RSS
RSS
"Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]

 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Mizuki Nagawa
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 527
Localisation : Quelque part dans les étoiles...
Date d'inscription : 28/10/2008

Feuille de personnage
Particularités: Je pense que s'appeler Mizuki est déjà une grrrrande particularité... Hum!
Ami(e)s: J'en ai, bien sûr... Oh, un joli papillon!! [laissez tomber --]
Âme soeur: Son chat bien sûr !!

MessageSujet: "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]   Mar 12 Jan - 19:20

Une petite présentation d'abord, quand même !

"Roméo et Juliette" est juste un titre que je viens de trouver, en attente d'une meilleure idée, je vous conseille de ne pas trop vous y fier

J'ai écris ce début d'histoire cet été pendant mes longues heures de voiture, et je viens de le retrouver et l'ai un petit peu amélioré.

Tous les avis, commentaires et critiques sont les bienvenus !!
Et si vous remarquez une faute d'orthographe que j'aurais laissé s'échapper, n'hésitez pas à me prévenir !

Enjoy !

_________________



Je consacre très peu de temps aux rp's en ce moment, désolée de ne pas vous répondre >.<
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Mizuki Nagawa
Élève de 4ème année



Féminin
Nombre de messages : 527
Localisation : Quelque part dans les étoiles...
Date d'inscription : 28/10/2008

Feuille de personnage
Particularités: Je pense que s'appeler Mizuki est déjà une grrrrande particularité... Hum!
Ami(e)s: J'en ai, bien sûr... Oh, un joli papillon!! [laissez tomber --]
Âme soeur: Son chat bien sûr !!

MessageSujet: Re: "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]   Mar 12 Jan - 19:31

Chapitre I



2505. À l’aube du XXVIe siècle, la Terre a bien changé…
Une catastrophe nucléaire, plus forte que les deux qui l’avaient précédée, a transformé la Terre en un véritable champ de ruines. L’Amérique et l’Océanie ont coulé, l’Afrique est devenue un désert de glace où la température environne les -50°Celcius, tandis que l’Asie et l’Europe se sont transformées en une plaine déserte où il fait plus de 60°C pendant la nuit, et où règnent les cactus et les mutants nucléodactiques (monstres créés par les explosions nucléaires fréquentes durant le XXIVe siècle).
A ce désastre ont survécu deux bouts de terre : l’Espagne et la Guadeloupe. Peu de gens vivent sur Terre, environ une cinquantaine de millions. Les douze milliards d’habitants qui peuplaient la planète ont en partie fui sur Mars, devenue habitable grâce aux technologies nouvelles. Une autre partie de la population a créé son propre village spatio-actif (installé sur une plateforme actionnée par une fusée). Mais plus de la moitié de la planète a péri dans la fuite de la planète, ou sont devenus des mutants, ce qui revient à peu près au même… On compte en tout dans la galaxie cinq milliards cinq cents millions d’humains et quelques millions éparpillés dans le reste de l’univers.

Mais revenons sur la Planète Morte, ainsi appelée par les habitants de l’univers. Au milieu de ce désastre de la nature, l’Espagne, rebaptisée Safrane, vit au rythme saccadé des poumons encrassés de la Terre. Appelés « Primates », les hommes de ce petit bout de terre restant ont peu évolué par rapport aux autres… Non, pas l’Homme, mais bien les hommes. En effet, les femmes n’existent plus sur la belle planète en ruines. On ignore la raison de leur disparition, mais il semblerait que la possibilité de la naissance artificielle, qui remplaça si bien l’utérus maternel rendit presque à néant l’estime qu’avaient les hommes envers les femmes. Peut-être aussi à cause de la primitivité intellectuelle de ces hommes, mais en même temps de leur conditionnement mental, qui petit à petit ôta de leur cerveau tout sentiment humain ou tout désir de présence féminine à leurs côtés. Les hommes ont commencé à faire naître artificiellement de plus en plus de garçons et la femme s’est peu à peu effacée, sans que sa disparition alerte ou cause beaucoup de soucis…
Chez les safrans, le travail est roi. La société n’est faite que pour le travail et la montée des échelons de celle-ci. Un homme se lève le matin pour aller travailler, et se couche en pensant à prendre du repos pour la longue journée de travail qui l’attend le lendemain.
En Safrane, dans ce monde où la femme était reine, elle a disparue, en emportant l’Amour avec elle.


Mais, dans ce désastre monstrueux existe un havre de paix, un endroit où l’eau est transparente, le sable blanc et fin, les arbres verts et la Nature souveraine : la Guadeloupe, rebaptisée Parassîle. Cet oasis de vie respire la paix, la joie et le bonheur à l’état pur. La pollution a disparue du dictionnaire et tous ses synonymes également.
Il n’y a qu’en Parassîle que l’on peut admirer le soleil, la lune ou encore les étoiles. Il n’y a qu’en Parassîle que l’on voit un renard, une biche, un petit chat ou un cheval. Il n’y a qu’en Parassîle que les hommes ne sont pas. En Parassîle, il n’y a que les Elles.
Les Elles, créatures mystérieuses qui naissent dans des roses, apparues pendant que la Safrane « tuait » les femmes. Les Elles sont d’ailleurs des femmes, ou bien leurs allégories. Elles sont quelques milliers et vivent au gré du vent.
Gracieuses, élégantes, elles sont toutes les enfants d’Aphrodite. Leur seul souci et le but de leur vie est l’harmonie du ciel et de la terre, du jour et de la nuit, du Ying et du Yang. Elles ne sont pas pressées, elles ont l’éternité pour mener à bien leur mission. Les Elles ne sont vulnérables qu’à une chose : les hommes.
A vrai dire, les safrans ignorent totalement l’existence des parassiliennes, et de leur côté, c’est le mot « nature » qui a disparu de dictionnaire.
Au contraire, les Elles connaissent les hommes et les étudient pour passer le temps. Porteuses de tout le savoir du monde, elles sont les seules à connaître le passé de leur monde, du moins jusqu’au XXIIIe siècle, date à laquelle il a été interdit d’écrire et où l’école a disparu. Contrairement aux hommes, elles ont appris à lire et écrire et ont récupéré tous les ouvrages éparpillés dans le monde. Ironie du sort, les livres ont mieux résisté à la catastrophe que leurs créateurs… Le dernier livre retrouvé, écrit pendant le XXIVe siècle par un professeur clandestin, raconte le développement de la Safrane. Les Elles le retrouvèrent échoué sur la rive, dans une caisse en métal fermé par plusieurs cadenas.

Toute technologie a disparu de Parassîle ; l’unique moyen de transport dans l’île est le dos d’un animal, et elles sont isolées du reste de l’univers.
Petit morceau de terre égaré entre deux océans réunis, petite île de paradis que personne ne connaît, la Parassîle est invisible dans l’immense étendue d’eau polluée par la race humaine.
La société Ellique est simple : l’impératrice, l’Elle Victoire, vit sur Île-Victorienne (autrefois appelée Marie-Galante), avec ses proches et domestiques. Le reste de la population habite sur l’île Mère, relié à l’île de Victoire par un immense pont.
Victoire, première et unique impératrice des Elles, est à la tête de son peuple depuis plus de deux siècles, date à laquelle elles sont apparues. Elle ne dirige pas vraiment, mais s’assure de la paix et la tranquillité de son royaume. Duchesse de l’Esprit, princesse de la Vie, reine de l’Amour et impératrice de Parassîle, Victoire représente tout son peuple et sa splendeur. Difficile de savoir si ce n’est qu’une fille de Aphrodite, ou plutôt la déesse de la beauté elle-même.

Et un jour, il y a seize ans de cela, la rose qui avait fait naître Victoire se rouvrit, pour donner naissance à la plus belle fleur qui puisse jamais exister : Espérance.
Sur son passage, on ne peut que s’incliner. Toute petite déjà elle n’inspirait que le respect et dégageait une aura dévastatrice et pleine d’amour. Considérée comme la fille de Victoire, Espérance est une Elle farouche et sage à la fois, intelligente, calme, libre… Mais surtout, Espérance est belle. Plus belle que les fleurs de son pays, plus élégante que sa mère, bien plus belle qu’Aphrodite, on ne peut que l’aimer et la respecter. Il arrivait même que les petites Elles se trompent d’impératrice quand les deux se promenaient ensemble !
La petite princesse a toujours été dotée d’une curiosité sans limites pour tout ce qui bouge, ne bouge pas, soit vivant, ou pas. Mais un sujet la fascinait plus que tout autre chose : les humains, les Safrans. Les Safrans, et tout ce qui les entourait. Ainsi, elle connaissait leur histoire mieux que la sienne, avait lu tous les ouvrages que Parassîle avait sauvés, et rêvait chaque jours de rencontrer un de ces hommes. Chaque jour, elle partait en direction de la mer, perchée sur un grand frison albinos, en espérant apercevoir un de ces bateaux dont parlent les livres. La petite Espérance était souvent décrite ainsi dans l’Île Mère : « la tête dans les étoiles, le nez dans les livres et le reste sur son cheval ! ». En effet, la parassilienne ne quittait quasiment jamais son beau frison blanc, qu’elle avait eu trois ans plutôt. A cette époque, elle venait juste de terminer tous les ouvrages sur la mythologie grecque, et l’avait appelé Zeus, alors qu’il n’était qu’un poulain. Maintenant, c’était un étalon imposant, le plus imposant de tous, celui qui faisait régner l’ordre animale d’Île-Vicorienne. A la tête d’un troupeau de chevaux, Zeus passait son temps divisé entre sa famille et Espérance. Cette dernière aimait d’ailleurs beaucoup la compagnie des chevaux de cette bande, et c’est avec eux qu’elle passait ses journées d’été. Oui, parce que dans son île, les saisons perduraient grâce au miracle de la Nature, tandis qu’en Safrane, le ciel était constamment gris. Gris, mais pas assez gris pour qu’il pleuve et trop gris pour faire passer la douce lumière du soleil. En somme, c’était un gris déprimant, désagréable. Comme tout ce qui se passait dans ce pays, de tout façon…

Mais revenons dans cet univers paradisiaque qui entoure Parassîle.
Comme tous les jours d’été, Espérance était adossée contre un arbre de la prairie où paissait la famille de Zeus. Ce dernier était d’ailleurs entrain de brouter paisiblement à côté de sa cavalière, attendant le moment où celle-ci se déciderait à rentrer chez elle.
Appuyée contre le grand chêne, la jeune princesse relisait pour la centième fois, au moins, « Roméo et Juliette » de William Shakespeare. Elle ne connaissait pas ce que vivaient les personnages, elle ne comprenaient pas tout ce qu’ils se disaient, mais au fur et à mesure que l’histoire avançait, les sentiments semblaient plus clairs dans son esprit, comme si elle était destinée à vivre ces émotions dont le livre parlait, sans jamais comprendre de quoi il s’agissait.
C’était ce sentiment d’incompréhension qui la poussait à lire et relire cet ouvrage.
Comme à chaque fois qu’elle finissait la dernière page, une larme perla sur le coin de son œil et roula jusqu’au sol. Quand la petite perle d’eau s’écrasa entre les brins d’herbe, Espérance se relava, ses grands yeux bleus embués, et regarda le ciel. Le soleil terminait sa course et diffusait un lumière orangée dans la prairie. Les poulains du troupeau étaient déjà allongés à côté des sabots de leur mère, fatigués par leur journée passée à galoper.
La lune se voyait déjà. Espérance devait rentrer.

- On y va ? dit-elle en souriant.

Derrière elle, Zeus redressa la tête. Il avança vers la jeune fille, qui d’un geste leste grimpa sur son large dos. Sitôt qu’elle fut agrippée à sa longue crinière bouclée, l’étalon partit d’un bond vers le centre de l’île, où se trouvait le palais de l’impératrice.
Le vent fouettait si fort le visage de la jeune Elle que ses yeux s’asséchèrent et qu’un picotement insoutenable irrita ses rétines. Un instant, elle baissa la tête, mais obstinée comme elle était, elle se redressa dès que ses yeux redevinrent humides, pour découvrir une énième fois le paysage qui défilait autour d’elle à une vitesse vertigineuse. Mais soudain, les alentours qui formaient des ombres vertes et marrons s’éclipsèrent. Ils arrivaient sur la plage. Espérance tira imperceptiblement sur la crinière de son cheval, mais cela lui suffit pour s’arrêter en douceur en face de l’immense étendue d’eau transparente. La princesse fixa l’océan, pleine d’espoir.
Mais au bout de longues minutes de silence, qui n’était troublé que par le bruit des vagues et les battements de cœur des deux amis, Espérance soupira.

-Toujours rien, marmonna-t-elle. Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent là-bas, depuis un siècle ?!


Zeus renâcla, impatient. L’entêtement de sa cavalière à attendre ici pendant de longues heures ne l’enchantait guère, et le devoir l’attendait !
La parassilienne soupira de nouveau, et sans attendre plus longtemps, le frison reprit sa course vers le grand palais. La princesse, qui voyait la mer s’éloigner, se retourna une dernière fois sur son destrier. Mais il n’y avait rien, pas l’ombre d’un humain sur cette étendue bleue interminable.

Ce qu’elle ne vit pas, c’était l’ombre minuscule qui pointait à l’horizon.

_________________



Je consacre très peu de temps aux rp's en ce moment, désolée de ne pas vous répondre >.<


Dernière édition par Mizuki Nagawa le Mer 13 Jan - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Kiyo Kenneth
Élève de 3ème année



Féminin
Nombre de messages : 262
Localisation : dans mes rêves, le plus près possible de la lune ...
Date d'inscription : 12/04/2009

Feuille de personnage
Particularités: Est tombée dans une marmite de Donuts étant petite ...Tombe très (même trop) facilement amoureuse. Est dans le besoin de manger beaucoup. Se sert de ses yeux pour parvenir à ses fins.
Ami(e)s: Mizukiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Âme soeur: J'ai vraiment une tête à en avoir une ? :$

MessageSujet: Re: "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]   Mar 12 Jan - 20:32

Comme tu m'as demandé de me dépêcher, j'ai couru sur mon ordinateur pour lire cette fiction... Je n'ai pas eu le temps de finir de la lire malheureusement mais j'ai bien lu les deux premiers paragraphes Premièrement : J'adore ! J'adhère ! On entre tout de suite dans l'histoire... Le cadre et super bien mis en place. C'est super génialement bien écrit ! (Normal puisque c'est toi ) Je n'ai pas trop le temps d'approfondir mon analyse, je rééditerai demain ... Je n'ai pas vu de fautes d'orthographes, mais tu peux compter sur moi pour te prévenir si j'en vois une ! Félicitations Mizu

_________________
Aimer c’est faire taire le moi pour pouvoir entendre le toi .







Revenir en haut Aller en bas
http://MllexSa4ndra.skyrock.com
avatar


Olivia Balsey
Élève de 6ème année



Féminin
Nombre de messages : 964
Localisation : Je ne te dirai pas où se trouve tout mes secrets.
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Particularités: Tu veux pas ma pointure de godasse, non plus ?
Ami(e)s: J'évite de m'emcombrer du superflu.
Âme soeur: Juste un pantin de plus qu'on peut manipuler.

MessageSujet: Re: "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]   Mer 13 Jan - 15:19

Coucou !!

Par curiosité je viens de lire ton premier chapitre et je dois te dire que j'ai beaucoup aimé ^^ !!

C'est très bien écrit, et la lecture est agréable. De plus ton histoire est très originale et j'ai déjà très envie de savoir ce qu'il va se passer. Très bon contexte je trouve ^^
En plus de ca, j'adore les chevaux, donc ca ne peut que me plaire...

Voilà, bonne continuation !

_________________


Ambre a écrit:
Les sèches mains sont nos plus fidèles compagnons d'infortune.





Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Roméo et Juliette" [Histoire + commentaires]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roméo et Juliette
» La légende de Roméo et Juliette
» "Maman raconte moi une préhistoire !!!"
» "La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre." - Annabeth Chase.
» C'est l'histoire d'un papier qui va sur l'eau et il crie "J'ai pas pied ! "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors jeu :: Discussions et bavardages :: Fictions :: Fictions terminées-
Sauter vers: