattes à un canard.

Nous n'étions pas nous mêmes. Oui, j'arrivais à penser que la Serpentarde cachaient des choses sur sa personnalité, alors que je faisais exactement pareil.

_________________
"Elle lui a appris à vivre.


Mend Your Heart ♪♫♪ The American Girl ♪♫♪ Two Hungry Black Birds

Il lui a appris à aimer."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ambre Serana
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 1901
Date d'inscription : 25/07/2009

Feuille de personnage
Particularités: Cousine de Aurore Mereadda
Ami(e)s: A-t-on vraiment besoin de le savoir ?
Âme soeur: C'est un débat qu'il faudrait avoir dessus, pas une simple affirmation.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Sam 14 Aoû - 15:59

Pourquoi avait-elle du rentrer dans cette pièce, pourquoi n'avait-elle pas continué son chemin pour aller dans les étages supérieur, quoi que, plus haut il n'y avait que les tours mais enfin. Je pouvais me poser cette question autant que je voulais, je pouvais la maudire en silence, lui dire ce que je ressentais ça ne changeait rien. Pourtant que j'avais qu'une seule envie, qu'elle dégage et je ne comprenais d'ailleurs pas pourquoi elle ne l'avait pas encore fait.
Compressé comme nous l'étions dans cette salle blanche on ne pouvait pas faire un geste sans que l'autre le remarque. Si elle essayait de partir j'allais forcément le remarquer que je la regarde ou non. Le blanc devenait de plus en plus obsédant, c'était presque comme si tout ce blanc nous aspirait, Taylord n'existait plus, il n'y avait plus que blanc, froid et dur, le bruit de chaque pas me donnait l'impression d'entendre un rire moqueur dont l'écho se répercutait sur les murs. Comme si nous n'étions pas seules pourtant nous l'étions et on le savait toutes les deux. Le blanc était trompeur, il était fait d'illusions et elle n'était même pas belles, on savait que s'en était mais on ne pouvait pas s'empêcher de se demander si elles étaient réelles ou non.


-Non.

Surprise pas sa réponse je haussai un sourcil, étonnée qu'elle se range à mon avis. Une autre personne aurait sans douté écarquillé les yeux, sourit à Taylord avec un air suffisant et aurait les chevilles qui auraient triplées de volume mais je n'étais pas n'importe qui, et la surprise qu'avait provoqué sa réponse était dors et déjà passée. Je regardais maintenant Taylord d'un air nouveau. Son nom venait de jaillir de mon cerveau pour me donner une information capitale. Taylord Reegen. Un nom qui m'était totalement inconnu ce qui signifiait ou, qu'elle était une Sang-de-Bourbe, ou qu'elle ne venait pas de Grande-Bretagne et d'Europe de l'Ouest ou même les deux.

Mais pour quoi alors ?

N'ayant pas franchement envie de répondre à sa question je lui lançais un regard signifiant « Je n'en sais rien » avant de réfléchir. Elle s'était trompée, quand je lui avais parlé de maison je disais ça comme une maison de redressement ou autre. Je ne parlais pas des différentes maisons de Poudlard, elle si. J'aurais pu répondre à sa question, je connaissais la réponse : on ne mélange pas les gens bien, avec un sang pur et les Sang-de-Bourbes, on ne mélange pas les gens intelligents avec les abrutis. C'était une façon de faire ressortir en chaque personne son meilleur potentiel, enfin si on en avait un. Être à Serpentard ce n'était pas rien, ce n'était pas un honneur, c'était faire partie de la seule maison qui reconnaissait la puissance du sang. Être à Serpentard, c'était faire partie des grands, d'avoir un destin, il fallait juste savoir le saisir. On était pas des faibles, seuls les forts accédaient à la réussite ce que je comptais bien faire. Cette fille, au cheveux bruns, si maigre elle n'était rien pour moi, un simple détritus qui avait été balancé ici parce qu'il n'y avait personne qui voulait d'elle. Je ne lui avais pas proposé ce compromis par bonté et encore moins par pitié. Elle me dérangeait, je voulais juste qu'elle prenne la porte et vite, et que nos chemins ne se recroisent plus jamais. Elle n'était rien.

Partir, voilà ce que j'avais envie de faire ou qu'elle fasse. Ma colère c'était atténué, comme toujours laissant la place à ma logique et mon intelligence. Si je partais elle allait penser qu'elle avait « gagner », que je partais à cause d'elle -ce qui était à moitié vrai- et elle aurait peut-être cette petite euphorie de la victoire. Moi, je serais tranquille, sans ennuis et cet incident ne serait plus qu'un mauvais souvenir. Évidement, lui faire croire qu'elle avait gagner ça n'allait pas, elle aurait pu s'en vanter dans tout Poudlard et j'étais sûre que certaines personnes pourraient la croire. Pourtant, si je partais, elle en aurait été que plus heureuse. Dans le cas contraire si je restais il fallait qu'elle accepte mon compromis. Elle n'avait aucunes raison de le refuser.


-Quel genre ?

Il n'y avait plus de doutes à avoir, elle était prête à m'écouter. Son visage était plus doux, la colère devait commencer à partir et ce n'était pas plus mal. Je la pensais capable d'écouter, d'accepter le fait que j'ai raison et de mettre le tout en action. Mais ça question restait suspecte, elle montrait qu'elle ne me faisait pas confiance. On ne faisait différents genre de compromis à part si on parlait de compromis avantageux ou non.

-Le genre de compromis qui nous avantagerai toutes les deux.

Ca pourrait être un bon plan...

Il fallait qu'elle se mette quelques petites choses dans la tête elle, comme le fait que je ne propose que des bons plans. Déjà qu'on était pas en très bons termes mais si en plus elle se mettait à me critiquer...non pas que ses critiques auraient pu m'atteindre, mais ce n'était jamais une partie de plaisir d'entendre « mais c'est nul ce que tu dis ! ». On peut prétendre ce qu'on veut, on est au moins un minimum touché. En l'occurrence, ça aurait été comme si un goute d'eau me serait tombée dessus. J'aurais regardé si elle avait mouillé mes cheveux et puis...plus rien. Tant qu'elle ne faisait pas de dommages collatéraux, la goutte d'eau elle ne me faisait ni chaud ni froid.

-On pourrait sortir de la pièce, toutes les deux, et partir. Chacune d'un côté. Déclarais-je alors à Taylord avec un signe de tête vers la porte. Je doute que tu veuilles rester ici avec tout ce blanc...

Parce que franchement ce blanc c'était vraiment de pire en pire. Mais après si elle voulait rester, ce blanc l'inspirait peut-être, la relaxée ou je ne savais quoi. Franchement je ne savais pas quel effet il avait sur elle, mais je doutais qu'il fasse office de calmant...

_________________
@Dray Collins a écrit:
non, je ne tripe pas alone dans mes toilettes en déroulant du papier-cul ..








Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Taylord Reegan
Élève de 7ème année



Féminin
Nombre de messages : 2744
Localisation : Ben regarde, sur ma licorne magique... Ah, tu la vois ? Okay, arrête le jus de citrouille alors, visiblement ça te fait pas que du bien.
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Particularités: J'ai dix doigts. C'est fou hein.
Ami(e)s: C'est comme la poussière d'étoiles. Si t'y prends pas gaffe, elle s'effrite entre tes doigts...
Âme soeur: Il a un petit faible pour les cow-girls.

MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   Jeu 26 Aoû - 14:52

Cette fille, à sa manière, même s'il ne faisait pas grand chose, était agaçante et plus le temps passait, plus j'étais en train de m'interroger sur ma subite envie de la suivre, tout à l'heure. Oui, oui, je pouvais virer de là si je le souhaitais mais on ne peut pas vraiment contrôler nos pensées, alors, je ne savais pourquoi, c'était tout comme si j'avais décidé de périr ici pour une quelques obscures raisons, en compagnie d'Ambre Serana, personnalité à laquelle je n'avais nullement envie de m'intéresser.

Il ne ce ne passait rien, absolument rien et le fil que nous avions créé entre nous deux était si tendu qu'il menaçait de lâcher à tout moment et inconsciemment, c'était ce que j'espérai, car je préférais encore qu'elle se jette sur moi pour m'attaquer que cette totale inactivité. Dans ce cas, moi aussi je pouvais tout à fait déclencher un affront, toutefois, je n'étais pas particulièrement friande conflits que certains tenaient toujours absolument à faire prendre forme. Il n'empêchait pas que j'avais la remarque facile lorsqu'on me provoquait, dans la seule initiative de mettre encore plus en rogne mon protagoniste qu'il n'essayait de le faire avec moi. Je n'avais pas non plus peur de me défendre lorsque cela était nécessaire.

Il ne risquait pas d'y avoir de gagnante dans cette guerre froide, puisqu'elle était située au point mort; nous ne faisions pas d'efforts non plus pour qu'elle arrête de stagner. Là solution était simple, évidente, pourtant si elle ou moi nous choisissions l'option de prendre la porte comme on dit vulgairement, alors la défaite serait cuisante. Je savais reconnaître lorsque j'avais été mise en échec, mais là, je ne voulais pas que ce soit le cas, car voir s'afficher sur son visage son petit air suffisant et supérieur comme les Serpentard savaient si bien le faire, je n'en avais pas besoin, merci.

Je pouvais faire tout les efforts du monde, cela ne m'aiderait pas à l'apprécier d'avantage; son manque d'entrain quant à vouloir faire de même était si inexistant que je n'allais certainement me casser la tête pour elle. Chacune de ses mimiques signifiant clairement qu'elle n'avait pas de temps à consacrer à mes questions, elle pouvait les garder car je n'étais pas de ces personnes qui me laissaient déboussoler par ce genre de comportement qui pouvait en faire craquer plus d'un de part la faiblesse. Les gens étaient tous différents et n'avaient pas les mêmes mentalités; ce qui marchait avec certains ne pouvait pas fonctionner avec d'autres, c'était aussi simple que ca.
A croire qu'elle ne l'avait pas encore compris.

Tant pis. Si elle ne voulait pas la peine de répondre, c'était bien qu'elle avait déjà son avis sur la question et qu'elle n'avait pas envie de l'exprimer. Ou alors, juste parce qu'elle pensait que je n'étais pas à même de comprendre sa logique et dans ce cas, là, cela pouvait être la preuve de sa fermeture d'esprit. mais je n'allais pas cracher dans son dos plus loin, parce qu'après tout, je n'étais pas dans sa tête, et c'était peut être tout le contraire.
Même si ca m'étonnait fortement.

Enfin, elle n'allait pas pouvoir se plonger dans son mutisme bien longtemps si elle voulait m'exposer son idée et on allait bien voir si elle était si géniale que ca, puisqu'à son air, c'est ce qu'elle voulait certainement laisser penser. Là encore ma mauvaise humeur et mon ressentiment envers cette fille me faisait peut être croire des choses tout à fait fausses.

-Le genre de compromis qui nous avantagerai toutes les deux.

Haha... Bien sûr que ca je le savais déjà, sinon, ca ne s'appelait plus un compromis ! S'il arrangeait seulement l'une ou l'autre, je doutai que celle que cela ne favorisait pas soit d'accord... Donc on ne pouvait plus parler d'arrangement. C'était à mon tour de lui jeter un regard significatif, exprimant clairement que c'était un raisonnement à la portée de tous et que cela n'apportait rien de plus à la situation dans laquelle nous nous trouvions.

-On pourrait sortir de la pièce, toutes les deux, et partir. Chacune d'un côté. Je doute que tu veuilles rester ici avec tout ce blanc...

Qu'est-ce qu'elle pouvait en savoir de mon appréciation de telle ou telle couleur ? Mais en l'occurrence, sur ce point, elle avait raison, j'avais envie d'être partout sauf ici et puisque nous nous étions enfoncées jusqu'aux genoux dans cette gadoue ici, autant en sortir. Chacun reprendrait ses activités et la vie serait belle. Je perdais mon temps ici, alors que je pouvais l'occuper d'une autre manière. Si la Serpentarde m'avait captivée, peut être que cela se serait passé autrement, seulement ce n'était pas le cas, alors quitte à reprendre les choses en mains, c'était ce que j'allais faire, et elle pouvait penser ce qu'elle veut, cela m'était bien égal.

- Je pars.

Ses faits et gestes ne m'importaient plus et je lui tournai le dos, l'oreille alerte, des fois qu'elle tenterait quelques choses de méprisable. Bizarrement, ma volonté de sortir avait du provoquer l'apparition de la porte que j'ouvrai pour retourner dans le couloir. Au moins, nous n'avions plus à subir nos présences mutuelles qui nous importunaient et je ne vérifiais même pas si elle respectait notre accord. Cela voulait-il dire que j'étais la plus faible, ou alors que j'étais plus digne et ne m'abaissant plus à notre confrontation. C'était une question de point de vue et je ne savais pas y répondre.
Alors tout cela resterait en suspens.


_________________
"Elle lui a appris à vivre.


Mend Your Heart ♪♫♪ The American Girl ♪♫♪ Two Hungry Black Birds

Il lui a appris à aimer."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Douloureux reflet. [Pv Taylord]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douloureux reflet. [Pv Taylord]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le reflet du passé [Terminé]
» Fiche technique et news de Le reflet des Ombres
» Le reflet du miroir
» Dites moi pourquoi vois-je son reflet à chaque flaque d'eau que je croise ?
» Reflet d'une vie passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le château :: 7ème étage :: Salle sur demande-
Sauter vers: